Partagez

 

 once we can fly. (kurtoassian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité


avatar


Invité


once we can fly. (kurtoassian) Empty
MessageSujet: once we can fly. (kurtoassian)   once we can fly. (kurtoassian) EmptyMar 10 Juil - 22:21

les opales sombres se perdent dans le nuage d'étoiles qui crépitent au-dessus d'elles. le menton levé vers le ciel, bass soupire un bon coup. ce soir fait partie de ces rares soirées où bass n'a pas envie d'aller écumer les bars et les boîtes de nuit pour éviter de rentrer esseulé dans la colocation – ou de s'incruster chez la donzelle grivoise. ce soir, bass, il a plutôt envie de voir ses potes.
ouais, tous… sauf une.
elle est pas difficile à deviner, celle-là.
n'empêche que bass il a toujours pas accepté que noa s'incruste dans leur groupe de couillus. ils se débrouillaient bien avant qu'elle se pointe… surtout que bon, elle aurait pu se pointer et accepter de lui donner son délicat fessier. là ça aurait peut-être un peu plus matché entre eux. le souci, c'est que noa, c'est un peu comme un gars. c'est p'têtre pour ça qu'elle va si bien avec eux… c'est p'têtre pour ça qu'il arrive pas vraiment à la détester. parce qu'elle est pas si inintéressante, la gamine. parce qu'elle sait faire des trucs de ses dix doigts…
n'empêche que pour bass, y'aura toujours kurtis en premier, lilian en second et noa… en quarante-cinquième – avec beaucoup de mauvaise foi.
il sort une clope d'un paquet de cigarettes – beaucoup trop chères – de sa poche et l'allume en s'écorchant le pouce contre le zippo usé. il tire une taff et continue de scruter les étoiles à la recherche de la vérité. les souvenirs embrumés, le besoin de se tirer, bass est dans ces journées agaçantes qui sont moroses du début à la fin – un truc qui arrive rarement mais qui le démonte pour quelques jours.

sors de chez toi.

il envoie à kurtis et lilian. pas beaucoup plus de mots ; bass n'est pas loquace. et puis il analyse quelques instants son téléphone portable dernier cri, en se demandant ce qu'il fout vraiment de sa vie. et s'il ne devrait pas en envoyer un à noa.
il imagine déjà la scène.
« quoi, t'as pas envoyé un message à noa ? on fait quasi jamais de soirées sans elle. » et le regard plein de reproche de kurtis dardé sur le minois d'un bass je-m'en-foutiste. haussement d'épaules pour le nobody, un « j'avais pas envie » susurré du bout des lèvres. et kurtis qui se tourne quelques instants pour attraper son téléphone et dire à noa de se pointer, non sans jeter un regard noir à ce qui se rapproche quelque peu d'un meilleur ami – sans trop qu'on sache pourquoi.
alors bass, dans un soupir, il envoie l'même message à noa. et il rajoute un p'tit truc, rien que pour elle.

traîne pas.

dans sa tête, y'a même un « parce que j'voulais pas de toi » mais il le dit pas. au fond, c'est p'têtre pour ça qu'il l'aime pas vraiment, bass : parce qu'elle lui inspire des réactions. parce qu'au fond, c'est p'têtre qu'il l'aime bien et qu'il la respecte. sauf que bass, il sait pas comment on fait avec les filles. il sait pas comment être ami avec elles, quoi leur dire. surtout que noa ressemble en rien aux autres filles qu'il côtoie, hantées par les tenues à porter et de quel vernis nimber leurs ongles trop longs qui écorchent la peau.
papa il lui a pas appris le respect des femmes.
et winnie a achevé de le lui retirer le peu qu'il avait.
winnie qu'il a aimé un dingue pendant les affres insidieuses d'une adolescence compliquée, qui s'est retourné pour lui cracher qu'il n'avait pas de quoi s'exciter ; que c'était même pas franchement un bon coup, et qu'il la reverrait plus jamais.
son cœur à bass, il s'est attardé – sanguinolent – sous les talons aiguilles d'une winnie féminine et incisive.
alors bass continue de regarder les étoiles et de les compter, en priant tous les dieux – tous ceux en qui il ne croit pas – pour que ses potes ne le fassent pas trop attendre. tout faire plutôt que de se laisser noyer par les regrets, que de perdre son temps à regarder sa vie viciée et de se demander comment ça a pu foirer.
y'a des jours où bass il changerait pour rien au monde, où il s'aime tellement qu'on l'apparenterait sans déconner à narcisse. mais y'a ces moments comme là où bass il regarde le ciel ou la mer et qu'il s'perd – et se prend la tête – à s'dire qu'il ferait p'têtre mieux de se noyer. de disparaître. parce que c'est quoi sa vie, à part baiser ?
r i e n.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar


Invité


once we can fly. (kurtoassian) Empty
MessageSujet: Re: once we can fly. (kurtoassian)   once we can fly. (kurtoassian) EmptyMer 15 Aoû - 10:46

“ Oh, the boy's a slag, the best you ever had,
the best you ever had is just a memory ”
Je reçois un micro message, comme d'habitude avec Bass. Il est plus loquace face à un vagin que face à son tel. "sors de chez toi." J’exècre quand on emploie l'impératif avec moi, encore plus par écrit. ça m'donne envie de vriller devant mon écran et de dire avec un air faussement choqué "are you talking to me ?!"  Il le sait, mais il est comme ça, alors j'fais avec. Je comprends pas ce qu'elles lui trouvent les meufs. Son côté distant, probablement. L'envie de lui répliquer "nah" est si forte, que finalement je le fais. Je rajoute un petit smiley sourire bien hypocrite histoire de montrer que je déconne. Bien sûr que j'compte venir. Il m'énerve c'tout.

En ce moment il m'énerve.

Je me dirige vers mon placard et j'mets ma chemise à col mao, celle qu'on m'a offert pour mes dix-huit ans. Celle que j'porte quand je veux faire le beau. À ma droite, je me regarde dans le miroir. J'observe ma musculature naissante. Dure de se faire du pognon en même temps que des muscles. Je devrais trouver un p'tit travail qui allie les deux. Un travail bien masculin. Je suis sûr que Noa saura m'en recommander, elle s'y connaît mieux que moi. Ah ah. Sur cette petite réflexion j'passe vite fait à la salle de bain, me remettre les cheveux en place, me badigeonner de crème - ouais car j'aime être doux - et m'asperger de parfum. Enfin, du parfum pour qui ? Est-ce que Noa vient ? Est-ce qu'on va sortir ce soir ? Tant pis, c'est trop tard. Je veux pas trop me faire attendre, j'ai toujours peur de louper quelque chose, alors j'enfile la première veste que je trouve. J'sais pas si je dois prendre la voiture ou non, j'ai pas trop d'indications sur nos plans. On verra plus tard. Je rejoins à pied Bass, les écouteurs sur les oreilles, la musique à fond et les pensées qui se font désordres. Il me faut que quelques minutes pour enfin l'entrevoir. Je regarde autour de moi, pas de Noa, pas de Kurtis, je suis le premier à être arrivé. Le premier à voir Bass. Il a la gueule des mauvais jours. J'inspire et me lance vers lui avec un grand sourire.

Bha alors, on a le spleen aujourd'hui ?

Je lui assène une tape amicale dans le dos. En espérant que ça lui fasse un peu cracher le goudron qu'il aspire par la même occasion. Je reprends, toujours avec le même sourire à m'en déchirer la mâchoire.

T'sais la vie pourrait être pire, on pourrait avoir Donald Trump en président.
“ Jealousy, turning saints into the sea
swimming through sick lullabies ”
Revenir en haut Aller en bas


Noa Wilson


( écorchée de vivre )

/ avatar : dajana.
/ crédits : (ava) untamed swallow. (sign) uc.
/ nombre de messages : 2817
/ cartes en main : 1031
/ âge : 24
/ statut : sans attache, incapable de s'amarrer à un seul port.
/ occupation : passionnée de voitures et de vitesse, employée dans le garage de son oncle depuis qu'elle a quitté le lycée.
/ zone du queens : dans une des rares maisons de la haute, dans le queens effervescent.
/ beau bordel : straightaways are for fast cars. corners are for fast drivers.once we can fly. (kurtoassian) Original
☆ ☆ ☆
kurtis - lyes - anyone ?

once we can fly. (kurtoassian) Empty
MessageSujet: Re: once we can fly. (kurtoassian)   once we can fly. (kurtoassian) EmptyJeu 23 Aoû - 2:18

elle tourne comme un lion en cage noa. elle n'est pas une de ces filles d'intérieur qui se plaisent à effectuer tout un tas de tâches aussi ennuyeuses les unes que les autres. elle a besoin de bouger, besoin d'action. et elle était déjà comme ça le jour même où elle est née. elle en a fait voir de toutes les couleurs à ses géniteurs, mais aujourd'hui la tendance semblait s'inverser. et à leur tour, ils la rendaient chèvre. que ce soit avec leur religion, leurs principes ou bien même leur mariage arrangé. alors comme elle le faisait si bien, elle se dressait face à eux noa. et jamais, elle ne courbait l'échine. ils se fatigueraient avant elle, voilà des années déjà qu'elle s'en était fait la promesse. puis y'a son portable qui vibre et qui la sort de ses allers-retours répétitifs et pourtant tellement inutiles. elle se jette presque dessus et découvre que le message vient de bass. immédiatement, elle tire à moitié la gueule, c'était pas le plan qu'elle s'était imaginé. pendant le quart de seconde qui avait suffit à ce qu'elle s'empare de l'appareil. branchée sur six mille volts en permanence, elle ne vivait pas sa vie moins rapidement et son esprit avait écopé lui aussi de tout autant de vivacité. elle lit déjà le contenu quand un nouveau sms s'ajoute à son écran. celui-là même qui lui hérisse le poil. elle aurait pu lui sauter à la gorge s'il s'était trouvé face à elle. parce qu'elle n'avait jamais accepté qu'on lui dicte sa conduite, et que ça passait encore moins bien quand ça venait de lui. pendant quelques minutes, elle hésite entre des "si j'veux", "j'suis pas ton chien, "ta gueule" et tant d'autres jolies phrases qui lui venaient si naturellement et si tendrement quand elle s'adressait à lui. mais elle se ravise bien vite, pas décidée à se rabaisser à son niveau. pour l'heure du moins, la nuit était encore pleine de surprises. prenant son mal en patience, elle attrape une veste et descends jusqu'à la porte d'entrée, en prenant bien soin d'ignorer les questions qu'elle jugeait toujours trop intrusives de sa mère. elle était majeure et vaccinée, elle n'avait plus de compte à rendre à personne. encore moins à quelqu'un qui tentait de lui imposer sa vie et ses choix. la délivrance arrivée, elle traverse le perron et ne met pas bien longtemps à tomber sur kurtis et sa démarche reconnaissable entre mille, même si elle ne savait aucunement pourquoi ni comment la qualifier. on est fait l'un pour l'autre toi et moi, on est même branché sur le même horaire. elle plaisante alors qu'elle lui emboîte déjà le pas quand il arrive à sa hauteur. un peu de compagnie ne serait pas de trop pour lui permettre d'éviter d'aller chercher des noises dès son arrivée. elle n'allait pas déjà se donner si mauvais genre, si ? son humeur le déciderait pour elle.
leurs pas simultanés les menèrent rapidement jusqu'à lilian et bass. si elle était toujours heureuse de retrouver le premier qu'elle gratifia d'un grand sourire et de son intérêt en prime, ça va ? ce n'était jamais le cas pour le second, qui ne se gênait pas pour lui rendre la pareille cela dit. en son for intérieur, elle espérait que lilian n'ait pas eu à supporter la désagréable compagnie de nobody trop longtemps. elle ne souhaitait ça à personne, même pas à son pire ennemi. et même si ce ressentiment à son égard était plus que décuplé par l'entrain qu'il mettait à lui pourrir l'existence. le reste, elle s'en fichait pas mal. et merci pour ton message personnalisé bass, je sais combien tu crèves toujours d'envie de me voir mais que tu sais pas comment me le dire. ce fût plus fort qu'elle, il fallait qu'elle fasse une réflexion à ce propos puisque ça l'avait agacé, et qu'elle disait toujours ce qu'elle pensait. tu partages tes clopes au moins ? tant qu'elle aurait les lèvres occupées, ça lui éviterait de piailler pour rien. ou surtout après quelqu'un qui ne méritait pas autant d'attention. et puis les étoiles étaient si belles ce soir, si seulement elle pouvait s'y perdre, elle en oublierait tout ce qui n'était que secondaire.

_________________
i live my life a quarter mile at a time. nothing else matters. for those ten seconds or less, i'm free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t5111-late-night-drives-noa http://savethequeens.forumactif.com/t122-drive-it-like-you-stole-it-noa


Kurtis McDonald


( le bigmac d'la street )

/ avatar : reece king.
/ crédits : heresy/avatar, moi/sign.
/ autres personnages : betsi (n.peltz), brynn (n.o'neil), cez (j.o'connell), sage (c.desjardins), tad (a.piper).
/ nombre de messages : 5972
/ cartes en main : 25
/ âge : 24
/ statut : véritable bras cassé.
/ zone du queens : queens effervescent.
/ beau bordel :

once we can fly. (kurtoassian) Empty
MessageSujet: Re: once we can fly. (kurtoassian)   once we can fly. (kurtoassian) EmptySam 8 Sep - 21:11

kurtoassian / once we can fly /

Ce soir Kurtis, tu te fais chier. Tu sais pas quoi foutre de tes dix doigts et y'a clairement rien qui te fait envie. Alors tu t'adonnes à l'une de tes plus grandes passions : tu glandes. Tu bouines devant la télé, tu fais des jeux sur ton téléphone, tu vas roupiller un petit quart d'heure. Autant dire que c'est sympa mais que c'est pas l'ambiance de folie non plus. Alors c'est vrai que quand tu reçois le message de Bass, t'as envie de remercier le seigneur - ou quiconque avait eu le pouvoir de rendre ton pote utile au moins une fois dans sa vie.

-- from : bass
sors de chez toi


-- to : bass
tu fais chier ptn, j'avais plein de trucs à faire.

Comme un con, tu te la joue ministre pour pas qu'il sache qu'il venait littéralement de sauver ta soirée. Le Nobody, il a déjà un ego suffisamment développé, inutile d'en rajouter. Tu ne te fais toutefois pas prier pour enfiler des fringues (mauvaise habitude de traîner chez toi en caleçon oblige), et de te tirer de chez toi sans même prendre la peine d'en avertir Kenny qui devait être en train de se fumer un pétard dans sa piaule. Pour un peu, il ne remarquera même pas ton absence (parce que pour ça, il aurait fallu qu'il remarque ta présence pour commencer). Mais c'est pas comme si vous étiez du genre à vous mêler mutuellement de vos vies alors en toute honnêteté, tu t'en fiches royalement. Par pure flemme, tu choisis l'ascenseur qui te mène tout droit aux grandes portes du hall que tu franchis finalement pour rejoindre Bass. Néanmoins, c'est une silhouette beaucoup plus féminine qui apparaît subitement à tes côtés, et tu ne tardes pas à reconnaître Noa, même sans détourner le regarde une seule seconde. « On est fait l'un pour l'autre toi et moi, on est même branché sur le même horaire. » Tes pieds s'ancrent dans le sol, et tu pivotes automatiquement vers la jolie brune à qui tu te permets d'adresser un regard interrogateur. L'une de tes mains vient claquer sans aucune délicatesse contre son front, et tu attends ainsi quelques longues secondes avant de te prononcer enfin. « Ah ouais c'est bien ce que je me disais... t'as d'la fièvre toi. » Tu reprends la marche presque immédiatement avant qu'un rire sarcastique ne s'échappe de tes lèvres. « Il est encore temps de retourner te coucher, j'suis pas très bon pour jouer les garde-malades. » A vrai dire, t'es bon pour pas grand chose, Kurt. Mais ça, on passera dessus. T'enchaînes les pas aux côtés de la petite Wilson jusqu'à retrouver vos deux comparses qui semblaient déjà en pleine discussion. A priori, il y en avait un qui tirait la gueule plus que l'autre, et ça expliquait sans doute ce rendez-vous improvisé (encore que, ce genre de retrouvailles étaient devenu votre quotidien). « Eh mais t'es sérieux Bass ? Souris s'te plaît, j'ai mis en branle tout mon emploi du temps juste pour ta sale gueule alors fais au moins semblant d'être heureux. » Encore un mensonge qu'ils n'avaleraient pas. Aucun des trois. Toi, t'as toujours pas passé le stade de l'adolescent primaire malgré tes vingt-trois piges alors à part glander devant des programmes télé débiles, faire des jeux d'abrutis sur ton téléphone ou te toucher devant des vidéos trop peu catholiques, tu n'avais absolument rien à faire de tes dix doigts. Ou en tout cas, jamais pire que ça. Dans le silence le plus complet, tes yeux se perdent vers le firmament. « C'est quoi le programme ? Suivre la grande ours et voir où ça nous mène ? » T'éclates de rire comme un pauvre con avant de porter de nouveau ton attention sur le trio infernal. Vous seriez bien mal barrés gamin, t'es même pas capable de discerner une véritable étoile des phares d'un avion.

_________________

- m o t h a f u c k a z all know who i am /
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t66-kurt-mothafuckaz-all-know-who-i-am http://savethequeens.forumactif.com/t5236-kurt-big-mac En ligne
Invité


avatar


Invité


once we can fly. (kurtoassian) Empty
MessageSujet: Re: once we can fly. (kurtoassian)   once we can fly. (kurtoassian) EmptyJeu 20 Sep - 22:33

ils viennent tous d’arriver au compte-goutte, et ses potes le font déjà chier. surtout que bass a sciemment ignoré les divers messages – toujours plus agréables les uns que les autres – en réponse aux siens. en temps normal, p’têtre que bass se serait mis à s’marrer comme un con – kurtis occupé, et puis quoi encore ? – mais ce soir, c’était différent. ce soir, il avait l’cœur lourd et pas la patience de jouer aux cons.
Bha alors, on a le spleen aujourd'hui ?
léger grognement en réponse à lilian. c’est sa façon à bass de lui dire un « fais pas chier ».
T'sais la vie pourrait être pire, on pourrait avoir Donald Trump en président.
et finalement, y’a p’têtre les prémices d’un sourire – timide, de mauvaise foi – qui lui grignote les lèvres, lui titille les muqueuses. (glamour).
- tu trouves pas que j’ferais un bien meilleur président ? j’suis plus beau gosse déjà. et j’ai rien contre les mexicains.
haussement d’épaules, p’tit regard en biais à lilian pour voir s’il va marcher, vouloir déconner un peu avec lui. parce que c’est un peu tendu entre eux, parce que lilian fait chier pour rien et que noa change tout entre eux. que noa sait tout sur lilian, que bass a le sentiment de perdre ses parts du marché et n’apprécie pas la concurrence.
et finalement, y’a noa qui arrive. bass serait presque tenté de grogner encore une fois, et son moral s’assombrit encore davantage en entendant les mots de la brune. « ça va ? » pour lilian, et c’est à peine si elle ne lui dresserait pas haut son majeur à lui. lui aussi il s’retient de peu de le faire. ils sont p’têtre pas censés le savoir, mais c’est pas le genre de jour à l’emmerder. ptain, quelle bande de cons ! ils pourraient pas être un peu sympas avec lui pour une fois ?
et merci pour ton message personnalisé bass, je sais combien tu crèves toujours d'envie de me voir mais que tu sais pas comment me le dire.
petit sourire sardonique, un de ces sourires genre « haha t’as bouffé un clown toi non ? » sans joie aucune.
tu partages tes clopes au moins ?
haussement d’épaules quand il balaie du regard le corps de la gamine wilson.
- et toi, tu partages ton cul ?
et bass se tourne ensuite vers kurtis. une chose à la fois, il arrive pas à se concentrer sur tout le monde en même temps. n’empêche que dans le même temps – p’têtre pour faire preuve de bonne foi, p’têtre parce qu’il a déjà envie de se barrer face à tant d’hostilité, même s’il l’a cherché – il tend le paquet de clopes à noa et son zippo.
« Eh mais t'es sérieux Bass ? Souris s'te plaît, j'ai mis en branle tout mon emploi du temps juste pour ta sale gueule alors fais au moins semblant d'être heureux. »
p’tain, il est con kurtis. mais grâce à sa remarque débile, y’a un vrai sourire qui étire ses lèvres à bass et y’a même son cœur qui semble plus léger.
- pardon monsieur le ministre.
il suppose que noa a fini d’se servir pour s’incliner bien bas dans une position théâtrale au possible.
« C'est quoi le programme ? Suivre la grande ours et voir où ça nous mène ? »
il hausse les épaules – encore une fois – parce que bass a pas franchement d’idées sur ce qu’ils pourraient faire. les idées, c’est jamais son truc d’façon. bass, il avait juste envie – p’têtre besoin – de les voir… mais ça, ça lui arracherait la gueule de le dire.
- j’propose qu’on essaie de perdre noa dans le queens.
il lance son coude dans les côtes de l’intéressée – sans violence, juste en mode déconne et taquin – en espérant qu’elle lui adressera un de ces fameux regards noirs pour qu’ils se perdent dans cette relation de chien et chat qui a débuté y’a des années. se fighter verbalement avec noa, faire des conneries avec kuku et lilian, y’a qu’ça de vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar


Invité


once we can fly. (kurtoassian) Empty
MessageSujet: Re: once we can fly. (kurtoassian)   once we can fly. (kurtoassian) EmptyMer 3 Oct - 21:08

“ Oh, the boy's a slag, the best you ever had,
the best you ever had is just a memory ”

J'esquisse une moue approbatrice à sa réponse. C'est sûr qu'il est beau gosse, faut bien pour attirer autant les nanas, et c'est un plus qu'il soit pas contre les mexicains, sachant qu'ils sont plutôt nombreux par ici. Je ne réplique pas, puisque Noa et Kurtis arrivent au même moment. Noa est la première à prendre la parole dès qu'elle lève les yeux sur Bass, pour lui lancer le début de leur danse de sarcasmes et de puérilités. Ces échanges m'amusaient, au départ, mais, à cause du comique de répétition, je suis lasse. Je soupire une fois de plus lorsque Bass lui ascèse "Et toi, tu partages ton cul ?", hum comme c'est charmant d'entendre ça, depuis seulement deux minutes où j'suis présent. J'y ajoute de mon petit commentaire en roulant des yeux, incapable de rester indifférent, les bras ballants.

Toutes les femmes ne veulent pas de Bass mais Bass veut toutes les femmes...

Je pense que ce qui résume le plus notre ami, lui-même doit être en accord avec moi. Mon attention se rapporte sur la venue de mon acolyte de connerie attitré : Kurtis. Le seul à détendre l'atmosphère et à mettre à l'aise tout le monde. D'ailleurs, dès sa première phrase, il fait sourire à nouveau le brun et moi même par la même occasion, à cause des conneries qu'il déblatte. J'adore ce type, putain, je sais pas d'où ça lui vient toutes ses phrases...Il poursuit en demandant la suite du programme, ne perdant pas de temps pour se distraire. Je me balance sur place en réfléchissant à une idée, quelque chose d'un peu original, qui change, vu qu'on s'est pas vu depuis longtemps. J'ai aucune idée, sauf faire des soirées. Dans ma tête y'a que ça, des rave, des concerts, des festivaux...Heureusement, Bass vient à notre rescousse, c'est quand même lui qui a organisé le truc, il a peut-être une idée derrière la tête. Ah bha non. Perdre Noa dans le queens. Je bats des cils, sautant sur l'occasion pour défendre ma petite soeur de coeur avec humour. Enfin, humour est bien grand terme.

J'ai une meilleure idée, pourquoi pas balancer les clopes de Bass dans l'East River ? Genre on fait deux équipes, une qui doit essayer de l'empêcher et l'autre qui doit l'y mettre.

Ma proposition n'a pas l'air de faire fureur. Je rajoute, donc pour pas qu'un petit rire gêné s'installe entre nous.

...Ou sinon on peut aussi participer à une lutte de boue, comme ça on peut lancer des paris genre, Kurtis contre Noa, qui gagne ? Moi perso j'suis pas sûr du résultat

Parce que je sais pas si quelqu'un a déjà vu les muscles de Noa mais c'est quand même impressionnant, pas que je pense que Kurtis  n'a pas de muscles, hein, juste qu'on sait jamais, parfois les filles ont l'avantage. Je lance donc ce mini-débat, l'air de rien, complètement innocent et ne voulant foutre aucune merde.



“ Jealousy, turning saints into the sea
swimming through sick lullabies ”
Revenir en haut Aller en bas


Noa Wilson


( écorchée de vivre )

/ avatar : dajana.
/ crédits : (ava) untamed swallow. (sign) uc.
/ nombre de messages : 2817
/ cartes en main : 1031
/ âge : 24
/ statut : sans attache, incapable de s'amarrer à un seul port.
/ occupation : passionnée de voitures et de vitesse, employée dans le garage de son oncle depuis qu'elle a quitté le lycée.
/ zone du queens : dans une des rares maisons de la haute, dans le queens effervescent.
/ beau bordel : straightaways are for fast cars. corners are for fast drivers.once we can fly. (kurtoassian) Original
☆ ☆ ☆
kurtis - lyes - anyone ?

once we can fly. (kurtoassian) Empty
MessageSujet: Re: once we can fly. (kurtoassian)   once we can fly. (kurtoassian) EmptyDim 14 Oct - 19:52

elle ne sait plus très bien si elle est heureuse de cette intervention divine et nocturne noa. pour plus de la moitié, elle l'est à coup sûr. pour ce qu'il restait, ça dépendrait de l'ambiance et de l'humeur générales. il n'y avait jamais eu aucun code, ni aucune certitude à ce niveau, tout était une question de timing et elle ne tarderait pas à prendre la température. et comme pour accentuer la longueur d'ondes sur laquelle ils semblaient tous les deux naviguer d'un même rythme, kurtis s'emploie à estimer son degré de fièvre. ah ouais c'est bien ce que je me disais... t'as d'la fièvre toi. elle fronce des sourcils avant de lever les yeux au ciel en entendant la conclusion de l'entreprise. il est encore temps de retourner te coucher, j'suis pas très bon pour jouer les garde-malades. il n'en manque jamais une franchement, maître dans l'art de la connerie. elle savait pertinemment qu'elle ne devait pas s'attendre à un semblant d'échanges intelligents et philosophiques en compagnie de ces gars. mais les recherchait-elle vraiment d'ailleurs ? c'est gentil de te soucier de ma santé mais j'suis au top de ma forme. prête à mordre le premier qui osera me défier. un fin sourire s'immisce sur ses lèvres alors qu'elle le juge prévenu. il ne pourrait pas venir lui reprocher quoique ce soit si elle perdait son sang froid dans les minutes, voire les heures à venir.
l'unique présence de kurtis laisse place aux retrouvailles avec les autres. et il semblerait que bass ne soit pas décidé à se montrer sous son meilleur jour. super, la nuit allait encore être longue et mouvementée. elle soupire en faisant l'état de la situation et elle éclate de rire quand kurt le tacle à ce sujet. par instant, elle se plaisait à se tenir à l'écart pour les écouter se voler dans les plumes, ça valait tellement le détour. ils étaient à puissance égale et ça lui apportait toujours de beaux matches à contempler d'un oeil averti. quand il a finalement fini, ce sont les étoiles qui lui happent le regard et l'esprit. c'est quoi le programme ? suivre la grande ours et voir où ça nous mène ? elle hausse les épaules parce qu'ils n'ont pas tous besoin qu'on leur montre le chemin. elle l'a trouvé le sien par exemple. peut-être bien que kurtis aussi, même s'il peine un peu plus à emprunter la bonne route qui le mènera là où il l'espérait. quant à lilian, il avançait, il reculait puis dérapait parfois mais il tentait sa chance. en vérité, celui qui avait faux sur toute la ligne, c'était bien bass étrangement. c'était pour lui qu'une main tendue ne serait pas de refus. elle se retient pourtant de dire ce qu'elle pense pour une fois, il le savait déjà trop bien après tout. peut-être qu'elle estimait l'avoir assez attaqué sur le sms qui ne lui avait pas plu aussi. inutile de rabâcher ce que tout le monde savait déjà pendant des heures. à la place, elle préfère lui réclamer une clope. qu'il fasse un geste pour elle pourrait l'aider à la mettre en veilleuse, qui sait ? et toi, tu partages ton cul ? elle se retourne vers lui pour le fusiller du regard quand une telle réplique arrive jusqu'à ses oreilles. je t'emmerde bass. elle dit tout en s'emparant d'une clope et du briquet, qu'elle replace presque aussitôt. toutes les femmes ne veulent pas de bass mais bass veut toutes les femmes... et quand lilian s'en mêle, elle adore ça noa. that's my buddy ! en plus d'un clin d'oeil appuyé pour celui qui se rangeait de son côté, même si elle ne doutait pas du fait que kurt aurait été dans les rangs lui aussi. laisse-le se fatiguer, il adore ça. elle a la malice sur les lèvres, elle a envie de rire à chaque seconde qui passe la brune. j’propose qu’on essaie de perdre noa dans le queens. et c'est encore la voix de bass qui s'élève pour proposer son idée afin d'occuper la nuit à venir. elle roule des yeux avant que lilian apporte son grain de sel à l'exercice. j'ai une meilleure idée, pourquoi pas balancer les clopes de bass dans l'east river ? genre on fait deux équipes, une qui doit essayer de l'empêcher et l'autre qui doit l'y mettre. ça la surprend un peu de les observer aussi prêt à se défier à chaque minute qui passe. il y avait vraisemblablement encore un malaise entre eux. elle avait pourtant essayer de leur dire de se parler, mais le résultat n'était pas là. ...ou sinon on peut aussi participer à une lutte de boue, comme ça on peut lancer des paris genre, kurtis contre noa, qui gagne ? moi perso j'suis pas sûr du résultat. elle rit d'avance noa parce que les idées de son pote sont grandioses. elle sauterait bien à pieds joints dans le plat pour prouver à quel point elle était prête à s'allier à ses plans. personnellement, si on me demande, j'suis plus d'avis de tenter les idées de lilian. elle précise en haussant les épaules parce qu'elle sentait déjà qu'on allait lui dire le contraire, qu'on lui avait rien demandé ou autre chose du même genre. elle était rodée depuis plusieurs années déjà alors autant anticiper. après, vous faîtes ce que vous voulez, mais décidez-vous ou j'vous chante 'notre père'. elle ne le connaissait même pas à part quelques bribes de phrases et elle n'avait aucune envie de se lancer là-dedans. cependant, elle avait le sentiment que ça les presserait un peu et toute aide était toujours bonne à prendre. bon, et elle nous fait quoi la dramaqueen ? elle voit bien que nobody fait la tronche, pas qu'il affiche un sourire radieux en temps normal, ce ne serait pas du tout lui, mais il semblait encore plus irritable qu'à l'accoutumée. dans l'attente, elle tire une taffe ou deux de la clope gracieusement offerte par bass, en regardant ses acolytes à tour de rôle. elle attend le feu vert, elle attend les instructions, afin de faire fumer le queens. même de nuit, surtout de nuit.

_________________
i live my life a quarter mile at a time. nothing else matters. for those ten seconds or less, i'm free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t5111-late-night-drives-noa http://savethequeens.forumactif.com/t122-drive-it-like-you-stole-it-noa


Kurtis McDonald


( le bigmac d'la street )

/ avatar : reece king.
/ crédits : heresy/avatar, moi/sign.
/ autres personnages : betsi (n.peltz), brynn (n.o'neil), cez (j.o'connell), sage (c.desjardins), tad (a.piper).
/ nombre de messages : 5972
/ cartes en main : 25
/ âge : 24
/ statut : véritable bras cassé.
/ zone du queens : queens effervescent.
/ beau bordel :

once we can fly. (kurtoassian) Empty
MessageSujet: Re: once we can fly. (kurtoassian)   once we can fly. (kurtoassian) EmptyLun 15 Oct - 19:34

kurtoassian / once we can fly /

C'est pas que t'aime pas être présent pour tes potes quand ils vont mal Kurt (c'est même tout le contraire), mais quand même ce soir, Bass, il abuse. T'as cru que la soirée s'annonçait enfin intéressante et que ce rendez-vous improvisé allait te sortir de l'aspect ennuyeux à mourir de tes plans à venir. Mais au lieu de ça, t'es confronté à un Nobody qui tire la gueule comme si l'on venait de lui annoncer qu'il ne pourrait plus se taper de meuf de toute sa vie. Heureusement que Lilian et Noa semblent plus enclins à sourire. Peut-être que Bass à oublié que c'était gratuit, t'en sais rien. Mais apparemment pas les méchancetés. « J’propose qu’on essaie de perdre noa dans le queens. » Vu de l'extérieur, ça aurait pu être pris pour une vanne tordante. Sauf qu'il s'agit de Bass, et que toute pique allant de lui à Noa était le reflet de ses pensées les plus sincères. Aussi, tu ne réponds rien dans l'immédiat et te contentes de lancer un regard à Noa de manière à vérifier si vous alliez ou non échapper au carnage ; un carnage qui consistait à l'une ou l'autre des choses suivantes : soit elle se mettait à chialer (peu probable), soit elle montait dans les tours (très probable). Par chance, ce n'était manifestement pas pour tout de suite et peut-être bien que c'est à Lilian que vous devez ce béni miracle puisque c'est lui qui reprend finalement la parole pour contrer les idées saugrenues de Bass. « J'ai une meilleure idée, pourquoi pas balancer les clopes de bass dans l'east river ? Genre on fait deux équipes, une qui doit essayer de l'empêcher et l'autre qui doit l'y mettre. » Tu relèves légèrement la tête, feignant d'être particulièrement intéressée par la proposition, mais il ne te suffit pas de plus de quelques secondes pour te raviser, haussant finalement les épaules pour signifier que ton enthousiasme était déjà redescendu (si tant était qu'il ait déjà décolle - ce qui, de toute évidence, n'était pas non plus le cas). « C'est d'la merde les jeux d'équipe ! », tu t'exclames d'un coup en balançant tes bras dans tous les sens pour le côté dramatique de la chose. « Personne veut jamais s'mettre avec Bass, il est trop con », tu railles pour tout explication. Le pire dans tout ça, c'est que cette théorie se vérifierait sans doute davantage ce soir, à en juger par la tête d'enterrement qu'arborait ton pote ; il n'était visiblement pas décidé à faire preuve de bonne volonté pour paraître un minimum plus agréable. De ce fait, l'idée n'était définitivement pas la meilleure, quand bien même Noa semblait emballée. Quoi que les avis demeuraient pour le moins divisés. Même toi t'es pas totalement en accord avec toi-même, Kurt. Parce que quand Lilian balance une seconde proposition, tu te dis que la première n'était en fait pas si mal, malgré les risques. « Ou sinon on peut aussi participer à une lutte de boue, comme ça on peut lancer des paris genre, Kurtis contre Noa, qui gagne ? Moi perso j'suis pas sûr du résultat. » L'un de tes majeurs s'élève dans les airs à l'intention de ton pote. « Envoie seulement Noa, la boue c'est bon pour la peau. Elles font ça les filles, non ? » Tu secoues la tête et reprends la paroles avant-même de laisser à la jeune femme le temps d'aligner deux mots. « Ah bah non j'suis con, tu peux pas savoir. » Tu retiens un rire de ne pas se faire la malle hors de tes lippes, et bon Dieu c'que c'est compliqué. D'ailleurs en parlant de bon Dieu, Noa ne tarde pas à le mettre sur le tapis jusqu'à ce qu'il devienne la menace n°1. « Personnellement, si on me demande, j'suis plus d'avis de tenter les idées de Lilian. Après, vous faîtes ce que vous voulez, mais décidez-vous ou j'vous chante 'notre père'. » Et honnêtement, tu la mettrais bien au défi la gamine, parce que tu mettrais ta tête à couper qu'elle ne connaissait même pas le quart de ces conneries. C'est pas son truc à Noa. « De toute façon toi on t'déposes en chemin. A l'église. » Tu ris de manière franche avant de lui asséner un coup d'épaule amical. Ouais, c'est surprenant mais c'est comme ça avec toi Kurtis : personne n'a le droit de s'en prendre à la brune ou tu mords. Personne... sauf toi. Toi, t'as le droit de te foutre d'elle. C'est ça les règles McDonald. Et puis se foutre de la gueule de Bass, ça aussi c'est autorisé. C'est même conseillé. Alors, quand la Wilson s'y met, tu ne peux t'empêcher de la suivre sur ce terrain. « Bon, et elle nous fait quoi la dramaqueen ? » Comme pour appuyer son questionnement, ton attention dérive sur Bass que tu fixes alors avec insistance de manière à lui signifier qu'elle n'était pas la seule à être intéressée par la réponse. T'as traîné ton cul jusqu'ici pour sa gueule (bon ok, officieusement, c'est surtout pour toi), alors il était temps pour lui d'assumer d'être sur le devant de la scène.

_________________

- m o t h a f u c k a z all know who i am /
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t66-kurt-mothafuckaz-all-know-who-i-am http://savethequeens.forumactif.com/t5236-kurt-big-mac En ligne
Invité


avatar


Invité


once we can fly. (kurtoassian) Empty
MessageSujet: Re: once we can fly. (kurtoassian)   once we can fly. (kurtoassian) EmptySam 27 Oct - 20:19

c'est un tel déferlement d'animosité qui accueille bass qu'il est bien tenté de leur foutre son majeur au cul tour à tour – à la queue leu leu – et de se barrer en les insultant de tous les noms. il envisage pendant un quart de secondes – p'têtre un peu plus – de foutre son poing dans la gueule de lilian pour régler les tensions qui subsistent entre eux, mais force est de constater que ça niquerait la soirée.
au final, y'a aucune bonne solution : continuer à se faire défoncer verbalement par chacun de ses "potes" ne lui plaît que moyennement. alors il ignore leur conversation, se fout même un peu à l'écart. franchement, à quoi ça sert de les appeler alors qu'il a un coup de blues, si c'est pour qu'ils le foutent au 46ème dessous en deux secondes ? nickel les potes.
bass, depuis tout ce temps, il s'était dit qu'ils s'étaient habitués à lui. au fond, il en est plus tellement certain. p'têtre que tout ce temps, ils ont fait semblant. p'têtre qu'ils attendent que ça que bass se lasse de lui-même et arrête de squatter avec eux. p'têtre que bass les emmerde depuis le premier jour.
c'est p'têtre pour ça que kurtis arrive pas à être satisfait avec la présence de bass seulement. pour ça qu'il a besoin qu'y'ait toujours cette débile de noa qui s'mêle à la fête, et lilian le fdp. il les laisse jacasser, mais il en a bien marre ; y'a la soupape qui va pas tarder à exploser.
bon, et elle nous fait quoi la dramaqueen ?
t'sais quoi? la dramaqueen elle commencerait bien à t'enc…
il se mordille la lèvre inférieure avant de balancer tous les vilains mots assassins qui affluent dans sa tête.
- t'sais quoi ? la dramaqueen, elle pense bien qu'elle va vous laisser tous les trois comme les connards que vous êtes, si elle vous fait tellement chier.
il montre son majeur et tourne les talons.
- vous commencez à me les briser sévère à toujours me tacler. j'suis pas un punching ball. si vous savez pas m'apprécier comme je suis, allez vous faire foutre.
il avance en direction de nulle part, et se fiche comme d'une guigne que ses trois acolytes le suivent. bass en est arrivé à un point où il est saoulé de tout, et où il a l'impression de pouvoir compter sur personne.

hs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar


Invité


once we can fly. (kurtoassian) Empty
MessageSujet: Re: once we can fly. (kurtoassian)   once we can fly. (kurtoassian) EmptyMar 18 Déc - 16:06

“ Oh, the boy's a slag, the best you ever had,
the best you ever had is just a memory ”

Kurtis lance que c'est de la merde les jeux d'équipe. Je peux pas le contredire. Moi-même je sais que ce que j'ai proposé c'était grave de la merde et j'en ai honte, mais j'devais dire un truc, alors j'ai dit les premiers trucs qui me venaient à l'esprit. Faut me remercier que ce soit pas "aller voir des stripteaseuses" ou "regarder une vidéo ASMR". Il poursuit que de toute manière personne voudrait se mettre avec Bass car il est trop con. ça a le mérite d'être claire. Je me retiens d'éclater de rire et me contente de mordre mes lèvres. J'aimerai bien défendre Bass mais faut dire c'est tellement marrant de le voir faire sa drama queen et s'énerver... Puis, on est plus à ça près. Je propose devant le bide de ma première idée, la seconde. un combat de boue entre Noa et Kurtis. Juste d'imaginer ça j'ai déjà envie de me mettre à pleurer de rire. Faut dire que Nono est quand imposante et Macdonald bien qu'il ne soit pas un gringalet je le vois pas se battre. Genre clairement pas. Il est trop mignon ce gars, même quand il s'énerve j'ai envie de lui tirer les joues. Noa fait l'effort de rire et même de glisser qu'elles pourraient les tenter mes idées. Même si ce ne l'a pas convaincue outre mesure, je souris à pleine dent, gonflant ma poitrine, heureux comme un paon d'avoir l'approbation féminine. La seule approbation qui compte. Kurtis lui, la moins bien prit vu que son majeur est levé dans ma direction depuis trente secondes. Je le regarde en papillonnant des cils en mode "ben quoi", c'est une idée qui soulève un débat intéressant. Il lance dans ma direction qu'il faut plutôt y envoyer Noa seule vu que la boue c'est un truc de filles, sauf qu'elle peut pas savoir, ben non car c'est un garçon manqué, ah.ah. Je le dévisage longuement, imitant les pimbêches qui jugent et finit par lui déclarer en claquant ma langue contre mon palais.

Tu vas voir si c'est un truc de fille mon pote, quand t'auras une peau de bébé et que les nanas viendront te caresser en mode "quelle douceur" tu repenseras à ce que tu viens d'me dire. La boue ça a plein de bien fait thérapeutique...

Eh ouais, on dirait pas comme ça mais c'est vrai. Ils peuvent me juger je m'enfous. J'ai déjà fait un bain de boue dans un spa et je peux garantir que j'étais pas le seul mec à le faire car y'avait aussi mon père, mes frères et j'en passe donc ça va s'calmer sur les préjugés. Connaisseur tout ça. Voyant qu'on se décide pas Noa finit par déclarer qu'elle va nous chanter "notre père" si ça contenue. Je la regarde d'un coin de l'oeil curieux, curieux car je sais même pas ce que c'est cette chanson...Jamais entendu. Ce monde chrétien est une part d'elle mais qu'elle ne dévoile pas souvent. Je reste muet, pendant que notre comique préféré lui lance que de toute manière elle, on la dépose à l'église. Il rit franchement et cette fois-ci je ne peux que le rejoindre de bon coeur. Je rajoute, moqueur.

Faut pas la laisser là-bas sinon elle va finir nonne, mariée à Jesus.

.
Je l'imagine alors avec la tenue des nonnes, là. Quelle barre. Je lance un regard à Bass, mais lui demeure dans ses pensées. C'est peine s'il nous regarde. Je vais pour lui demander si y'a un problème mais Nono me coupe. C'est vrai que c'est bizarre, ça ne lui ressemble pas d'être comme ça. Peut-être qu'on a manqué un truc, qu'on est passé à côté de quelque chose. Elle lui demande à sa manière s'il va bien, à sa manière ouais car être aimable avec lui pour elle c'est comme marcher sur des piques. Je vois l'brun se mordre la lèvre. j'aime pas ça. C'est le genre de truc qu'il fait avant d'exploser. Et ça ne manque pas. Avec les années j'ai fini par deviner la moindre de ses mimiques. Il nous désigne comme les "trois connards", car évidemment c'est toujours la faute des autres, toujours les autres les vilains pas gentils, jamais lui. Je lève les yeux au ciel, blasé que ça revienne sur l'tapis. Il poursuit qu'on le traite pas à sa juste valeur, qu'on l'apprécie pas tel qu'il est. Qu'il est pas un punching-ball. Cette fois-ci je soupire franchement pendant qu'il tourne les talons. J'comprends parfois c'est lourd, parfois on n'est pas d'humeur et on se vexe plus facilement que les autres fois mais faut être sacrement égoïste pour penser qu'on n'est comme ça qu'avec lui. On est tous comme ça les uns avec les autres. C'est notre manière de nous apprécier. Je serre les poings. Je peux pas m'empêcher de dire ce que je pense.

ça m'fait chier ce genre de comportement.

ça me fait chier, super chier. On fait ce qu'il nous fait. C'est lui qui a commencé à dire à Noa "et toi tu partages ton cul ?" "je propose qu'on la perde dans le queens", on a fait que répliquer, nous aussi on a ce droit, merde. Normalement je ferme toujours ma gueule mais là c'est l'truc de trop. Je déclare, saoulé, avec l'envie de tout envoyer ballader.

franchement j'en ai assez d'lui courir après. Il s'rend pas compte qu'on le traite comme il nous traite. Moi j'suis venu ici pour m'prendre la tête alors faite ce que vous voulez, allez le voir mais moi je vais m'enjailler tout seul s'il le faut, vous inquiétez pas.

Je mets la main dans la poche de mon blouson mais j'me souviens alors que j'ai pas pris ma voiture, que je suis venue à pied. Merde.

“ Jealousy, turning saints into the sea
swimming through sick lullabies ”
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






once we can fly. (kurtoassian) Empty
MessageSujet: Re: once we can fly. (kurtoassian)   once we can fly. (kurtoassian) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
once we can fly. (kurtoassian)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: boulevard of broken dreams :: versions #5 et #6 :: RPS-
Sauter vers: