Le Deal du moment : -63%
-100€ sur les baskets Nike Air max 270 React
Voir le deal
59.35 

Partagez

 

 brotherhood, cez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Elio Abruzzeze


( play your cards )

/ avatar : maverick.
/ crédits : charles (ava), oldmoney (sign).
/ nombre de messages : 236
/ cartes en main : 202
/ âge : 27
/ statut : désastre solitaire de violence et d'indifférence
/ occupation : pièce maîtresse du cybermilitantisme, terré dans l'ombre de sa menuiserie
/ beau bordel :



brotherhood, cez Empty
MessageSujet: brotherhood, cez   brotherhood, cez EmptyJeu 5 Déc - 10:30


— Cez et Elio
What am I now? What am I now? What if I'm someone I don't want around? I'm fallin' again. I'm fallin' again. I'm fallin'. What if I'm down? What if I'm out?What if I'm someone you won't talk about? I'm fallin' again. I'm fallin' again. I'm fallin'


Et aux premières ombres du couchant, celui de la naphte du cambouis qui couvrent sa peau et celle d’un autre. Il y a les corps qui s’étirent sous la carcasse de ferraille, s’épanchent au-dessus du moteur quand l’un assène l’embrayage, et la voiture qui tousse pour briser l’effort outrancier, tousse mais s’essouffle. Regain d’une existence diminuée, cette évidence condamnée. L’un vitupère ses ardeurs, et Elio alimente: « elle était foutue d’avance cette bagnole », l’indolence critique, las de manipuler la mécanique qui n’a rien du fardeau quotidien auquel il se prête aisément. Du temps qui se perd, qui s’effile alors, puis y a Cez qui maintient une mâchoire plus serrée qu’à l’accoutumé. Le rejeton qu’on a traîné ici, en petite médecine du silence, entre les boulons et les douilles ; rejeton d’impassibilité qui ne tente pas de contenir les dégâts causés par l’impatience, à qui l’on ne souffre qu’un regard noir défait de l’empathie du temps perdu, de celui que sans égard, on a volé. Les opales nonchalantes qui frappent ce faciès révulsé par si peu, guette le coup d’éclat qui pourrait bien advenir ; ne sait pas si c’est parce qu’il en sait toujours trop ou parce qu’il est là où Cez voudrait être laissé solitaire, mais le môme à l’attitude cloisonnée dans son cercueil de flegme, sans nulle intention d’apporter réconfort. Les digues fixées aux traits crispés de Blackbird, sonde celui dont les poings se sont trop souvent fracassés contre le monde et ses objets, ont été ternir jusqu’à Damian, également fait de feu, jusqu’à lui-même, tison qu’on étreint pour éviter qu’il ne devienne flamme. En retrait, Elio les a vus se calciner, s’immoler à grandes braises, l’un contre l’autre, et finalement, eux contre d’autres. Il se rappelle qu’à son tour aussi il a cédé aux passions horrifiantes des terreurs décadentes, de celles qu’on réprime, bien trop violentes. Chacun a fait couler le sang de l’autre, parsemé leurs phalanges du pourpre des uns, pour n’avoir plus jamais à se remercier d’avoir été des frères là où les autres ont échoué. Des années plus tard, cette mine féroce toujours sous sa coupe, il l’observe inlassablement au bord d’un agacement qu’il ne parvient plus à sommeiller « putain tu vas cracher l’morceau », car il a la prétention de savoir qu’y’a quelque chose qui titille sa frénésie à Cez, quelque chose qui sans doute, aurait dû demeurer dans les abysses des non-dits. Y a l'électron qui cherche son rhésus, on voudrait éviter une explosion inéluctable.

_________________
LOSE YOURSELF

he's nervous, but on the surface he looks calm and ready to drop bombs, but he keeps on forgettin' what he wrote down. --
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://savethequeens.forumactif.com/t7137-d-y-s-t-o-p-i-e


Cez Blackbird


( the lone wolf dies )

/ avatar : jack the lad #lhommedemavie.
/ crédits : self (av/sign).
/ autres personnages : betsi (n.peltz), brynn (n.o'neil), kurtis (r.king), sage (c.desjardins), sonny (e.bador), tad (a.piper).
/ nombre de messages : 3921
/ cartes en main : 870
/ âge : 29
/ statut : à terre, l'coeur solitaire ; veuf avant-même de t'être marié.
/ occupation : combattant en infanterie (tireur de précision/sniper).
/ beau bordel : ( m o o d b o a r d )

brotherhood, cez Empty
MessageSujet: Re: brotherhood, cez   brotherhood, cez EmptyLun 20 Avr - 0:07

ELIEZ / brotherhood /

dans chaque recoin de ton âme, chaque espace qui t'éloigne des autres, chaque parcelle de vide qui creuse ton coeur, elle est là.
la solitude.
reine de tes compagnes, érigée en favorite ; elle se fait souveraine - depuis trop longtemps. c'est pourtant sans aucun scrupule que tu l'enlaces un peu plus fort à chaque jour qui passe, comme si tu avais une peur monstre de la perdre.
parce qu'elle est tout ce qu'il te reste quand tout te quitte ; la seule absence qui puisse encore combler l'exil que tu t'infliges.
elle est là.
la solitude.
et ne te quitte que lorsque tu en fais le choix.
(ou que le reste de la meute le fait un peu pour toi).
elle est juste un peu plus saine pour ton esprit, la présence d'elio. elle pèse moins sur tes idées noires, t'évite d'errer dans la rue comme un putain de clébard.
parce qu'ailleurs, c'est toujours nulle part.
c'est sans but, destination zéro - c'est aller aux putes ou écumer les bistrots.
mais mieux, c'est pas toujours bien, cez. mieux, c'est déjà être là et pas avoir envie d'te péter les jointures contre les murs de ta piaule minable. bien, ce s'rait au moins que tu t'en rendes compte ; que tu déserres les mâchoires, juste pour quelques mots. le problème, c'est que t'as peur de cracher les mauvais - les cachés, les secrets. et ça te mure dans un silence inconfortable, d'une lourdeur de plomb.
« putain tu vas cracher l’morceau »
la mâchoire se décrispe un peu. tu humectes tes lèvres le temps de réfléchir à une parade derrière laquelle rester camouflé.
« de quoi tu parles ? »
innocence ratée ; incompréhension feinte avec indélicatesse. ton regard se porte sur la silhouette à quelques mètres de toi, et tu l'interroges à ton tour d'un coup d'oeil peu assumé.
« ah, ouais. t'as raison, elle était d'ja foutue. tu t'es fait chier pour rien mec. » l'air est nonchalant, autant que le haussement d'épaules qui l'accompagne, traduisant avec une négligence certaine la si faible importance de cette confirmation qu'elio semblait pourtant attendre avec impatience. du moins, c'est c'que tu penserais si tu te la jouais crétin de base. l'idéal pour ne pas creuser. l'idéal pour ne pas répondre à une question que t'as pas réellement envie d'entendre.
parce que tu sens la tension, cez. et les yeux inquisiteurs qui incisent chacune de tes réactions comme pour mieux comprendre tes silences.
« eh, c'est pas grave, vieux. t'en a perdu une, t'en sauveras d'autres. c'est comme les meufs : une de perdue, dix de retrouvées. »
comédie imbécile.
sourire de con.
la parodie est pourtant si imparfaite. alors c'est contre un bâtonnet gavé de tabac que tu scelles à nouveau tes lèvres pour ne pas risquer de cracher le morceau de trop.
pour que l'explosion reste sourde.


_________________

-fuis-moi comme le cholera parce que j'suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit. et au pire, ça t'donnera envie d'me cracher à la gueule -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://savethequeens.forumactif.com/t761-cez-grain-d-poussiere-au-combat https://savethequeens.forumactif.com/t838-cez-comme-un-seisme


Elio Abruzzeze


( play your cards )

/ avatar : maverick.
/ crédits : charles (ava), oldmoney (sign).
/ nombre de messages : 236
/ cartes en main : 202
/ âge : 27
/ statut : désastre solitaire de violence et d'indifférence
/ occupation : pièce maîtresse du cybermilitantisme, terré dans l'ombre de sa menuiserie
/ beau bordel :



brotherhood, cez Empty
MessageSujet: Re: brotherhood, cez   brotherhood, cez EmptyMar 7 Juil - 21:36

L’hirsute toison de ses sourcils semble s’épaissir devant l’absence de sagacité du natif.
Cez fait mine d’avoir égaré sa cervelle, quelque part sur le bas-côté entre son garage et le no man’s land où il a fait sombrer quelques unes de ses tergiversations. La tronche qui se dessine finalement hors du capo, bien écorchée à force de se frotter au chaos, ses yeux trébuchent avec patience sur les couches de déni que porte le mioche.
Il le regarde, sans être foutu de se rappeler si l’type a toujours eu un tel gouffre sapé sur l’visage.
Il s’souvient pas.
Il se rappelle seulement de moment comme celui-là, où son frère se rendait opaque, cherchant à s’absoudre d’une réalité si augmentée qu’elle avait détonné et projeté ses débris droit vers son âme. Ça suinte de lâcheté des morveux comme eux, leur orgueil tenu en joue par tout ce qui se fait d’plus modique.
Ils sont lâches. Lâches envers les autres, lâches envers leur reflet et celui du mec d’à côté. 
Elio tient sa bouche fermée parce qu’il comprend l’importance d’inhiber toutes les mutilations d’un songe colonial. Enfin, ses yeux embourbés d’océan toisent la carrosserie ondoyante au second rouleau de mots emportés par le mécano. Dévalant le matériau enrobé de peinture, il cherche le sens de cette mascarade.
Du bout du pouce, il se gratte le front, soupire à grande bouffée, déjà fatigué de se coller à une tâche aussi ardue que les non-dits. L’autre enchaine plus risible qu’alors, s’en rend bien compte pour se cacher derrière un volute de tabac.
« Quoi? », il pige pas son charabia, ça rime à quoi tout ça?
L’italien s’exhorte de la charogne mécanique, fait claquer sa peau métallique pour prendre appui sur son corps, face à ce sourire qui donne à son frère des allures demeurées.
« C’est quoi ton problème? J’en ai rien à foutre de cette bagnole, et tu l’sais », sourcils froncés, les deux mains enduites de noir attrapent les bras opposés, l’air intraitable.
Et ça le frappe comme tant de fois alors: ils étaient pas faits pour s’entendre, se devaient à la vie qui fait des frères de la plus étrange des manières et les laisse incapable d’aimer correctement,

_________________
LOSE YOURSELF

he's nervous, but on the surface he looks calm and ready to drop bombs, but he keeps on forgettin' what he wrote down. --
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://savethequeens.forumactif.com/t7137-d-y-s-t-o-p-i-e


Cez Blackbird


( the lone wolf dies )

/ avatar : jack the lad #lhommedemavie.
/ crédits : self (av/sign).
/ autres personnages : betsi (n.peltz), brynn (n.o'neil), kurtis (r.king), sage (c.desjardins), sonny (e.bador), tad (a.piper).
/ nombre de messages : 3921
/ cartes en main : 870
/ âge : 29
/ statut : à terre, l'coeur solitaire ; veuf avant-même de t'être marié.
/ occupation : combattant en infanterie (tireur de précision/sniper).
/ beau bordel : ( m o o d b o a r d )

brotherhood, cez Empty
MessageSujet: Re: brotherhood, cez   brotherhood, cez EmptyVen 10 Juil - 23:49

eliez / brotherhood /

on dit que nul esprit est emprisonné.
tu le comprends aujourd'hui, cez, quand tu sens sa pleine volonté cogner contre tes tempes pour se libérer de son mitard crânien. il cherche à voguer ailleurs, et la fuite menace. tu sens la faille, la concentration qui s'fait la malle, et la présence d'elio qui se dissipe jusqu'à c'que tu te retrouves seul avec toi-même.
les questions s'entrechoquent, les doutes se heurtent à ce que tu croyais avoir de certitudes. ça t'cause un trouble momentanément indéfectible, cez, occulte le reste d'une facilité déconcertante.
tu te terres, devient sourd - rend le silence encore un peu plus lourd.
tu remarques à peine le regard insistant derrière le monstre de ferraille (à moins que tu ne l'ignores pour retarder l'échéance ; la question à laquelle tu ne voulais pas vraiment répondre).
pourtant, elle tombe.
« c’est quoi ton problème ? j’en ai rien à foutre de cette bagnole, et tu l’sais. »
le silence pèse un peu plus alors que tu te retiens de répondre - de lui dire que tu le sais, que tu joues simplement les imbéciles.
tu prends quelques secondes pour réfléchir à ce que tu lui dois, si la vérité fait partie de ces choses-là.
au fond, votre lien n'était fait d'aucune promesse, tissé de rien qui ne pouvait ressembler à un quelconque engagement. y'avait pas de "je t'aime, frangin", de "à la vie à la mort". mais si la connexion n'avait jamais été mise en mots ni par l'un, ni par l'autre, c'était simplement parce qu'elle était évidente quelque part (et parce que les animaux ne parlent pas).
« depuis quand on s'est promis de tout se dire ? j'me souviens pas. »
jamais.
pourtant, tu t'en veux de garder pour toi quelque chose qu'il méritait sans doute de savoir. alors t'inspires profondément pour te donner le courage de le regarder dans les yeux (enfin).
« j'ai pris une décision. »
du genre radical, inattendu.
du genre que t'aurais sans doute jamais prise si on t'avait pas enlevé joy.
p'tet bien que c'est mauvais, d'ailleurs, de faire des choix sur le coup d'une rage vengeresse. mais cez, t'as jamais été réfléchi de toute façon. jamais vraiment mesuré, que trop peu raisonnable.
« j'me suis engagé dans l'armée. »
et la bombe est lancée.
tu masques l'angoisse de sa réaction derrière une attitude désinvolte lorsque ton regard le fuit et que le bâton cancéreux retrouve tes lèvres, marquant ainsi la fin de ton intervention.
et, comme si ce qu'il pouvait bien en penser ne t'importait pas, comme si l'information était tout à fait anodine, tu laisses échapper un rire sans joie et ponctue le tout avec sarcasme.
« c'est quand même vachement con pour la bagnole. »


_________________

-fuis-moi comme le cholera parce que j'suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit. et au pire, ça t'donnera envie d'me cracher à la gueule -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://savethequeens.forumactif.com/t761-cez-grain-d-poussiere-au-combat https://savethequeens.forumactif.com/t838-cez-comme-un-seisme
Contenu sponsorisé






brotherhood, cez Empty
MessageSujet: Re: brotherhood, cez   brotherhood, cez Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
brotherhood, cez
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS :: across the universe :: one last memory-
Sauter vers: