Partagez | 
 

 road crossing (cez)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


/ avatar : taylor.
/ crédits : (ava) skate vibe. (sign) uc.
/ autres personnages : noa, gaia, athenais, lisa, india, ainhoa.
/ nombre de messages : 1213
/ cartes en main : 390

/ âge : 27
/ statut : brisée, blessée, atrophiée. le cœur tellement vide qu'elle ne se sent plus capable d'aimer.
/ occupation : héritière d'une grande chaîne d'hôtels, pleine aux as. dilapider la fortune familiale et finir en une des magazines people est encore ce qu'elle fait de mieux.
/ zone du queens : la plus bourgeoise de toute évidence. les blackbird ont envahi le queens uppé.
/ beau bordel :
☆ ☆ ☆
cez - shabh - leona - lion
anyone ? - anyone ? - anyone ?

MessageSujet: road crossing (cez)   Jeu 20 Sep - 22:58

elle tourne, elle vire, sur ce lit qui ne rendait pas ses nuits moins agitées. quant à ses journées, elles sont tellement monotones qu'elle ne sait même plus ce dont elle a réellement envie. en fait, rien ne l'attire. chaque seconde de chaque jour, elle ne pensait qu'à se brouiller l'esprit, pour que ses pensées cessent enfin ce vacarme assourdissant. elle veut simplement tout oublier siam. elle ne veut plus se poser de question, elle veut se laisser porter et ne plus jamais rien ressentir. parce que c'est trop fort les sentiments, ça vous bouffe l'existence, ça fait tout imploser à l'intérieur et ça vous laisse sur le carreau, sans le moindre espoir de retour en arrière. les sentiments, ça vous crève le coeur. et avec tout ce qu'elle a encaissé, elle est déjà brisée en mille petits morceaux de verre l'héritière. alors dans un élan d'elle-ne-sait-pas-trop quoi, elle se relève et rejoint la cave machinalement. papa blackbird y entrepose ses réserves, toutes ces bouteilles que l'on sortait lors des grandes occasions. lors des cocktails, des soirées privées, des évènements avec public de marque. aujourd'hui, elle serait la seule à en profiter et tant pis si l'idée ne plaisait à personne. elle avait tiré un trait sur les règles depuis longtemps déjà, préférant mille fois les enfreindre pour prouver son esprit rebelle. une table trône au milieu de l'espace, elle lui serait bien utile celle-là. elle attrape un verre à pied la brune, jetant d'abord son dévolu sur les bouteilles de vin rouge. parce que ça se mariait si bien à la couleur de ses lèvres, celle qui disparaitrait très rapidement au contact répété du liquide rouge carmin. elle ingurgite un verre, deux verres, trois verres... mais c'est trop doux pour elle. ça l'aide pas, ça n'agit pas, ça ne la plombe que davantage. de retour sur ses pieds, elle mise sur le whiskey. le partenaire idéal, celui qui est toujours au rendez-vous, celui qui ne vous déçoit jamais. les verres reprennent leur course et s'additionnent. puis elle laisse finalement tout en plan quand elle a trouvé de quoi apporter une dose d'excitation aux heures à venir. reprendre son équilibre n'est pas chose aisée. elle tangue dangereusement, elle s'agrippe au mur qui semble davantage la porter que ne le font encore ses jambes. par un miracle venu du ciel, elle tombe sur la caisse à outils et ressort de la demeure en sa possession. en ligne de mire, la maserati familiale. elle l'atteint avec le plus grand mal du monde, tant son si fidèle ami a amoché son sens de l'équilibre. elle s'abaisse à hauteur de la serrure, avant d'être emporté par son arrière-train et d'éclater de rire en prime. dingue comme la vie lui paraissait légère et futile à cet instant. elle s'empare d'un tournevis qui ricoche d'abord contre la porte de la bagnole avant de s'attaquer à l'objet de sa convoitise : l'emplacement de la clé habituellement. elle enfonce, elle malmène, elle triture, de toutes ses forces, avec l'énergie du désespoir. elle va s'ouvrir cette PUTAIN DE BAGNOLE ! elle hurle beaucoup trop fort parce qu'elle ne parvient pas à ce qu'elle veut. elle s'énerve parce qu'elle perd patience. et y'a sa tête qui tourne, qui lui fait perdre le nord et le sud. pourtant, elle veut se barrer de là au volant de cet engin à quatre roues. pour aller n'importe où ailleurs, tant que que ce n'est plus ici. elle a besoin de prendre l'air, elle a besoin d'espace, elle a besoin de tout recommencer à zéro. passionnément, à la folie.

_________________
qu'importe que reviennent ces pensées qui m'aliènent. je saignerais mes veines pour soigner mes peines,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1678-im-just-a-bitch-with-money-and-power-siam


avatar


/ avatar : jack the lad #lhommedemavie.
/ crédits : morrigan/avatar, moi/sign.
/ autres personnages : betsi (n.peltz), brynn (n.o'neil), kurtis (r.king), sage (c.desjardins).
/ nombre de messages : 747
/ cartes en main : 494

/ âge : 27
/ statut : à terre, l'coeur solitaire ; veuf avant-même de t'être marié.
/ occupation : combattant en infanterie (tireur de précision/sniper).
/ beau bordel :

MessageSujet: Re: road crossing (cez)   Mer 10 Oct - 1:09

CEZAM / road crossing /

Les repas de famille, tu les acceptes pour Siam. Être aimable, tu le fais pour Siam. Oublier tes problèmes, c'est pour soutenir Siam. Et foutre encore les pieds dans la fichue résidence familiale, c'est encore et toujours pour Siam. Parce que sans elle Cez, ça ferait sans doute bien longtemps que tu te serais assis sur tous les efforts que tu faisais encore simplement dans l'espoir de ne pas la voir sombrer plus bas. Ça faisait bien trop longtemps que tu ne l'avais pas vu sourire la brune. Ça faisait bien trop longtemps que l'éclat dans ses yeux s'étaient éteint. Et toi ça te crève. Parce que ta soeur, en plus d'être ton sang, c'est toi. Mais c'est à croire que vous portez bien votre nom, vous, les mômes de la famille. Blackbird. L'oiseau noir. Bêtes de mauvaise augure et de malédictions. Vous n'avez pas été épargnés. Ni l'un, ni l'autre. Au fond, c'est peut-être un facteur de plus qui justifiait l'aspect fusionnel de votre relation. Celui qui faisait qu'aujourd'hui encore tu te faisais violence pour passer ici. A l'extérieur de la demeure, tu tombes immédiatement sur Siam qui semble avoir eu une envie soudaine de faire une virée seule, sans chauffeur. « elle va s'ouvrir cette PUTAIN DE BAGNOLE ! » Surpris par ses éclats de voix, tu te stoppes net à quelques mètres de distance afin d'observer ce qui se trame. C'est ainsi que tu t'aperçois du tournevis et des efforts immanquables que mettait ta soeur à essayer tant bien que mal d'accéder à la voiture familiale sans en avoir les clés. Bras croisés, tu émets un rire moqueur que tu ne peux plus contenir. « Tu t'y prends comme un manche », tu clames finalement de loin, dès lors que tu juges t'être suffisamment amusé du spectacle qui se jouait devant toi. T'attends quelques secondes que l'attention de Siam se porte sur toi pour avaler la distance qui vous sépare et poursuivre sur ta lancée. « Tout ce que t'es en train de faire c'est niquer la serrure... et la portière. » Le manque de délicatesse évident dont avait fait preuve la brune avait eu raison de l'impeccable peinture à quelques endroits et avait même provoqué des gnons çà et là. T'en déduis donc que Siam était avant tout dans l'urgence et qu'elle était de ce fait peu encline à se soucier des dommages collatéraux. « Tu veux quoi ? Te tirer d'là ? », tu la questionnes alors, déjà certain pourtant de la réponse qu'elle allait te fournir. « J'vais t'dire un truc : t'auras pas toujours un putain de tournevis dans ta poche quand t'auras la lubie de voler une caisse. » Sans rien ajouter dans l'immédiat, tu t'accroupis jusqu'à atteindre le sol et défais le lacet de l'une de tes basket - qui se trouvait être, d'ailleurs, dans un piteux état. « Ça », que tu commences en agitant la cordelette dans les airs. « C'est le gadget incontournable. » Tu fais une boucle au lacet et t'atèles à mettre ta technique à exécution avec une dextérité qui trahissait une certaine habitude : celle d'avoir bien trop souvent utilisé cette méthode pour chourer des bagnoles. Pour autant, tu n'éprouves aucune gêne face à Siam qui n'était pas sans avoir connaissance de ton passé de voyou. Un bref déclic se fait entendre et t'arrache un sourire de fierté. Il s'agissait là d'une astuce très peu connue mais toujours efficace - et les longues années que t'avais passées à vivre de petite délinquance avaient justement été là pour te le prouver. T'as rien perdu de tout ça Cez, quand bien même tu tentais parfois de te persuader du contraire pour ne pas replonger dans certains vices qui feraient cruellement mauvais genre pour ton image de soldat. T'ouvres la portière, et t'aurais presque pu inciter Siam à prendre le volant si son souffle n'était pas venu effleurer tes narines à cause de la soudaine proximité qui s'établit lorsque la jeune femme s'approche davantage de toi. D'une main ferme, tu la repousses de manière à la maintenir loin du véhicule. « Attends Siam.. t'as bu ? » La question n'appelle aucune réponse. « Putain t'es saoule ! » Agacé, tu claques la portière comme pour mettre fin à tout espoir de fuite de la part de la brune. Il était hors de question de la laisser partir dans cette état.

_________________

si loin de toi, un grain de poussière au combat. si loin de toi, un grain de poussière ici bas -----------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t761-cez-grain-d-poussiere-au-combat http://savethequeens.forumactif.com/t838-cez-comme-un-seisme En ligne


avatar


/ avatar : taylor.
/ crédits : (ava) skate vibe. (sign) uc.
/ autres personnages : noa, gaia, athenais, lisa, india, ainhoa.
/ nombre de messages : 1213
/ cartes en main : 390

/ âge : 27
/ statut : brisée, blessée, atrophiée. le cœur tellement vide qu'elle ne se sent plus capable d'aimer.
/ occupation : héritière d'une grande chaîne d'hôtels, pleine aux as. dilapider la fortune familiale et finir en une des magazines people est encore ce qu'elle fait de mieux.
/ zone du queens : la plus bourgeoise de toute évidence. les blackbird ont envahi le queens uppé.
/ beau bordel :
☆ ☆ ☆
cez - shabh - leona - lion
anyone ? - anyone ? - anyone ?

MessageSujet: Re: road crossing (cez)   Dim 4 Nov - 22:05

il n'y a pas grand chose qui puisse égayer ses journées, ni même sa solitude. la demeure familiale qui lui sert de toit sur la tête est bien trop imposante pour une si petite famille. elle n'a plus que son père et sa mère, qu'elle supporte avec beaucoup de mal l'héritière. parce que cez, c'est le seul qui ait eu les couilles de prendre la meilleure des décisions pour son avenir. elle n'est pas capable de couper le cordon aussi radicalement la brune, et cela peu importe combien elle crèverait d'envie de le faire. elle n'est pas aussi forte qu'elle aimerait bien le faire croire. en vérité, elle est faible. elle se ferait écraser d'une pichenette, elle pleurerait son coeur d'être abandonnée. ce qu'elle a souvent fait parce que la vie l'y a acculé. alors à défaut de soigner ses maux et de trouver un sens à sa vie, elle tente tant bien que mal de la rendre moins morose. elle se pique d'adrénaline pour se donner l'impression d'exister. ça ne dure jamais longtemps, mais ça lui sert de pansement. un peu, juste un peu. et aujourd'hui, elle a besoin d'un road trip. et plus que tout, elle brûle de conduire cette maserati qui devrait servir à autre chose qu'à décorer l'allée. ça durait depuis trop longtemps déjà. c'est dans cette idée folle qu'elle se retrouve à essayer de crocheter la serrure de la portière, dans l'espoir de parvenir à l'ouvrir et de s'envoler loin de tout ça. parce qu'elle n'a pas les clés siam, ce serait bien trop simple. pourtant, elle ne s'avoue jamais vaincu. et peu importe le nombre de verres de vin et de whiskey ingurgités qui se côtoyaient dans son organisme, elle ne comptait pas lâcher le morceau pour autant. elle est tellement déterminée qu'elle ne manque pas d'amocher la carrosserie de la voiture au passage. elle n'y prête pas la moindre attention parce qu'elle a bien d'autres priorités. tu t'y prends comme un manche. surprise par l'intervention, elle sursaute avant de poser le regard sur son frère jumeau. immédiatement dessaoulée par la catastrophe qui aurait pu se produire si c'était le paternel qui s'était pointé, elle se reprend. pourquoi, t'as une meilleure idée ? elle questionne, prête à écouter ses suggestions. tout ce que t'es en train de faire c'est niquer la serrure... et la portière. elle hausse les épaules, elle sait très bien qu'il a raison mais c'est tout ce qu'elle a trouvé avec le matériel à portée de main. elle est loin d'être bricoleuse siam, elle n'a même jamais rien touché de sa vie. tout lui a toujours été servi sur un plateau par du personnel divers et varié. elle est comme une gamine que l'on n'aurait jamais élevé et à qui l'on n'aurait jamais rien appris. et plus elle attend la réponse qui la sauvera sûrement, plus elle sent le regard insistant de cez sur elle. détournant quelque peu le regard par gêne ou par peur qu'il la perce à jour, elle se concentre sur ce qui les entoure avant qu'il ne reprenne. tu veux quoi ? te tirer d'là ? elle hausse les épaules encore, c'est récurrent quand elle ne sait pas quoi répondre et qu'on la met au pied du mur. j'vais t'dire un truc : t'auras pas toujours un putain de tournevis dans ta poche quand t'auras la lubie de voler une caisse. il n'avait pas tort, elle n'avait jamais rien dans ses poches mis à part des clopes. ses plus fidèles alliées en toutes circonstances. c'est pas du vol puisque c'est la nôtre. techniquement ça l'était, mais elle savait très bien que si son père l'apprenait, il ne prendrait pas les choses de la même manière. selon lui, seul le chauffeur familial était en droit de la conduire. tout à sa réflexion, elle remarque quand même cez qui s'agenouille à ses côtés et qui entreprend de s'emparer d'un de ses lacets. ça, c'est le gadget incontournable. elle fronce les sourcils, ne comprenant absolument pas où elle voulait en venir. à quoi pouvait bien servir un lacet pour crocheter une serrure ? elle ne bronche pas, préférant de loin observer le maître à l'oeuvre. et ce qu'elle soit est pour le moins instructif. il avait définitivement de l'or dans les mains son jumeau. il était toujours le premier à lui apprendre tout plein de trucs et astuces pour survivre dans la vie. elle mesurait chaque jour la chance qu'elle avait de l'avoir, et elle se rendait aussi compte combien il lui manquait quand il n'était pas là. puis elle entend le cliquetis libérateur, et elle hurle avant de lever les bras en signe de victoire. elle n'était qu'une enfant à côté de son frère, elle avait sans cesse besoin de son aide si précieuse, qu'elle soit légale ou non. puis elle se lève, sautille dans tous les sens, perdant un peu son équilibre par instant et elle s'apprête à prendre place au volant quand son chevalier servant lui montre le chemin. pourtant, elle est brutalement stoppée dans son élan par une main qu'elle n'avait pas vu venir. attends siam.. t'as bu ? elle n'a même pas le temps de répondre que ses tics de comportement la trahissent déjà. elle se dandine en tentant de garder une contenance, elle perd pied dans un étourdissement aussi et se rattrape de justesse au bras de son frère. putain t'es saoule ! ma pauvre siam, t'es déjà grillée alors que t'as à peine ouvert la bouche. t'es encore plus pitoyable que ce qu'on pouvait déjà penser de toi. elle soupire avant d'attaquer sa défense. cez, s'te plait. pas toi... comment veux-tu que j'me sente dans cette baraque de coincés ! elle s'exclame parce qu'elle a cruellement besoin d'extérioriser toute cette frustration qu'elle intériorise trop souvent pour son propre bien. t'excite pas, j'ai juste voulu tester les réserves de papa. j'ai tenté... un verre de rouge. t'y crois même pas toi-même siam... et elle a la tête qui tourne, ça la pousse dangereusement. encore une fois, elle s'accroche à cez, sa bouée de sauvetage depuis le premier jour. on peut partir s'te plaît. elle l'implore, le supplie de ses yeux brillants. elle ne veut plus de cet endroit, elle veut simplement respirer l'air non pollué de l'empire blackbird.

_________________
qu'importe que reviennent ces pensées qui m'aliènent. je saignerais mes veines pour soigner mes peines,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1678-im-just-a-bitch-with-money-and-power-siam


avatar


/ avatar : jack the lad #lhommedemavie.
/ crédits : morrigan/avatar, moi/sign.
/ autres personnages : betsi (n.peltz), brynn (n.o'neil), kurtis (r.king), sage (c.desjardins).
/ nombre de messages : 747
/ cartes en main : 494

/ âge : 27
/ statut : à terre, l'coeur solitaire ; veuf avant-même de t'être marié.
/ occupation : combattant en infanterie (tireur de précision/sniper).
/ beau bordel :

MessageSujet: Re: road crossing (cez)   Jeu 6 Déc - 19:47

CEZAM / road crossing /

T'aurais pu être surpris, Cez. T'aurais  pu être étonné par le comportement de ta soeur pour peu que t'aies pas l'habitude. Mais il était là le problème ; depuis quelques temps maintenant, les habitudes sont là, vicieusement ancrées dans son quotidien (et par extension, dans le tien). Une descente aux enfers d'autant plus alarmante qu'au contraire de la tienne, elle n'opérait pas depuis la naissance. Alors forcément, ça se voit. ça te crispe. ça te fait flipper. Y'a qu'le mal de Siam pour t'faire flipper comme ça. Et n'y avait probablement rien de pire que de la savoir prisonnière d'un mal si oppressant qu'elle souhaitait se tirer dans l'espoir de courir assez vite pour réussir à le fuir. Une douce naïveté qui éveillait pourtant en toi une once de tendresse à son égard. Parce qu'elle était si fragile, Siam. Au point de penser qu'utiliser un bien appartenant à ce monde qu'elle souhaitait momentanément quitter pourrait l'aider dans sa démarche alors que c'était on ne peut plus logiquement contre-productif (et qu'en plus, un vol n'était pas franchement conseillé pour s'ajouter à ses problèmes). « C'est pas du vol puisque c'est la nôtre. » Tes lèvres se pincent tandis que tes yeux se paient un voyage jusqu'à l'arrière de tes orbites (ou presque). « Dans c'monde là Siam, on te fais croire que tout t'appartient mais c'est qu'une foutue illusion. » T'as rien. T'es rien. Une vie noyée sous une succession constante de mirages pour nourrir le fantasme que tout était beau et que tout allait bien quand au contraire les fondations étaient déjà en branle et menaçaient de s'écrouler à tout moment. Mais les apparences n'étaient que ça. Toujours. Alors t'aurais été le premier à la laisser se barrer si seulement elle n'avait pas plus d'alcool dans le sang que de globules. Tu t'fous du monde Cez, mais pas à ce point. Encore moins quand ça touche ta soeur. « Cez, s'te plait. Pas toi... » Les traits de ton visage se renfrognent sous l'étonnement. « Pas moi ? Ah bon ? Qui alors ? », tu l'interroges en faisant mine de regarder aux alentours, à la recherche de quelqu'un qui s'intéresserait suffisamment à elle pour l'empêcher de faire n'importe quoi. Mais personne n'était là (hormis peut-être l'ombre d'un père aveugle à la déchéance de sa fille et celle d'une mère qui préférait les remontrances, les critiques et les leçons de moral plutôt que les mains tendues). Il n'y avait que toi. Toi et ta sale gueule. Toi et tes propres déboires. Toi qui n'a pourtant jamais été reconnu pour ton altruisme, bien au contraire. Tu t'fous du monde comme de ta première dent de lait. La vie des autres et leur merde, tu t'en branles. Mais Siam putain, c'est ta moitié. Celle de vous deux à sauver. « J'vais pas me gêner, Siam. » Tu grimaces parce que ça t'emmerde un peu de devoir jouer un rôle qui te sied si mal. Mais ta soeur, elle compte trop pour que tu la laisses se noyer dans les effets salvateurs de l'alcool pour éviter de le faire dans l'océan de ses chagrins. Il y avait au moins assez de profondeur pour qu'elle ne refasse jamais surface. « T'excite pas, j'ai juste voulu tester les réserves de papa. J'ai tenté... un verre de rouge. » Tu laisses échapper un rire moqueur sans ressentir une quelconque culpabilité pour la simple et bonne raison que dans son état, elle n'en saisirait probablement pas la nuance de toute façon. « Tu t'es trompé d'une étagère. En dessous, ça devait être les vases, pas les verres. » Mais est-ce que tu pouvais réellement lui en vouloir, Cez ? Se bourrer la gueule c'était déjà un peu se tirer ailleurs. Elle avait trouvé la bonne combine. « On peut partir s'te plaît. » Tu soupires bruyamment. T'as pas le coeur à lui refuser quelques heures de liberté, encore moins avec cet air de chien battu si bien travaillé. Mais ce dont t'as envie aussi, c'est de détendre l'atmosphère, ou au moins d'essayer. De le rendre un peu plus léger. « Ok », tu commences en haussant les les épaules. Tu tends le bras jusqu'à la poignée de la portière et ouvre cette dernière, ne manquant pas d'inviter Siam à l'intérieur d'un geste de la main. « Montre-moi comment tu te démerdes pour faire démarrer une bagnole sans les clés. J'te regarde. » Un sourire empli de malice étire tes lèvres alors que tu croises les bras pour admirer le spectacle qui promettait d'être hilarant. Et peut-être bien que c'était de ça que vous aviez tous les deux besoin. De ça, et de partir loin. Ensemble.

_________________

si loin de toi, un grain de poussière au combat. si loin de toi, un grain de poussière ici bas -----------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t761-cez-grain-d-poussiere-au-combat http://savethequeens.forumactif.com/t838-cez-comme-un-seisme En ligne
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: road crossing (cez)   

Revenir en haut Aller en bas
 
road crossing (cez)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mellindra Road, à votre service !
» Monday Night Raw # 32 - ROAD TO WRESTLEMANIA
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» Why Did The Chicken Cross The Road?
» Hit the road Jack (04/05 à 15h35)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: beautiful dirty rich-
Sauter vers: