Partagez | 
 

 what if we rewrite the stars?!... ❁ ft. kenan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Nevaeh McGrath


/ avatar : Marina Nery
/ crédits : VOCIVUS (ava) - prrsephonerps (gif) - astra (sign)- VOCIVUS (icons) - alessia cara & Simon and Garfunkel (lyrics)
/ autres personnages : emeraude (e.purnell) & atlas (j.morgan) & soléane (m.horst) & kahina (b.o'grady) & autumn (b.hollitt)
/ nombre de messages : 759
/ cartes en main : 0

/ âge : 21
/ statut : Célibataire qui ne se caseras pas sans l'accord de sa famille, particulièrement de son frère.
/ occupation : Etudiante en médecine quand tu ne flânes pas dans les rues à la recherches de coin à photographié ou de beauté à coucher sur le papier. Sinon flanqué au coin VIP du Night-club familiale à tenter de faire comprendre que toi aussi tu peux faire partie du business des McGrath. La mafia c'est pas pour les enfants qu'ils disent
/ zone du queens : Le queens contemporain quand tu n'as pas envie de te taper le luxe de la baraques de tes parents.
/ beau bordel :
Gun n Roses


à venir ❁ //
terminébonnie; nana;daphne;isabella; nana (2)




MessageSujet: what if we rewrite the stars?!... ❁ ft. kenan   Dim 18 Nov - 17:03


≈ ≈ ≈
{ what if we rewrite the stars ?!..  }
crédit/ tumblr ✰ w/@kenan brixton

L’esprit tu te l’étais torturé pendant assez de temps pour comprendre que tu en arrivais à bout de tout. T’avais compris le message de Nana la dernière fois au club comme tu avais compris le message de ton frère au derniers repas de famille. Ils te voyaient tous encore comme une putain de gamine fragile sans ouvrir les yeux sur ton état. Non, ils n’étaient pas prêts à prendre conscience du mal être qui te rongeais depuis bien trop de temps maintenant. Un peu de ta faute alors que, tu avais passé ces quatre dernière années à masquer ta peine de sourire et de faux caprices qui n’étais qu’en réalité que des signes que personnes n’avaient compris. Attrapé. T’en avais eu finit de t’essouffler à faire semblant ou à tenter de t’ouvrir à eux. Eux qui t’aimais mais, qui ne comprenait pas. Il n’y avait aucune once de déception en toi, juste de la colère et de la peine. Contre toi et contre la vie qui ne t’avais pas ménager. Contre se putain de destin sur lequel tu n’aurais jamais aucun contrôle. Il t’avait fallu d’une main tendu d’une inconnue pour comprendre que la solitude dans laquelle tu t’étais enfermé n’était qu’une illusion e bien être Pour accepter que tu n’allais pas bien. Que le temps n’étais pas qu’une connerie que ceux qui allais bien servait comme excuse. Le temps guérirait mais il n’était pas le seul remède. Toi, n revanches, tu étais l’unique clés. Toi seul aurais le mot de la fin. Pour la première fois de ta vie, tu étais la seule maîtresse à bord et rien que cette idée te réchauffer les miettes de ton cœur que tu tentais de recoller. Alors, oui, tu n’étais pas prête à t’ouvrir à quelqu’un, à parler de ce qu’il t’était arrivé mais, tu avais acceptais d’aller mal. De dire que tu n’allais pas bien et de ne pas sourire juste pour contenter tout le monde. Pour une fois, tu avais tous les droits de jouer les égoïstes pour ton propre bien. Pour vivre et ne plus survivre. Ses pensées d’espoir qui envahissait ton esprit depuis quelques jours. Chaque matin en sortant de ton lit alors que tu t’apprêtais à affronter une journée de plus. Pour la première fois depuis longtemps tu ne cherchais plus à t’entourer de monde pour palier la solitude de ton cœur non, pour la première fois de ton existence tu le faisais car tu avais l’espoir que demain, tu n’aurais plus de mal à regarder le bonheur des gens droit dans les yeux. Tu passais ton temps à chercher le réconfort dans chaque petite chose qui te faisait du bien. Qui t’occuper l’esprit mais, plus pour les mauvais raison. Hier ça avait été un peu de shopping dans cette boutique vintage que tu affectionner tat et, aujourd’hui c’était la bibliothèque. Noyer dans cette odeur de poussière et de papier. Par le calme qui faisait du bien et cette chaleur de passion qui réchauffer les âmes présentes dans ce temple du savoir. Quand tu n’allais pas au club familial pour travailler tes cours, c’était ici que tu te trouvais. La même table et les mêmes habitudes. Les sourire de la bibliothécaire qui te faisais du bien alors qu’elle t’apportait le livre que tu avais passé des heures à chercher en vain. Ta solitude n’était pas comblée, elle ne le serait surement jamais mais tu étais prête à aller mieux. T’en venais même à être nostalgique d’un passé que tu avais laissé derrière toi malgré toi. D’un passé avec lui… A t’en demander encore aujourd’hui si tes parents ne t’avais pas forcé à les suivre vous seriez ensemble. Ton frère ne l’aurais très certainement pas permis mais tu te prenais à rêver. Rêver de celui à qui tu t’étais ouverte…. Tu te faisais surement du mal à pensais à ce bonheur à jamais perdue mais, cela te rappelais qu’un jour même après cette fichu nuit tu avais étais heureuse. Un bref instant mais tu voulais te raccrocher à ça. Désespérément.  

_________________
Hello Darkness my old friend. i've come to talk with you again...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1206-scars-to-your-beautiful-nevaeh#40899 http://savethequeens.forumactif.com/t1222-je-sens-des-booms-et-des-bangs-agiter-mon-coeur-blesse-nevaeh#42021


Kenan Brixton


/ avatar : Sergio bae C.
/ crédits : Avatar(c)istina
/ autres personnages : nika, tehani, mahe, jihane, kéziah, mattie, tazmin & noam.
/ nombre de messages : 257
/ cartes en main : 0

/ âge : 23
/ statut : un coeur abonné absent. un coeur bien trop soucieux du bien des personnes qu'il aime. Petit homme a grandit trop vite, pensant réussir à vivre une vie digne, mais il se retrouve dans le noir glaçant de son propre subconscient. alors son cœur est parti, démissionnant, car qui voudrait d'un homme ne voyant pas la beauté des courbes féminines ?
/ occupation : petit dealeur, petit combattant, mais surtout footballeur américain grandiose, mais son rêve d'être pro vient d'éclater en dix milles morceaux. qui a déjà vu un aveugle jouer au football américain ? Personne. Alors. Il n'est plus rien sauf un déchet.
/ zone du queens : le queens contemporain avec Lily et les jumeaux.
/ beau bordel :
in progress

nevaeh shabh aspen finn ✽ sage ✽ arya ✽ you ?


MessageSujet: Re: what if we rewrite the stars?!... ❁ ft. kenan   Dim 2 Déc - 16:19


≈ ≈ ≈
{ what if we rewrite the stars ?!..  }
crédit/ tumblr ✰ w/@nevaeh mcgrath

Allongé sur le canapé, tu donnes l’impression de dormir, d’être paisible, alors que c’est une guerre qui se joue en toi. Tu ne dors que très peu, tout le temps plongé dans cette prison de pénombre, tu t’efforces d’être bien. Mais c’est peine perdu. Mal de tête, la solitude pesante et ce noir intense qui t’entoure sur trois cents soixante degrés. Tu n’oses plus bouger, tu n’oses plus rien faire. Des mois que ça dure, des mois que tu tentes de positiver, mais en vrai tu n’y parviens pas. Comment tu pourrais trouver des choses positives dans ta putain de situation ? Tu n’y parviendras pas, tu en es plus que sûr à vrai dire. Tu ne peux pas, car tu n’arrives pas à savoir ce que ta vie pourrait-être. Tu rêvais de ballon ovale, de casque et de ton équipe, mais en aveugle comment veux-tu concourir dans un jeu si dangereux sans savoir où sont les ennemis ? Impossible. Tu commences à rechercher l’étincelante des couleurs, qui ont l’air si terne dans ta tête, tout comme les traits de visage de tara, Melvin … et même les tiens. Envie de broyer du noir, envie de rien. Mais t’as pas le droit, pas le droit d’abandonner, c’est toi qui a voulu entrer la dedans pour aider, certes, mais c’est toi qui t’es embarqué dans des merdes pas possible. Alors, tu n’as pas le choix, tu ne peux pas abandonner, avoir des coups de moue, peut-être, mais tu dois rebondir et vite. Tu écoutes cette voix qui t’annonce que tu as un cours de braille, t’es pas sûr. T’as envie de rester chez toi à l’abri des regards, du froid, de tout ce que tu ne peux plus voir maintenant. Le monde est truffé d’obstacle ou de danger et toi petit aveugle tu te penses incapable de gérer le monde, normal. Comment le pourrais-tu ? Tu ne peux pas te débrouiller seul, du moins tu te chantes ce triste refrain dans ta tête, laissant ta peine envahir ton organe central, laissant tout cela te déboussoler, t’enfermant un peu plus dans cette bulle dans laquelle tu es maintenant depuis quelques mois. Des semaines que tu tentes de savoir pourquoi tu as échappé à cette putain de balle, tu aurais voulu la prendre en plein cœur, que ce dernier éclate et te laisse partir. Une sorte d’égoïsme, mais de l’égoïsme si ravissant à ton être, si plaisant à cette idée de ne pas subir cette maudite situation. « Dans une heure votre taxi sera là. » L’intelligence artificielle qui te parle, attaché à ton poignet comme un bracelet de délinquant, tu l’écoutes et tu rechignes, râlant après elle. Personne dans l’appartement, faut dire que tous ont des choses à faire ,comparé à toi, qui glande dans ce lit qui va finir par te faire des escarres, alors que tu as la possibilité de changer de position, mais non. Tu broies le noir dans lequel tu te tiens, laissant ce dernier t’ensevelir un peu plus chaque seconde qui s’écoule. Tu dois t’habiller. Ta sœur a préparé des affaires pour toi, car la dernière fois que tu l’as fait seul, autant dire que tu ressemblais à un sapin de noël et qu’heureusement tu ne pouvais pas admirer la laideur qu’avait dit ton frère. Il est maladroit, mais tu lui pardonnes, tu ferais sans doute la même chose et tu te doutes qu’il tente de dédramatiser les choses comme tu l’as toujours fait, sauf que là, tu n’y parviens pas. Tu te vêtis, mettant bien plus de temps qu’avant. Bien difficile de viser l’endroit de l’envers et compagnie parfois, tu as du changer ton pull trois fois pour avoir l’étiquette dans le dos, mais caché. Trop compliqué, même un gamin de trois ans y arrive une fois les choses bien expliqué. Une question d’habitude, mais toi tu t’en fiches, tu ne veux pas t’habituer à cette putain de vie, mais tu n’as décemment pas le choix de le faire. Le taxi arrivé, il t’aide, tu peux sentir cette odeur épicé que l’homme porte sur lui, qui te donner presque automatiquement mal à la tête. Pas de lunette sur les yeux, tu les as dans ta poche, tu n’y vois rien, beaucoup les portent pour cacher le peu de lumière qu’il capte, car cette dernière est douloureuse, et d’autre cache juste ses opales louchant jamais sur le bon endroit. Le trajet se fait silencieusement, tu ne sais même pas où est la bibliothèque, c’est une horreur pour le coup, tu tentes vraiment de ne pas perdre pied, de ne pas demander à cet homme épicé de faire demi-tour pour ne pas avoir à subir tout ça, mais il est trop tard quand tu songes à te lancer, à ouvrir la bouche pour retourner dans ton confort, car cette zone que tu vas explorer est juste bien trop inconnu pour toi. La bibliothèque est là, tu passes ta carte après avoir demandé le montant à ta montre avec une intelligence mieux que la tienne vu qu’elle sait lire, qu’elle voit cette putain de conne. Tu prends l’ascenseur, toujours aidé et une fois dans la bibliothèque, tu dois te démerder seul pour trouver la personne devant t’aider, te donner des cours de braille, mais tu as qu’une envie te cacher, tu trembles et tu ne sais pas trop où tu vas la canne qui entre partout, des cris de personne qui ont envie de te défoncer, mais qui se ravisse à la seconde d’après en te voyant. La pitié qui se dédouane de la situation, le mal être dont tu souffres, tu aurais envie de t’effondrer, sauf que tu ne le peux pas. Alors, tu avances bousculant carrément quelqu’un. « Putain … de merde ! » Que tu hurles, le silence de la bibliothèque n’est plus, elle est turbulente, laissant des murmures se perdre, tu jurerais les entendre clairement, entendre leur pensé même. Le pauvre. Et ça te tue … tu vas juste mourir là, sans savoir ce qui se trame.  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t2007-il-y-a-toujours-de-la-lumiere-dans-ce-monde-meme-en-plein-coeur-de-la-nuit-kb http://savethequeens.forumactif.com/t2150-l-obscurite-de-ma-prison-kenan#78734


Nevaeh McGrath


/ avatar : Marina Nery
/ crédits : VOCIVUS (ava) - prrsephonerps (gif) - astra (sign)- VOCIVUS (icons) - alessia cara & Simon and Garfunkel (lyrics)
/ autres personnages : emeraude (e.purnell) & atlas (j.morgan) & soléane (m.horst) & kahina (b.o'grady) & autumn (b.hollitt)
/ nombre de messages : 759
/ cartes en main : 0

/ âge : 21
/ statut : Célibataire qui ne se caseras pas sans l'accord de sa famille, particulièrement de son frère.
/ occupation : Etudiante en médecine quand tu ne flânes pas dans les rues à la recherches de coin à photographié ou de beauté à coucher sur le papier. Sinon flanqué au coin VIP du Night-club familiale à tenter de faire comprendre que toi aussi tu peux faire partie du business des McGrath. La mafia c'est pas pour les enfants qu'ils disent
/ zone du queens : Le queens contemporain quand tu n'as pas envie de te taper le luxe de la baraques de tes parents.
/ beau bordel :
Gun n Roses


à venir ❁ //
terminébonnie; nana;daphne;isabella; nana (2)




MessageSujet: Re: what if we rewrite the stars?!... ❁ ft. kenan   Mer 12 Déc - 20:30


≈ ≈ ≈
{ what if we rewrite the stars ?!..  }
crédit/ tumblr ✰ w/@kenan brixton

La tête plongée dans les livres étalées devant toi et les yeux qui se laissez à défiler sur enchaînement de mots que tu lies sans en attraper réellement le sens. L’esprit vagabondant au gré de ces pensées venues d’ailleurs. D’un autre temps. Le corps là, assis sur cette vieille chaise en vois mais, l’esprit à des kilomètre de cette terre. De l’instant. Tête dans les nuages qui ne se prennent pas au jeu de la théorie de la physiologie du corps humain et de la médecine de base. La volonté y es mais le cœur c’est laisser embarquer malgré lui. Le traître à pris le dessus comme bien trop souvent alors que tu te laisser guider par la douleur qui te ronger. Tu avais beau dire que tu l’enfermer dans cette cage de contrôle mais, il y avait toujours un petit détail pour te ramener à toi. Au présent et à cette putain de souffrance que tu n’arrivais pas à surmonter même avec tout l’envie du monde. Il faudrait du temps qu’elle t’avait répété Isabella, l’inconnue du banc qui t’avais ramassé au fond du gouffre dans lequel tu t’étais enfoncé. Enfermer. Seule. Tu ne te sentais plus seule et t’avais cette douce impression que te sentir comprisse était comme une étape dans l’escalade de cette rempare qui te séparer du bonheur. Si tu pouvais encore espérer y croire tu étais encore loin de l’admettre pleinement. Loin de pensée que c’était réellement possible. Le bonheur c’était devenue au fil des années une foutu illusion. Un concept dont les autres se nourrisse aveuglément pour finir par se réveiller dans la peine et la souffrance. Car, pour toi, il n’y avait eu que ça depuis tes seize ans. Oh, oui, se serait mentir que de dire qu’il n’y avait pas eu de moment d’accalmie et de douceur mais, à l’arrivée, c’était toujours le même réveil brutal. C’était des après que tu n’étais plus capable de supporter. Tu avais juste envie de te réveiller chaque matin avec la même envie de continuer. De vivre. Le contraire du survivre dans lequel tu étais emprisonné depuis bien trop longtemps. Après tout, tu étais censé avoir la vie devant et toi et la seule chose que tu semblais capable de faire c’était de regarder en arrière. Attachée malgré toi aux cauchemars de ton passé. Tu jouais un rôle que tu n’arrivais plus à tenir. Un rôle qu’as joué bien trop longtemps aujourd’hui. Cette stupide comédie du sourire et du tout va bien alors que la seule chose que tu voies c’est du noir. T’en pouvais plus de ces ténèbres. Envie viscérale de remonter à la surface. De remettre de la couleur de dans ta vie. A commencer par tes examens qui arrivaient et qu’au rythme où tu te déconcentrais aller se solder d’un échec cuisant. Tu ne pouvais pas te le permettre. Tu ne le supporterais pas. Une gifle mentale que tu te mets à toi-même comme un rappel à l’ordre alors que la seule chose que tu as réussi à pondre c’est des gribouille sur tes notes. Souffle lancinant qui s’échappes d’entre des lèvres et es yeux qui se perdre. L’horizon que tu fixes qui se transforme sous tes prunelles qui laissent peindre une décomposition face à la scène qui se déroule devant toi. Lui. Lui à qui tu pensais il y a encore quelque seconde devant toi, à quelque mettre cherchant son chemin mais… mais ça ne peut être alors que tu comprends qu’il n’est pas perdu. Tu voies de tes yeux et le choc t’en fou un coup au cœur alors que ta voix se coupe au même instant ou sa voix viens te faire tressaillir. Collision devant ton regard ahuri et les gens qui râlent au lieu d’aller l’aider. La femme bousculer prend la poudre d’escampette et toi, comme dans un état second, tu accours. Main timide, hasardeux qui se pose sur son bras tentant de te convaincre que ce n’est pas lui. Non, ce n’est pas Kenan. Ton Kenan ça ne peut-être. Dieu que lui est-il arrivé. « Je… euh, ça va ?! » parole hésitante et sourire inutile alors que littéralement il ne voie pas alors, si c’était vraiment lui comment pourrait-il te reconnaitre ?! « Vous… je peux vous aider ?! » que tu t’aventure toujours dans le déni ne voulant pas affronter la situation. Ne voulant pas l’affronter pas après votre dernier moment passer ensemble encore fallait-il qu’il s’en souvienne. Toi, tu ne l’avais pas oublié. Jamais.  

_________________
Hello Darkness my old friend. i've come to talk with you again...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1206-scars-to-your-beautiful-nevaeh#40899 http://savethequeens.forumactif.com/t1222-je-sens-des-booms-et-des-bangs-agiter-mon-coeur-blesse-nevaeh#42021


Kenan Brixton


/ avatar : Sergio bae C.
/ crédits : Avatar(c)istina
/ autres personnages : nika, tehani, mahe, jihane, kéziah, mattie, tazmin & noam.
/ nombre de messages : 257
/ cartes en main : 0

/ âge : 23
/ statut : un coeur abonné absent. un coeur bien trop soucieux du bien des personnes qu'il aime. Petit homme a grandit trop vite, pensant réussir à vivre une vie digne, mais il se retrouve dans le noir glaçant de son propre subconscient. alors son cœur est parti, démissionnant, car qui voudrait d'un homme ne voyant pas la beauté des courbes féminines ?
/ occupation : petit dealeur, petit combattant, mais surtout footballeur américain grandiose, mais son rêve d'être pro vient d'éclater en dix milles morceaux. qui a déjà vu un aveugle jouer au football américain ? Personne. Alors. Il n'est plus rien sauf un déchet.
/ zone du queens : le queens contemporain avec Lily et les jumeaux.
/ beau bordel :
in progress

nevaeh shabh aspen finn ✽ sage ✽ arya ✽ you ?


MessageSujet: Re: what if we rewrite the stars?!... ❁ ft. kenan   Sam 19 Jan - 23:44


≈ ≈ ≈
{ what if we rewrite the stars ?!..  }
crédit/ tumblr ✰ w/@nevaeh mcgrath

Une sensation de liberté arrachée, cette chose si précieuse dont personne ne prend réellement conscience jusqu’à ce qu’on leur enlève. Toi tu en as pris conscience depuis que tes yeux sont à présent dans le noir, tout comme toi. Plongé dans un coma presque. Tu es là, tu pourrais sentir le monde se bouger autour de toi, mais t’y parviens pas, t’es comme coincé dans une boucle temporel qui te protège. Tu te protèges en étant ainsi, tu as besoin de cela. Besoin de pouvoir contrôler un petit bout de ta vie, tu ne peux pas empêcher un bibelot de chuter, tu ne peux pas faire grand-chose, du moins tu es enfermé dans cette optique. Tu ne t’imagines pas avoir une réelle place sur cette terre, la mort aurait été plus douce, moins traumatisante, mais tu y penses à tara et à Kelvin, hors de question de les laisser alors non la mort aurait été bonne pour toi, mais pas pour eux, alors tu te penses inutiles, mais tu le sens dans leur voix qu’ils ont eu peur. Tu l’entends encore Tara te hurler dessus pour savoir ce qui t’avait pris de faire ça, de ne rien leur dire. Rien dire, car tu ne voulais pas qu’ils soient au courant de tes magouilles, de comment l’argent parvenait aisément à tomber dans tes mains. La facilité, voilà comment ça arrivait, mais le choix de la légalité pour nourrir trois à quatre bouche, c’est trop demander. Alors, dans ce taxi tu penses à ça, oubliant que tu sens cette secousse sur ta personne quand ça roule, ça freine, tu n’es maitre de rien, tes yeux ne pouvant décortiquer ce qui se passe dehors, tu essayes de ne pas y penser. Ne pas penser que tes yeux ne servent plus à rien. Rien du tout. Juste à faire beau sans doute ? Et encore. À quoi bon si ils ne regardent pas au même endroit ? Rien. Voilà les yeux pourraient ne plus être là, complétement retiré que ça ne changerait rien, tu porterais juste des lunettes que tu portes de toute façon. Le passage en voiture est long, toi tu ne sais pas dans quelle rue il tourne, tu ne sais pas non plus s’il est un bon conducteur, quoi que tu peux en juger sans doute aux secousses ressenti ou non durant le trajet. Mais t’as pas encore le truc. Non. La bibliothèque, l’endroit où tu veux encore plus faire demi-tour. T’es complétement dans un labyrinthe où tu ne parviendras même pas à te repérer un minimum, pour ne pas rester dans un coin, alors que la nuit tombe. Le noir ta seule couleur, la seule que tu es sûr de ne pas oublier. L’angoisse. Tu te retrouves à nager dans ce trouble, à devoir circuler dans une large possibilité de choix, gauche, droite ou droit devant, tu n’en sais rien. Puis, quand tu penses que les petits cris des gens prenant la canne est la pire des choses possible, tu finis par bousculer violemment une autre personne, femme ou homme t’en sais rien. Tu sais juste que t’en as marre, que tu laisses un cri s’échapper d’entre tes lèvres, pour finir par essayer de te calmer, de laisser le calme de l’endroit enfin retrouver le calme qu’il connaît d’habitude.  Toi tu les sens tout ces regards, les mots qui fusent les uns avec les autres à ton encontre. T’es silencieux et mal à l’aise, et tu ne sais comment te sortir de la panade, tu pourrais fuir, mais tu serais incapable de ne pas faire une catastrophe. Puis une voix s’adresse à toi, tu ne sais pas trop comment te poser, savoir d’où cette voix vient, puis, elle insiste. C’est un parfum qui vient te taquiner le nez, qui vient te chagriner, comme si cette effluve avait déjà croisé ton chemin. Mais sans comme tout les parfums, pas vrai ? Pourtant, tu n’y crois pas vraiment, car justement on te l’a dit, tu as un nez, un parfait petit nez capable de déterminer bien des odeurs, tu ne sais toujours pas ce que tu pourrais répondre à cette proposition de travail venu presque en même temps que l’accident, que cette balle étant venu se loger dans ta tête. «  oui ça va , enfin moi et vous ? »   toi tu es juste persuadé que cette fille au parfum qui te titille est celle que tu as bousculé . «  Je suis désolé, j’espère je vous ai pas fait mal… »    tu grimaces un peu. «  Euh je dois juste me rendre à mon cours de braille … »   que tu lâches, t’as un peu du mal à accepter cela , mais c’est ainsi maintenant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t2007-il-y-a-toujours-de-la-lumiere-dans-ce-monde-meme-en-plein-coeur-de-la-nuit-kb http://savethequeens.forumactif.com/t2150-l-obscurite-de-ma-prison-kenan#78734


Nevaeh McGrath


/ avatar : Marina Nery
/ crédits : VOCIVUS (ava) - prrsephonerps (gif) - astra (sign)- VOCIVUS (icons) - alessia cara & Simon and Garfunkel (lyrics)
/ autres personnages : emeraude (e.purnell) & atlas (j.morgan) & soléane (m.horst) & kahina (b.o'grady) & autumn (b.hollitt)
/ nombre de messages : 759
/ cartes en main : 0

/ âge : 21
/ statut : Célibataire qui ne se caseras pas sans l'accord de sa famille, particulièrement de son frère.
/ occupation : Etudiante en médecine quand tu ne flânes pas dans les rues à la recherches de coin à photographié ou de beauté à coucher sur le papier. Sinon flanqué au coin VIP du Night-club familiale à tenter de faire comprendre que toi aussi tu peux faire partie du business des McGrath. La mafia c'est pas pour les enfants qu'ils disent
/ zone du queens : Le queens contemporain quand tu n'as pas envie de te taper le luxe de la baraques de tes parents.
/ beau bordel :
Gun n Roses


à venir ❁ //
terminébonnie; nana;daphne;isabella; nana (2)




MessageSujet: Re: what if we rewrite the stars?!... ❁ ft. kenan   Lun 28 Jan - 16:26


≈ ≈ ≈
{ what if we rewrite the stars ?!..  }
crédit/ tumblr ✰ w/@kenan brixton


Le destin à un sens de l’humour des plus douteux. Il est là, constamment à s’acharner sur ceux qui en bavent déjà que trop. Comme si jamais il y en aura assez pour les maudits de la vie. T’en faisais inlassablement partie de ces fichue maudits de la vie. T’avais la douleur et la souffrance comme meilleure amie. Dans les rares moments d’accalmie il y avait toujours quelques choses pour te ramener à la réalité. Ta putain de réalité. Hier c’était ça et aujourd’hui c’était lui. L’instant observé de tes iris à des années lumières d’ici. Le moment à regarder la scène qui se déroule devant tes yeux comme si c’était un film. Un film loin de l’espace-temps dans lequel tu tentais de survivre à chaque jour sa peine. Il était là, lui, celui d’autre fois. D’une autre vie. Le regard qui cherche des réponses face à la silhouette qui secoue les souvenirs d’un esprit embrumés par des maux. Pas des souffrances. Kenan ou le nom qui surgie de nulle part dans les tréfonds de ton esprit. Impuissance de ton être, de ton âme et ces questions qui t’assailles. Ces questions qui te fondent du mal. La collision qui te réveil. Sa détresse qu’il tente de cacher qui t’appel. Plus de réflexion, plus d’illusion et toi qui te jette dans la gueule du loup quitte à y perdre tout. Tu n’as déjà plus rien de toute manière. Comme le besoin de t’assurer qu’il est là. Que cet air que vous respiriez c’était le même. Vos regards ne se croiseraient plus comme avant mais, ton cœur lui voulait comme retrouver le siens. Ton cœur assassiné par la vie qui était prêt à donner encore un peu avant de succomber. Ton être qui ne réfléchit plus ou la raison étouffée par la mécanique du myocarde qui s’agite dans ta poitrine. Depuis quand tu ne t’étais pas laisser guider par ton cœur ?!... Surement depuis lui. Tu réponds là à l’appel silencieux de ton âme. Comme ce besoin de t’assurer que non, tu ne rêves pas. Mais… après, quoi ?! Tu n’as pas réfléchie. Dictée par une impulsion sans mesurer la conséquence de tes actes. Sans même être capable de lui parler. Vraiment lui parler. De toi à lui. Une main fébrile qui veut lui venir en aides voilà comment tu te présentes. T’es lâches en l’instant. Tu ne reconnais pas et pourtant, ta démarche est ampli d’une sincérité sans nom. Toi, tu veux juste l’aider. « Ne vous inquiétez pas pour moi… je n’ai rien, je,… la personne qui vous as percutez et partie aussi vite qu’elle est arrivée ! » que tu lances le regard hésitant sur lui. Stupidement, tu avais beau le voir des tes prunelles, lui, il ne voyait rien. T’aurais pu dire que cela t’arrangeais qu’il ne te reconnaisse pas mais, en vraie, tu détestais cette idée. Tu te laissas ronger par une culpabilité d’un nouveau genre. Celle de jouer les aveugles devant lui. Dans de telle circonstance. Ton regard que tu laissais se perdre sur chacun des traits de son visage, de son corps… Comme à la recherche de réponse que tu n’aurais pas sans demander. Comme pour t’assurer que tu ne rêvais pas. Comme pour t’assurer que c’était lui. D’un coup envahi de nouvelle question. D’une rage nouvelle à te demander si ton frère aurait pu être au courant… Tout un tas de chose et pourtant, te voilà, là, dans cette fichue bibliothèque à lui faire face sans osé t’annoncer à cette idée que dans sa mémoire tu n’étais plus qu’un vague souvenir. Qu’une nuit parmi tant d’autre. « D’accord,… vous n’avez surement pas besoin d’aide mais, je pourrais vous accompagné jusqu’à l’étage si vous voulez… je pourrais dissuader les malheureux de vous rentrer de temps ! Je fais peur à voir… » C’était nul comme approches. Il allait surement mal le prendre ta tentative de lui donner un peu le sourire alors que tu n’avais aucune légitimité dans toute cette situation. Alors que tu n’arrivais même pas à prononcer ton prénom. Le siens aussi…

_________________
Hello Darkness my old friend. i've come to talk with you again...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1206-scars-to-your-beautiful-nevaeh#40899 http://savethequeens.forumactif.com/t1222-je-sens-des-booms-et-des-bangs-agiter-mon-coeur-blesse-nevaeh#42021


Kenan Brixton


/ avatar : Sergio bae C.
/ crédits : Avatar(c)istina
/ autres personnages : nika, tehani, mahe, jihane, kéziah, mattie, tazmin & noam.
/ nombre de messages : 257
/ cartes en main : 0

/ âge : 23
/ statut : un coeur abonné absent. un coeur bien trop soucieux du bien des personnes qu'il aime. Petit homme a grandit trop vite, pensant réussir à vivre une vie digne, mais il se retrouve dans le noir glaçant de son propre subconscient. alors son cœur est parti, démissionnant, car qui voudrait d'un homme ne voyant pas la beauté des courbes féminines ?
/ occupation : petit dealeur, petit combattant, mais surtout footballeur américain grandiose, mais son rêve d'être pro vient d'éclater en dix milles morceaux. qui a déjà vu un aveugle jouer au football américain ? Personne. Alors. Il n'est plus rien sauf un déchet.
/ zone du queens : le queens contemporain avec Lily et les jumeaux.
/ beau bordel :
in progress

nevaeh shabh aspen finn ✽ sage ✽ arya ✽ you ?


MessageSujet: Re: what if we rewrite the stars?!... ❁ ft. kenan   Sam 9 Fév - 19:43


≈ ≈ ≈
{ what if we rewrite the stars ?!..  }
crédit/ tumblr ✰ w/@nevaeh mcgrath

La paranoïa est douce, clairement tu les sentiras sans doute toujours ces maudits regard. Cet apitoiement sur ta personne et ça te dérange. Tu voudrais bien fuir après cette collision, mais tu ne le peux pas, tu ne peux pas faire ainsi. Car t’es coincé, coincé de toute part. Tu pourrais fuir en prenant une fenêtre pour une porte, sans doute pas, mais ça t’arrangerait de te tromper de la sorte. Alors, t’es là à la merci de quiconque le voudra, le bon petit punchingball qui ne peut dire son mot, qui doit subir, t’aimerais le subir le monde de ton salon, loin de toutes ces personnes. Faudrait pour ça que tes proches n’aie pas envie de te voir t’en sortir, elles se battent pour toi, plus que tu ne le voudrais, tu voudrais qu’elles t’abandonnent. C’est si simple d’abandonner les autres, alors pourquoi ils ne le font pas. Tu ne comprends pas. Toi tu serais peut-être pas parti, mais t’es loin d’être un exemple, tout au contraire, et ta situation le démontre. La voix de cette fille qui résonne en toi, une personne qui est partie dans tout cela, peu importe le fautif c’est toi. C’est toi qui n’a plus les pupilles qui t’éclaires correctement, pas les autres. Pas aux autres de s’adapter, à toi, tu vois les choses ainsi, mais tu ne veux pas t’adapter. Tu veux t’enfermer, contourner le monde et ne plus avoir à te soucier du reste. « Ok ! » Que répondre d’autre, tu tentes de trouver de quoi dire, mais tout te paraît surfait, comme la vie. T’es si sombre que le reste tu t’en fiches, totalement. Tu n’as plus envie de lutter, t’aimerais que la vie se soit terminé, tu le sais les restant auraient souffert, mais peu importe, t’as pas besoin de ça, pas besoin de penser à ça, car t’es encore là et ça c’est merdique. Les efforts que tu fais ce n’est jamais pour toi, toujours pour entendre dans leur voix que ça leur fait plaisir, qu’ils se portent bien en sachant que tout va bien. Tu ne sais pas comment expliquer ce que tu ressens, tu laisses juste les émotions t’envahir, te tuer à petit feu sans même avoir quoi que ce soit pour ne pas sombrer. Sombrer serait pourtant si simple, si bon, mais tu n’y parviens pas. Tu n’arrives pas à relever la tête. Le noir qui te cajole et te pique à la fois n’aide pas sans aucun doute. Tu ne sais plus exactement comment sont les couleurs tu ne cesses d’essayer de revoir le bleu des yeux de tes proches, le marron noisette des yeux de Kelvin et tous les traits de visage des personnes qui sont comme gravé sur ton organe central. Pas besoin d’aide. Si seulement elle savait. T’en avais besoin, mais t’en voulais pas, voilà la nuance. Tu glisses tes mains sur le haut de ta canne appuyant ton corps dessus. Tu laisses un sourire sur ton visage qui se dissipe à la seconde après avoir entendu que la douce voix qui te parlait été celle d’une personne affreuse. Tu t’en doutes qu’il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre, mais peu importe, ça t’a fait sourire c’est que ça compte. Tu hausses les épaules, t’as pas la réponse pour ça, là de suite tu ne sais pas du tout si t’as envie d’y aller, si t’as envie de continuer dans cette merde qu’est ce monde. Rentrer chez toi pour te cacher et faire là l’otarie sur le canapé est tentant, mais tu te retiens de le faire. Car tu le sais, tu décevras et que tout ce que tu fais c’est uniquement pour eux. Les jumeaux, sage. T’as peu de monde, tout le monde disparaît de ta vie à vrai dire, en commençant par celle que tu as toujours aimé, qui t’as poignardé dans le cœur plus aisément que ta propre mère. Les femmes de ta vie ce n’est pas la joie, tout au contraire. Tu mérites peut-être bien que ça. Qu’on te dise pas que t’as pas trouvé chaussure à ton pied, car tu en étais persuadé, mais tu t’es juste fourvoyé. « D’accord, si ça peut vous faire plaisir ! » Puis si ça peut t’aider, mais ça tu ne le diras pas. Non, c’est comme si tu lui accordais le droit de se laver la conscience qu’elle voit et pas toi, mais elle a rien à te prouver cette fille, elle n’est qu’une inconnue ? En marchant tu sens un courant d’air, une senteur cannelle qui taquine tes narines, qui te laisse raviver de vieux souvenir, un vieux parfum que tu avais parcouru sur un corps, un corps que tu n’aurais jamais du frôler.  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t2007-il-y-a-toujours-de-la-lumiere-dans-ce-monde-meme-en-plein-coeur-de-la-nuit-kb http://savethequeens.forumactif.com/t2150-l-obscurite-de-ma-prison-kenan#78734


Nevaeh McGrath


/ avatar : Marina Nery
/ crédits : VOCIVUS (ava) - prrsephonerps (gif) - astra (sign)- VOCIVUS (icons) - alessia cara & Simon and Garfunkel (lyrics)
/ autres personnages : emeraude (e.purnell) & atlas (j.morgan) & soléane (m.horst) & kahina (b.o'grady) & autumn (b.hollitt)
/ nombre de messages : 759
/ cartes en main : 0

/ âge : 21
/ statut : Célibataire qui ne se caseras pas sans l'accord de sa famille, particulièrement de son frère.
/ occupation : Etudiante en médecine quand tu ne flânes pas dans les rues à la recherches de coin à photographié ou de beauté à coucher sur le papier. Sinon flanqué au coin VIP du Night-club familiale à tenter de faire comprendre que toi aussi tu peux faire partie du business des McGrath. La mafia c'est pas pour les enfants qu'ils disent
/ zone du queens : Le queens contemporain quand tu n'as pas envie de te taper le luxe de la baraques de tes parents.
/ beau bordel :
Gun n Roses


à venir ❁ //
terminébonnie; nana;daphne;isabella; nana (2)




MessageSujet: Re: what if we rewrite the stars?!... ❁ ft. kenan   Mer 13 Fév - 21:27


≈ ≈ ≈
{ what if we rewrite the stars ?!..  }
crédit/ tumblr ✰ w/@kenan brixton


C’était ironique la situation dans laquelle tu étais en train de t’enliser toute seule. A jouer les aveugles alors que tu avais pleine vue. Pleine vue sur lui et que tu n’osais te révéler par peur de je ne sais qu’elle souvenirs du passée qui te rattraperais aussitôt. Peur qu’il ne se souvienne pas à t’en déchirer un peu plus le cœur. Il n’y avait jamais eu de vous peut-être à ces yeux. Tu n’étais qu’une gamine à l’époque après tout, une gamine qui avait eu besoin de réconfort. De se sentir belle dans les yeux de quelqu’un… Tu t’en voulais de tes futilités pensives alors que ton histoire semblait insignifiante comparé à ce qu’il avait dû endurer lui. T’en venait même à te demander si ce n’était pas ton frère qui lui avait fait cela. S’il n’avait pas appris pour vos petits moments. Tu te faisais d’idées surement mais, comment pourrais-tu savoir ?! Comment pourrais-tu connaître la vérité si tu n’étais même pas capable de lui dire ton prénom. Tu ne te reconnaissais même pas après tout depuis quand tu laisser la lâcheté ou la peur guider tes pas ?! Depuis quand tu n’affrontais plus la réalité ?! Il n’y avait pas de fausse excuse à avoir mais, pourtant, tu avais le sentiment que parce que c’était lui, cela changer tout. Dieu que Kenan avait compté pour toi. Dieu qu’il signifiait toujours autant à tes yeux. A ton cœur. La vérité c’est que tu ne savais pas comment t’y prendre et aussi horrible que cela soit de te comparer à lui et à son état. Tu te sentais aveugle. Sourde ou muette. Tout. Privé de tes sens. Déstabilisé par quelqu’un qui ne te reconnaissais même pas. A croire que tu voulais souffrir un peu plus. A croire que tu étais devenue une putain de masochiste à vouloir rester un peu plus auprès de lui. A ne pas te résoudre à le laisser là. A te faire la belle. Pourquoi tu ne pouvais pas faire comme tous les autres à regarder sans rien faire ?! T’en étais incapable car, cela ne te ressemblait pas. Car c’était lui aussi… Car tu l’avais reçue à la minute ou tes opales c’était posé sur lui. Comment aurais-tu pu oublier en même temps ?! T’aurais tellement aimé que les choses soient différentes entre vous. Que les choses se soient passé autrement. Avoir eu la chance de se dire au revoir ou trouver le courage de lui écrire… Tu n’avais pas oublié mais, tu n’avais rien fait et tu te demandais si ce n’était pas là pire que le reste. Ton bras qui se glisses avec prévenance sous le siens après que tu ais écarté les chaises de votre passage. Le regard qui se perd sur son visage et le pincement au cœur de ne pas pouvoir se perdre dans son regard. De ne plus jamais pouvoir le faire alors que c’était surement l’une des choses qui t’avais le plus manqué toutes ces années. Cette prévenance qu’il avait dans les yeux et cette façon qu’il avait de te faire sentir importante. Unique. En sécurité… Tu te désolé de ne plus vraiment le retrouver. Il avait changé tu le sentais au plus profond de toi. Comme la sensation qu’il soit physiquement là mais, que tout le reste était partie. Tout ce que tu avais connu de lui semblait s’être envolé. Surement ce qui te faisais le plus mal alors que tu supposais juste. Simple constatation de ta secrète observation. « Me faire plaisir ?! » que tu demandes intriguée ou tellement désolé du manque de vie chez lui. Encore moins de vie en lui qu’il y avait en toi. Cela te frappe de plein fouet. « … vous n’avez pas l’air très motivé, non ?!... Vous savez je peux aussi vous accompagnez à la sortie ou vous embêter pendant des heures avec mon cours de médecine !! » Tu lances toujours dans ta putain de mascarade alors que tu te demandes si tu finiras par réussir à l’articulé la vérité avant qu’il ne soit trop tard. S’il ne l’était pas déjà. « A vous le choix !! » que tu murmures d’un sourire qu’il ne verra pas mais, que tu espères sentiras…

_________________
Hello Darkness my old friend. i've come to talk with you again...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1206-scars-to-your-beautiful-nevaeh#40899 http://savethequeens.forumactif.com/t1222-je-sens-des-booms-et-des-bangs-agiter-mon-coeur-blesse-nevaeh#42021
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: what if we rewrite the stars?!... ❁ ft. kenan   

Revenir en haut Aller en bas
 
what if we rewrite the stars?!... ❁ ft. kenan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dalas Stars signature
» Dalas Stars Aligment
» We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars !
» Line up the stars ◆ 17/07 | 18h25
» Les Stars petites ... qui est qui ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: just like the old age-
Sauter vers: