Le Deal du moment :
Nike : Promotions Sur Les Chaussures, ...
Voir le deal
Le Deal du moment : -25%
Microsoft Manette Xbox One sans Fil + Câble pour ...
Voir le deal
44.99 €

Partagez

 

 (hot/hard) ho bisogno di te ora ± jabez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Joanne De Luca


Joanne De Luca


( libitina, maestro of ink )

/ avatar : Luanna Perez
/ crédits : la plus jolie des paillettes ♥ / gif+icons mine
/ autres personnages : alyah, amy, briannah, houna, marybeth, nana, nashandrä, peter.
/ nombre de messages : 910
/ cartes en main : 0
(hot/hard) ho bisogno di te ora ± jabez - Page 3 K6is
/ âge : 29
/ statut : "oui je le veux" prononcé avec un taux d'alcoolémie plus important que jamais. Promesses oubliées dès le lendemain lorsque la moitié s'est envolée. Amour se noyant dans le whisky, vœux déjà oubliés.
/ occupation : tatoueuse aux doigts de fée, tu piques sans relâche les épidermes qu'on t'offre.
/ zone du queens : un peu partout dans l'queens.
/ beau bordel : (hot/hard) ho bisogno di te ora ± jabez - Page 3 Giphy.gif?cid=790b76115d126c274179444e41219fea&rid=giphy


(hot/hard) ho bisogno di te ora ± jabez - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: (hot/hard) ho bisogno di te ora ± jabez   (hot/hard) ho bisogno di te ora ± jabez - Page 3 EmptyMer 31 Juil - 6:22



ho bisogno di te ora
jabez & annalisa

«C'est quoi la passion ? C'est une attirance irrésistible. Comme celle d'une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. » madeleine chapsal
T'aimerais te frayer un chemin de sa peau à ses veines, t'infiltrer en lui comme le fait une drogue ou un poison pour créer l'accoutumance. Parce que t'es bien accro, défoncée à ce zombie possédant chaque recoin de ta peau. T'aimerais le tenir tout contre toi, comme un otage que l'on ne laisse pas. Ton addiction étrange, celle qui se permet d'allumer se brasier en toi pour se contenter de l'observer brûler. Jamais, tu ne le laisseras te l'ôter. Ce feu sacré, venant rallumer ton brasier dans le creux de tes reins pour te sentir un peu plus vivante. Jamais, tu ne le laissera s'en aller ou bien te l'arracher. Il t'a contaminé, à infiltré tes paupières lorsqu'elles se retrouvent closes pour te tourmenter un peu plus. L'étrange addiction, celle dont tu ne te méfies pas. T'avais pourtant appris ta leçon depuis longtemps, pas vrai? L'une des mauvaises nouvelles est que l'un de vous est voué à perdre, restes à savoir lequel de vous deux il s'agira. Pour l'instant, tu te contentes de ce que t'as. Il te fait mal, autant que cette sambuca parcourant ton œsophage. Pourtant t'en redemandes, toi t'es du genre à aimer ça. Une chose est sûre, il faudra plus qu'un blizzard pour vous ébranler. Plus qu'un courant trop fort pour vous faire dévier. C'est pas ce que vous vous promettez ce soir?

Tu veux qu'il te donne ce que tu veux, ce que tu mérites. Une épaule face à l'adversité, une présence lorsque ta conscience se veut trop criante. Tu veux qu'il te donne tout, tout son être et toutes ses blessures. Tu veux qu'il s'offre à toi, comme tu le mérites et comme tu te montres prête à le faire. Parce que ton doigt se retrouve finalement libre de tout engagement, incapable seule pour le reste de ta vie. Parce que vous voilà, ce soir comme deux carcasses esseulées. Ce soir, vous jetez tout par les fenêtres car finalement vous trouvez dans vos opales une dernière raison de montrer les dents. Te voilà, regardant l'horloge compter ton temps avant que tu ne craques te soumettant entièrement à son bon vouloir. Parce qu'il est le seul à te comprendre, à vraiment vouloir savoir. Parce que ce soir, il a bien vu que ce n'est pas de sa faute si tu réagis de façon trop extrême parfois. T'es juste bien trop effrayée, bien trop horrifiée par cette réalité qui s'amuse à t'ôter les personnes nécessaires à ta vie une par une. Ça à commencé par Pierre, s'en suivit de votre enfant, pourquoi pas Jabez?

Et pourtant, tu peux le jurer que tu peux pas t'en empêcher. Petit à petit, de tomber amoureuse de lui. Tu retiens tes sentiments, ce n'est qu'un bleu, un apprenti. Certaines choses sont faites pour se réaliser, et tu ne rêves que de tenir sa main dans l'adversité. T'es prête à commettre le péché le plus mortel, prête à te damner pour l'éternité. Après tout, toutes les filles biens vont en enfer car dieu lui même possède des ennemis. Tu le vois te regarder, corps tendu offert à sa luxure. Tu l'as pourtant prévenu que ce jeu trouverait une fin mortelle. Parce qu'il devient ton diable et associé, se rangeant finalement de ton côté. Tu ne veux pas perdre de temps, ni lui gâcher le tiens. Il laisse retomber ton corps et commence à jouer. C'est fou comme tout prend sens lorsque tu te retrouves à ses côtés. Parce que tu es l'entité en laquelle il croit, féminine et impitoyable. Menant le monde, stricte sous tes canines de lionne acérées. Ta tête est un vrai bordel, plus rien ne te semble réel. Ça à toujours été lui, te redonnant le goût à la vie. Ça à toujours été lui, te donnant envie de te surpasser. Ça à toujours été lui, te donnant envie d'aller de l'avant en mordant la vie à pleine dents. Parce qu'entre ses doigts, tu te révèles être une véritable boîte de pandore. A la fois douce et docile, comme vengeresse et assoiffée de sang. Ce genre de chose qui ne se contrôlent pas, ne se maîtrisent pas.

Et pourtant, ce soir vos deux corps se mêlent. Fiers de cette étreinte parfaite, et s'il veut la vie tu lui donne la tienne. Sa main venant trouver tes cheveux humides et très certainement emmêlés pendant que son prénom cogne dans ta tête. Jabez, Jabez l’insoumis, Jabez l'affranchit. Tu pourrais bien crever de cette dernière danse que cela t'importerais peu. T'iras brûler les feux, noyer les fleuves, crever tes yeux. Chanter son prénom, changer les saisons s'il le veut. Parce que putain, pour lui t'es capable de tout. Décrocher les étoiles une à une pour lui offrir comme amuse gueule, brûler n'importe quelle nation. Vos grognements reprennent de plus belle lorsqu'il s'immisce en toi, t'ayant placé à quatre pattes sur ton matelas. De nouveau, tu ne réponds plus de rien te laissant uniquement bercer par les vas et viens dans lesquels vos corps viennent finalement se retrouver. Il y a ses lèvres, venant trouver place sur ton cou tandis que ses coups de reins se veulent invoqués comme un miracle, et qui veulent dire "Je t'en pries, t'arrêtes pas." une nouvelle fois. Vos gémissements s'entremêlent, espérant secrètement appartenir l'un à l'autre dans ce ultime besoin d'attention.

T'y crois presque, finalement pouvoir lui appartenir corps et âme lorsque sa voix vient se manifester entre deux râles de plaisir animales. Regardes donc ce que je fais de toi. Ne t'en remets jamais, promets moi. Cependant, ses dents viennent se planter dans ton épaule comme pour ne pas capituler fièrement. Tu n'en peux plus non plus, de ces allers et venus venant te secouer te menant tout droit jusqu'aux cieux élevés que l'on t'avait promis. Vos noms se retrouvent dans un énième cri de plaisir, déchirant la nuit. Peu importe les nuisances sonores, peu importe les ecchymoses apparentes le lendemain. "Tesoro mio..." que tu ne peux t'empêcher de souffler lorsque vos corps se retrouvent accolés l'un à l'autre savourant cette orgasme palpitant dans l'entièreté de vos corps secoués. Y'a plus de mensonges, c'est devenu quelque chose de grand. Un truc bandant, un truc dément. Vous reprenez vos souffles, l'encré se retirant pour que vos carcasses fatiguées tombent l'une tout contre l'autre. Jabez exténué, déjà endormi. Tu l'embrasses sur le front avec la tendresse du monde savourant cet instant béni. Cette instant où il n'appartient à toi et à toi seule. Ta main vient chasser tes lippes avant que tu ne viennes séparer vos corps amourachés. Regagnant la salle de bain d'un pas léger, tu viens vider l'eau stagnante de ce bain théâtre de vos confessions les plus intimes. Ton regard se pose sur ton alliance, reposant sur la vasque de marbre. T’avançant près du bijou sacré, tu viens l'ajouter au ras-le-cou ornant ta gorge. La douche t'appelle, comme un dernier effort avant de sombrer ton tour dans les bras de Morphée.

L'eau s'écoule contre toi, tes pensées se veulent vagabondes. T'es pas quelqu'un de bien encore moins une belle personne. Et pourtant, il y a des gens comme cet apprenti tordu prêt à t'offrir le bénéfice du doute. T'as un million de bonne raisons, pour que ça capote, ne fonctionne pas. Tant pis si ça te prend tout une vie, tu te battras bec et ongles pour cet espoir naissant. Pour ce regain de palpitant. L'eau s'écoulant une énième fois contre toi chasse tes idées noires, il n'est pas revenu pour rien. Il ne connaît trop que bien ce terrain ou le mal et la lumière s'affronte. Regagnant ton lit, encore trempée de cette douche rapide ton corps vient se coller tout contre celui du zombie endormi. Plus rien ne compte, ni tes mutilations, tes envies de suicide ou ta dépression. Pas besoin d'attendre tout une vie, t'as Jabez et ton cœur semble s'en être bel et bien éprit.

END
(c) DΛNDELION


@jabez krief (hot/hard) ho bisogno di te ora ± jabez - Page 3 3794924939

_________________
† devil on my shoulder telling me i’ll die soon i don't really want that to impact you. but i don't know, maybe i’m just paranoid. i just want the best for you,
I just want what's left of you.
Revenir en haut Aller en bas
 
(hot/hard) ho bisogno di te ora ± jabez
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS :: stories of dust and ashes :: boulevard of broken dreams :: versions #9 et #10 :: RPS-
Sauter vers: