Partagez | 
 

 You believe in disparearance , i don't - rasmus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


/ avatar : Margot Robie
/ crédits : Baby doll
/ nombre de messages : 51
/ cartes en main : 55
/ âge : 26
/ statut : mariée à son travail.
/ occupation : Surement entrain de te photographier
/ zone du queens : Queens uppé mais souvent ailleurs

MessageSujet: You believe in disparearance , i don't - rasmus   Mer 19 Sep - 21:45

Je suis content que tu ais accepté de venir aujourd'hui ! Comment vas tu Lily ?

J'ai déposé mon matériel au pied de cette table bancale à laquelle nous nous sommes attablés lui et moi. Je ne l'ai pas vu depuis mon retour de Suède. Est ce que je le fuyais ? Indéniablement. J'ai encore le goût de son étreinte et de ses lèvres. J'ai eu tellement de mal cette soirée là à me tenir loin, à tuer les petites étincelles dans mon cœur. Il est veuf depuis bientôt un an. Ses enfants sont le portrait craché de leur mère et au plus profond de moi j'aurais aimé qu'ils soient mon portrait craché mais la vie en avait décidé autrement. Il en avait décidé autrement. Bref, le ciel est mi-figue, mi-raison mais la température est agréable. Ni chaude ni froide, j'ai pu mettre cardigan camel préféré. Je porte un jean mom-cut taille  haute. Ma taille est ceinturée d'une ceinture de garçon assez fine de la même couleur que mon cardigan avce une boucle dorée. La tenue est finie avec un t-shirt blanc rentré dans le dit pantalon et des boots marron claires. Une tenue automnale qui flatte mes yeux bleus, ma blondeur et ma peau claire. Je souris à ce magnifique mâle qu'est Ash.

T'as pratiquement harcelé ma mère pour que j'accepte alors ne me remercie pas.

Ash arque un sourcil.

J'avais oublié ton franc parlé...
C'est la vérité Ash, tu me connais depuis toujours et tu sais que je ne suis pas du genre à éviter de la regarder en face...
Je sais mais tu me manques et puis... tu m'évite depuis ton retour. C'est ahurissant les histoires que t'as su servir ces derniers mois pour éviter les événements où j'étais présent !
Je travaille tu sais. Certes je suis freelance mais j'ai des contrats à honorer et malheureusement je n'ai jamais menti ! Parcontre oui, c'est clair que je t'ai évité comme la peste. Ash, j'étais sensée faire quoi au juste ? Je me suis exilée 3 ans en Suède pour toublier, pour oublier ton mariage. Je reviens , gaillarde, et toi t'as vie à complétement explosée en miette et tu me retombe depuis comme une tempête de sable. J'ai rêvé je ne sais combien de fois que ça arrive mais putain Ash, pas comme ça !! J'ai encore du respect pour ton mariage et pour ta famille.
May ,,,
Non Ash ! Arrête … C'était une mauvaise idée de se voir. Excuse moi Ash, je dois y aller.


Je me lève de ma chaise comme si un crabe m'avait pincé les fesses et je  fais volte-face pour fuir le plus loin possible. Il est le seul mur que je ne veux pas regarder en face. Le seul que je fuis autant que je peux car je sais, je sais que lorsque l'impact aura lieu il sera si violent que je ne m'en remettrais pas. Je l'aime depuis toujours, profondément, mais je ne suis pas prête à y laisser mon âme. Ash n'a pas tenté de me rattraper, il m'a laissé m'enfuir aussi vite que j'ai pu dans ma tornade de cheveux blonds. Je suis chamboulée. Pas de larmes, pas de frissons, juste un tsunami de réminiscences bonnes et mauvaise. Je revois encore la photo du couple fraîchement marié que ma mère m'a envoyé alors que je n'étais en plein transfert à Frankfort. Il était tellement superbe dans son smoking trois pièces hors de prix et elle, fraîche, souriante et tellement sculpturale dans sa robe en mousseline et de taffetas. J'inspire profondément et chasse cette image de mon esprit.

Machinalement j'attrape mon appareil photo dans son étui et commence à balader mon regard sur les gens dans la rue. Je remarque alors une jeune homme avec un sacré charisme. Je ne réprime pas la pulsion du déclic qui m'habite tout à coup et éloigne les souvenirs douloureux de l'homme de ma vie. A travers ma lentille j'ai l'impression de voir un homme loup, un solitaire. Je le photographie sans même lui demander quoi que ce soit, on peine reconnaitre les traits de son visage ce qui rend les photos artistiques. Je l'immortalise dans ses mouvements bruts. Ça me fait un bien fou... Tout à coup je le vois faire volteface. Je lâche mon objectif mais je sais, je le sens , il m'a vu. Pour vu qu'il ne m'arrache pas le coeur , un autre s'en est déjà chargé aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
You believe in disparearance , i don't - rasmus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Draft 2018

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: ravens in the old oak tree-
Sauter vers: