Partagez

 

 love kills (primrose)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant


Billie King


( play your cards )

/ avatar : Yvonne
/ crédits : Pando (avatar) old money (signature), chrysalis (icone)
/ autres personnages : vince & cie
/ nombre de messages : 420
/ cartes en main : 41
love kills (primrose) 9dd4c524
/ âge : 20
/ statut : a toi, et a toi aussi, un peu a toi, une multitudes de sentiment pour un coeur trop petit. Polyamoureuse de l'amour et des gens, voudrait juste qu'on lui rende l'amour qu'elle distribue.
/ occupation : étudiante fantôme pour un avenir incertain, une passion trop envahissante, les journée passé derrière le micro, les soirée à servir des fajitas et des tacos.
/ zone du queens : le queens trop cher pour toi, un petit studio que tu partage avec bowie, ton chat
/ beau bordel :


( MOODBOARD )

emile, ashley, sasha, stella, sally
Spoiler:
 


love kills (primrose) Empty
MessageSujet: love kills (primrose)   love kills (primrose) EmptySam 13 Oct - 10:57

love kills
primrose&billie


Tu soupires. Sur le trottoir en face du restaurant où tu passeras les prochaines heures, tu soupires, une clope pendue au bord de tes pulpeuses roses. Tu n'as pas envie de bosser aujourd’hui, tout particulièrement aujourd’hui. T'a passer une sale journée sur le campus, des cours trop longs, trop peu de temps passer à la radio, la rencontre avec un idiot, l’absence de tous les autres. T’as pensé à ce garçon, que ton rencontré y'a quelques jours, les cheveux longs et les beaux yeux, tu’a pensé à lui une bonne partie de la journée, tu’as réfléchi à tes sentiments le reste de la journée, puis il a fallu partir, traverser la ville pour se retrouver là, en face de la façade criarde d’un restaurant mexicain. Tu soupires, écrase le mégot sous le talon de tes docs Martens, traverse la rue en manquant de te faire renverser, gueule sur le conducteur. Le restau est vide, quelques jeunes au fond de la salle devant un saladier de machos, un vieux devant une montagne de glace, votre dessert mythique. Tu fais le tour, te plante devant ton casier. Tu devrais lui envoyer un message, ça fait un moment que tu n'as pas de nouvelle d’elle, pas un mot, pas un signe de vie. Et tu la connais assez bien pour savoir que ce n’est jamais vraiment un bon signe. Elle parle jamais Prim, elle n'appelle jamais au secours et ça t’agace. Tu voudrais qu’elle crie à l’aide, qu’elle te demande de venir plus souvent, ou qu’elle vienne jusque chez toi pour se noyer dans la nuit et dans tes bras. Mais tu sais qu’elle a besoin de toi, autant que toi t’a besoin d’elle, tu sais qu’elle ne viendra pas si tu ne fais pas le premier pas. T’enfile ton tablier, te tourne vers ta collègue. « Tu peux me remplacer ce soir si je termine plus tôt ? », elle a plutôt intérêt à te dire oui, tu la fais pour elle la semaine dernière, et tu la couvris encore hier soir quand elle est arrivé en retard parce qu’elle s’était rendormis. Elle hausse les épaules, accepte. Le reste de la soirée n’est que faux sourire, phrase apprise par cœur, jeu d’équilibriste avec des assiettes trop chaude, trop lourde, des plats dégoulinant de sauce salsa ou de cheddar fondu, des clients abrutis derrière leurs montagnes de gras et de fromage. Tu te demandes souvent ce que tu fous ici, à gâcher toutes tes soirées alors que tu pourrais conquérir le monde, et puis tu te souviens du loyer à payer et des pourboires qui ne sont quand même pas négligeables et tu oublies tes envies de mieux.

Il te faut peu de temps pour traverser le quartier, tourner dans les quelques rues où tu connais par cœur, sonner à sa porte, le numéro gravé dans ton crâne pour ne jamais l’oublier. Tu montes jusqu’à son appart, l’embrasse sur la joue quand elle t’ouvre. « J't’ai ramené des tacos, j’espère que ta faim », tu poses la boîte sur la table, retire ta veste. « Ça va ? », tu l’observes un peu, t’es pas sur qu’elle te dit la vérité, pas sur qu’elle avoue sur-le-champ que non ça va pas, que oui elle a besoin de toi, t'es pas sur de savoir ce qu’elle a, pas sur de savoir gérer ça non plus, mais tu’es sûr d’une chose, c’est que t’as pas envie d’être ailleurs aujourd’hui, ailleurs qu’avec elle.
(c) DΛNDELION

_________________

--- aime moi putain
Tiens, on dit qu'on s'adore a trois grammes en corps à corps peut importe le décor ensemble on couchera dans l'aurore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1808-sympathie-for-the-devil-billie#66475 http://savethequeens.forumactif.com/t1852-monster-men-billie#68222


Nuria Costello


( play your cards )

/ avatar : brook power
/ crédits : bigbadwolf (av)
/ autres personnages : lion (b. eidem)
/ nombre de messages : 397
/ cartes en main : 176
/ âge : 29
/ statut : l'amour en étendard. volupté des oiseaux libres se laissant porter par le vent.
/ occupation : artiste singulière aux doigts tâchés de lumière. vendeuse de bibelots et d'oeuvres méconnus.
/ zone du queens : queens effervescent

love kills (primrose) Empty
MessageSujet: Re: love kills (primrose)   love kills (primrose) EmptyMer 24 Oct - 7:53

LOVE KILLS

Il a dit je veux juste que tu sois heureuse
c'était des mensonges.
Il a dit je t'aime rosie.
ça aussi c'était un mensonge, le plus infâme, celui qui la dévore de l'intérieur et ronge chaque parcelle de son cœur, qui la fait suffoquer. Et l'agonie est aussi lente qu'elle est douloureuse. Ca a jamais été aussi difficile de respirer qu'aujourd'hui.
et hier. et avant-hier.
Jamais aussi difficile que depuis que rex à laissé sa chambre vide.
Jamais aussi douloureux que depuis qu'elle attend, assise sur le lit bien fait qu'il revienne comme si il rentrerait soudain d'une journée harassante en embrassant son front avant de lui demander si elle a fait ses devoirs. Elle a jamais eu autant envie de recommencer à souffrir des mensonges qu'elle lui sortait pour ne pas le décevoir, une quête qui l'a usé mais qui semble vaine désormais. Et elle arrive pas à accepter l'évidence prim. Elle attend avec désespoir, elle scrute le bas de l'immeuble, elle appelle mille fois sur son numéro. elle attend, attend, attend. un état léthargique qui l'irrite sans qu'elle parvienne à bouger, s'endort vingt minutes et craint de l'avoir louper. Fermer les yeux c'est peut-être rater l'appel, parce qu'il va appeler, pas vrai? son départ, c'est un mensonge. Il peut pas faire ça, simplement s'en aller comme tout les autres. Comme papa, comme maman. Certainement pas alors qu'il a juré donner sa vie et l'aimer jusqu'à la fin de ses jours.
on ne quitte pas les gens qu'on aime.
Pourtant rex l'a quitté sans un regard en arrière, parfois elle crie, souvent, elle pleure. Parfois elle le déteste de toute son âme et souvent, elle se demande si c'est sa faute. Si elle a merdé quelque part, s'il s'est lassé de gérer la gamine qui n'était pas la sienne ou si c'est juste parce qu'elle a vingt-et-un maintenant et qu'il attendait que ça pour se tirer. Elle sursaute quand on frappe à la porte, redressée d'un bond avec l'espoir vain de le voir derrière la porte sans songer qu'il attend jamais avant d'entrer. Elle peut pas empêcher la pointe de déception quand billie se dévoile, puis le soulagement quand elle embrasse sa joue.
je suis pas seule.
elle voudrait remercier billie de simplement être là, apparition divine pour apaiser sa peine mais les mots se coincent dans sa gorge, se bataillant avec sa colère qui voudrait repousser billie et lui crier qu'elle n'est pas la personne qu'elle attendait. Que c'est pas elle qui devrait être là mais lui. « pas vraiment. » elle fronce les sourcils, consciente que la réponse est succincte. « j'ai déjà mangé. » un mensonge mais peu importe, même si elle sent son estomac qui salive à l'odeur des tacos elle met ça sur le compte de la douleur qui creuse un trou dans son ventre, une impression tenace de vide qui n'est pas a mettre uniquement sur le compte du manque de bouffe. « ouais, génial. » elle sent poindre l'esquisse d'un sourire qui lui écorche les lèvres, elle veut pas mentir, surtout pas à billie. jamais à elle pourtant elle est pas capable d'extirper de sa bouche les mots évidents, ça sonnerait la fin de son attente. Ca rendrait réelle l'absence de rex, la forçant à accepter qu'il ne reviendra pas. « et toi ? Tu travaillais pas aujourd'hui? » sa voix est douce, presque un murmure, elle croit connaître l'emploi du temps de billie sur le bout des doigts mais elle sait à peine quel jour on est.
le monde n'avance plus droit. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t5116-euphoria-nuria http://savethequeens.forumactif.com/t5156-etreintes-nuria


Billie King


( play your cards )

/ avatar : Yvonne
/ crédits : Pando (avatar) old money (signature), chrysalis (icone)
/ autres personnages : vince & cie
/ nombre de messages : 420
/ cartes en main : 41
love kills (primrose) 9dd4c524
/ âge : 20
/ statut : a toi, et a toi aussi, un peu a toi, une multitudes de sentiment pour un coeur trop petit. Polyamoureuse de l'amour et des gens, voudrait juste qu'on lui rende l'amour qu'elle distribue.
/ occupation : étudiante fantôme pour un avenir incertain, une passion trop envahissante, les journée passé derrière le micro, les soirée à servir des fajitas et des tacos.
/ zone du queens : le queens trop cher pour toi, un petit studio que tu partage avec bowie, ton chat
/ beau bordel :


( MOODBOARD )

emile, ashley, sasha, stella, sally
Spoiler:
 


love kills (primrose) Empty
MessageSujet: Re: love kills (primrose)   love kills (primrose) EmptyJeu 8 Nov - 18:59

love kills
primrose&billie


Ça fait déjà longtemps que vous avez plus besoin de vous parler vraiment, de mettre des mots sur ce qui vous fait souffrir, sur vos tourments et vos cauchemars. Parce que tu sais, et parce qu’elle sait aussi, qu’au fond de toi réside le même vide qu’au fond d’elle. Ce vide abyssal qui demandera bien plus d’une vie pour trouver de quoi le remplir. Et elle n'a pas besoin d’appeler à l’aide, pas besoin de t’appeler pour te demander de venir, tu le sais qu’elle ne vas pas bien, rien que par son silence, son absence. Tes doutes se confirment à la seconde où elle ouvre la porte, donnant sur une Prim à la mine déconfite. C’est certainement pas toi qu’elle espérait voir derrière la porte, et tu le sens bien. T'es pas la bienvenue, du moins pas vraiment le messie qu’on attend, pas celle qu’elle attendait. T’aurais peut-être dû lui envoyer un message, l’appeler avant de passer, mais tu l’as pas fait, consciente qu’elle t’en aurait dissuadé. T’as préféré jouer la carte de la surprise et même si sa réaction te brise le cœur tu rentres quand même dans son appartement, ne perdant rien de ton entrain, lui annonçant avoir ramené le dîner. Elle n'est pas d’humeur. Elle ne vas pas bien. Elle a déjà mangé. Et tu sais que ce ne sera pas facile de la faire parler, de lui faire cracher les morceaux. Tu sais aussi que tu pourras pas l’aider si elle te dit pas ce qui se passe dans sa vie, ce qui cause son chagrin, ce qui la rend un peu plus morne aujourd’hui. Elle sait aussi que tu la lâcheras pas, que tu repartiras pas ce soir avant d’avoir eu ce que tu voulais, avant d’avoir réussi à esquisser un sourire sur ses lèvres. Tu déposes la boîte de tacos dans le salon, prends tes aises, remarque le demi-sourire qu’elle se force à esquisser. Ton envie de la secouer. De lui dire non. Non Prim tu vas pas bien. Non ça va pas. Et non tu partiras pas sans savoir. Et oui tu resteras là. Elle sait pourtant Prim qu’elle peut tout te dire. Tout. Mais elle préfère changer de conversation alors que ton oeil clair perce son visage. Elle dévie, change de route, retourne sur les banalités. Tes horaires, le travail, ton quotidien. Tu secoue la tête. « Je finissais un peu plus tard mais je me suis arrangé avec une collègue », tu hausses les épaules, esquisse un doux sourire. Tu sais pas si elle va comprendre. Tu sais pas si elle va saisir que t’as fait ça pour elle, pour venir la voir, être avec elle. Tu sais pas et ce n'est pas grave, tu lui en voudras pas si elle ne comprend pas, si elle ne voit pas. « Elle me devait bien ça et j’avais envie… », tu te stoppes un petit moment, l’observe. « J'voulais te voir », ce genre d’envie qu’on ne contrôle pas vraiment, qui prend aux tripes, qui obsède et gangrène l’esprit jusqu’à ce qu’on réponde à ce désir. Tu l’observes un moment, trépignant qu’elle crache les morceaux, qu’elle avoue ne pas aller bien, qu’elle mette le doigt sur ce qui va mal. Mais tu ne dis rien, tu la questionnes pas, pas encore. Tu sais que Prim est un animal sauvage, qu’on ne froisse pas comme ça sous peine de la voir se refermer pour une durée indéterminée. Tu te penches au-dessus de la boîte de tacos, avant d’attraper le tien et de croquer dedans, jouant des sourcils en relevant le regard vers elle. « T’es sûr que ça te fait pas envie ? », tu lui tends ton taco, un sourire taquin sur tes pulpeuses, le rire pour panser les blessures.
(c) DΛNDELION

_________________

--- aime moi putain
Tiens, on dit qu'on s'adore a trois grammes en corps à corps peut importe le décor ensemble on couchera dans l'aurore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1808-sympathie-for-the-devil-billie#66475 http://savethequeens.forumactif.com/t1852-monster-men-billie#68222


Nuria Costello


( play your cards )

/ avatar : brook power
/ crédits : bigbadwolf (av)
/ autres personnages : lion (b. eidem)
/ nombre de messages : 397
/ cartes en main : 176
/ âge : 29
/ statut : l'amour en étendard. volupté des oiseaux libres se laissant porter par le vent.
/ occupation : artiste singulière aux doigts tâchés de lumière. vendeuse de bibelots et d'oeuvres méconnus.
/ zone du queens : queens effervescent

love kills (primrose) Empty
MessageSujet: Re: love kills (primrose)   love kills (primrose) EmptySam 2 Fév - 11:43

LOVE KILLS

Elle apaise et elle blesse.
Elle est le baume sur la plaie qu'elle inflige.
C'est douloureux de la voir là, quand ils s'enfuient tous mais si délectable de ne pas être seule. Un tumulte dans son esprit qui se répercute dans son corps, prim s'assoit loin sur le canapé mais tout son buste se penche vers billie. Une fuite qui ressemble au début d'un chute.
elle voudrait bien retomber dans ses bras
mais ce qui tombe se brise.
« voilà, tu m'as vu. » elle voudrait la voix légère mais le ton est morne, s'affaisse sur lui-même quand elle ressent pourtant – enfin – une once de joie, de s'imaginer billie bousculant son emploi du temps pour la voir – elle -. « ça me fait plaisir que tu sois là. » ça réchauffe au creux du ventre et si ses bras n'étaient pas gelé contre sa poitrine elle entourerait le cou de billie, se loverait contre sa chair pour y retrouver la vie. Elle sait qu'elle n'est pas dupe de son jeu, elle a toujours su – grâce au temps ou un simple don – entrevoir derrière les façades abîmées que prim arbore les vérités douloureuses qui s'y cachait. Plus que n'importe qui, elle ne peut pas mentir à billie. Alors elle se dérobe, puisqu'il ne reste que ça, n'ose pas franchir la ligne. Elle a les mots au bord des lèvres qu'elle ravale avec la bile. un pas en avant, deux en arrière remercie silencieusement billie de préférer l'humour à l'affrontement, elle en sourirait presque sincèrement, prim, bénissant cette femme qui a toujours s'y prendre avec elle. « non j'te jure, ça va. ça passera pas de toute façon. » elle hausse les épaules comme si elle n'y pouvait rien. Et c'est vrai dans le fond, c'est pas sa faute, c'est celle de rex. Rex qui part, rex qui coupe l'appétit, rex qui gâche la joie de voir billie. Ce soir elle est triste mais demain, peut-être qu'elle sera en colère. trouvera enfin le moteur pour revivre. elle le sent. en attendant, elle étend ses jambes vers celle de billie, un infime pas vers elle qui ressemble – dans son esprit – à un grand saut ou elle se suspendrait à elle. « donc, tu reste avec moi ce soir ? » c'est une prière muette quand soudain sa solitude l'accable, que cinq minutes passées avec elle lui font craindre son départ. Billie comble le vide, au moins le temps ou elle est là, enjolivant la pièce de sa présence, remettant un peu de soleil entre les nuages oppressants. « si tu restes, je mangerais un tacos. » elle en est là, prim. Aux portes du désespoir, sa blague qui n'en est pas une.
m'abandonne pas
sur les eaux agitées, elle tend la main pour s'accrocher à billie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t5116-euphoria-nuria http://savethequeens.forumactif.com/t5156-etreintes-nuria


Billie King


( play your cards )

/ avatar : Yvonne
/ crédits : Pando (avatar) old money (signature), chrysalis (icone)
/ autres personnages : vince & cie
/ nombre de messages : 420
/ cartes en main : 41
love kills (primrose) 9dd4c524
/ âge : 20
/ statut : a toi, et a toi aussi, un peu a toi, une multitudes de sentiment pour un coeur trop petit. Polyamoureuse de l'amour et des gens, voudrait juste qu'on lui rende l'amour qu'elle distribue.
/ occupation : étudiante fantôme pour un avenir incertain, une passion trop envahissante, les journée passé derrière le micro, les soirée à servir des fajitas et des tacos.
/ zone du queens : le queens trop cher pour toi, un petit studio que tu partage avec bowie, ton chat
/ beau bordel :


( MOODBOARD )

emile, ashley, sasha, stella, sally
Spoiler:
 


love kills (primrose) Empty
MessageSujet: Re: love kills (primrose)   love kills (primrose) EmptyDim 3 Fév - 18:01

love kills
primrose&billie


L'altruisme naturel qui te pousse à chambouler tes horaires, modifier tes plans, te libérer pour passer chez elle. Parce que tu le sens, tu le sais, il y a quelque chose qui cloche chez Prim. L’intuition qui appelle à vérifier, et ce que tu découvres chez elle confirme tes doutes. Elle cloche Prim. Elle ne vas pas bien et tu le lis dans le fond de ses yeux, même quand elle a l’acide qui se heurte contre ta belle petite gueule, qui pourrait te faire changer d’avis, reprendre tes affaires et partir. Mais tu n’en feras rien. Parce que tu connais Prim, mieux que n’importe qui, parce que tu sais qu’elle ne veut pas vraiment être méchante, qu’elle l’est pas au fond, juste un animal blessé qui ne sait plus vraiment comment réagir. Tu ne bronches pas, ne cille pas, elle avoue enfin éprouver du plaisir à te voir, n’en dit pas plus même si ses yeux la trahissent. Et tu lis un peu dans son regard, que d’une certaine façon elle te remercie d’être là, de penser encore elle, de ne jamais l’avoir abandonné. Tu’aurais préféré qu’elle le dise en mots, une phrase qui aurait enrobé ton cœur, comme un pansement qui viendrait guérir une plaie, ou du moins l’atténué. Elle ne dit rien, et ce n'est pas grave. Tu lui en veux pas, tu ne lui en veux jamais, tu détournes finalement le regard pour attraper ton taco, croquer dedans et l’agiter sous ses yeux. Elle lâche enfin un sourire sincère, refuse tout de même de partager ta bouffe, préfère frôler ton pied en allongeant ses jambes dans ta direction. Tu ne le remarques pas vraiment, prends une nouvelle bouché avant de reposer ton sandwich, les mains grasses que tu frottes sur ton jean, qui de toute façon ne craint plus rien. Tu l’entends. Tu l’entends qui raisonne la question plaintive qui sort de sa bouche, la prière qui espère trouver un écho favorable. Elle ose enfin te demander, te prie de rester avec elle ce soir. Tu poses tes yeux sur elle, fends ton visage d’un sourire quand elle promet de manger un taco si tu restes. Tu joins tes mains, te penche un peu vers elle. « Je resterais toutes les nuits si tu le veux Prim… », elle le sait pourtant, qu’il suffit d’une fusée de détresse, d’un appel aux secours pour que tu viennes, que t’arrive, chevalier dévoué pour sauver son cœur. Elle le sait que tu te rendrais disponible dans n'importe quelle situation, dans n’importe quel moment si elle te le demandait. Tu te plierais en quatre pour aider tes amis, pour l’aider elle, t’irais chercher les étoiles et la lune si elle te le demandait, t’irait construire la plus haute, les plus belles cabanes du monde si ça pouvait juste la faire sourire. « Et du pop corn ! », tu comptes pas la laisser manger qu’un taco, tu comptes pas non plus la faire parler ce soir, tu la sens fermer, alors tu changes de stratégie. « Tu veux faire quoi ? On s'trouve un film ? », t’es prête à tout toi, étaler les couvertures sur le sol, t’allonger là, la tenir dans tes bras, la voir s’endormir et veiller toute la nuit pour prendre soin d’elle. L’emmener à Vegas, à San Francisco, ou à Chicago si elle le veut, l’emmener au bout du monde si seulement elle peut se sentir mieux après ça, et tu maudis silencieusement ceux qui ont pu lui briser le cœur.
(c) DΛNDELION

_________________

--- aime moi putain
Tiens, on dit qu'on s'adore a trois grammes en corps à corps peut importe le décor ensemble on couchera dans l'aurore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1808-sympathie-for-the-devil-billie#66475 http://savethequeens.forumactif.com/t1852-monster-men-billie#68222


Nuria Costello


( play your cards )

/ avatar : brook power
/ crédits : bigbadwolf (av)
/ autres personnages : lion (b. eidem)
/ nombre de messages : 397
/ cartes en main : 176
/ âge : 29
/ statut : l'amour en étendard. volupté des oiseaux libres se laissant porter par le vent.
/ occupation : artiste singulière aux doigts tâchés de lumière. vendeuse de bibelots et d'oeuvres méconnus.
/ zone du queens : queens effervescent

love kills (primrose) Empty
MessageSujet: Re: love kills (primrose)   love kills (primrose) EmptyLun 4 Fév - 21:18

LOVE KILLS

Elle voudrait se secouer si fort qu'elle relancerait la machine. Les organes internes sont rouillés mais le cœur bat encore. Sa léthargie est lassante, plus encore quand elle n'est pas seule. Presque honteuse de n'offrir à billie que cette pâle version d'elle-même qui n'a aucune saveur.
Elle mérite mieux.
Parce que billie est ce qu'il se fait de mieux chez l'humain, du moins au yeux de prim. Qu'elle est celle qui est là – encore – peut-etre pas toujours, mais maintenant. Celle qui est venue sans même qu'on l'appelle, qui a entendu les cris muets de détresse ou qui avait simplement l'instinct. Elle sait, dans le fond, que si une personne pouvait entendre sa peine sans même qu'elle formule un seul mot c'était billie. Et la voilà. La voilà douce, la voilà souriante. La voilà, avec ses tacos et ses mots qui sonnent dans le salon. Retombe bruyamment comme une poignée de pièces lâchées sur le carrelage.
Touchée en plein cœur.
C'est une caresse ou bien une dague.
Elle voudrait oui, une présence, une chaleur. Billie. Elle voudrait beaucoup de chose prim, plus que tout, être sûre que si elle le demandait billie resterait vraiment toutes les nuits. Une conviction qui ne saurait s'ancrer que sur les sables mouvants de sa déception. Qui s'enfonce inexorablement jusqu'à devenir ce qu'elle croit être un mensonge. Ses doigts frôle une mèche des cheveux de billie, vient la coincer derrière son oreille, dévoilant son visage doux qu'elle connaît par cœur. « fais pas de promesses que t'es pas certaine de toujours pouvoir tenir. » le rictus est doux mais les mots amers. Primrose se pare de pessimisme empli de bienveillance. Il lui semble soudain, aujourd'hui plus qu'aucun autre jour, que les serments de ce genre seront à jamais incertain. Elle les avait déjà entendu autrefois, si souvent qu'elle y avait cru.
tout ça pour quoi?
c'est finalement pas la faute de billie si elle arrive, pleine de sincérité, après un tas d'autres menteurs. Si elle passe le baume de son amour sur des plaies qui sont encore trop vive pour prim. De celle qu'elle avait réussi – ou cru réussir – à panser avec les années, rouverte par la disparition de rex. pour toujours, dans ce monde-là, ça ne dure jamais. pour toujours c'est rien qu'un instant qu'on espère éternel mais qui finira par s'éteindre. Billie est un feu encore vif, une lumière incandescente qui parvient encore à éclairer son monde.
mais à la prochaine pluie ?
Quand viendra la tempête ?

elle sourit prim, parce que dans le fond elle aime l'idée, bien qu'elle soit pas certaine qu'elle dise vrai. Elle sourit parce que billie change de sujet. Elle sourit parce que, demain peu importe, elle veut juste un peu de cette paix devenue trop rare que billie ramène avec elle. « avec du pop-corn, il faut forcément un film. » bénie soit billie de la comprendre si bien, de la laisser en paix avec sa peine tout en lui tenant la main. D'être là simplement, prête à la rattraper si elle tombe. Prm déplie les jambes pour se relever, embrassant la joue de billie avant de s'enfuir vers la cuisine. « choisi le film, je m'occupe du reste. » elle s'enfuit déjà dans la cuisine qu'elle a trop souvent évitée, incapable de cuisiner quoique ce soit et le pop-corn va sûrement cramé mais ça aussi elle va devoir apprendre. « et un truc bien ! Pas un film d'horreur débile hein. » et peut-être qu'elle peut faire ça prim. Oublier ce soir et aller mieux demain.
Grace a billie, toujours.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t5116-euphoria-nuria http://savethequeens.forumactif.com/t5156-etreintes-nuria


Billie King


( play your cards )

/ avatar : Yvonne
/ crédits : Pando (avatar) old money (signature), chrysalis (icone)
/ autres personnages : vince & cie
/ nombre de messages : 420
/ cartes en main : 41
love kills (primrose) 9dd4c524
/ âge : 20
/ statut : a toi, et a toi aussi, un peu a toi, une multitudes de sentiment pour un coeur trop petit. Polyamoureuse de l'amour et des gens, voudrait juste qu'on lui rende l'amour qu'elle distribue.
/ occupation : étudiante fantôme pour un avenir incertain, une passion trop envahissante, les journée passé derrière le micro, les soirée à servir des fajitas et des tacos.
/ zone du queens : le queens trop cher pour toi, un petit studio que tu partage avec bowie, ton chat
/ beau bordel :


( MOODBOARD )

emile, ashley, sasha, stella, sally
Spoiler:
 


love kills (primrose) Empty
MessageSujet: Re: love kills (primrose)   love kills (primrose) EmptyMar 12 Fév - 19:31

love kills
primrose&billie


T'a bien fait de passer chez elle, t’a bien fait de suivre ton cœur, ton instinct. Tu le savais qu’il y avait quelques choses qui n’allaient pas, un silence qui durait depuis trop longtemps. Et ça ce n'était pas normal. Pas venant de Prim. Comme une mère qui sent que ses petits ont besoin d’elle, y a ton estomac qui se retourne, ton cœur qui te dit d’aller voir. T'es pas arrivé trop tard, t’as trouvé une Prim abattue mais encore bien là, prête à t’ouvrir un peu son cœur si tu’es assez patiente, assez fine pour ça. Et tu sais comment elle est, tu sais que tu dois pas la brusquer, que tu dois prendre le temps qu’elle voudra bien te donner. Et tant pis si c’est long. Tant pis si c’est fastidieux, fatiguant, coûteux, tant pis si elle te prend toutes tes soirées et ton temps libre, tu partiras pas tant qu’elle n'ira pas mieux, tant qu’elle te décrochera pas son plus beau sourire. Tu lui dis à Prim, lui promet presque, de rester toutes les nuits si elle te le demande, de rester toute la vie si elle en a besoin. Tu peux pas la lâcher Prim, parce que l’abandonner ça reviendrait à t’abandonner toi-même, t’infliger ce que tu redoutes au plus profond de toi-même. Et puis tu l’aimes Prim, tu veux rester avec elle. Pourtant elle te croit pas, l’amer dans la bouche, te dit de ne pas faire de promesse que tu pourrais tenir. Parce que vous êtes habitué vous, aux promesses qu’on ne tient pas, aux paroles en l’air, aux cœurs qu’on brise sans ménagement. Tu pourrais lui promettre de tenir tes promesses, mais tu ne réponds rien, l’observant tendrement. Finalement, elle accepte l’idée d’une soirée film improvisé, de manger un peu de tacos, du pop corn. Elle finit par se lever, s’occupe du pop-corn si tu t’occupes du film, t’acquise, ton plus beau sourire sur tes lèvres. « tu mets du sucre hein ! pas du sel ! », toi t’aime pas le pop corn salé, la pire invention de l’humanité. Tu te lèves alors, pour poser les coussins du canapé par terre, pousser la table basse pour avoir un peu plus de place. Tu étends les plaids, ce que tu trouves à porter de main, une couche improvisée pour se lover l’une contre l’autre devant l’écran de la télé. T’allume le petit boitier, commence à feuilleter le catalogue netflix. « tu préfères du sang ou une bimbo qui se fait tuer dans son jardin parce qu’elle n'a pas couru assez vite ? », tu ricanes un peu, t’adore les films d’horreur toi, depuis que t’es gamine, depuis que tu passais la plupart de tes soirées à manger de la pizza devant un film avec ta mère. Ça te rend un peu nostalgique d’un coup, tu’aimais ce temps-là, où il n’y avait que toi et maman. Ou elle n’était là que pour toi. « hmm t’a une envie particulière ? », tout sauf du romantisme, tu détestes ça les films romantiques, parce que tu sais que c’est qu’un ramassis de conneries, et qu’en réalité, rien ne se passe jamais comme prévu.
(c) DΛNDELION

_________________

--- aime moi putain
Tiens, on dit qu'on s'adore a trois grammes en corps à corps peut importe le décor ensemble on couchera dans l'aurore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1808-sympathie-for-the-devil-billie#66475 http://savethequeens.forumactif.com/t1852-monster-men-billie#68222


Nuria Costello


( play your cards )

/ avatar : brook power
/ crédits : bigbadwolf (av)
/ autres personnages : lion (b. eidem)
/ nombre de messages : 397
/ cartes en main : 176
/ âge : 29
/ statut : l'amour en étendard. volupté des oiseaux libres se laissant porter par le vent.
/ occupation : artiste singulière aux doigts tâchés de lumière. vendeuse de bibelots et d'oeuvres méconnus.
/ zone du queens : queens effervescent

love kills (primrose) Empty
MessageSujet: Re: love kills (primrose)   love kills (primrose) EmptyMer 20 Fév - 19:46

LOVE KILLS

Peut-être qu'elle est ingrate prim. Elle est bien consciente de la chance qu'elle est, d'avoir la présence d'une fille comme billie dans sa vie, d'avoir connu – même s'il n'est peut-être pas éternel – un amour pur comme le leur. Sans fioriture ni mensonge, sans apparats. Juste elles. Elle a jamais pu être autant elle-même – avec ses défauts et ses failles – qu'avec billie.
Billie qui comprendrait mieux que personne sa douleur.
Et c'est peut-être ça qui fait peur. Qui mieux qu'elle pour l'apaiser ? Et prim à pas réellement envie qu'on lui mette du paume sur le myocarde, pas tout de suite, elle veut encore souffrir. Et être en colère. et hurler. Et haïr. Pourtant elle a aussi envie de lui dire. Elle sait même plus ce qu'elle veut. Seulement que regarder un film, ça pourquoi pas. Elle retrouverait presque un peu de gaieté à retrouver un rituel si coutumier, billie, des pop-corn et un film. Elle s'empresse de trouver la cuisiner et de tout préparer. je sais! » ils sont déjà sucré, parce qu'évidemment elle sait. elle a beau préférer quand ils sont salé elle a jamais mis autre chose que du sucre quand y avait billie. Elle revient avec son saladier de pop-corn et deux sodas – parce qu'une vraie soirée ciné, c'est ça – un sourire aux lèvres devant le cocon que billie à formé. Un endroit à l'abri du temps et de la vraie vie. Un endroit à elles. « va pour la bimbo. J'ai pas envie de faire des cauchemars cette nuit. » ça la fait sourire parce qu'elle sait que billie c'est bien son truc, clairement moins que le sien. Si elle aime bien l'ouvrir, prim a pas son audace. Elle dormirait la lumière allumée cette nuit si elle décidait de regarder un film d'horreur maintenant. Sans doute même qu'elle resterait éveillée jusqu'au levée du jour juste au cas ou. alors elle secoue la tête en sélectionnant un film. « billie? » elle fixe un l'écran, télécommande à la main. Elle sait pas pourquoi elle fait ça, maintenant, peut-être parce que c'est plus facile de trouver le courage quand elle a pas les yeux compatissant qui la couve. Parce qu'elle sait, elle sait que si elle regarde billie maintenant, elle craque. Et parce qu'elle compte pas épiloguer là-dessus alors quel meilleur moment que celui ou on met un film pour le faire ? « rex s'est tiré. » et c'est encore plus douloureux de le dire à voix haute, c'est presque – horreur – l'accepter. Au moins le rendre tangible. C'est plus un secret niché dans les tréfonds de son âme et dans le silence de l'appartement. C'est une réalité. Un abandon qui prend forme, physiquement, dans la contraction de son cœur. « alors merci d'être là. »
et elle met play.
parce que c'est toujours comme ça,
la vie continue.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t5116-euphoria-nuria http://savethequeens.forumactif.com/t5156-etreintes-nuria


Billie King


( play your cards )

/ avatar : Yvonne
/ crédits : Pando (avatar) old money (signature), chrysalis (icone)
/ autres personnages : vince & cie
/ nombre de messages : 420
/ cartes en main : 41
love kills (primrose) 9dd4c524
/ âge : 20
/ statut : a toi, et a toi aussi, un peu a toi, une multitudes de sentiment pour un coeur trop petit. Polyamoureuse de l'amour et des gens, voudrait juste qu'on lui rende l'amour qu'elle distribue.
/ occupation : étudiante fantôme pour un avenir incertain, une passion trop envahissante, les journée passé derrière le micro, les soirée à servir des fajitas et des tacos.
/ zone du queens : le queens trop cher pour toi, un petit studio que tu partage avec bowie, ton chat
/ beau bordel :


( MOODBOARD )

emile, ashley, sasha, stella, sally
Spoiler:
 


love kills (primrose) Empty
MessageSujet: Re: love kills (primrose)   love kills (primrose) EmptyDim 24 Fév - 12:59

love kills
primrose&billie


Tu la connais bien Prim, assez pour savoir ce dont elle a exactement besoin. Le même remède qui pourrait te guérir, définitivement, de l’amour. De l’amour a plus savoir quoi en faire, de l’amour protecteur, de l’amour confiance qui durera toujours, de l’amour qui pourra pas s’éteindre, pas vous quittez avec un trou béant au milieu de la poitrine. Et tu sens bien que ce soir elle en a plus besoin encore, peut-être, surement, parce qu’il s’est passer quelques choses que t’ignore encore, qu’elle finira bien par te dire si elle le veut. Tu la forceras pas à ouvrir son cœur, à alléger sa peine, tu sais que tu pourrais la brusquer, la faire fuir. Et ce n'est pas ce que tu veux. Non tu veux juste la voir sourire, la tenir entre tes bras pour la sentir un peu plus légère. Ta déjà réussit à obtenir un repas à base de pop-corn, une soirée à base de film d’horreur. Tu prépares un cocon dans le salon, un endroit rien que pour vous, une cabane de fait avec les draps comme deux gamines qui voudrait se cacher du monde extérieur, préserver leurs cœurs de tous ceux qui pourraient encore une fois le briser. Tu réclames les pop-corn sucrés, tu détestes les salés, mais ça Prim le sait déjà et tu ricanes un peu. Évidemment qu’elle le sait, pour toutes ces soirées passé à se goinfrer devant un film. Elle revient avec un saladier et deux sodas, pendant que tu t’arrêtes sur le film avec la bimbo. Prim elle aime moins les films d’horreur que toi, Prim elle ne veut pas avoir peur, et ça te fait sourire tendrement. T’ouvre un peu tes bras, « j'suis là si tu fais des cauchemars », et tu veux bien calmer toutes ses angoisses si elle te laisse le faire, tu veux bien la tenir dans tes bras si elle le veut, si elle en a besoin. Tu t’installes sur les cousins, envoie tes chaussures valser à l’autre bout de la pièce. Tu trouves une place confortable, Prim à coté de toi, Prim qui prononce ton nom, ton regard qui se pose sur elle. Elle crache enfin les morceaux, rejette le venin qui l’empoisonne, qui gangrène son cœur et prend en otage sa tête. C’est Rex. Évidemment, qui d’autre ? Il s’est tiré. Et indéniablement ça te ramène à tes propres démons, tes propres douleurs, le départ de p'pa toujours présent, puis l’absence qui s’installe, le manque et la colère qui prend le dessus. Tu sais pas quoi lui dire, tu trouves trouves rien à dire, et puis de toute façon qu’est-ce qu'on peut bien dire dans ce genre de situation ? « Jsuis sûr qu’il reviendra ? », non, évidemment que non, « un de perdu, dix de retrouver ? », toujours pas. Et Prim veut juste te dire merci, d’être là, d’être toujours là quand elle a besoin, de prendre soin d’elle. Elle appuie sur play, le film commence. Elle veut en parler plus longtemps, elle n'attend pas de réponse, mais tu te penches quand même vers elle, dépose un baiser sur le sommet de sa tête, avant de te caler confortablement. Tu vois les premières minutes du film sans vraiment les regarder, te tourne vers elle. « Tu sais… », tu gardes un sourire posé sur tes pulpeuses, pioche une poignée de pop corn, « et même si tu me crois pas… », t’enfourne-le mais dans ta bouche, le fait croquer sous tes dents, « j'serais toujours là », elle ne croit pas aux promesses Prim, elle en veut plus des promesses, pourtant ce soir c’est tout ce que tu peux lui offrir, la promesse d’être là, et de l’aimer.
(c) DΛNDELION

_________________

--- aime moi putain
Tiens, on dit qu'on s'adore a trois grammes en corps à corps peut importe le décor ensemble on couchera dans l'aurore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1808-sympathie-for-the-devil-billie#66475 http://savethequeens.forumactif.com/t1852-monster-men-billie#68222


Nuria Costello


( play your cards )

/ avatar : brook power
/ crédits : bigbadwolf (av)
/ autres personnages : lion (b. eidem)
/ nombre de messages : 397
/ cartes en main : 176
/ âge : 29
/ statut : l'amour en étendard. volupté des oiseaux libres se laissant porter par le vent.
/ occupation : artiste singulière aux doigts tâchés de lumière. vendeuse de bibelots et d'oeuvres méconnus.
/ zone du queens : queens effervescent

love kills (primrose) Empty
MessageSujet: Re: love kills (primrose)   love kills (primrose) EmptyVen 22 Mar - 15:43

LOVE KILLS

C'est confortable.
La première fois depuis des jours que prim croit se sentir un peu plus légère. Égoïstement, le fardeau partagé, à moitié posé sur les épaules de billie lui donne l'impression de pouvoir enfin respirer. Ce ne sont que des inspirations abrupts avant d'avoir à nouveau le souffle couper mais. mais c'est déjà ça. un premier pas qu'elle fait sans l'avoir vraiment voulu. Juste parce qu'il le faut. Juste parce que la vie continue. Et elle sourit aux bras ouverts de billie, s'engouffre dans la brèche qu'elle offre pour lui mettre du baume au cœur. « faudra rester toute la nuit, au cas ou. » le ton est amusé pourtant elle se rend compte que c'est ce qu'elle veut, elle qui s'évertuait à se garder, solitaire et confinée, entre les murs d'un appartement aux odeurs de souvenirs pourrissant. Engoncée dans la mélancolie, elle avait oublié le bien-être que procure ceux qu'on aime.
que procure billie
et comme les drogues dont on s'est sevrés, elles vous envahissent sitôt que vous y goûtez à nouveau. Bien plus fort, bien plus douloureusement. Parce que soudain, il ne reste plus que ça. Plus qu'elle. Le monde réduit à une dose. A Billie. C'est aussi rassurant qu'effrayant. Elle sait pas encore si ça suffit, si elle aura besoin de rien d'autre que ça mais, pour l'instant, ça semble déjà beaucoup. Elle a le rire acide qui brûle ses lèvres et le regard qui s'empêche pas de fusiller billie, pas tant parce qu'elle sort des inepties mais parce qu'elle sait que son mensonge préfabriqué ne rassure que ceux qui ne sont pas coutumier des trous béants laissés dans leur vie. Prim – autant qu'elle – sait que ceux qui s'en vont ne reviennent jamais, que s'ils ont choisi de partir c'est parce que ce qu'il avait entre leurs mains ne leur convenaient pas.
elle ne suffisait pas.
« c'est dans les gènes des america de se tirer comme des lâches et de ne jamais revenir. A l'heure qu'il est, il doit même plus se soucier de ce qu'il a laissé ici. » de moi, elle dit. Des factures, de la merde qu'elle doit gérer seul. C'est amer, ce goût-là, elle l'avait oublié depuis les années, persuadée que la fatalité l'avait enfin laissé en paix, qu'on pouvait pas cumuler tant de déceptions en si peu d'années de vies. Mais c'était gravé dans le marbre déjà, une destinée toute tracée quand déjà à la naissance y avait un paternel aux abonnés absents. Elle aurait du le sentir venir quand, des années plus tard, sa mère c'était barré en n'informant que rex. Et de tout son cœur, elle voudrait croire billie qui répète qu'elle sera toujours là. De toute son âme, elle s'accroche à cet espoir.
comme si elle avait pas encore compris la leçon.
« t'as plutôt intérêt. » a défaut d'y croire, prim veut bien essayer. A demi-mot, peu convaincue et cachée derrière l'ironie. mais quand même. « j'supporterais pas que tu partes, toi aussi. » parce que sinon, que resterait-il ? Elle se sent déjà déséquilibrée sur un fil distendu, désormais soutenu a bout de bras par billie. Si elle lâche, elle aussi, prim est sûre de tomber.
Pas certaine de se relever.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t5116-euphoria-nuria http://savethequeens.forumactif.com/t5156-etreintes-nuria
Contenu sponsorisé






love kills (primrose) Empty
MessageSujet: Re: love kills (primrose)   love kills (primrose) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
love kills (primrose)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love Hina
» Let your love come true
» I don't love you like I loved you yesterday ۴ ISIS
» LOUIS&EOWYN X I don't even need your love

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: boulevard of broken dreams :: versions #9 et #10 :: RPS-
Sauter vers: