Partagez

 

 Need to hear your grumble / denzani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Denzel Grayson


( play your cards )

/ avatar : Casey Deitrick
/ crédits : jenesaispas
/ autres personnages : Ruben & co
/ nombre de messages : 279
/ cartes en main : 0
/ âge : 31
/ statut : Célibataire qui ne veut pas se poser. La liberté est trop bonne a garder
/ occupation : Là où la vie l'emmène. Là où on veut de lui malgré son casier judiciaire.

Need to hear your grumble / denzani Empty
MessageSujet: Need to hear your grumble / denzani   Need to hear your grumble / denzani EmptyDim 30 Déc - 15:50


Tehani & Denzel.
Need to hear your grumble

Elle va le tuer. Sérieusement, Tehani va le tuer quand elle va arriver. C’est surement cela qui pousse Denzel à continuer son petit plan. Voilà des mois qu’ils se revoient, non pas plaisir mais par obligation. Si au début les mots étaient cinglants, au fil des rencontres pour le boulot que Denzel devait faire pour rembourser sa dette, le silence et l’ignorance étaient de maitre. Ils ne se disputent même plus. Ca lui faisait presque regretter le temps où Tehani l’insultait sans retenu. Au moins, elle lui montré un semblant d’intérêt. Denzel n’est pas le genre de mec qui fasse vraiment attention aux paroles, aux émotions. Le silence parfois lui fait du bien. Et pourtant, face à Tehani, il ressent le besoin d’apercevoir un minimum d’émotion quand elle lui parle, un minimum d’humanité et non pas se comporter tels des robots se fichant de tout. Il devrait pourtant s’en foutre, faire ses missions, essayer d’en finir au plus vite et tirer une croix sur tout ça et sur la jeune femme faisant partie de son passé. Mais il n’en ressent pas le besoin. Il veut juste la faire réagir. Trouver la Tehani qu’il connait. Que ce soit positif ou négatif, tout ce qui l’intéresser c’est qu’elle lui montre de l’intérêt et qu’il retrouve une Tehani comme autrefois. Alors, il ressent le besoin de la faire réagir, de retrouver les petits piques que la brune peut lui lancer parfois. Ça lui retrouver un minimum d’importance à ses yeux. Alors, s’il le dit pas directement, c’est pour ça qu’il a organisé un diner, un diner aux chandelles car comme ça, il est certain de la faire réagir. Ce n’est pas un moyen pour lui de la reconquérir, mais de la faire râler. La connaissant, elle ne va pas y échapper. Et si ce n’est pas le cas alors il ne voit pas d’autres façons de le faire, ça sera trop tard pour le faire, pour retrouver la Tehani qu’il connait et qui se laisse réagir au quart de tour parfois. Alors, comme autrefois, Denzel s’est introduit dans une maison qui n’est pas la sienne. C’est ce qu’ils faisaient autrefois, s’introduire chez les gens en leur absence. Ca fait bien longtemps que Denzel ne l’a pas fait et il ignore totalement si la jeune femme a continué sans lui. S’il se fait choper, il a beaucoup à perdre étant donné qu’il est en conditionnelle mais ce n’est pas ça qui va l’arrêter. Faut dire en même temps que Denzel n’a pas brillé par sa légalité depuis qu’il est sorti de prison. Après avoir préparé la plupart des choses, il est assez tard quand il envoie un sms à Tehani : « Tu dois venir récupérer la fin de contrat, je suis coincé je ne peux pas l’apporter. Faut que tu viennes sinon on va devoir continuer de se coltiner l’un et l’autre ! » Si ça, ça ne va pas la motiver à venir alors il ne s’y connait pas. Dans un second sms, il lui envoie l’adresse. Le queens uppé, autant dire que même si elle ne sait pas qu’il a gardé le même appartement, elle ne va pas s’imaginer qu’il vit ici. Il n’a jamais eu la thune pour vivre dans ce genre de quartier, ce n’est pas maintenant qu’il croule sous les dettes que son compte en banque va s’arranger. Il n’aurait pas fait toutes les missions auprès de Tehani pour rembourser son patron si ça avait été le cas. Enfin, il ne sait pas quand est-ce qu’elle va débarquer donc il ne finit pas la cuisson des plats qu’il a acheté l’occasion car sinon, le temps qu’elle débarque, tout sera cramé. Il ne sait pas exactement il est quelle heure quand il entend frapper. Vingt-trois heures sans doute, dans ses eaux là. Silencieux, il regarde par le judas si c’est bien elle car il ne faudrait pas qu’il se fasse coincer par un voisin des propriétaires des liens. Lui ouvrant, il se contentant de lui dire « Salut ! » Alors qu’il ouvre grand la porte pour qu’elle entre, sans un mot de plus, lui offrant ainsi la vue d’un grand diner aux chandelles. A cet instant, il aimerait bien savoir ce qu’il lui passe dans la tête, ce qu’elle peut imaginer en assistant à ce genre de scène. Mais bon, il va devoir se contenter de voir sa réaction. « J’espère que tu as faim ! » Il sourit intérieurement, il a vraiment hâte de voir Tehani s’énerver. Ce n’est qu’une question de temps…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Tehani Andreani


( play your cards )

/ avatar : lucy queen hale
/ crédits : bad liar.
/ autres personnages : Beaucoup donc voir nika.
/ nombre de messages : 876
/ cartes en main : 0
Need to hear your grumble / denzani 84e4b1599918d65bc9f78a6ca142f22abc486a0e
/ âge : 29
/ statut : tu es une volage, une profiteuse de chaire fraîche, femme et homme, tu te laisses porter par tes envies du moment et surtout par cette fameuse connexion que tu connais tellement bien. Les nuits sont nombreuses , mais différente, comme les partenaires, mais tu te respectes ne faisant pas n'importe quoi non plus.
/ occupation : Hôtesse de téléphone rose, les mots crus et jamais les doux ne sortent d'entres tes lèvres pulpeuses sont à toi quand le soleil brille promettant de te marquer autrement qu'en te laissant une peau halée. La nuit tu vagues à jouer l'hotesse de charme d'un casino clandestin dans un quartier mélangeant bien du beau monde comme des personnes peu fréquentable.
/ zone du queens : queen contemporain seule comme une grande
/ beau bordel :
Need to hear your grumble / denzani Tumblr_pezx5mGKTd1xgsmybo1_540
Le soleil tu le hais. Il te laisse des plaques rouges et des douleurs à chaque fois que tu t'exposes, tu es atteinte de Lucite. Une vilaine allergie au soleil qui n'est clairement pas une chance, même si maintenant tu es une femme de la nuit et que tu aimes ça. /

Need to hear your grumble / denzani Tumblr_ojsmhlO3Vu1vxr1l5o1_500
in progress
《denzel; chaptertwo. 》《gaia; chapterone.》《damen ; chapterone. 》《andreani sister ; chapterone. 》《nana; chapterone. 》《you; chapterone. 》[/


Need to hear your grumble / denzani Empty
MessageSujet: Re: Need to hear your grumble / denzani   Need to hear your grumble / denzani EmptyMar 8 Jan - 18:56


Tehani & Denzel.
Need to hear your grumble

« Tu dois venir récupérer la fin de contrat, je suis coincé je ne peux pas l’apporter. Faut que tu viennes sinon on va devoir continuer de se coltiner l’un et l’autre ! » Autant dire que quand allongée dans ton canapé à parler mielleusement à cet homme ayant appelé Dulce, la fille du téléphone rose que tu es, tu as manqué de t’étrangler. Te coltiner un peu plus D. impossible, tu ne veux clairement pas subir ça. Tu l’ignores, limite si tu lui parles, car tu ne veux plus qu’il prenne un malin plaisir à te faire râler, tu as bien comprit le premier soir, qu’il aimait te voir réagir, alors tu avais fini par te terrer, tout bonnement, le silence étant la meilleure solution pour ne pas le tuer. Le tuer serait si bon et mal à la fois. Tu aurais des regrets, tu as beau faire semblant, tu le sais devoir parler, devoir bosser avec lui te ramène à votre passé, laissant des maux se former à nouveau, détruisant petit à petit le peu de carapace que tu avais à propos de ce passé. Alors, tu finissais ton appel avec ce mec ,ne voulant plus qu’une chose que la nuit tombe pour aller récupérer le fameux contrat, histoire d’être tranquille, il ne vous reste plus que quelques mois à tirer, alors forcément, c’était hors de question de rempiler pour des mois encore. Sinon tu le tuais, comme ça plus de dette, il aura donné sa vie. Alors tu ne veux pas en arriver là. Alors que tu te prépares chaudement pour affronter le temps glacial que vous offres les fêtes de fin d’année, tu préviens Alexis que tu reviens, mais finalement ce dernier n’était pas là, sans doute saoulé par tes appels incessants du moment. Fête de fin d’année sonnait pour beaucoup avec solitude, alors encore plus besoin d’entendre une voix les rassurer pour la plus part ou alors leur dire des choses salaces. L’obscurité commence à régner en maitre sur la ville quand tu sors, agressé automatiquement par le froid, autant dire que tu n’allais pas tarder, limite courir en direction du lieu de rendez-vous, heureusement que tu étais plutôt sportive, tu allais pouvoir te réchauffer en marchant à la vitesse la plus haute. Histoire de ne pas mourir congelée sur le coup. Fait trop froid pour être dehors, sur le coup, t’as pas de pensée pour ceux qui y sont h24, car on y pense pas souvent quand on a froid, on y pense après, tout le temps. Arrivant à la fameuse adresse où tu devais aller, tu frappas à la porte, une porte dans le quartier uppé du Queens, endroit où tu vas souvent quand tu décides de passer quelque temps dans un endroit complétement différent du tien, voir un monde différent. La richesse. T’es pas pauvre, mais presque, les fins de mois sont plutôt complexe. Tu attends impatiente d’avoir le contrat, car autant dire que tu es gelée, espérant presque que la porte s’ouvre aussi pour un peu d’hospitalité, puis tu pourras regarder l’endroit de plus près, pour t’incruster une prochaine fois, avant c’était toujours à deux, maintenant ce n’est plus que toi. Mentir serait de dire que ça ne te manque pas de faire tout ça avec lui, l’ancien D. Alors qu’en réalité c’est toi qui a changé, énormément, évolué tu l’as fait, tu t’es braquée, t’enfermant dans une douce carapace pleine de pique pour te protéger. La porte qui s’ouvre, toi qui pense halluciner, autant dire que t’as qu’une envie de faire demi-tour. Mais tu rentres, bon sang fait bien trop froid, pour y retourner directement sans petite pause chaude. Mais tu comptes bien lui faire cracher la raison de ta présence là et le tuer, ouai c’est une bonne solution qui s’offre à toi. « Pourquoi tu pouvais pas bouger ton cul ? » Que tu demandes, non en vrai tu aboies. « Et non je n’ai pas faim sauf si c’est toi le repas … autant dire que je vais devenir cannibale si faut pour me débarrasser de toi ! » Tu lui as donné plus de mot qu’en trois mois, mais bon, ce n’est pas grave, le froid à délayer ta langue, fallait bien qu’elle se réchauffe elle aussi. « Le contrat il est où ! » Bien décidé à le prendre et te casser, quitte à y laisser un doigt gelé en route.


_________________

I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://savethequeens.forumactif.com/t572-tehani-la-femme-qui-eprouvait-toutes-les-emotions-se-serra-contre-l-homme-qui-ne-ressentait-rien-du-tout#14415 https://savethequeens.forumactif.com/t606-teha-l-homme-le-plus-important-dans-la-vie-d-une-femme-n-est-pas-le-premier-mais-celui-qui-ne-laissera-pas-le-prochain-exister


Denzel Grayson


( play your cards )

/ avatar : Casey Deitrick
/ crédits : jenesaispas
/ autres personnages : Ruben & co
/ nombre de messages : 279
/ cartes en main : 0
/ âge : 31
/ statut : Célibataire qui ne veut pas se poser. La liberté est trop bonne a garder
/ occupation : Là où la vie l'emmène. Là où on veut de lui malgré son casier judiciaire.

Need to hear your grumble / denzani Empty
MessageSujet: Re: Need to hear your grumble / denzani   Need to hear your grumble / denzani EmptyJeu 24 Jan - 17:11


Tehani & Denzel.
Need to hear your grumble

Denzel doit être tout à fait courageux pour faire ce coup-là à Tehani au vu de la manière dont elle risque de réagir en comprenant son petit jeu, ou alors être totalement crétin. C’est sans doute la deuxième option étant donné que la véritable raison du message qu’il vient de lui envoyer ce n’est pas une question de contrat même s’il devra bien lui passer au terme de la soirée, mais bien pour la faire réagir, la voir s’énerver, la faire montrer un tant soit peu d’émotion quand elle lui parle. Il s’en fiche que ce soit la colère et non la joie, il se fiche du côté négatif de la chose. Ce qui l’importe véritablement c’est de la voir réagir, qu’importe comment. Il sait comment faire, il sait sur quelle corde tirer pour y parvenir même s’il n’est pas sadique au point de toucher à n’importe quel sujet plus ou moins sensible. Le but est de la faire râler, pas de lui faire du mal. Malgré tout ce qu’il s’est passé, il a bien trop de respect envers elle pour ça. A peine Tehani est-elle arrivée qu’elle lui aboie dessus. Gagné. « Car sinon je n’aurais pas pu voir si les proprios étaient de retour ou pas ! » S’il dit ça ce n’est pas au hasard, il y a bien une raison bien précise. A la fois il ne répond pas du tout correctement à sa question, ça va l’énerver et c’est le but. D’un autre coté c’est pour lui montrer clairement qu’ici ils ne sont pas chez lui. En même temps s’il avait assez d’argent pour loger ici ça se saurait. Une envie comme une autre de remuer le passé qu’ils ont partagé. Le but ici n’est pas de la faire fleur bleue, romantique ou ce que vous voulez, sinon il aurait tout faux, ce n’est pas comme ça qu’il pourrait la récupérer s’il le désirait. Le but est uniquement de la faire réagir et il sait que c’est en remuant le passé comme ça ou encore d’avoir préparé son plat préféré qu’il va y parvenir. C’est même exactement ce qu’il a fait. « Oh tu peux avoir faim de moi il n’y a pas de soucis ! » Dit-il avec un petit sourire au coin. Quel lourd ! « Dommage, en tout cas, vu ce qu’il y a au programme ! » Il a un ton plat, comme si c’était vraiment dommage, comme s’il était déçu car il s’attendait à ce qu’elle dine avec lui. Mais bon en vrai, il n’a pas non plus dit son dernier mot. Peut-être y parviendra-t-il même si elle sera là à lui hurler dessus. C’est fou comment une telle chose peut vous manquer mais ces derniers temps en sa présence sans la voir réagir, ça lui faisait très bizarre. Sans doute est-ce parce qu’eux deux, ça a toujours été très explosif, jamais proche d’une relation plate avec de la routine, juste une relation riche en rebondissements. En tout cas, qu’elle cède et mange ou non, dans tous les cas elle lui parle et c’est déjà ça. Ce n’est pas comme s’il n’entendait pas le son de sa voix lorsqu’ils devaient se supporter pour qu’il paye ses dettes mais c’est quand elle s’adressait aux autres. Là au moins elle lui accorde un regard. C’est déjà ça, c’est déjà beaucoup. Mais Denzel n’est pas du genre à se contenter de ça. Il veut toujours plus. « Il sera à toi bientôt, ne t’inquiètes pas ! » Dit-il comme si elle n’avait pas l’air de vouloir se casser d’ici. Qu’elle prenne ses aises, ils ont tous leurs temps. Enfin peut-être que Denzel a tout le temps, elle il n’en a pas la moindre idée. De toute façon c’est pas le sujet. Vu l’heure, elle ne serait pas venue, malgré le fait que ce soit plus que tentant de ne pas risquer de devoir se supporter encore plus longtemps que prévu. « On n’a jamais le temps de discuter, là il y en a un bon repas, autant en profiter. En plus au dessert j’y ai mis le paquet ! » On pourrait le penser fou, on pourrait imaginer qu’il est à fond, qu’il est sociopathe ou bien autre chose et qu’il croit ce qu’il dit, qu’il croit qu’elle va craquer. Mais ce n’est qu’un jeu, tout est un jeu mais si lui parle avec condescendance, elle ne réagira pas. Il n’est pourtant pas un très bon acteur et le sourire qu’il a eu coin des lèvres le démontre bien. Il s’exalte de cette situation, il en prend un malin plaisir et n’arrive pas à le cacher. Les jeux sont lancés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Tehani Andreani


( play your cards )

/ avatar : lucy queen hale
/ crédits : bad liar.
/ autres personnages : Beaucoup donc voir nika.
/ nombre de messages : 876
/ cartes en main : 0
Need to hear your grumble / denzani 84e4b1599918d65bc9f78a6ca142f22abc486a0e
/ âge : 29
/ statut : tu es une volage, une profiteuse de chaire fraîche, femme et homme, tu te laisses porter par tes envies du moment et surtout par cette fameuse connexion que tu connais tellement bien. Les nuits sont nombreuses , mais différente, comme les partenaires, mais tu te respectes ne faisant pas n'importe quoi non plus.
/ occupation : Hôtesse de téléphone rose, les mots crus et jamais les doux ne sortent d'entres tes lèvres pulpeuses sont à toi quand le soleil brille promettant de te marquer autrement qu'en te laissant une peau halée. La nuit tu vagues à jouer l'hotesse de charme d'un casino clandestin dans un quartier mélangeant bien du beau monde comme des personnes peu fréquentable.
/ zone du queens : queen contemporain seule comme une grande
/ beau bordel :
Need to hear your grumble / denzani Tumblr_pezx5mGKTd1xgsmybo1_540
Le soleil tu le hais. Il te laisse des plaques rouges et des douleurs à chaque fois que tu t'exposes, tu es atteinte de Lucite. Une vilaine allergie au soleil qui n'est clairement pas une chance, même si maintenant tu es une femme de la nuit et que tu aimes ça. /

Need to hear your grumble / denzani Tumblr_ojsmhlO3Vu1vxr1l5o1_500
in progress
《denzel; chaptertwo. 》《gaia; chapterone.》《damen ; chapterone. 》《andreani sister ; chapterone. 》《nana; chapterone. 》《you; chapterone. 》[/


Need to hear your grumble / denzani Empty
MessageSujet: Re: Need to hear your grumble / denzani   Need to hear your grumble / denzani EmptyJeu 31 Jan - 21:57


Tehani & Denzel.
Need to hear your grumble
Puis te retrouver devant lui t’en as marre. Marre de devoir supporter le gamin. Tu ne peux plus vivre à ses côtés, plus le sentir prés de toi, tu ne veux qu’une chose, qu’il s’en aille au plus vite de ta vie. Mais D. il doit avoir mille et une autre idées que de s’éloigner de toi. Tu ne lui parles pas, tu ne lui donnes aucune raison de rester, juste des raisons de partir sans dire au revoir, mais tu n’es pas assez douée apparemment. Nul à chier même. La preuve, tu te retrouves face à face avec lui, alors que t’aurais voulu être tranquille, te tenir encore éloigner de lui, oublier la douleur, oublier ce putain de mal qui te ronge, mais que tu tentes de faire taire. « Attends tu fais quoi ici ? » tu fronces les sourcils te demandant bien ce qu’il trame encore comme connerie, mais pourquoi tu t’y intéresses ? Au fond de toi tu sais pourquoi, tu sais que putain ça te gonfle totalement qu’il traine dans de la merde alors qu’il a déjà vécu en prison, t’aimerais vraiment que ce bouffon cesse ses conneries et se casse du coin pour vivre la vie qu’il avait rêvé de vivre quand la bonne nouvelle était là, puis elle est partie, comme tout est partie en couille votre vie. Pour ce qui est de ta faim, tu n’as clairement pas envie de lui servir quoi que ce soit d’ici, sauf comme tu lui dis le fait de bouffer D. pour le faire disparaître de ta vie, mais bon, tu finirais aussi en prison, après tout pourquoi pas, hein. « Ouai si t’as besoin de te faire bouffer les couilles au coin de la rue avec un peu d’argent tu trouveras une gentille fille qui t’aidera … en espérant qu’elle mette les dents ! » Tu lui rends sa réflexion à la con, les opales qui le toisent avec dureté. « Ouai je vais en pleurer ce soir dans mon lit ! » Que tu lances d’un ton lasse, non mais il a décidé de jouer le gros chieur ce soir ? Tu lèves les yeux au ciel, finissant par le regarder dans les yeux, ce que tu essayais du mieux possible de ne pas faire, mais tu laisses ton regard se noyer dedans, comme si tu avais la main mise sur son âme, mais tu arrêtes aussitôt que tu piges ce que tu fais. Hors de question. Plutôt crever que faire cette merde. Il te cherche et tu commences à le comprendre, il n’a pas l’air plus décidé que toi de lâcher les armes. Toi tu n’as qu’une envie te faufiler et lui n’as qu’une envie celle de t’avoir un peu pour lui, du moins c’est ce que tu comprends et cela ne te plaît pas, clairement pas. Croisant les bras sous ta poitrine, tu ne cesses de lui lancer des regards noirs, le laissant parler, car t’avais pas envie de continuer de perdre la salive inutilement, mais ce fût plus fort que toi. « Non, de suite ! » Plutôt crever pour toi que d’attendre. « Mais tu crois que j’ai envie de parler avec toi, si tu ne comprends pas, j’y peux rien. » Tu hausses les épaules. « Je ne veux plus jamais avoir à faire à toi, qu’est-ce que tu ne comprends pas, dis-moi ? » Que tu demandes, alors que tu t’approches de lui, t’as qu’une envie qui rendent les armes plutôt que vous faire perdre du temps à vous deux, mais il n’est pas très malin, enfin si justement, il parvient à te faire parler, à te faire enrager, alors que tu ne voulais plus rien lui donner pur qu’il se lasse, mais ce con parviens tout bonnement à te faire réagir ce soir. Le doigt qui s’enfonce dans ton torse. « LE. CONTRAT. MAINTENANT. » que tu dis en appuyant toujours plus sur son torse. « Sinon tu sais quoi on finit tous les deux en garde à vue, mais moi j’ai pas de contrat sur ma tête pour me renvoyer en prison ! » Un clin d’œil, une menace que tu es prête à mettre en œuvre, du moins tu y crois dur comme fer. « Dépêche-toi Denzel. » Prononcer son prénom est toujours douloureux, mais parfois tu n’as pas le choix.


_________________

I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://savethequeens.forumactif.com/t572-tehani-la-femme-qui-eprouvait-toutes-les-emotions-se-serra-contre-l-homme-qui-ne-ressentait-rien-du-tout#14415 https://savethequeens.forumactif.com/t606-teha-l-homme-le-plus-important-dans-la-vie-d-une-femme-n-est-pas-le-premier-mais-celui-qui-ne-laissera-pas-le-prochain-exister


Denzel Grayson


( play your cards )

/ avatar : Casey Deitrick
/ crédits : jenesaispas
/ autres personnages : Ruben & co
/ nombre de messages : 279
/ cartes en main : 0
/ âge : 31
/ statut : Célibataire qui ne veut pas se poser. La liberté est trop bonne a garder
/ occupation : Là où la vie l'emmène. Là où on veut de lui malgré son casier judiciaire.

Need to hear your grumble / denzani Empty
MessageSujet: Re: Need to hear your grumble / denzani   Need to hear your grumble / denzani EmptyLun 4 Mar - 15:28


Tehani & Denzel.
Need to hear your grumble

Et dire qu’en sortant de prison il avait été clair avec lui-même, il ne voulait pas la voir. Il avait suffi qu’il croise son regard une nouvelle fois pour qu’il plonge une nouvelle fois dans cette drogue qu’elle peut être pour lui. Tout serait plus simple s’il pouvait s’en passer, s’il pouvait sa vie loin de la brune qui est à la fois sa plus grande force mais surtout sa plus grande faiblesse. « J’en avais marre de tourner en cage dans mon appart, j’avais besoin de plus grand » Mensonge. Il cherchait surtout à la provoquer en la faisant venir ici, dans un endroit qui n’est pas le sien en souvenir de l’époque où ils squattaient encore et encore des endroits abandonnés ensembles. Denzel ne comptait même plus le nombre de fois où ils avaient consommé dans le lit d’autres personnes et d’autres endroits moins traditionnels. C’était leur truc. Aujourd’hui c’est la seule fois où il le refait depuis qu’il est sorti. Signe qu’il veut la provoquer. Il aurait très bien pu faire tout ça dans son petit appart, à peine plus grand que la cellule de prison qu’il partageait à l’époque. Mais cela n’aurait pas la même saveur. Pas la même satisfaction de la faire réagir. On peut le dire, il est cruel car ce qu’il le satisfait, c’est la mettre hors de ses gonds. Aujourd’hui, il ne semble pas avoir besoin de dire grand-chose pour que ça fonctionne à la perfection. Et dire que durant ses dernières semaines, elle ne lui adressait pas la moindre parole. Il n’avait donc pas grand-chose à faire pour y parvenir enfin. « Ça serait beaucoup moins satisfaisant » Il répond sa pique. Ils peuvent tourner vite en rond s’ils se renvoie la balle de cette façon. Denzel est un vrai gosse pour le coup. Il se fiche de la manière dont elle répond, tant qu’elle le fait. Tant qu’elle lui accorde un minimum d’attention. C’est tout ce qu’il désire, demande, qu’elle lui prête de l’attention et montre un tant soit peu d’émotion car parler dans le vide, avoir l’impression d’être seuls quand ils doivent travailler à deux pour qu’ils effacent l’ardoise qu’il a avec le patron de Teha. Parfois il se sentirait moins seul même à parler à un mur. C’est dire. Elle veut le contrat, lui ne veut pas avoir mis tout ça en place pour la voir deux minutes, la faire réagir et c’est fini. Ça serait bien trop simple mais il le savait bien qu’elle n’allait pas s’asseoir à sa table et se taire. Ça n’aurait pas la même saveur si ça avait été le cas de toute façon. « Sauf que tu n’as pas non plus le choix que de me supporter, que de me voir. C’est les affaires, c’est ton patron. Alors autant que les choses se passent bien ce soir, plus tôt que ça s’éternise dans le temps. » Oui, si tout se passe bien alors elle aurait plus à le voir encore longtemps.  « Un soir, ce soir, et après tout se passera bien l’un pour l’autre, loin » Du chantage ? Pourtant il n’irait pas jusqu’à la forcer à rester. Il peut être très violent, cru parfois mais jamais ô grand jamais il ne le sera envers les femmes, autant physiquement qu’avec des simples paroles qui peuvent parfois être aussi dures que les gestes. Denzel a trop souvent été témoin de l’impact que pouvaient avoir ses beaux-pères sur sa mère, trop faibles pour fuir leurs emprises pour qu’il prenne cet exemple-là après coup. La simple idée de contrôler les femmes, de les rendre plus bas que terre a tendance à lui donner envie de vomir. Elle s’énerve, lui fait du chantage. Il pourrait accepter, lui donner ce contrat de suite et en être lui aussi débarrassé mais c’est comme cela, elle est comme une drogue, il n’arrive pas à y renoncer. Il ne peut s’empêcher de regarder son initial sur le doigt de Tehani. Lui a la sienne et il ne pouvait pas s’empêcher de la regarder alors qu’il était enfermé, alors qu’elle aurait pu lui éviter tout cela… il ne peut donc pas tout garder pour lui bien longtemps. « Ah oui, tu seras sauve et moi je groupirais une nouvelle fois en taule, sans aide, sans visite, sans témoignage, sans rien, c’est bien ça ? Tu aimerais bien hein avoue le, ça t’arrangerais ! » Cette fois c’est lui qui réagit, car il n’avait pas pu montrer toute l’amertume qu’il avait ressenti derrière les barreaux alors qu’il attendait ses visites… en vain. « Au moins tu n’auras plus à me voir, donc vas-y, fais, mets-nous en garde à vue si ça te chante. » Il a le regard dur. La situation l’amusait, il était satisfait de la faire réagir mais tout cela prend subitement un gout amer alors que ça ne va pas dans le sens qu’il s’y’ attendait. Il lui en veut toujours, pourtant il a toujours été très clair avec lui-même, même en sachant tout cela, il referait les mêmes actions. Toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Tehani Andreani


( play your cards )

/ avatar : lucy queen hale
/ crédits : bad liar.
/ autres personnages : Beaucoup donc voir nika.
/ nombre de messages : 876
/ cartes en main : 0
Need to hear your grumble / denzani 84e4b1599918d65bc9f78a6ca142f22abc486a0e
/ âge : 29
/ statut : tu es une volage, une profiteuse de chaire fraîche, femme et homme, tu te laisses porter par tes envies du moment et surtout par cette fameuse connexion que tu connais tellement bien. Les nuits sont nombreuses , mais différente, comme les partenaires, mais tu te respectes ne faisant pas n'importe quoi non plus.
/ occupation : Hôtesse de téléphone rose, les mots crus et jamais les doux ne sortent d'entres tes lèvres pulpeuses sont à toi quand le soleil brille promettant de te marquer autrement qu'en te laissant une peau halée. La nuit tu vagues à jouer l'hotesse de charme d'un casino clandestin dans un quartier mélangeant bien du beau monde comme des personnes peu fréquentable.
/ zone du queens : queen contemporain seule comme une grande
/ beau bordel :
Need to hear your grumble / denzani Tumblr_pezx5mGKTd1xgsmybo1_540
Le soleil tu le hais. Il te laisse des plaques rouges et des douleurs à chaque fois que tu t'exposes, tu es atteinte de Lucite. Une vilaine allergie au soleil qui n'est clairement pas une chance, même si maintenant tu es une femme de la nuit et que tu aimes ça. /

Need to hear your grumble / denzani Tumblr_ojsmhlO3Vu1vxr1l5o1_500
in progress
《denzel; chaptertwo. 》《gaia; chapterone.》《damen ; chapterone. 》《andreani sister ; chapterone. 》《nana; chapterone. 》《you; chapterone. 》[/


Need to hear your grumble / denzani Empty
MessageSujet: Re: Need to hear your grumble / denzani   Need to hear your grumble / denzani EmptyMer 13 Mar - 15:14


Tehani & Denzel.
Need to hear your grumble
Te voilà devant lui, toi qui ne cesse de vouloir le sortir de ta vie, tu te retrouves comme prise au piège dans une maison gigantesque et lui. Surtout lui. T’as comme la sensation que ton âme est en train de brûler à cet instant bien précis, bien trop proche de lui, trop près pour ne pas laisser un quelconque manque t’envahir. Alors, tu lutteras, tu seras forte. Une guerrière. Tu le sais pour rester saine et sauf, faut le détruire, pas la première fois que tu le feras après tout. « Continue tu te retrouveras dans une nouvelle cellule avec vu sur le cul d’un vieux qui est en prison depuis un by ! » Tu le sais, depuis que tu l’as revu, il ne cesse de s’attirer les foudres des gens qu’il ne faut pas avoir sur le dos, de trainer là où il ne devrait donc pas être, comme ce soir. Tu ne peux pas oublier le fait que ces conneries c’était les vôtres, à vous deux, personnes d’autres. Mais t’en as fini avec ça, tout comme avec lui, que tu ne cesses de te chanter, alors que ton abruti de cœur lui s’emballe à chaque fois que tes opales sont posés sur son être. Un bien être que ça te procurer avant de te broyer, avant que tu repenses à cet être que tu as perdu, qui est mort. Autant dire que tu ne sais pas comment lui peut faire pour vouloir être à tes côtés. Toi tu ne veux même plus trop te voir dans un miroir, alors c’est quoi son soucis ? Maso. Sans doute. Peut-être pour ça qu’il a toujours été là à tes côtés. T’as tout fait, ne pas lui parler, ne pas le regarder limite. T’as fait ton job, mais il est trop con pour comprendre les messages. Même en disant de a à z que tu ne veux plus le voir, jamais, il sera toujours là. Comme le boulet à ta cheville, comme cette peine qui te hante, qui t’abîme à chaque instant où tes poumons se remplissent d’oxygène. « T’as pas assez d’argent pour que mes lèvres effleure les tiennes, alors imagine pour effleure ton engin ! » Il veut jouer ? Il te provoque et tu tombes dedans comme une conne. Toi aussi, t’es pas maligne pour le coup. Alors, t’es proches de lui, ta main sur son torse. « Tu sais je peux par contre t’offrir ma main pressant sèchement ton cerveau ! » Cerveau alias le pénis. Autant dire que là tu as plus l’impression de parler face à ça plutôt qu’à un gars avec un cerveau. « Alors, tu veux gouter à nouveau à ma main ? » Le regard qui se perd dans le sien, toi t’es aussi tordu que lui, tu veux le faire souffrir, ce qui te fera souffrir. Il ne comprend pas, il ne sait pas que le voir si mal, si à terre te fait un mal de chien. Mais t’es pas la fille pour lui, tu ne l’es plus. Tu n’es qu’une roue crevé abandonner sur le côté de la route. Il mérite le bonheur, mais il continue à te chercher dans les tréfonds. « Y a rien à se passer ce soir Denzel … rien clairement. Je veux juste les papiers pour lesquels tu m’as fait venir et m’en aller. On n’a jamais besoin de s’entendre avec tout le monde. On est pas obligé de nouer avec tout le monde … » Lances-tu. « T’essayes de prouver quoi là ? » tu lèves les yeux au ciel, tu finis par voir rouge, mais tu restes calme, tu restes complétement stoïque face à lui, pas loin de lui, mais assez loin pour ne pas devenir folle. Il attend beaucoup trop de toi, ne comprend-t-il pas que tu n’es pas un remède pour lui, mais bel et bien le poison de sa vie ? Tu l’écoutes, les actes que tu as commis qui te fond un mal de chien, toi le laissant croupir en prison, là où n’importe quoi aurait pu lui arriver. «Ouai je suis une garce, une connasse ! » T’as des larmes qui montent mais tu restes le plus fort possible, laissant tes ongles s’enfoncer dans les paumes de tes mains. « Mais je t’avais pas demandé de t’en mêler. » Que tu craches. « J’avais besoin qu’il me fasse mal, j’avais besoin de me sentir en vie, besoin de lui. » tu continues, le regard toujours plus noir. « Ce qui t’as rendu hargneux c’est que je n’avais pas besoin de toi, que je n’avais plus besoin de toi dans ma vie pour être vivante, mais que toi si …. Pas moi. » Tu mens. T’avais autant besoin de lui que lui avait besoin de toi, mais tu ne voulais pas guérir, tu ne voulais pas faire taire les maux, comme tu ne le veux toujours pas. C’est comme une ancre qui te permet de rester attacher à la douleur que la vie t’a fait. Et si tu faisais prendre à tout ça un nouveau chemin, t’as le cerveau qui fulmine, qui dérape dans tous les sens. « Juste ce soir, juste quelques heures et tu me fous la paix, c’est ça que tu veux, hein ? » T’as le regard qui démontre que tu es détruites et que tu as besoin de lui, tout comme tu as besoin qu’il ne soit plus dans ta vie. Alors, ni une, ni deux. T’as les mains qui glissent jusqu’à ton haut le retire. « Vas-y prend moi ! Je ne bougerais pas, fait de moi ce que tu veux, comme avant … mais ça ne serait jamais comme avant ! » Jamais. Alors qu’il te prenne, te retourne, te fasse autant de mal que possible, car ça sera la dernière fois et que toi tu ne voudras plus jamais le revoir, plus jamais ressentir ce que ton cœur te fait sentir actuellement. Car dans le vrai, tu l’aimes et tu l’auras toujours aimé. Mais tu ne t’aimes plus, tu n’as jamais su t’aimer, toujours la sensation d’être en trop, e prendre une place importante dans la vie des autres. D. il sera toujours tien, tu seras toujours la sienne, mais tu ne peux pas combattre ce mal qui te ronge, alors tu rends les armes. « Alors ? » Que tu lâches, le cœur au bord des lèvres, la détresse prenant en otage ton cœur, ta voix, ton âme qui t’attire dans un gouffre infini.


_________________

I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://savethequeens.forumactif.com/t572-tehani-la-femme-qui-eprouvait-toutes-les-emotions-se-serra-contre-l-homme-qui-ne-ressentait-rien-du-tout#14415 https://savethequeens.forumactif.com/t606-teha-l-homme-le-plus-important-dans-la-vie-d-une-femme-n-est-pas-le-premier-mais-celui-qui-ne-laissera-pas-le-prochain-exister


Denzel Grayson


( play your cards )

/ avatar : Casey Deitrick
/ crédits : jenesaispas
/ autres personnages : Ruben & co
/ nombre de messages : 279
/ cartes en main : 0
/ âge : 31
/ statut : Célibataire qui ne veut pas se poser. La liberté est trop bonne a garder
/ occupation : Là où la vie l'emmène. Là où on veut de lui malgré son casier judiciaire.

Need to hear your grumble / denzani Empty
MessageSujet: Re: Need to hear your grumble / denzani   Need to hear your grumble / denzani EmptyJeu 28 Mar - 19:16


Tehani & Denzel.
Need to hear your grumble

Sortir pour bonne conduite, se tenir à carreau pendant un moment pour ne plus être derrière les barreaux et faire des conneries dès le gout de liberté retrouvé. Denzel, comme toute personne normalement constitué, a detesté le temps passé là-bas. C’est donc une bonne conduite qu’il devrait s’acheter, pas ce gout prononcé du risque de flirter avec la loi. Travail au black, affaires plus que louche, intrusion dans un endroit privé, il y aura des tonnes de raisons de le coffrer, pourtant, il est là, à faire le malin alors qu’à tout instant, il pourrait se retrouver loin de sa vie, loin de tout ce qu’il a loupé durant son absence. Sans doute est-ce la présence de Tehani qui le rend comme ça ; en présence de sa drogue, il fait plus de connerie, joue avec la vie. Ca le rend vivant et cette sensation de n’être vivant que lorsqu’ils flirtent avec la loi comme ils le faisaient autrefois en squattant des baraques sans leurs propriétaires à un gout malsain. Denzel il veut se sentir vivant, il veut sortir de la routine qu’il fuit comme la peste. « Il y a aucune raison que j’y retourne j’ai pris toutes les précautions ! » Sauf qu’il ne suffit pas d’être discret en arrivant, il faut surtout l’être en étant en possession des lieux et vu la manière dont ils s’adressent la parole, ça risque d’être compliqué, parce que leurs moyens de communiquer entre eux ce ne sont pas des paroles douces, les tons montent la plupart du temps et ça a toujours été comme ça. Ils n’ont jamais joué dans la guimauve. « J’ai toujours su que tu aimais jouer les castratrices ! » Ce ne sont que des piques, des provocations qu’ils ne cessent de s’envoyer à volo dans la tronche. Il la cherche et ses bijoux de familles risquent d’en pâtir, à nouveau. Il joue avec le feu et ça ne serait pas la première fois qu’il se cramerait. Denzel la pique, encore, elle réagit et d’une façon il gagne. Mais en gagnant il se fait aussi du mal. Putain de spirale infernale. « Tout ce que je veux c’est que tu réagisses, t’as pas compris ça encore ? Et j’ai réussi ce soir ! » Elle lui parle, elle lui montre de l’intérêt et même si c’est négatif, c’est toujours ça, ça sera toujours mieux que ces silences tranchants. Il n’a pas besoin qu’elle lui montre de l’intérêt d’elle-même, rien qu’en agissant elle le fait et c’est tout ce qui compte. Denzel se fait du mal, il en a conscience pourtant. Finalement il explose, car il ne peut pas garder tout ça aussi longtemps, il a tout accumulé quand il était en taule, quand ils doivent se voir pour le travail. Il s’est tut pendant trop longtemps alors forcément, ça explose. Ca fini toujours pas exploser de toute façon. « T’avais pas à me demander, je pouvais tuer pour toi, j’aurais pu le zigouiller ce type, et tous les autres qui pouvaient te faire souffrir ! » Il continu de hurler, sans penser que c’est comme ça que des voisins potentiels pourraient appeler les flics. Il essaye de se contenir de nouveau, mais ces mots le transpercent en pleins cœur. Il ne sait même pas ce qui le fait rester debout. Alors qu’elle se mot à moitié à nus face à lui, qu’elle s’offre à lui pour la soirée. Il ne dit rien, pendant un instant c’est le silence, avant que finalement ce silence soit brisé par la violence de leurs corps se retrouvant alors qu’il la plaque contre le mur derrière elle. Face à elle, à sentir son parfum il pourrait la prendre là, de suite, maintenant. L’envie est là, alors qu’il embrasse son cou avec ardeur mais l’envie s’en va aussitôt même où il se rend compte de ce qu’il est en train de faire. Ni une ni deux il cogne contre le mur, juste à côté d’elle, juste à côté d’eux. Besoin de se défouler sur quelque chose car il ne le fera ô grand jamais sur elle. « Je ne vais pas abuser de toi ! C’est peut-être comme ça que tu les aimes, ces bâtards que tu laisses toujours entrer dans ta vie… » Lui le premier, il en a conscience. Il n’était pas un homme pour elle quand ils se sont rencontrés, bien trop vieux, bien trop casse gueule pour une relation pour la jeune qu’elle était ; mais de suite ils sont devenus la dose d’héroïne de l’autre. Ils auraient pu s’en sortir, avec une belle vie ensemble, être heureux à trois, mais il ne veut pas revenir là-dessus car putain ça fait mal. « … Je te déteste au point où je ne te veux plus dans ma vie… » Il la déteste autant qu’il aime, qu’il aimera toujours ; et c’est ça le problème. « Pourquoi c’est si dur de rester loin putain ? » Il lui pose la question et pourtant, c’est plus à lui qu’il se la pose. Il aimerait s’éloigner, n’être qu’un fantôme dans sa vie. Alors que ça pourrait passer pour un acte pervers, il posa sa main droite sur sa poitrine, par-dessus son soutien-gorge, pas pour la tripoter, juste pour sentir ce cœur battre. Ce cœur qui battrait pour lui autrefois. C’est ce mot le problème : autrefois. « T’façon t’auras toujours gagné » dit-il dans un souffle, alors qu’il finit par la lâcher pour ne plus lui faire face. Dans tous les jeux il y aura toujours un perdant. Denzel ne joue plus, et pourtant il se rend compte que dans cette partie il sera toujours le looser de l’histoire. Face à Tehani il n’est pas aussi fort qu’il ne voudrait l’admettre. Elle est forte, il est faible, c’est tout ce qu’il en retire. Sans doute parce qu’il ne comprend pas qu’il n’est pas seul dans cette histoire, sans doute parce qu’il ne voit pas qu’elle est bien trop forte pour camoufler ce qu’elle ressent. C’était tellement plus simple en prison de la détester, car il ne l’avait pas face à lui, car il pouvait oublier pourquoi il ressentait tout ça pour elle. Il n’oubliait pas tous ces moments ensembles, tous ces souvenirs, toutes cette peine lorsqu’ils ont appris la pire nouvelle qu’on peut ressentir en tant que futur parent, mais il pouvait oublier ça, cette façon dont son cœur s’emballait en sa présence. « J’t’aurais toujours dans la peau putain ! » Ce n’est pas une déclaration, cette haine ressort alors qu’il pointe son annulaire gauche au ciel, alors qu’il ne la regarde plus. Ce putain de tatouage qui les reliera toujours. Ce T et ce D. En prison il regardait son doigt souvent, ça aidait à attiser cette haine et depuis qu’il est sorti, il n’a jamais regardé son tatouage à elle, il n’a jamais remarqué le point final qu’elle y a inscrit. Ce point final qu’il devrait lui-même mettre entre eux mais dont il sait pertinemment qu’il n’aura jamais la force et le courage d’y parvenir. Quand on est accroc, même quand ça fait mal, on le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Tehani Andreani


( play your cards )

/ avatar : lucy queen hale
/ crédits : bad liar.
/ autres personnages : Beaucoup donc voir nika.
/ nombre de messages : 876
/ cartes en main : 0
Need to hear your grumble / denzani 84e4b1599918d65bc9f78a6ca142f22abc486a0e
/ âge : 29
/ statut : tu es une volage, une profiteuse de chaire fraîche, femme et homme, tu te laisses porter par tes envies du moment et surtout par cette fameuse connexion que tu connais tellement bien. Les nuits sont nombreuses , mais différente, comme les partenaires, mais tu te respectes ne faisant pas n'importe quoi non plus.
/ occupation : Hôtesse de téléphone rose, les mots crus et jamais les doux ne sortent d'entres tes lèvres pulpeuses sont à toi quand le soleil brille promettant de te marquer autrement qu'en te laissant une peau halée. La nuit tu vagues à jouer l'hotesse de charme d'un casino clandestin dans un quartier mélangeant bien du beau monde comme des personnes peu fréquentable.
/ zone du queens : queen contemporain seule comme une grande
/ beau bordel :
Need to hear your grumble / denzani Tumblr_pezx5mGKTd1xgsmybo1_540
Le soleil tu le hais. Il te laisse des plaques rouges et des douleurs à chaque fois que tu t'exposes, tu es atteinte de Lucite. Une vilaine allergie au soleil qui n'est clairement pas une chance, même si maintenant tu es une femme de la nuit et que tu aimes ça. /

Need to hear your grumble / denzani Tumblr_ojsmhlO3Vu1vxr1l5o1_500
in progress
《denzel; chaptertwo. 》《gaia; chapterone.》《damen ; chapterone. 》《andreani sister ; chapterone. 》《nana; chapterone. 》《you; chapterone. 》[/


Need to hear your grumble / denzani Empty
MessageSujet: Re: Need to hear your grumble / denzani   Need to hear your grumble / denzani EmptyDim 21 Avr - 23:01


Tehani & Denzel.
Need to hear your grumble
Tu laisses un rire s’échapper d’entre tes lèvres, tu ris, mais tu ris jaunes poupée, tu es à deux doigts de craquer, voilà tout. « Pas assez vu qu’on se retrouver là, crois-moi D. ne me cherche pas trop ! » T’as les opales qui s’étale dans les siennes, la noirceur qui s’empare d’elles comme pour le prévenir que c’est loin d’être des mots en l’air, si loin. « Tu ne sais pas ce que j’aime ! » Fut un temps tu savais tout d’elle, mais plus moins, la reine de ton monde s’en est allée. « Tu le savais avant, si tu le savais, encore tu ne seras pas là, à me faire chier ! » Tu l’avoues, il te rend dingue, compliqué de rester de marbre face à lui, beaucoup trop. Mais tu le fais. Tu t’accroches, serrant les dents un peu plus, encore. Une réaction, tout ce qu’il attendait de toi ? Il avait du temps à perdre, mais toi t’avais pas envie de lui donner tout ça, tu ne voulais qu’une chose un trait, un point final sur tout cela. Sur lui, sur le vous qui avait existé. Tu ne voulais plus de tout ça, t’avais pas espéré son retour, tu l’avas maudit dès que tes opales s’étaient déposés sur lui. Tu ne voulais qu’une chose, un adieu, un seul. Ne plus jamais le voir, ne plus jamais ressentir ce calvaire qu’il fait naître chez toi, dès que tes yeux ont l’audace de le croiser, lui ou ses opales. Ce mal qui ronge le frein, qui ronge le mur que tu as usé avec le temps, et un jour quand ce mur craquera pour de bon, tu seras fini. Noyée sous les néants d’émotions incontrôlables qui feront de toi un déchet, une masse inutile sur ce monde. Alors, qu’il aille en enfer avec ses réactions. « T’as eu ce que tu voulais, c’est bon alors ! » Que tu lui craches au visage, pour toi ce n’est pas grand-chose. Il a eu deux trois mots de toi, mais il n’aura jamais le torrent qui promet de s’abattre sur vos vies s’il continue à insister de la sorte. Il est sourd ? Complétement con ? Tu ne sais plus quoi penser de lui. il descend, baisse un peu plus dans ton estime, quel con. Les mots peu glorieux se précipitent dans ton esprit pour lui trouver l’adjectif parfait. Autant dire que rien n’est semblable à ce qui aurait pu être avant le jeune homme. Mais seul lui, n’avait pas l’air de le comprendre, de le concevoir, autant dire que tu n’avais plus qu’une envie princesse, te casser, trouver ta liberté et en finir. Une bonne fois pour toute. Pitié, tu ne demandais rien, jusqu’il ferme sa bouche et s’écarte de ton chemin, tout en passant outre ta vie. Voilà, tout. Tu ne demandes donc rien, mais faudrait qu’il le comprenne, le capte. « Alors, tues-toi ! » Que tu lâches sans même y songer, ces mots sortent ainsi, car c’est ainsi que ça devrait être. Qu’il capte qu’il fait partie des hommes qui te font ou te ferons souffrir et que toi jolies brunette tu seras l’une de celle que le brisera, encore un peu plus. Mais toi seule avait capté cela, pas lui. Comme si il se complaisait dans toute cette merde qu’était votre vie à deux. Abruti. Pauvre con. « Tu fais partis de ces mecs bien plus qu’eux. tu es le premier avoir fait mal à mon être, à mon cœur. Mais t’as pas l’air de le réaliser. » Tu souffles. « Toi tu me détruis et eux me font survivre. » Que tu lâches avec la voix aussi dure qu’électrique. Tu le sais bien, que tu tiendras toujours à lui, mais que tu lutteras fortement contre tout ça. Tu le sais. Tu le sens ton myocarde qui s’emballer quand il est là. Mais t’es devenue une pro dans le fait de ne plus entendre ce dernier chanter. Tu le préfères mort ton organe centrale, t’aimerais être un putain de zombie sans aucune émotion, mais ce n’est pas possible, malheureusement. Tu restes le plus calme possible, pas besoin de hurler, pas comme lui, finalement c’est lui qui perdra la raison en premier. Calme extérieurement alors qu’intérieurement c’est un véritable ouragan qui fait rage. Tout va vite, ton corps projeté contre le mur, son corps contre le tien, alors que tu es dénudée. Nue à t’offrir à lui, une dernière fois, un adieu, qui sera le dernier. Mais il ne le voit pas comme ça. Tu lèves les yeux au ciel, sans même ressentir la moindre once de peur, alors qu’il frappe à côté de ton visage, en plein dans le mur. Tes opales qui le cherchent, le provoquant un peu plus. Vas-y. qu’il éclate, tu ne demandes que ça, tu ne veux que ça. Qu’il cesse d’être ce fantôme errant ta vie. Tes mains qui agrippent son haut, ton regard qui ne change pas de trajectoire. Ses opales dans les tiennes. Tu n’en démordras pas. Il le fera en premier. « T’es qu’un minable, t’es capable de rien, capable de rien faire … pourquoi tu me fais chier si t’es incapable de prendre quand je te dis d’y aller ! Tu vois un viol là où n’y en a pas …. » Tu souffles le repoussant ; même s’il reprend vite sa place collé à toi. « Crétin que tu es. » Que tu hurles à ton tour, laissant le ton gravir un échelon, encore. Tu ris, tu souris le cherchant toujours un peu plus tout en restant silencieuse, plus besoin de mot, plus besoin de rien. Mais il le comprendra un jour, que tu joues la forte, que tu oublies ce que tu ressens, te nourrissant de la douleur pour avancer, loin de te laisser abattre, mais ce petit jeu t’atteindra un jour, mais ce jour n’est pas là, pas de suite. « Faudrait que tu passes à autre chose ! » Que tu lâches sans pression à la suite de toutes ces phrases qu’il venait de lâcher. « Faut que tu te fasses à l’idée que t’es plus le type d’avant, que t’es plus celui qui fera vibrer mon cœur ! » Tu souffles. « T’aurais jamais dû l’être même ! » Tu veux l’achever, une manière peut être d’espérer qu’il ne t’approche plus, plus jamais. « Heureusement qu’il est mort ! Il n’aurait jamais survécut à nous deux ! » Tu viens de prendre ton organe central, de le piétiner, alors que la douleur est puissante, le visage reste impassible, suppliant au plus profond de toi, qu’il comprenne. T. & D. c’était fini, tu voulais le convaincre et te convaincre à tout jamais. « Les papiers maintenant, ça suffit ces jeux de gamins, grandit ! » Que tu craches avec suffisance en levant les yeux au ciel, alors que tu le forces à te faire à nouveau face, maintenant qu’il t’avait tourné le dos. « Assume, gars. » que tu lâches, tu veux l’enterrer, et être sûr de ce clapet final. Jusqu’à quand ? Aucune idée.


_________________

I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://savethequeens.forumactif.com/t572-tehani-la-femme-qui-eprouvait-toutes-les-emotions-se-serra-contre-l-homme-qui-ne-ressentait-rien-du-tout#14415 https://savethequeens.forumactif.com/t606-teha-l-homme-le-plus-important-dans-la-vie-d-une-femme-n-est-pas-le-premier-mais-celui-qui-ne-laissera-pas-le-prochain-exister


Denzel Grayson


( play your cards )

/ avatar : Casey Deitrick
/ crédits : jenesaispas
/ autres personnages : Ruben & co
/ nombre de messages : 279
/ cartes en main : 0
/ âge : 31
/ statut : Célibataire qui ne veut pas se poser. La liberté est trop bonne a garder
/ occupation : Là où la vie l'emmène. Là où on veut de lui malgré son casier judiciaire.

Need to hear your grumble / denzani Empty
MessageSujet: Re: Need to hear your grumble / denzani   Need to hear your grumble / denzani EmptyDim 27 Oct - 17:35

Denzel veut faire croire à qui veut l’entendre qu’il est qu’un qui ne compte que sur lui-même, quelqu’un qui pense en premier lieu à sa petite personne avant les autres. C’est tellement faux. Des années qu’il reste en boucle sur ce mensonge alors que c’est une évidence. Tehani il l’a et il l’aura toujours dans la peau. Et ce, même en oubliant qu’il est allé jusqu’à se tatouer sa putain d’initiale. « Et qu’est-ce que tu vas me faire ? » Elle a pourtant le pouvoir, le pouvoir d’envoyer des grosses ordures lui faire la peau alors que c’est elle-même qui les avaient empêchées de le faire une première fois. Elle a aussi le pouvoir de laisser plus bas que terre. De toute façon, ça pourra difficilement être plus difficile que la première fois qu’elle a bousillé son cœur. Le quitter était une chose, il restait accrocher à cette demoiselle dont il ne pouvait pas se défaire. Elle a le pouvoir sur sa destruction et ils le savent tous les deux. Sans doute est-ce pour cela qu’ils ont des comportement auto destructeur l’un envers l’autre depuis la perte de ce petite être qui aurait été leur bonheur au bout du tunnel. En perdant cet espoir, ils se sont perdus. Pourtant, ils sont toujours là, l’un face à l’autre parce que Denzel ne peut rester loin. De toute façon ce qu’il voulait, il vient de l’obtenir : un regard, une réaction aussi violente émotionnellement parlante qu’elle puisse être. Au moins elle lui montre son tempérament, elle lui apporte de l’attention et c’est tout ce que son putain de cœur avait besoin. Il ne pouvait plus supporter de la voir de glace, bien trop habitué à voir son tempérament de feu. C’est ça ce qu’il aime chez elle, même si c’est aussi ça qu’il déteste. Bien trop de complexité dans leur histoire. Mais c’est bien ça qui les résume non ? La complexité, le feu et la violence de leur passion. Violence dans leurs mots c’est encore d’actualité, passion c’est bien caché. « Ca ne sera jamais bon, ça ne sera jamais fini tu le sais aussi bien que moi ! » Prétendre le contraire ressemblerait à un leurre.  Aussi loin l’un de l’autre qu’ils pourraient être, ça ne sera jamais fini, pas totalement. Pas comme ça. Ils ont eu une relation qui ne s’oublie pas. Denzel n’attend rien d’elle, il n’attend pas de retomber dans ses bras, il attend juste qu’elle l’admette, il attend juste… à vrai dire il ne sait pas ce qu’il attend de tout ça ; car au final ça ne sera jamais assez bien. Ils ne seront jamais les Tehani et Denzel qu’ils étaient autrefois ; et d’un côté c’est pas plus mal. Ils se font du mal et s’empêchent d’avancer. Denzel a bien conscience qu’il devrait tirer un trait sur cette histoire, sur elle, sur eux, mais c’est bien trop difficile de décrocher, de ne plus être tenté par cette tentation divine de jouer de nouveau avec le feu. Il souffle à ses paroles bien trop douloureuses à entendre. Il le sait qu’il lui fait du mal et pour ça il s’en voudra toujours ; mais jamais ô grand jamais il ne lui fera du mal autrement. « J’te fais peut-être souffrir, autant que toi tu me le fais, mais jamais je ne serais comme ces crétins que tu fréquentes et que oses te toucher » Ils peuvent tous les deux avoir leurs excès de violence, tout n’est que passion entre eux ; mais jamais ô grand jamais il ne lèvera la main sur elle dans le but de lui faire du mal, jamais il ne deviendra un mec violent avec la gente féminine ; jamais il ne sera comme ses ex beau-père, et comme l’ex de la brune face à lui. Pourtant ses actions ne le démontrent pas forcément, cette violence entre eux, cette passion, cette envie d’elle mais cette envie de ne pas craquer alors que ça serait juste une manière pour eux deux de se faire encore plus de mal. Il pourrait se la faire, là contre le mur et même s’il a envie d’elle ça n’apportera rien de plus, rien de bien en tout cas et ils se feront plus de mal que de bien. Ça nous fera plus de mal dans cette putain de relation destructrice. Je serais faible je te prendrai là maintenant mais non, je ne réfléchis pas qu’avec mes couilles ! [/color]» crache-t-il presque à son visage. Il ne fait que hurler, tandis qu’elle, elle reste calme et c’est sans doute ce qui l’énerve encore plus. La sensation d’être le perdant dans cette histoire, comme si ça ne la touchait pas, comme s’il se dont il avait envie : la faire réagir ; ne fonctionnait pas tant que ça. Il la voit rire alors que ça, ça le met hors de lui. « Qu’est-ce qui t’a autant fait devenir reine de glace ? » Fini-t-il par demande. Elle a ce calme qui lui fait perdre encore plus le sien. Il a l’impression que rien ne la touche alors qu’au fond de lui c’est une vraie apocalypse. Il reste là planté là alors que sa tête lui crie de se tirer de là et vite. « J’t’attend pas Teha, j’peux très bien vivre sans toi ! » Il essaye de se persuader ça, pourtant il est là ce soir, avec son pauvre repas à la con. « T’inquiètes pas je suis bien conscient que si c’était à refaire, je ne referais pas les mêmes erreurs, les mêmes rencontre ! » C’est faux, il ferait les mêmes choses à quelques détails différents. Seulement leur relation était épique, ça le faisait vivre. Maintenant cette relation le conduit à sa perte et ce n’est pas récent. Eh là, le coup de poignard ! Elle sait toucher où ça fait mal Teha, mais Denzel ne la pensait pas capable d’aller juste que là, jusqu’à parler de l’enfant qu’ils auraient dû avoir. Car en parlant de ça, elle fait mal à eux deux, et il le sait. « Tu me dégoute » dit-il finalement en s’éloignant. Ça lui donne la gerbe ce qu’il entend, ça lui donne la gerbe la seule pensée qu’elle puisse évoquer cela de la sorte. Il n’arrive plus à la regarder en face, c’est fini ! « Tes papiers tu vas les avoir, je ne veux plus avoir à faire à toi ! » Il dit ça, blessé, le cœur en miette, mais dans des jours, des semaines, des mois, son discours sera différent. « Mais ne crois pas que je vais te laisser la tâche facile, c’est fini Denzel qui aide Teha, c’est fini Denzel qui fera passer Teha en premier ! » Il ne s’écoute même plus parler, alors qu’elle le force à lui faire face ; il devient de plus en plus mauvais, même en parlant de lui à la troisième personne mais elle a trop joué avec sa corde sensible. « J’arrive même plus à te regarder dans les yeux, t’as gagné, t’es contente ? » Finalement il la regarde dans les yeux, essayant de voir ce qu’elle ressent après son coup de hache final, si elle est autant la reine des glaces qu’elle laisse paraitre.

@Tehani Andreani Need to hear your grumble / denzani 4199206909
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






Need to hear your grumble / denzani Empty
MessageSujet: Re: Need to hear your grumble / denzani   Need to hear your grumble / denzani Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Need to hear your grumble / denzani
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS :: stories of dust and ashes :: boulevard of broken dreams :: versions #13 et #14 :: RPS-
Sauter vers: