Partagez

 

 fuck feelings – jihyes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Lyes Skadden


( play your cards )

/ avatar : AYOUB
/ crédits : POÉSIES CENDRÉES.
/ autres personnages : STRAUSS
/ nombre de messages : 3766
/ cartes en main : 0
/ âge : 23
/ beau bordel :

fuck feelings – jihyes. Empty
MessageSujet: fuck feelings – jihyes.   fuck feelings – jihyes. EmptyVen 17 Aoû - 17:07

FUCK FEELINGS

quatre heures du mat’, t’décides enfin d’quitter l’club d’alexis avec rien d’autre qu’le nez fracturé et l’blanc des yeux rougis par tes larmes ravalés comme souv’nir de c’te soirée improvisée.
pas question qu’tu rentres chez toi dans c’t’état, toi qu’avait l’intention d’squatter l’pieu d’une inconnue pour la nuit, exprès pour éviter le r’gard soupçonneux d’es vieux.
y a pas mille options qui s’offrent à toi, skadden et, comme t’es pas tell’ment chaud à l’idée d’faucher ta défroque s’un banc d’parc comme un putain d’sdf, t’empruntes l’premier taxi pour t’rendre chez jihane. p’is c’fait longtemps qu’tu l’as pas vu, avec un peu d’chance, elle oubliera qu’il est putain d’trop tôt pour débarquer chez les gens ou p’t’être même qu’elle r’vient d’une soirée, elle aussi.
t’lui aurais bien envoyé un sms pour l’informer d’ton arrivée, mais c’lui aurait donné une bonne raison d’te rapp’ler l’heure et à quel point t’peux être casse-couille – même pour ceux qu’en ont pas. p’is t’dois admettre qu’t’as bien b’soin qu’on t’brasse un brin, histoire qu’tu d’viennes pas la pire chochotte qu’le queens ait jamais connu.
y a p’t’être qu’elle qui t’connait mieux qu’personne et qui s’laisse pas intimider par ton arrogance,
ni par ton titre d’roi d’la provoc’.
c’p’t’être même pour ça qu’t’as jamais tenté d’la baiser;
tu t’ferais grave chier.
et elle encore plus.

tu t’fais foutre en dehors d’la bagnole à que’ques rues d’la piaule d’jihane, pas assez d’tune pour t’rendre jusqu’à son entrée. l’majeur brandit en l’air, t’quittes des yeux l’amas d’taule qui s’éloigne d’ta carcasse alors qu’tu pivotes les talons pour claquer l’bitume d’tes s’melles usées. clope au bec, t’avances lent’ment.
l’effet d’l’alcool maint’nant presque dissipé, y a tes flancs qui r’commencent à t’élancer. kenny t’avait dit qu’ça s’rait pas trop long à guérir…
B U L L S H I T !
t’grimaces entre chaque pas, l’immeuble d’ton amie qui prend forme sous ton r’gard vitré.
pas trop tôt, qu’tu marmonnes, tirant une dernière fois sur ta cigarette avant d’l’envoyer valser sur l’herbe mouillé par la rosée matinale. doit bien approcher les cinq, six heures du mat’, maint’nant.
t’soupires lorsque t’arrives d’vant la porte d’entrée, espérant pas tomber sur sa tante. t’toques trois bons coups, pas vraiment subtil, l’genre qui pourraient réveiller même un ours qu’hiberne.
c’est qu’t’as pas l’temps, lyes…
t’es à deux doigts d’te faire bouffer tout cru par la vie alors aussi bien d’te faire décapiter par les crocs lacérés d’l’ours al masrí, tant qu’à crever.
heureusement – ou pas – c’la blonde qu’ouvre la porte, tignasse qu’tu pourrais r’connaître à des kilomètres sans, pourtant, jamais l’avoir tiré.
hey.
bonjour merdique.
j’ai pas d’p’tit dej’, mais je m’porte volontaire pour qu’tu m’foutes dans un plateau, s’tu veux.
d’pis en pis.
j’dois pas être trop mauvais avec du cara… miel?
O K .
juste… ta gueule, skadden!

_________________

he's delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t146-reckless-behaviour http://savethequeens.forumactif.com/t190-these-violent-delights-have-violent-ends


Jihane Al Masrí


( play your cards )

/ avatar : dove bae cameron
/ crédits : kaiji.
/ nombre de messages : 2007
/ cartes en main : 14
fuck feelings – jihyes. Tumblr_inline_poomjxOs8S1vjg4rh_250
/ âge : 22
/ statut : célibataire , le manche de ton homme entre la main gauche. tu maîtrises complètement ta vie surtout à ton volant.
/ occupation : pilote professionnelle de stock-car.
/ zone du queens : la baies du queens.
/ beau bordel :
in progress
《lyzea; chaptertwo. 》《teagan; chapterone.》《peyton ; chaptertwo.》《lyes; chapterone.》《india; chapterone.》《sera;chapterone.》《ilenzo; chapterone.》《《you; chapterone. 》

fuck feelings – jihyes. Empty
MessageSujet: Re: fuck feelings – jihyes.   fuck feelings – jihyes. EmptyJeu 30 Aoû - 23:05

FUCK FEELINGS

T’as tourné dans ton pieu, t’as pas su trouvé la position, mais t’as surtout oublié de torturer ton abruti de cerveau. Forcément les pensées qui te ronge jusqu’à la moelle, la sensation de pas avoir de ton mieux, la bonne vieille mauvaise habitude de te sentir bonne à rien quand il est dans les parages. Un cercle vicieux, un putain de rond à qui tu voudrais faire la peau, et si par la même occasion tu pourrais le faire à Gabriel tu serais peut-être bien aux anges. Peut-être. Ouai, au final t’en sais rien, tu ne sais pas trop ce que ton organe central en pense et t’as pas non plus envie de l’interroger là-dessus, de la merde. Va en enfer maudit représentant de l’amour. T’as plus ta place dans la poitrine de Jihane, tu peux donc aller crever dans un coin, surtout avec le bel âtre de retour, dans le coin.
Tu l’as trouvé le sommeil après, tard dans la nuit, tôt dans le début de la journée. T’en sais trop rien de comment tu peux coincer trois heures du matin. Tu dois te lever tôt, mais c’est une habitude, pas la première fois que ta tête te rend ivre de rage, ivre de fatigue, un peu plus ou un peu moins c’est la même bataille. T’as trouvé le moyen de t’endormir dans les bras d’un autre Gabby. Le chien, joli monstre que tu chéris de tout ton être, ton cœur il fond quand tes opales se posent sur cette touffe de poil. Pas de mauvais, pas de mauvais sang, t’es bien dans les bras de Morphée, t’aurais jamais cru ça avant de t’endormir, tu t’imaginais déjà revivre tes putains de moment avec l’autre, le premier, un premier qui aurait dû s’arrêter à certaine première fois pour pas te foutre dénudée sur le net, une toile dont tu as eu bien du mal à te sortir.
Tu dors, tes dans un bon moove, mais voilà le gabby a encore envie de te les briser. Tu le kiff ton chien, mais tu veux bien l’étriper sur le coup, venir foutre son museau humide sur ta tronche ce n’est pas sympa comme réveille. Puis il jappe, il te tire par le poignet et tu regardes l’heure, ronchonnant. Tu râles, tu as bien envie de te mettre à son niveau en jappant et faisant le fou. Il te mène dans le couloir, puis t’entends frapper comme si _une vie se jouer derrière les portes du palais Al Masri. Ce n’est pas possible. Une invasion de zombie ? Sans doute pas. « Chut ! » Que tu dis à Gabby, pour le faire taire, il se calme, mais couine derrière la porte. Tu l’ouvres et tes prunelles qui se pose sur lui. Une tête abîmé, tu l’observes.
Salut à toi aussi. Sinon je dormais. Mais tu le laisses blablater. « J’ai pas envie de tester … le sang.. Sinon la prochaine fois que je suis en compagnie d’anglaise je viens chez toi te réveiller et je te propose de goûter ! » Tu plisses un peu les yeux et tu ris un peu. Parler de tes problèmes féminin devant lui c’est courant, mais ce n’est pas dit qu’il aime ça. « Allez viens … je crois t’as des choses à me raconter … et t’a plutôt intérêt que ce soit captivant, sinon je te fracture un truc dans la seconde ! » Tu le toise du regard : t’as pigé, soit captivant. « Ok. » Le chien il est sans doute reparti dormir, le crevard. Tous les mêmes les gabby peut être bien en vrai.
« Céréale, café, chocolat, lait … tu fais comme chez toi ! » Il est chez lui. Toi tu te poses devant lui et les yeux en train d’admirer, calculer les dégâts fait à son visage. « Tes mains elles ont quoi elles ? » Il a pris des coups, mais il a forcément donné, t’es pas folle, tu le connais le gamin.


_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Lyes Skadden


( play your cards )

/ avatar : AYOUB
/ crédits : POÉSIES CENDRÉES.
/ autres personnages : STRAUSS
/ nombre de messages : 3766
/ cartes en main : 0
/ âge : 23
/ beau bordel :

fuck feelings – jihyes. Empty
MessageSujet: Re: fuck feelings – jihyes.   fuck feelings – jihyes. EmptyDim 16 Sep - 16:06

lèvres gercées, gorge sèche, tu t’tiens debout, luttant pour n’pas t’effondrer devant la porte d’entrée d’ta meilleure amie.
c’te dernière qui dévoile enfin sa silhouette, rictus habituel qui r’prend ses droits sur ton visage.
tu t’imposes, skadden.
sans aucune gêne, ni remord.
remarque déplacée pour accompagner ton sourire malicieux. heureusement qu’elle t’connait – trop – bien, la jihane. n’importe quelle autre meuf t’aurait déjà claqué la porte au nez, châtiment à ton impolitesse faramineuse.
mais pas elle.
non, pas al masrí.
elle, elle préfère en rajouter, peu impressionné par tes airs de vauriens et ta fausse attitude d’gamin des rues.
j’ai pas envie de tester … le sang.. sinon la prochaine fois que je suis en compagnie d’anglaise je viens chez toi te réveiller et je te propose de goûter !
goûter une anglaise ? j’dirais pas non, hein ! à moins qu’tu…
phrase qu’tu laisses en suspens. sourcil arqué, tu l’interroges du r’gard. elle rit pour t’confirmer qu’vous n’parlez décidément pas d’la même chose alors qu’t’affiches une mine dégoûtée.
m’ouais, non. laisse tomber !
allez viens … je crois t’as des choses à me raconter … et t’a plutôt intérêt que ce soit captivant, sinon je te fracture un truc dans la seconde !
elle t’dévisage.
t’la dévisages à ton tour.
t’as suffisamment d’blessures comme ça, putain ! p’is, t’façon, depuis quand t’es pas captivant, lyes ? toujours les pieds dans la merde, toujours un truc à raconter, une histoire rocambolesque à partager.
tu t’arrêteras pas.
jamais.
autrement, t’risques d’mourir d’ennuie. continuellement à la r’cherche de c’te dose d’adrénaline, celle qui t’indique qu’tu vis, qu’t’es bien réel. celle qui t’empêche d’sombrer dans une routine assommante, d’te plier aux règles d’bienséances pour bien paraître en société. qu’est-ce qu’t’en as à foutre des apparences, skadden ?
ton patronyme, il veut rien dire. t’es rien dans l’queens, ni nulle part ailleurs.
ta place, c’toi-même qui l’a façonné.
à ta manière.
p’is, si t’es encore là aujourd’hui, c’uniquement parce qu’a c’te rage de vivre dans l’fond d’ton bide qu’personne d’autre a. ’faute d’avoir eu ton propre trône à la naissance, p’t’être.
tu s’ras jamais riche, lyes. t’auras jamais d’compte en banque qui dépassera les trois chiffres. t’pourras jamais soudoyer les flics à l’aide d’que’ques billets. t’pourras jamais t’balader au volant d’une voiture d’l’année.
non.
pourtant, tout l’monde sait qui est lyes skadden.
p’is y a jihane. elle qu’a su détruire ta façade, qu’a pu voir au-delà des apparences, qu’a eu l’courage d’enl’ver l’masque.
la seule.
p’is t’as peur qu’laure aussi, elle y parvienne.
céréale, café, chocolat, lait … tu fais comme chez toi !
noté !
t’fouines dans l’armoire à la r’cherche d’un truc potable à bouffer pour colmater l’trou noir qu’t’as dans l’estomac et, après que’ques s’condes d’réflexion, t’optes pour une des boîtes de céréales. dernière qu’t’ouvres avant d’y fourrer ta main, l’cul maint’nant posé sur l’comptoir d’la cuisine.
ouais, t’es chez toi.
tes mains elles ont quoi elles ?
t’hausses les épaules, menton qui s’baisse pour j’ter un coup d’œil à tes paluches.
des traces de dents.
tu fronces les sourcils pour analyser les plaies sur tes jointures, toi qu’avait jamais vraiment pris l’temps d’t’attarder sur c’genre de chose.
poings qu’tu fermes et qu’t’ouvres plusieurs fois pour faire travailler tes muscles. ça va, hein… ça fait pas si mal.
il est plus amoché qu’moi, si ça peut t’rassurer.
tu décrètes sèchement, lippes qui s’étirent en un sourire carnassier, celui qui dévoile tes canines. tu glisses du comptoir pour t’redresser sur tes pieds, boîte d’céréale qu’tu déposes avant d’planter tes iris dans ceux d’jihane.
bon ! t’veux qu’je commence par quoi, mh ? par la façon dont j’lui ai foutu la branlée d’sa vie ou par c’te connasse qu’est en train d’gâcher la mienne ?
référence à ta bagarre nocturne et la responsable de c’te bagarre nocturne, justement. parce que, si elle t’était pas tombé d’ssus plus tôt, dans la soirée, tu n’serais pas aller dans c’foutu club pour tenter d’l’oublier, la chasser d’ton esprit.
elle, elle, ELLE.
l a u r e .

_________________

he's delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t146-reckless-behaviour http://savethequeens.forumactif.com/t190-these-violent-delights-have-violent-ends


Jihane Al Masrí


( play your cards )

/ avatar : dove bae cameron
/ crédits : kaiji.
/ nombre de messages : 2007
/ cartes en main : 14
fuck feelings – jihyes. Tumblr_inline_poomjxOs8S1vjg4rh_250
/ âge : 22
/ statut : célibataire , le manche de ton homme entre la main gauche. tu maîtrises complètement ta vie surtout à ton volant.
/ occupation : pilote professionnelle de stock-car.
/ zone du queens : la baies du queens.
/ beau bordel :
in progress
《lyzea; chaptertwo. 》《teagan; chapterone.》《peyton ; chaptertwo.》《lyes; chapterone.》《india; chapterone.》《sera;chapterone.》《ilenzo; chapterone.》《《you; chapterone. 》

fuck feelings – jihyes. Empty
MessageSujet: Re: fuck feelings – jihyes.   fuck feelings – jihyes. EmptyDim 7 Oct - 19:15

FUCK FEELINGS

Les nuits sont affreuses dernièrement. Faible que tu es. Petite chose que tu deviens quand lui est de retour. Gabriel. Le destructeur, la tornade qui t’as ravagé. T’as guérie et tu t’es relevée. Tu te pensais plus forte, tu le pensais plus rigoureux ton organe central. Mais ce n’est qu’un lâche, un petit con. Qui a décidé de te saouler, à battre, à trop battre comparé à l’accoutumé. Le délire c’est lui. Le premier, l’éternel amour, à croire que les dires sur les premiers amours sont réels, souvent ça détruit, mais on les oublie pas. Ça nous éclate en pleine gueule d’un coup, sans dire attention. Ça fait et ça repart comme si jamais rien n’était arrivé pour tout détruire. Erreur, rancune. T’es une putain de rancunière, heureusement que ta maudite tête et de taille. À la hauteur pour affronter ce connard. Tu vas le délaisser à la spa ton cœur façon, tu le récupéreras, c’est rien un cœur, tu préfères ça à lâcher ton chien, ce maudit chien qui porte le nom de l’auteur des pires blessures chez toi, jeune femme.
Lyes sous tes yeux abimés, il est le nuisible de cette nuit. Nuit déjà agitée, mais qui va sans doute s’accentuer et tu le sais parfaitement. T’as un peu d’humour, même à cette heure-là de la nuit, mais tu t’inquiètes, mais tu n’en diras rien, tu le ferais plus tard. Le temps qu’il daigne expliquer les choses, qu’il te dise exactement pourquoi son visage, ses mains sont si abîmé. Tu croises les bras, le regard un peu noir à son encontre et tu les lèves les pupilles. Tu te trompes d’anglaise, que tu as envie de lui glisser, mais il le comprend bien assez vite. «   Tu le sais si je peux rendre service hein ! » Tu le cherches un peu, mais rien de bien méchant, t’es pas encore en forme le réveil fût un peu trouble à vrai dire, surtout que la phase d’endormissement n’avait pas non plus était des plus aisées.
Quand tu songes que le chien il est déjà reparti sous tes couettes ou avec Lyz t’as envie de massacrer Lyes, mais ça il doit s’en doute, mais il s’en fiche et toi aussi dans le fond, tu t’en fiches d’être là. Mais tu as besoin de le dire, puis t’es heureuse aussi d’être là pour le gars, ce n’est pas n’importe qui, t’es souvent prête à beaucoup pour lui. Il est le détenteur du droit d’être un gros chieur avec toi, le meilleur ami de base. Tu lui demandes une histoire qui t’éveille, qui t’intrigue … tout et n’importe quoi. Sexe, bagarre, peu importe faut juste que tu sois captivée et le truc c’est que c’est toujours le cas. Le mec il n’est jamais tranquille. Toi tu es plus douce, mais rocambolesque à la fois. Tu le laisses faire sa vie, comme toujours, mais tu le dis au cas où qu’il est oublié comment ça fonctionnait dans le coin. Puis tu laisses les opales effleurer les dégâts.
Silencieuse, tu attends et tu le vois farfouillé. «   Je veux ça ! » Que tu imposes quand ses mains touchent la tablette de chocolat. Tu souris, un sourie digne du meilleur stp du meilleur merci. «   T’as croisé une hyène ou quoi ? » tu souris. Des traces de dent, l’autre gars l’a bouffé ? Un cannibale ? Ton esprit il travail trop vite même quand t’es censé dormir, c’est limite angoissant. Heureusement t’es moins bavarde que dans tes pensées, tu te fatiguerais toi-même. «   Tu crois que ça peut me rassurer ? La prochaine fois tu viens sans aucune trace sur toi, c’est mieux ! » Parfois tu t’inquiètes. En vrai tu t’inquiètes trop pour lui. Il est son propre destructeur, il n’a pas vraiment besoin de quelqu’un, toi t’as besoin de ce con de Gabriel pour finir détruite, lui Lyes, il ne faut que lui et ses songes. Pinçant tes lèvres, tu continues de joncher ses lèvres de tes opales pour te concentrer. «   C’est qui cette pute ? » Ouai, façon tu le sais y a toujours des filles dans les histoires de gars ou alors un regard de travers … les gens deviennent parfois fou pour un rien. «   Je veux tout savoir ! » Tu souris démontrant que tes dents étaient bel et bien blanches. «   T’as fait quoi avec cette vieille meuf ? » Ouai, directement la meuf ne vaut pas le coup, surtout pas vu comment lui il est, l’état dans lequel il est.




_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Lyes Skadden


( play your cards )

/ avatar : AYOUB
/ crédits : POÉSIES CENDRÉES.
/ autres personnages : STRAUSS
/ nombre de messages : 3766
/ cartes en main : 0
/ âge : 23
/ beau bordel :

fuck feelings – jihyes. Empty
MessageSujet: Re: fuck feelings – jihyes.   fuck feelings – jihyes. EmptyMer 16 Jan - 0:12

tu vis pour les nuits fraîches, les nuits qu’t’oublies au réveil.
tu vis pour les marques qui t’font t’souv’nir, d’la veille. de c’que t’as foutu pour t’retrouver dans un état aussi déplorable.
tu vis pour les prises de conscience qui n’durent qu’le temps d’une douche, d’un p’tit dej’ en vitesse.
et tu r’commences.
encore et encore.
t’apprends pas, jamais. les erreurs, tu les répètes, en boucle. et t’enchaînes, déboires par d’ssus déboires. cicatrices par d’ssus cicatrices.
c’comme ça qu’tu fonctionnes, skadden. d’puis toujours. même tes vieux, ils r’marquent plus – ou presque – tes black eyes. c’est dev’nu une banalité, à force.
et, douc’ment, tu t’es habitué à la douleur.
les coups, tu les sens moins. les coups, t’en donnes plus qu’t’en r’çois. et ceux qu’tu t’prends, tu n’tentes même plus d’les éviter.
tu t’marres, la gueule en sang.
et tu craches sur l’bitume l’goût d’métal qui t’coule dans la gorge.
parce qu’t’as beau être un chien, lyes… y a encore des trucs qu’t’as du mal à avaler.
tu le sais si je peux rendre service hein !
l’sourire forcé qu’t’esquisses. comme pour lui dire qu’t’as pas b’soin d’ses services, qu’tu peux t’en passer volontiers. et elle t’invite – enfin.
« tu fais comme chez toi. »
of course ! et tu t’fais pas prier pour planter ta carcasse d’vant la dépense à la r’cherche d’un truc à t’mettre sous la dent.
parce que, lyes, t’es affamé.
les skadden ont p’t’être l’habitude d’te voir dans un sale état, c’pas pour autant qu’t’avais envie d’affronter leurs r’gards remplis d’honte au réveil.
pour, ensuite, les voir s’extasier d’vant verity.
non merci.
je veux ça !
la tablette d’chocolat qu’t’effleures. c’te dernière qu’tu lances à la blonde par d’ssus d’ton épaule avant d’jeter ton dévolu sur une boîte d’céréale.
pas d’bol. pas d’lait. pas d’ustensiles.
tes paluches crasseuses qu’tu fous à l’intérieur sans aucune gêne. et faut croire qu’en faut plus pour la déstabiliser, la belle jihane.
t’as croisé une hyène ou quoi ?
son  sourire qui t’en arrache un à ton tour. et t’aimerais bien lui expliquer l’truc.
« mais non putain ! j’lui ai pété la gueule tellement fort, qu’ses dents m’ont transpercés la peau. »
mais tu t’contentes d’te venter. d’lui dire qu’le mec en question est salement plus amoché qu’toi. les loups gagneront toujours sur les hyènes, t’façon.
tu crois que ça peut me rassurer ? la prochaine fois tu viens sans aucune trace sur toi, c’est mieux !
même avec jihane, t’y échappes pas. mais ça va. parce qu’elle t’juge pas, elle. parce qu’elle s’contente d’t’écouter – d’rire, parfois. parce qu’elle rajoute rien – ou très peu. parce qu’elle s’ra toujours d’ton côté, même si c’toi qu’a merdé.
c’est qui cette pute ?
comme tu disais…
je veux tout savoir ! t’as fait quoi avec cette vieille meuf ?
et son sourire – encore – qu’étire tes lèvres. tes crocs qui s’enfoncent à l’intérieur d’ta joue. et tu t’approches d’ta meilleure amie, comme si tu t’apprêtais à lui chuchoter l’plus grand d’tous les secrets.
l’est-il ?
p’t’être b’en.
une connasse de riche !
tu décrètes avant d’te r’dresser. tes paroles qui t’ont fait plus mal qu’ce dont t’espérais. parce qu’tu peux pas l’nier, une connasse de riche, c’est c’qu’elle est.
mais si elle était qu’ça…
bref, c’compliqué avec elle. c’toujours… la merde, t’comprends ? et j’trop déconné c’soir. j’lui ai semi avoué…
semi avoué quoi ?
qu’t’étais amoureux ? qu’tu voulais l’exclusivité ? qu’t’avais pas envie d’la partager ? qu’tu la voulais qu’pour toi, rien qu’pour toi ?
lyes, l’égoïste.
« faites c’que j’dis, mais pas c’que j’fais. »
parce qu’à la première occas’, tu t’en taperas une autre, skadden. pourquoi ? juste parce que. t’es un chien.
et, tes erreurs, t’les r’commences – toujours.
et après… j’sais pas. j’tais pas bien. j’sorti dans une boîte de nuit pour terminer ça en beauté et la meuf qu’je draguais s’est avéré être maquée.
tu t’mets à rire.
parce qu’a vraiment qu’toi pour t’foutre dans des situations impossibles.
t’imagines la suite ? son mec a voulu jouer l’malin, on s’est tapé et j’gagné, forcément. et on m’a foutu dehors d’force.
et t’as toujours c’sourire, c’lui qui t’pend aux lèvres, qui t’va presque bien. l’hypocrisie jusqu’à la pulpe des lippes. parce qu’a rien d’drôle. y a pas d’quoi rire. à l’intérieur, t’as envie d’te foutre en boule et d’chialer. mais la vie à fait c’que t’es dev’nu.
et, toi, t’avances, tu r’cules jamais.
p’t’être bien qu’c’pour ça qu’tu r’fais sans cesse les mêmes conn’ries ; t’prends jamais l’bon ch’min.
OH ! et j’rencontré l’propriétaire d’la boîte ! euh… putain… ALEXIS ! ouais, c’ça. un sale connard ! mais il était sympa, final’ment.
et tu t’rappelles d’cette clope offerte, d’ces que’ques paroles échangées.
deux putain d’immatures !
et, pourtant, y en a un des deux qu’a réussi.
et, lyes…
c’pas toi.

_________________

he's delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t146-reckless-behaviour http://savethequeens.forumactif.com/t190-these-violent-delights-have-violent-ends


Jihane Al Masrí


( play your cards )

/ avatar : dove bae cameron
/ crédits : kaiji.
/ nombre de messages : 2007
/ cartes en main : 14
fuck feelings – jihyes. Tumblr_inline_poomjxOs8S1vjg4rh_250
/ âge : 22
/ statut : célibataire , le manche de ton homme entre la main gauche. tu maîtrises complètement ta vie surtout à ton volant.
/ occupation : pilote professionnelle de stock-car.
/ zone du queens : la baies du queens.
/ beau bordel :
in progress
《lyzea; chaptertwo. 》《teagan; chapterone.》《peyton ; chaptertwo.》《lyes; chapterone.》《india; chapterone.》《sera;chapterone.》《ilenzo; chapterone.》《《you; chapterone. 》

fuck feelings – jihyes. Empty
MessageSujet: Re: fuck feelings – jihyes.   fuck feelings – jihyes. EmptySam 9 Mar - 18:45

FUCK FEELINGS

T’es clairement pas réveillé quand il est arrivé le brun, mais c’est comme une habitude qu’il vienne quand tu pionces, pas toujours les mêmes horaires, comme si tous deux vous viviez sur deux continents distinct. La cuisine, l’endroit où ta faim décide pour se réveiller. La tablette de chocolat qui devient comme ton songe du moment, que tu quémandes aussi tôt à ton meilleur ami. Puis t’as l’objet de l’envie entre tes mains. T’es bien contente, tu commences à jouer avec le papier, à dénudé la tablette, comme ci cela se devait d’être fait avec douceur, puis t’abandonnes la douceur pour virer le papier avec force. Un bout de chocolat qui fond dans ta bouche et tu ne fais plus qu’une chose, te concentrer sur lui.
Ton esprit est déjà en train de chercher mille raisons à ce qu’il est des marques de crocs sur les mains, alors que ta bouche vient à peine d’énoncer le problème. Tu fais trop travailler ton cerveau, tu ne le poses pas et il va finir par être surmené, surtout à cette heure où tu devrais dormir, surtout que t’as un entraînement demain, auquel t’as autant envie que de dormir.  Tu t’en inquièteras toujours de celui-ci peu importe ce qui fera tu seras là pour le soutenir, même dans les pires erreurs, même si tu ne vas pas retenir ta bouche pour lui dire qu’il a tort. Mais en privé. Tu massacreras jamais ton meilleur ami face aux autres, toujours en privé, lui contre toi, toi contre lui, puis surtout ensemble, car c’est le principal. Pas besoin de te plaire, pas besoin de changer pour qu’il soit à ton image, vous n’êtes pas vraiment différent sur le papier, mais dans les actions, certainement. Tes opales qui se fondent dans celle de Lyes, tu laisses tout autant fondre le nouveau morceau de chocolat dans ta bouche, alors que tu l’écoutes ajouter un mot à ton propre mot. Une connasse de riche. Les pires peut être bien. Tu le regardes, tu tentes de disséquer ce qu’il pense, ressent. Mais c’est un vieux livre le lyes, faut de la précaution pour l’ouvrir, pour le feuilleté, du temps aussi, puis parfois ça vient seul, peut être bien et savoir lire entre les lignes clairement.
Tu fronces les sourcils, restant accrochés à ses lèvres. «  Pardon avoué quoi ? Compliqué ça veut dire … stp me laisse pas te supplier d’en savoir plus ! »  Oh tu veux savoir, car il en a trop dit sans en dire assez. Puis toi pendant ce temps t’oublie clairement le Gabriel qui est revenu comme un con dans ta vie. T’aimais bien ta petite routine sans le voir, sans devoir faire attention à toi. «  Donc y a deux meufs dans l’histoire et c’est la première la connasse de riche et l’autre c’est qui, quoi l’autre ? »  Que tu demandes. T’as besoin de tous les détails t’es un peu, non clairement chiante parfois, mais on s’en fiche. «  Donc tu te tapes avec son mec,  et tu te bats forcément un minimum avec les gars de la boite hein ? »  Que tu dises, comme ci tu devinais clairement ce qui s’était passé, comme ci ton cul y était.
Tu ris à ses derniers mots alors que tes lèvres se closent en l’observant. «  Alors, tout ça en une soirée … »   tu souris «  un jour je récupérerais qu’une partie de ton corps, j’espère que ce sera la meilleure ! »  ses yeux, bin ouai t’y vois plus clair quand tu t’y plonges comme ci ces derniers disaient tout en une seconde. «  Et t’es arrivé ici comment à pied ? »  Que tu commences à songer, parfois t’es pire qu’une mère dans ce couple amical, ça ferait presque peur.

_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






fuck feelings – jihyes. Empty
MessageSujet: Re: fuck feelings – jihyes.   fuck feelings – jihyes. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
fuck feelings – jihyes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: get high by the beach-
Sauter vers: