Le Deal du moment : -78%
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
Voir le deal
23.95 €

Partagez

 

 you're mine - quarya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Quinn Ziegler


Quinn Ziegler


( obsession )

/ avatar : Linda Hardy
/ crédits : shining ♥ (ma belle petite chouette d'amour ♥)
/ autres personnages : zephyr, aquila, venus, khion
/ nombre de messages : 413
/ cartes en main : 135
you're mine - quarya - Page 2 1556055357-lh4
/ âge : 44
/ statut : doigt enchaîné à un époux terrifiant, homme de ses cauchemars, désirant lui échapper depuis plus de vingt ans sans jamais pouvoir y parvenir. un cœur en proie au désespoir, qui trouve réconfort dans la présence d'une demoiselle venue illuminer ses nuits, lorsque l'horreur ne la prend pas totalement.
/ occupation : repos lors de ses longues journées dans un travail censé l'aider à s'évader, elle est éditrice, rêvant de laisser son esprit s'éclipser sous les pages des auteurs qu'elle fréquente.
/ zone du queens : queens huppé
/ beau bordel : you're mine - quarya - Page 2 UuI2u5sD_o

I need to know now
Know now, can you love me again?
I need to know now
Know now, can you love me again?

arya

you're mine - quarya - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: you're mine - quarya   you're mine - quarya - Page 2 EmptyVen 31 Mai - 7:49

☾ ☾ ☾

you're mine
(arya & quinn)

Comment un ange telle que cette belle blonde pouvait-il exister ? Comment une femme, un bout de femme à peine âgé de la vingtaine, avait ce pouvoir, cette emprise sur le cœur de Quinn ? Comment pouvait-on expliquer ce phénomène, autrement que par l’amour ? L’amour… l’amour, c’était un terme bien trop vaste, et peu le comprenaient dans son ensemble. Ici, il ne s’agissait pas d’un amour commun, pas de romance, d’eau de rose, ou de fraternité. Non, c’était autre chose, autrement plus puissant. C’était cette attirance, cette sensation qu’à ses côtés, tout irait bien, tout irait toujours bien. C’était comme se retrouver dans un sanctuaire, entourée de sacré, juste pour elle, pour son bien, pour son sourire, et pour que son âme soit soulagée. C’était comme si avec Arya, le bonheur naissait, et le malheur la quittait, alors qu’habituellement, la joie n’avait aucune place dans sa vie. C’était un sentiment bien trop fort, un coup du destin, assurément. Un coup du destin, lancer de dés pour l’aider. C’était sur la ligne de leur vie, à toutes les deux. De leur vie, de leurs vies… Elles étaient destinées à se rencontrer, elles étaient destinées à s’appartenir, Arya à Quinn, et Quinn à Arya. Sauf que Quinn n’était pas à Arya, elle était prise, anneau absent, mais chaîne invisible présente en son cou, comme s’il étai toujours là. Une chaîne qui se brisait à son contact, le contact de cette main qui la tenait, le contact d’une Arya qui lui souriait. Elle était là. Et pour Quinn, c’était suffisant. Et parfait. Merveilleux. Pour l’instant. Bien entendu, il fallait que cela change, et que la blonde lui offre sa vie, lui offre son âme, lui offre son cœur. Il fallait que la blonde devienne sienne, et jamais elle ne la laisserait s’éclipser. Elle faisait tout pour l’avoir, elle faisait tout pour la voir. Et elle la tenait, sa main dans la sienne, un sourire contre le sien, et un regard qui se perdait sur sa beauté éblouissante, celle-là même qui l’avait presque aveuglée la dernière fois, la première fois qu’elle avait pu voir son regard lui répondre, et son sourire s’adresser à elle.
Elle lui faisait battre le palpitant, à la Quinn. Elle lui faisait tant d’effet, avec ses mots, sa voix, son regard, son toucher. Et il était logique que la quadragénaire se rapproche, et veuille en savoir plus, demande, questionne, s’intéresse à elle. Parce que c’était le cas. Elle avait besoin de savoir, de connaître les intérêts de sa belle. Elle avait besoin de s’assurer qu’elle allait bien, elle avait besoin de se rassurer en la voyant sourire, et lui raconter sa journée. Rien n’était ennuyeux, tout était absolument parfait. Peut-être un peu trop ? Vu le compliment qui suivi sa réponse, passant sur une passion commune. Oh, je vois… courage, c’est bientôt la fin de l’année, non ? tu n’es pas stressée ? pas d’examens trop angoissants ? Elle voulait la rassurer. Elle voulait la savoir en sécurité, mais cela n’était pas que physique. C’était aussi mental. Sentimental. Elle voulait être sûre que sa blonde, cette ange qui lui revenait, était heureuse. Quant au livre… Normalement, je n’ai pas le droit… je fais ça pour toi. Parce que ça me fait plaisir de te faire plaisir, et que je pense que tu pourrais l’aimer. J’espère, en tout cas. Vu l’auteur… Vu la narration… Elle était douce. Elle était impressionnée, par cette force d’esprit, qu’elle percevait en Arya. Et surprise par cette tirade finale, qui la mettait sur un piédestal. Merci beaucoup… Tu sais… ça n’a pas été facile, mais je pense que ce métier me correspond oui… avant toi, il n’y avait que ces pages que je lisais qui me permettait d’oublier… Elle hésita. Un long moment. Pouvait-elle vraiment divulguer ceci ? pouvait-elle vraiment lui laisser la puce à l’oreille, et l’emmener dans un champ de désespoir ? Non… Impossible… Désolée… je ne veux pas t’embêter avec ça. Ce soir, on est là pour toi… pour nous… pour un bon moment ensemble, pas pour la misère du quotidien. Elle en laissait beaucoup trop, mais la plupart de ses mots et de ses intentions étaient ficelées dans son esprit. Elle ne pouvait décemment pas encore lui en faire part, de ses craintes, de ses peurs, de ses envies, de son passé, et du futur qu’elle imaginait. Elle ne pouvait pas lui en parler, mais elle n’hésita pas à répondre au sujet de la question de l’âge. Après tout, il était dans le droit d’Arya de connaître cette information. Même si elle était… probablement différente de ce qu’elle aurait espéré. Heureusement, même si la main d’Arya dut quitter la sienne, avec les plats arrivants ; cette dernière lui assura qu’elle ne pourrait pas en rire, qu’elle n’allait pas se moquer de cet âge si grand. Tu sais que tu es une perle ? laissa entendre Quinn, comme un souffle, un murmure, impressionnée de la tenue de sa belle, et du fait qu’elle la respectait autant. C’était pourtant une relation, un rapprochement si étrange. Propice à la fuite. Mais Arya se rapprochait sans cesse des flammes, et Quinn…
Quinn adorait cela.

Même si la question de sa pouliche était bien compliquée.
Hmmm… je ne sais pas vraiment… est-ce parce que ton regard me paralyse sur place, m’éblouit, et me fascine ? Est-ce parce que tu es douce, et généreuse, drôle, et chaude ? Est-ce pour une autre raison ? c’est trop difficile de connaître la réponse, Arya… Pour moi, tu es cette sirène qui me charme, et avec qui je me sens enfin en sécurité…
Et elle venait de dévoiler n élément important. Pourtant, ce n’était pas fait exprès. La preuve, elle relança la conversation sans se rendre compte de ce qu’elle venait de laisser passer. Et elle écouta la réponse de l’intéressée avec un sourire. Je vois… tu te laisses guider, hein ? elle rit un peu, mais en voyant dans le regard de la blonde un franc parler, et un profond respect, elle ne put s’empêcher de poser la question : En quoi est-ce que je te plais, au fait ? En quoi nos moments te plaisent ? Je ne suis pas douée, avec les relations… c’est difficile. Je n’ai pas… elle détourna un instant le regard, souffrance sur le visage. Je veux apprendre à te connaître. Par cœur. Je veux… pouvoir te faire plaisir… J’ai juste… Elle inspira bien fort. je ne suis qu’une quarantenaire… Je me doute bien que tu préférerais mille fois être avec tes amies… tes… « amis »… C’était si dur. Trop dur, de parler de ces deux cafards qui semblaient vouloir lui voler Arya. Je te remercie d’être là… mais tu sais, tu n’es pas obligée… Si. Mais elle ne pouvait pas le dire. Et son amour pour elle la forçait à se sacrifier, encore et encore. Elle n’accepterait pas un non, ou une fuite, mais elle pourrait comprendre… Et sans doute qu’avec le temps, elle pourrait les éviter. En attendant, elle était prise dans ce piège, prise dans ce que ses paroles pourraient provoquer.
Elle espérait qu’Arya ne veuille pas fuir.



@Arya Warren
Revenir en haut Aller en bas
https://savethequeens.forumactif.com/t4072-obsession-quinn
Arya Warren


Arya Warren


( ice queen )

/ avatar : ester expósito
/ crédits : MISERUNT
/ autres personnages : silene, peyton, meg, opale, joy.
/ nombre de messages : 2044
/ cartes en main : 403
you're mine - quarya - Page 2 Yz27
/ âge : 20
/ statut : célibataire, un cœur trop abîmé, désormais fermé, qui ne demande pourtant qu’à être aimé.
/ occupation : étudiante en médecine, le besoin de se sentir importante et comédienne à ses heures perdues, la passion qui coule dans le sang.
/ zone du queens : queens contemporain, chez son mère, de nouveau.
/ beau bordel : you're mine - quarya - Page 2 820ca2779d6583040178fd8f00730f05e12c5d5b
slowly let me down, every word pulls me apart. gently tell me how, to forgive me now. cause all i need is on your lips, tell my enemy, they're my remedy.
--------------------
(☾☾) owen (4)venuskenancassey (8)quinn (8)silverlunaanyaella – etna – ester.

you're mine - quarya - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: you're mine - quarya   you're mine - quarya - Page 2 EmptyVen 31 Mai - 17:00

☾ ☾ ☾

somethin' else you’re searchin' for
(quinn & arya)

La discussion est facile, avec Quinn. Il n’y a pas un moment de silence. Un moment d’absence. Et elle le sent, depuis le début, Arya. Ce naturel qui prend place dans leur relation alors qu’elle est loin de l’être. L’aisance avec laquelle elles conversent, la facilité avec laquelle elles se touchent, la douceur avec laquelle elles se sont enlacées toute une nuit durant. Ce naturel dans une situation qui est tout sauf banale. Une situation qui en choquerait plus d’un. Une situation qui l’étonne elle-même, mais sur laquelle elle ne s’interroge pas. Pas encore. Pourquoi le faire ? Elle n’est engagée à rien, avec Quinn. Elle n’est pas mariée à elle. Tout ce qu’elle fait, c’est lui offrir un peu de son temps. C’est profiter d’un moment agréable en compagnie d’une femme qui en a visiblement grand besoin. Une femme qui s’intéresse à elle, qui lui fait ressentir quelque chose qu’elle n’a pas ressenti depuis longtemps, l’impression de compter. L’impression d’être une priorité. Besoin malsain, Arya. Besoin d’exister aux yeux de quelqu’un. Et Quinn ? Quinn ? De quoi a-t-elle besoin ? Question qui trotte dans la tête de la blonde, depuis cette première fois où elle a croisé son regard, faible. Depuis la première fois qu’elle a vu ses traits abîmés. Cette beauté fanée, ne demandant qu’à se réveiller. Elle entend ses paroles. Des mots volés. Arrachés. L’autre soir, aujourd’hui. Et c’est un besoin d’oublier, qu’elle détecte. Un besoin de se sentir bien. Un besoin d’être en sécurité. Un besoin d’être… Aimée ?  T’as pas dû avoir une vie facile, Quinn. T’as pas dû avoir une vie facile pour être si déboussolée. Et elle a envie de savoir, Arya. De tout savoir. Mais elle ne veut pas la brusquer. Pas maintenant, parce qu’il faut laisser le temps au temps. Elles se connaissent à peine et ont encore un tas de choses à découvrir. Oh, si tu savais, Arya. Tu ferais bien mieux de chercher à savoir, maintenant, pour ta sécurité. Acquiesçant d’un signe de tête, elle répond rapidement. - Si, j’ai des examens qui arrivent. Je vais entrer en période de révision. Une idée angoissante, mais vite chassée par les paroles suivantes de Quinn. Paroles qui font naître un beau sourire sur son visage. Elle enfreint les règles d’un travail qu’elle adore pour elle, simplement pour elle. Pour lui faire découvrir sa vie, son métier. Ce qui était sa passion, avant elle, avant qu’elle entre dans sa vie. Arya prend alors un air faussement innocent sur on visage, un brin malicieux, tout en reprenant. - Je te promets de garder le secret pour l’éternité ! Je suis bien trop contente que tu me fasses partager ton monde. Un rire qui s’échappe, doux léger, juste avant d’entendre les paroles de Quinn. Lourdes de sens. Tout ce qu’elle dit. Tout ce qu’elle ne dit pas. - Maintenant tu en as deux, des sources pour oublier. Les livres, et elle. C’est ce qu’elle se contente de répondre, pour chasser rapidement ses mauvaises pensées. Celles qui l’envahissent bien trop souvent. Assombrissant son regard pourtant si doux. Ce qu’elle a risqué elle-même de faire, en lui posant cette question sur son âge. Une question remuant Quinn, la poussant à lui avouer qu’elle a parfaitement conscience qu’elle est beaucoup plus vieille qu’elle. Que cette situation pourrait l’amuser, ou la faire fuir. Mais c’est avec douceur, qu’elle lui répond. C’est avec douceur, qu’elle la traite. Parce qu’elle la respecte, Quinn. Et elle n’a aucune envie de la mettre mal à l’aise en relevant son âge. Le but n’est pas là. Non. Elle souhaite simplement être fixée, Arya. Parce qu’une partie de son esprit est obligatoirement intriguée par toute cette situation. Mais la quadragénaire semble touchée. Touchée qu’elle ne prenne pas peur. Touchée qu’elle ne s’en amuse pas. Touchée qu’elle la traite avec autant de compassion. Rassurée de ne pas l’avoir blessée, l’étudiante esquisse un sourire en l’entendant lui dire qu’elle est une perle. Un bref sourire, parce que ses paroles suivantes sont bien plus percutantes. Une question qu’elle a posée, simplement, pour comprendre pourquoi Quinn se sent si bien en sa présence. Une réponse beaucoup plus développée, avec des mots forts, des mots plus beaux les uns que les autres. Perturbants, aussi. Parce qu’ils révèlent ici une grande ambiguïté dans les sentiments de Quinn. Quinn qui reconnait elle-même être complètement charmée, la qualifiant de sirène. Et tu te dis que c’est ça, Arya. Une attirance, une attirance physique. Tu te dis que ce n’est que ça, et que, comme tous les autres, elle finira par s’en aller, elle aussi. - Wah… Et bien, j’espère que tu penseras toujours toutes ces choses lorsque tu me connaîtras. Je suis contente de te faire autant d’effet. Son regard se plonge dans celui de la brune, avec intensité. Elle est presque intimidée d’entendre qu’elle pense, ressent, toutes ces choses à son sujet. C’est beaucoup. Beaucoup plus qu’elle ne l’aurait imaginé. Et une fois encore, elle est confrontée à cette sincérité déconcertante. Celle qui lui laisse de plus en plus penser que Quinn, elle, elle ne joue pas. Et alors qu’elles commencent toutes les deux à goûter leurs plats, la question lui est renvoyé. Question à laquelle elle acquiesce d’abord, en riant, parce que oui, elle se laisse complètement guider dans cette histoire. Mais question qui précède un discours, un discours beaucoup trop confus, un discours qui perd Quinn, un discours qui fait ressortir cette même souffrance sur son visage, chaque fois qu’elle semble avoir du mal à parler. Du mal à exprimer ce qu’elle ressent. Une vulnérabilité exacerbée qui touche Arya, au plus profond d’elle. Cela lui fait quelque chose, de sentir son mal être. Mal être qu’elle peut difficilement contrôler accoudée à une table de restaurant, mais elle essaie. Elle essaie en reprenant la parole de la voix la plus rassurante et bienveillante qui soit. - Je sais. Je sais que je ne suis pas obligée d’être là, mais j’en ai envie. Tu ne sais plus faire, Arya. Tu ne sais plus tomber la carapace. Tu ne sais plus ouvrir ton cœur, à qui que ce soit. Pourtant, elle en a besoin, Quinn, alors essaie. - Tu m’as intriguée. Tu as quelque chose de différent que j’aime beaucoup. J’ai envie de te connaître, moi aussi, et j’aime discuter avec toi. Un petit sourire apparaît sur son visage, lorsque Quinn lui dit combien elle veut lui faire plaisir. Malgré le fait qu’elle soit peu sûre d’elle. Malgré le fait qu’elle semble avoir un problème avec les relations. Et les questions se multiplie, dans l’esprit de la blonde. Se demandant ce qui a pu la rendre si perturbée, aujourd’hui. - Et puis, notre nuit, elle était bien, non ? Avec un sourire, elle lui montre encore une fois qu’elle apprécie sa compagnie. Qu’elle apprécie être là, avec elle. Comme elle a apprécié cette nuit durant laquelle Quinn n’a pas lâché ses bras.

_________________

    pretty lies -- she said, look at me baby these tears will run out. i said, i took you for granted but i can't be without you. please can we just say, pretty lies.
Revenir en haut Aller en bas
https://savethequeens.forumactif.com/t2653-arya-pretty-poison https://savethequeens.forumactif.com/t2681-war-of-hearts-arya#96383
Quinn Ziegler


Quinn Ziegler


( obsession )

/ avatar : Linda Hardy
/ crédits : shining ♥ (ma belle petite chouette d'amour ♥)
/ autres personnages : zephyr, aquila, venus, khion
/ nombre de messages : 413
/ cartes en main : 135
you're mine - quarya - Page 2 1556055357-lh4
/ âge : 44
/ statut : doigt enchaîné à un époux terrifiant, homme de ses cauchemars, désirant lui échapper depuis plus de vingt ans sans jamais pouvoir y parvenir. un cœur en proie au désespoir, qui trouve réconfort dans la présence d'une demoiselle venue illuminer ses nuits, lorsque l'horreur ne la prend pas totalement.
/ occupation : repos lors de ses longues journées dans un travail censé l'aider à s'évader, elle est éditrice, rêvant de laisser son esprit s'éclipser sous les pages des auteurs qu'elle fréquente.
/ zone du queens : queens huppé
/ beau bordel : you're mine - quarya - Page 2 UuI2u5sD_o

I need to know now
Know now, can you love me again?
I need to know now
Know now, can you love me again?

arya

you're mine - quarya - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: you're mine - quarya   you're mine - quarya - Page 2 EmptyVen 7 Juin - 5:17

☾ ☾ ☾

you're mine
(arya & quinn)

Rien. Rien ne pouvait être un plus bel instant que celui-ci, alors qu’elle était attablée, parlant avec l’élue de son cœur, de son âme, de sa vie, de son envie. Cette femme, cette sirène qu’elle désirait, qu’elle voulait plus que tout au monde. Elle était comme son monde, elle était son trésor, et elle comptait le garder, bien au chaud avec elle, jusqu’à la fin. Pensée malsaine, pensée effrayante, elle ne l’était pourtant pas, dans l’esprit de la quadragénaire, qui ne se voyait que comme cet instrument du destin, qui souffrait, souffrait tout le temps, et pour une raison, pour une raison seulement. Pour elle, pour Arya. C’était comme clair, comme précis dans son esprit. Elle avait passé une vie entière à crier intérieurement, et à sentir la douleur passer dans les méandres de son âme, sous la peau, dans la chair de son corps, juste pour avoir le droit de voir le divin, en une jeune femme qu’elle remerciait d’exister, qu’elle remerciait d’être là, cette étudiante qui lui faisait tant de bien, elle ne savait pourquoi. Elle ne comprenait pas, elle ne cherchait pas à comprendre. Arya était à elle, son dû, son présent, un cadeau que l’on lui faisait, et qu’elle chérissait. Elle était tendre, elle était douce, elle était parfaite, cette jeune fée qui ne cessait de lui donner le sourire, de lui donner un visage heureux, quand bien même il était fatigué. Elle l’aimait, elle l’adorait. Elle était son tout, elle était sa vie, capable de la lui confier à tout moment. Après tout, elle n’avait rien d’autre. Un travail qui lui plaisait, certes, mais qui n’existait, principalement, que pour fuir son quotidien désastreux. Un mari qui la battait, qui lui faisait souffrir le martyr, et l’humiliait à coups d’horreur. A quoi bon résister ? A quoi bon survivre ? C’était là toute l’étendue de sa pensée, avant de rencontre, avant de voir cette blonde qui faisait battre son cœur, cette raison de vivre qu’elle ne pouvait plus ignorer.

Malsain, certains diraient. Mais beau. Et sincère. Elle voulait l’aimer, si ce n’était pas déjà fait. Elle voulait être aimée, et voulait son bonheur, un intérêt certain pour ses activités, pour son domaine d’étude. Elle voulait savoir, tout savoir de sa princesse, qu’elle ne cesserait jamais de charmer, qu’elle ne cesserait jamais d’aimer, qu’elle ne cesserait jamais de surveiller. De défendre, comme son territoire. Une princesse qui apportait jalousie et distorsion dans des pensées de toute beautés. Un besoin de savoir, de comprendre, de voir ce qu’il se passait dans cette vie qu’elle ne voulait plus voir évoluer seule. Alors elle la questionnait, s’interrogeait sur ce qui se tramait, dans sa petite tête, dans son esprit si fin. Une question sur les cours, une question sur les examens, et un Courage. Je suis sûre que tu y arriveras. Je te le souhaite en tout cas. Honnête, des paroles qui se voulaient touchantes, qui se voulaient politesse, mais qui finissait par devenir réalité dans son esprit étriqué. Parce qu’elle ne pourrait pas supporter de voir la tristesse sur les joues d’Arya, et qu’elle serait peut-être capable de faire une scène, si jamais ses concours n’étaient pas validés. Pas envers elle, pas à son encontre, mais bien contre ses profs, qui se devaient de voir son intelligence, son talent. Talent qu’elle imaginait, talent qu’elle ne voyait pas périr. Peut-être se trompait-elle, puisqu’elle ne la connaissait pas bien.
Peut-être.
Ou peut-être qu’elle la connaissait mieux qu’elle le croyait ? Puisqu’alors qu’elle lui laissait entendre qu’elle passait outre les règles pour ses beaux yeux, et pour son sourire, elle fut récompensée d’un grand sourire, et d’une voix merveilleuse, qui devint berceuse délicate à ses oreilles. Ajoutée, une petite phrase rassurante, et Quinn ne put s’en empêcher, elle serra un peu plus cette main qu’elle tenait, tout en lui disant Merci. Merci infiniment. Je… je n’oublierais pas ta gentillesse… sa bonté. Bonté qui perdait Quinn dans un mélange d’émotions, toujours plus fortes, toujours plus effroyables. Des émotions qui finirent par s’extravertir par des mots puissants, choisis, parfaits pour exprimer ce qu’elle ressentait. Un chant de sirène, une beauté infinie, une douceur qui dépassait ce que la soie pouvait offrir, et un sourire qui semblait maître de toute une vie. Elle était subjuguée, sous le charme, capable de tout pour voir ce sourire. De tout, sauf de l’abandonner, ou de la laisser aux mains de ses foutus amis qui menaçaient un territoire important. Bien sûr que je penserais toujours pareil. Tu es merveilleuse. C’est moi qui… c’est toi qui pourrait… une hésitation. Pas le droit de penser à cela, pas le droit de penser à ce qu’elle pourrait faire, à sa réaction en apprenant ce qui se tramait dans un cerveau aussi sombre que celui de Quinn, dans une tête aussi abîmée, par des souvenirs des plus douloureux. C’est… c’est moi qui risque de te décevoir, tu sais… toi… tu as… tu as tout… tu es jeune, si tu veux, tu peux changer le monde… changer… changer mon monde… Ce qu’elle était déjà en train de faire. Ce que Quinn ne savait pas cacher, et qui pourrait lui faire plus de mal à terme, si Arya comprenait que la faiblesse était maître mot chez elle. Faible, toute sa vie, comment aurait-il pu en être autrement ? Tu peux tout accomplir… contrairement à moi… alors… alors je veux juste… enfin j’espère… que tu continueras à modeler mon univers… je ne veux pas que tu m’oublies… une peur, une autre peur. EN plus de celle de la fuite, de la faire fuir, il y aait celle-ci. Celle de ne pas être assez importante, celle de disparaître dans un recoin de son esprit, de ne devenir qu’impression de déjà-vu, que souvenir éteint. Je… je ne devrais pas dire ça mais… je ne veux pas que… que tu partes. hésitation. Elle ne savait pas si elle pouvait le dire, elle ne savait pas si elle devait le dire. Mais elle savait qu’elle ne pouvait pas se retenir, que les mots sortaient sans son accord.
Et lorsqu’elle partit dans son discours décousu, que son plat se retrouva délaissé pour ses tentatives d’établir ses frayeurs et ses envies, ses peurs qui la recouvraient, elle ne put que sourire, en entendant cette réponse qui lui fit couler des larmes, sous les yeux. Une réaction disproportionnée, une preuve que rien n’était normal, une preuve que rien n’était un jeu. Pour Quinn, en tout cas. Tu as vraiment envie d’être avec… « une vieille » ? petit sourire. Puis grand sourire, en entendant les raisons qui poussent la jeune femme à côtoyer la génération précédente. Quelque chose de différent ? peut-être… mais… ce n’est pas bon pour toi… je… Un arrêt. Un arrêt brutal dans ses pensées, tandis qu’elle réalisait qu’elle avait peut-être fait la plus grosse erreur de sa vie, en lui assurant que ce n’était pas bon, qu’elle n’était pas bonne pour elle. Un silence qui dura, et une peur tremblante de reprendre le fil. Ce ne fut qu’avec la petite tirade de sa belle que la quadragénaire reprit du poil de la bête. Oui ! Oui, elle était très bien… ce fut la première fois de toute ma vie que je pus dormir apaisée. elle ne se retenait plus, l’espace de quelques secondes. Comme si sa carapace devenait transparente, translucide, pour laisser le regard d’Arya pénétrer son âme, et sa vie. J’en aimerais une autre, de nuit… tu n’imagines pas à quel point. J’ai envie de te serrer dans mes bras… Elle ne s’arrêtait plus, d’une sincérité étonnante. Profonde. Enfin… je veux dire… si tu veux bien… t’es jeune… tu dois bien avoir envie de… de retour à la réalité. L’horreur de ses pensées, de son poison. de passer du temps avec quelqu’un d’autre… NON ! NON NON NON ! NON, pas ça ! Elle ne comprenait pas pourquoi elle avait dit ça. Je voudrais que tu veuilles passer du temps… et des nuits avec… Avec elle. Avec elle ! Mais comment le dire, sans passer pour la folle qu’elle était, celle qu’elle niait être ?
avec… m… m… moi… c’était comme si sa langue brûlait. Elle ne pouvait pas, elle n’avait pas le droit de parler ainsi, de dire ceci. Et pourtant, sans réussir à résister, elle venait de le dire.
Son envie la plus précieuse.



@Arya Warren
Revenir en haut Aller en bas
https://savethequeens.forumactif.com/t4072-obsession-quinn
Arya Warren


Arya Warren


( ice queen )

/ avatar : ester expósito
/ crédits : MISERUNT
/ autres personnages : silene, peyton, meg, opale, joy.
/ nombre de messages : 2044
/ cartes en main : 403
you're mine - quarya - Page 2 Yz27
/ âge : 20
/ statut : célibataire, un cœur trop abîmé, désormais fermé, qui ne demande pourtant qu’à être aimé.
/ occupation : étudiante en médecine, le besoin de se sentir importante et comédienne à ses heures perdues, la passion qui coule dans le sang.
/ zone du queens : queens contemporain, chez son mère, de nouveau.
/ beau bordel : you're mine - quarya - Page 2 820ca2779d6583040178fd8f00730f05e12c5d5b
slowly let me down, every word pulls me apart. gently tell me how, to forgive me now. cause all i need is on your lips, tell my enemy, they're my remedy.
--------------------
(☾☾) owen (4)venuskenancassey (8)quinn (8)silverlunaanyaella – etna – ester.

you're mine - quarya - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: you're mine - quarya   you're mine - quarya - Page 2 EmptyMer 12 Juin - 18:41

☾ ☾ ☾

somethin' else you’re searchin' for
(quinn & arya)

Une parole après l’autre. Un aveu après l’autre. Une déclaration après l’autre. Quinn se laisse aller. Et Arya se retrouve complètement déboussolée. Elle ne sait pas. Elle ne sait pas si Quinn ouvre son cœur parce qu’elle est en proie à un moment de faiblesse, ou bien si elle le fait parce qu’elle a confiance en elle. La vérité, c’est qu’elle ressent une grande vulnérabilité dans son regard, dans l’intonation de sa voix. Elle ressent une fragilité débordante, prête à exploser à tout moment. Une fragilité qui semble calmée par sa seule et unique présence. Pourtant t’es loin d’être la mieux placée pour l’aider, Arya. T’es loin d’être la meilleure personne qui soit. Mais quand t’entends ses paroles, t’as le cœur qui s’accélère. T’as le cœur qui s’accélère parce que t’as besoin de ça, être important pour quelqu’un. Aux yeux de quelqu’un. Mais Quinn. Quinn dans tout cela. Elle pourrait bien finir par en souffrir. Souffrir en offrant sa vie à une fille si instable, à une fille qui se nourrit de souffrance pour oublier la sienne. Elle pourrait en souffrir, mais la quadragénaire ne semble pas en avoir conscience. C’est même tout le contraire. Ses mots, ses gestes, son regard, ils hurlent, ils hurlent à quel point elle a besoin d’elle. A quel point elle a besoin de sa présence. De sa tendresse. De son affection. Elle a peut-être besoin de plus que ça, Arya. Peut-être que t’as simplement pas envie de le voir, pas envie de l’entendre. Et pourtant, elle est touchée. Touchée au plus profond de son cœur, alors que les premières paroles de Quinn viennent frapper ses tympans. La main d’Arya vient alors se replonger dans celle de Quinn, effleurant sa peau du bout des doigts, sans détacher son regard du sien ne serait-ce qu’une seconde. - Quinn… C’est… Elle n’a pas les mots, Arya. Elle n’a pas les mots qu’il faudrait. Elle qui barricade son cœur. Elle qui se retrouve face à une femme à nue devant elle. Une femme qui semble vouloir qu’elle fasse partie de sa vie toute entière. Face à une femme qui paraît déjà si attachée à elle, alors qu’elles ne se connaissent pas. - C’est touchant tout ce que tu me dis. Je n’ai pas l’intention de partir. Je n’ai pas l’intention de te laisser derrière moi. Tu n’as pas à t’en faire. Non, t’as pas à t’en faire, Quinn. Pas pour le moment. Parce que c’est toi qui attires mon attention. Parce que c’est toi que j’ai envie de découvrir. Illusion éphémère ? C’est peut-être ce qu’elle croit, la jolie blonde. Mais d’une seconde à l’autre, cette pensée s’envole, cette pensée disparaît face aux larmes de Quinn. Parce qu’elle comprend. Elle comprend en voyant les larmes glisser contre ses joues, qu’elle ne pourra pas s’en sortir si facilement. Que la relation qu’elle engage avec Quinn est déjà beaucoup trop importante pour elle. Besoin malsain, véritablement malsain, qu’elle est bien incapable de contrôler, Arya. Tu joues. Tu brûles. Et si tu t’enfonçais dans un piège beaucoup trop profond pour une si jeune femme que toi ? - Hei… Ne pleure pas, hein… Une voix plus douce que jamais, un sourire empli de tendresse, une main qui ne lâche pas la sienne. C’est impensable. Elle a l’air de souffrir, de souffrir le martyr, Quinn. Elle voit en elle une souffrance qu’elle n’a jamais vu en qui que ce soit d’autre auparavant. Et elle tente. Elle tente de s’approcher au plus près de cette souffrance pour la comprendre, pour la dompter. Elle tente de s’approcher au plus près de cette souffrance, peut-être bien plus qu’elle ne le devrait. Un rire amusé s’échappe de se ses lèvres en entendant Quinn se qualifier de « vieille », une nouvelle fois, pourtant Arya tient tout de même à la rassurer à nouveau. - Oui, j’en ai envie. Et elle fait bien. Elle fait bien de la rassurer. Parce que quelques instants après seulement, l’esprit de la quadragénaire semble de nouveau embrouillé par tout un tas de pensées, tout un tas d’inquiétude. Oscillant entre des phrases qu’elle ne termine pas, commençant par sous-entendre qu’elle n’est pas bien pour elle, pour avouer finalement qu’elle a besoin de passer du temps avec elle à nouveau, de l’avoir dans ses bras avant d’admettre sa peur qu’elle préfère être avec d’autres personnes. Oh, Quinn, calme-toi s’il te plait. Si elles n’étaient pas au restaurant, toutes les deux, Arya pourrait peut-être effacer toutes ses craintes en lui offrant une étreinte. Son étreinte. Mais elle ne peut pas, alors elle opte pour une autre solution, et sans réfléchir elle reprend la parole.  - Quinn, est-ce que tu voudrais qu’on dorme ensemble, ce soir ? Tout naturel, alors que la brune vient d’avouer qu’elle a vécu une nuit exceptionnelle avec elle. La seule de toute sa vie durant laquelle elle a pu dormir apaisée, selon ses dires. Témoignage à peine croyable. Témoignage touchant. Pourtant, elle lui propose cette nuit. Elle lui propose cette nuit pour apaiser ses craintes. Elle lui propose cette nuit pour lui prouver qu’elle veut réellement passer du temps avec elle. Elle lui propose cette nuit pour la rassurer. Elle lui propose cette nuit pour la découvrir encore un peu plus.

_________________

    pretty lies -- she said, look at me baby these tears will run out. i said, i took you for granted but i can't be without you. please can we just say, pretty lies.
Revenir en haut Aller en bas
https://savethequeens.forumactif.com/t2653-arya-pretty-poison https://savethequeens.forumactif.com/t2681-war-of-hearts-arya#96383
Quinn Ziegler


Quinn Ziegler


( obsession )

/ avatar : Linda Hardy
/ crédits : shining ♥ (ma belle petite chouette d'amour ♥)
/ autres personnages : zephyr, aquila, venus, khion
/ nombre de messages : 413
/ cartes en main : 135
you're mine - quarya - Page 2 1556055357-lh4
/ âge : 44
/ statut : doigt enchaîné à un époux terrifiant, homme de ses cauchemars, désirant lui échapper depuis plus de vingt ans sans jamais pouvoir y parvenir. un cœur en proie au désespoir, qui trouve réconfort dans la présence d'une demoiselle venue illuminer ses nuits, lorsque l'horreur ne la prend pas totalement.
/ occupation : repos lors de ses longues journées dans un travail censé l'aider à s'évader, elle est éditrice, rêvant de laisser son esprit s'éclipser sous les pages des auteurs qu'elle fréquente.
/ zone du queens : queens huppé
/ beau bordel : you're mine - quarya - Page 2 UuI2u5sD_o

I need to know now
Know now, can you love me again?
I need to know now
Know now, can you love me again?

arya

you're mine - quarya - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: you're mine - quarya   you're mine - quarya - Page 2 EmptyLun 17 Juin - 7:54

☾ ☾ ☾

you're mine
(arya & quinn)

Rien. Rien n’avait encore pu effleurer ainsi le cœur de la quadragénaire, qui se laissait aller à cette découverte, face à la sirène, cette sirène qui lui prenait le cœur, cette sirène à qui elle donnait son cœur. Cette femme qu’elle voulait, cette femme qu’elle sentait se rapprocher, toujours un peu plus. Cette même femme qui, face à elle, venait poser sa main sur la sienne, venait lui montrer qu’elle était là, venait la rassurer, lui dire qu’elle ne comptait pas partir sans elle. Un sourire. Voilà ce que l’on pouvait voir, sur les lèvres abîmées de Quinn. Un sourire. Un sourire sincère, tandis qu’elle resserrait sa main sur les doigts de la belle Arya. Trésor qu’elle ne pouvait estimer à sa juste valeur, tant elle la voyait, si grande, si belle. Une lumière, dans les ténèbres, une lumière, au bout du tunnel. Obsession malsaine, obsession nécessaire, c’était elle. Elle, et personne d’autre. Et la savoir prête à passer tout ce temps avec elle, la savoir prête à lui donner des heures de sa vie pour la combler, emplissait l’éditrice de plaisir. C’était encore mieux que dans les romans à l’eau de rose qu’elle avait l’habitude de lire. C’était. C’était indescriptible, et d’une douceur sans égale. Pouvait-il exister une telle femme dans cette ville, dans ce monde ? Etait-elle éveillée ? Ou encore endormie ? Ou encore subissant les fièvres maladives de son mari, homme ne portant que le titre de cette nature qui n’avait rien d’humain.
Et les paroles de la belle femme devant elle, les paroles de ce rêve qui, elle l’espérait, ne finirait jamais, vinrent lui pousser quelques larmes. Larmes de joie, larmes de bonheur, la preuve, concrète, palpable, mouillée, que le cœur de Quinn était mis à nu. Et si son âme était encore fermée à Arya, de peur que cette dernière ne fuit en voyant ce que son esprit regorgeait, il n’en restait pas moins qu’elle était vulnérable, mise à nu, rien que pour elle, rien que pour son regard, rien que pour sa présence. Merci. Merci infiniment. C’était concret. C’était réel. C’était même étrange, mais elle qui lisait livres sur livres pour gagner sa vie, était elle-même un livre ouvert en ce moment. Une femme qui n’avait rien à perdre, plus rien à perdre, si ce n’était l’espoir. L’espoir de renaître, tel un phœnix. L’espoir de renaître, avec cette étudiante qui mangeait à sa table, qui acceptait tant de choses, et qui devait probablement se sacrifier sans le lui dire.
Elle fut touchée. Elle l’était depuis longtemps, déjà, mais lorsque la demoiselle s’enquit de la consoler, ou d’effacer ses larmes, Quinn ne put qu’afficher un sourire, un soupir amusé, tandis qu’elle serrait plus encore la main de son invitée, pour lui dire Ne t’en fais pas… comme pour la rassurer. Comme pour la rassurer, avant de passer aux choses plus sérieuses. Ces devoirs, qu’elle semblait avoir, que son esprit se refusait à révéler, mais que son cœur au bord du gouffre ne pouvait cependant pas cacher. Ce furent des explications vaines, des bouts de phrase. Comme si elle venait l’alerter du danger. Comme si, une partie d’elle avait ce besoin de la protéger. De la protéger, de la garder indemne, tandis que l’autre moitié avait besoin de la savoir près d’elle, avait besoin de l’avoir près d’elle, jours et nuits, toujours, tout le temps. Un besoin qui ne s’effaçait jamais, un besoin qui devenait drogue, qui devenait addiction, qui devenait trop important pour qu’elle soit capable de le refuser, de le mettre aux oubliettes.
Elle devait la prévenir. Lui dire. Et pourtant. Et pourtant, elle ne pouvait pas s’empêcher de rajouter qu’elle la voulait. Elle ne pouvait pas s’empêcher de rajouter ce que son obsession lui dictait, qu’elle voulait cette merveille qui la regardait, qui lui souriait, qui lui proposa même une nuit. Une nouvelle nuit. Un cadeau, qui fit briller les perles dans les yeux de Quinn. Vraiment ? demanda la vieille, comme pour vérifier que ce n’était pas irréel, qu’elle n’avait rien imaginé. Mais non. Mais oui. Mais non, elle n’était pas dans un état second, du moins, n’en avait-elle pas l’impression. Mais oui, Arya lui proposait bien de passer une nouvelle nuit, entrelacées. La plus belle nuit, la plus belle des femmes. Il ne pouvait y avoir mieux, comme rêve. Avec plaisir ! Je… oui… Oui ! Oui ! Chaque soir que tu voudras. et elle se leva, Quinn. Elle se leva, n’imaginant pas que l’on pouvait la regarder, n’imaginant pas qu’Arya pourrait prendre peur. N’imaginant pas, agissant, au gré de ses pensées, au gré de ses envies, au gré de ses pulsions. Elle s’approcha, et sans lui laisser le moindre temps de réaction, et sans plus rien dire, elle passa ses bras autour d’Arya.
Elle passa ses bras, et la serra. Son souffle contre son oreille, ses lèvres si proches, et un Merci… tu… n’imagines pas à quel point ça me fait plaisir. Une étreinte qu’elle ne pouvait plus abandonner. Elle la gardait contre elle, sentait sa chaleur, oubliant même qu’elles n’étaient pas seules. Parce que dans l’esprit de Quinn, elles l’étaient. Dans l’esprit de Quinn, il n’y avait qu’elles. Elles deux, et personne d’autre, sur un petit nuage.
La vérité, c’est… murmura-t-elle doucement que je rêve de notre nuit constamment, depuis la dernière fois… Elle était honnête. La gêne présente lui teintait ses joues de rose, tandis qu’elle glissait un de ta chaleur… une pensée haute. Une pensée qu’elle n’imaginait pas avoir lâché. Elle était juste… heureuse. Tellement. Purement et simplement. Il n’y avait pas mieux, pas meilleur endroit, pas meilleur moment. Il n’y avait plus rien. Plus rien d’autre qui comptait, ou qui pouvait la faire sourire comme Arya le faisait.
Et elle sentait son cœur battre à tout rompre.



@Arya Warren
Revenir en haut Aller en bas
https://savethequeens.forumactif.com/t4072-obsession-quinn
Arya Warren


Arya Warren


( ice queen )

/ avatar : ester expósito
/ crédits : MISERUNT
/ autres personnages : silene, peyton, meg, opale, joy.
/ nombre de messages : 2044
/ cartes en main : 403
you're mine - quarya - Page 2 Yz27
/ âge : 20
/ statut : célibataire, un cœur trop abîmé, désormais fermé, qui ne demande pourtant qu’à être aimé.
/ occupation : étudiante en médecine, le besoin de se sentir importante et comédienne à ses heures perdues, la passion qui coule dans le sang.
/ zone du queens : queens contemporain, chez son mère, de nouveau.
/ beau bordel : you're mine - quarya - Page 2 820ca2779d6583040178fd8f00730f05e12c5d5b
slowly let me down, every word pulls me apart. gently tell me how, to forgive me now. cause all i need is on your lips, tell my enemy, they're my remedy.
--------------------
(☾☾) owen (4)venuskenancassey (8)quinn (8)silverlunaanyaella – etna – ester.

you're mine - quarya - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: you're mine - quarya   you're mine - quarya - Page 2 EmptyMar 18 Juin - 19:37

☾ ☾ ☾

somethin' else you’re searchin' for
(quinn & arya)

Son regard est plongé dans les yeux de Quinn, plongé dans ses opales larmoyantes, accroché à cette faible lueur qui semble être la dernière chose à la maintenir debout. Son regard est plongé dans les yeux de Quinn, et elle parviendrait presque à entendre son cœur battre. Son cœur s’emballer, exploser sa poitrine. Elle parviendrait presque à l’entendre, alors qu’elle la remercie, alors qu’elle serre sa main. Et plus encore. Plus encore à l’instant même où elle lui lance cette proposition, Arya. Proposition incontrôlée, une manière des plus douces pour la rassurer. Pour qu’elle puisse croire, croire qu’elle souhaite vraiment être ici, avec elle. Croire qu’elle souhaite sincèrement passer du temps avec elle. Peu importe l’étrangeté de la situation. Peu importe à quel point elle semble perturbée. Peu importe cette grande différence d’âge. Non, t’as ce mystère à élucider, Arya. T’as ce jeu à continuer. Cette fougue à consumer. Et elle te veut, Quinn, alors pourquoi est-ce que tu ne lui laisserais pas une chance, à elle ? Une chance de récupérer les quelques brindilles qu’il lui reste à offrir. Celles que le cadenas sur son cœur n’a pas encore complètement enfermées. Minimes, bien certainement, à côté de tout ce que la quadragénaire semble avoir à donner. A lui donner. Une princesse, une merveille, un ange tombé du ciel, c’est ce qu’elle a la sensation de voir, Arya, en voyant son reflet à travers les yeux de la brune. Oh, Quinn, je vaux tellement moins que ça. Elle l’idéalise. Forcément. Elle en est persuadée, Arya. Parce qu’elle est loin d’être si extraordinaire, loin d’être si parfaite. Elle n’aurait jamais pu être abandonnée, encore et encore, si tel avait était le cas. Et Quinn, elle est sans doute beaucoup trop amochée, pour être attirée par une fille comme elle. Une fille qui ne pourra certainement jamais rien lui apporter. Hochement de tête rapidement effacé par un doux sourire, lorsque Quinn s’assure de son sérieux. - Oui, vraiment. Et tu t'enfonces. Encore. Encore. Dans les abysses, dans les ténèbres. Tu t'enfonces avec cette femme dont tu ne sais rien, pour la deuxième fois. - La prochaine fois, il faudra qu'on en parle avant, pour que je puisse prendre des affaires. Un rire, un rire qui s'échappe de ses lèvres sans même réaliser quel sens se cache derrière cette phrase. Posant un point d'interrogation énorme sur leur relation, sur ce qu'elles cherchent, l'une comme l'autre. Sur ce qui deviendra forcément compliqué, lorsque la légèreté s'envolera. Et elle s'envolera, assurément. Elle s'envolera parce qu'il n'y a absolument rien de sain, rien de normal, dans toute cette situation. Et Quinn qui se met à genoux devant elle, en affirmant qu'elle a envie de dormir avec elle, chaque fois que l'étudiante le voudra. Une position de force qu'elle ne devrait pas apprécier, et qui, pourtant, la fait vibrer un peu plus encore. Jusqu'à ce qu'elle se lève. Jusqu'à ce qu'elle s'approche. Pour la prendre dans ses bras. Devant tout le monde. Devant tout le monde et avec une telle intensité. Les bras de la quadragénaire se resserre autour d’elle, l’entourant totalement, la faisant se sentir toute petite. Ce qu’elle est, à côté de Quinn. Et elle est pudique, Arya. Elle est fière. Bien plus encore depuis plusieurs mois. Elle n’a plus l’habitude de ce genre de marques d’affections en public. La gêne l’empare, quelques secondes seulement, jusqu’à ce que la brune ouvre la bouche à nouveau, pour la remercier. La remercier de passer cette nuit avec elle. Et elle ressent à quel point c’est sincère. A quel point elle est heureuse. Alors, à son tour, elle passe ses bras autour d’elle, l’enlaçant avec tendresse un bref instant. Une étreinte qui la touche. Une étreinte qu’elle lui rend. - A moi aussi. Mais Quinn ne s’arrête pas là et ses paroles suivantes interpellent l’étudiante. C’est le moment où tu devrais partir en courant, Arya. Le moment où tu réalises à quel point ses sentiments sont ambigus. Mais tu ne pars pas, non, parce qu’au fond c’est ce que tu veux, avoir mal. - Je t’ai marqué. Qu’elle lance, un sourire malicieux sur le visage, en s’écartant un peu d’elle, appuyant ses propos d’une caresse sur son bras. Elle est loin d’être bête, Arya. Elle sent bien que quelque chose déraille. Elle n’a simplement pas conscience de l’ampleur de la situation. Pas encore. Et alors qu’elles terminent toutes les deux leurs assiettes, elle reprend la parole en demandant. - On y va ? Prête à se jeter dans la gueule du loup, Arya. Une fois de plus. Prête à franchir une nouvelle limite. Parce que Quinn, elle a cette chose qui l’attire. Elle a cette différence que tu veux découvrir dans son intégralité.

_________________

    pretty lies -- she said, look at me baby these tears will run out. i said, i took you for granted but i can't be without you. please can we just say, pretty lies.
Revenir en haut Aller en bas
https://savethequeens.forumactif.com/t2653-arya-pretty-poison https://savethequeens.forumactif.com/t2681-war-of-hearts-arya#96383
Quinn Ziegler


Quinn Ziegler


( obsession )

/ avatar : Linda Hardy
/ crédits : shining ♥ (ma belle petite chouette d'amour ♥)
/ autres personnages : zephyr, aquila, venus, khion
/ nombre de messages : 413
/ cartes en main : 135
you're mine - quarya - Page 2 1556055357-lh4
/ âge : 44
/ statut : doigt enchaîné à un époux terrifiant, homme de ses cauchemars, désirant lui échapper depuis plus de vingt ans sans jamais pouvoir y parvenir. un cœur en proie au désespoir, qui trouve réconfort dans la présence d'une demoiselle venue illuminer ses nuits, lorsque l'horreur ne la prend pas totalement.
/ occupation : repos lors de ses longues journées dans un travail censé l'aider à s'évader, elle est éditrice, rêvant de laisser son esprit s'éclipser sous les pages des auteurs qu'elle fréquente.
/ zone du queens : queens huppé
/ beau bordel : you're mine - quarya - Page 2 UuI2u5sD_o

I need to know now
Know now, can you love me again?
I need to know now
Know now, can you love me again?

arya

you're mine - quarya - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: you're mine - quarya   you're mine - quarya - Page 2 EmptySam 22 Juin - 8:26

☾ ☾ ☾

you're mine
(arya & quinn)

La prochaine fois… ça sonnait dans sa tête, encore et encore… les paroles d’Arya n’étaient pas sans conséquences, n’étaient pas sans arrière-pensée. Il y aurait une prochaine fois. Une prochaine fois pour deux âmes fragiles, se recherchant mutuellement, et pourtant si peu saines. Si seulement elle savait… SI seulement elle savait, Arya, combien la quadragénaire était mauvaise pour elle. Combien elle était dangereuse et malsaine combien son cœur corrompu pourrait avoir raison d’elle, au moindre mouvement, au moindre contact… Au moindre évènement qui viendrait la perturber. Parce qu’elle n’était pas normale. Plus normale. Et ce n’était pas seulement avec un physique torturé par des coups répétés, mais bien parce qu’elle n’avait plus que l’âme d’un pourri, plus que l’âme d’une psychopathe. Sans le comprendre, sans le savoir, elle était celle qui voulait, elle était celle qui voulait prendre, arrêter d’être la victime. Arya était pour elle. Arya était pour elle, et elle en était convaincue. Pas un objet, mais une personne. Une personne faite pour elle, qui lui revenait de droit. Une sirène faite pour elle semblait lui chanter mille louanges. Une nymphe qui se glissait dans ses pensées, une naïade qui apportait avec elle le courant d’une relation plus fluide que tout, plus belle que tout… Elle était un ange, dont les ailes avaient de belles plumes, et qui la recouvrait de ces dernières, lorsque le sommeil s’emparait d’elles, et qu’elles finissaient par s’endormir.
Oui.
Arya était exceptionnelle. Surtout aux yeux de Quinn, qui ne demandait qu’une chose, qu’elle reste auprès d’elle. Qui ne lui voulait que du bien, mais qui refuserait un refus, et n’accepterait rien qui la contredirait. Parce que Quinn avait besoin d’elle. Parce qu’elle ne pouvait plus imaginer sa vie sans elle. C’était bien simple : sans la rencontre avec la jeune femme, elle aurait songé, et peut-être se serait-elle-même laissée avoir par cette pensée, à se suicider, pour ne plus endurer le cauchemar incessant d’une vie qui la détruisait depuis toute petite. Arya était un baume au cœur, un baume qui venait la soutenir, qui venait la compléter. C’était comme si elle n’était plus rien, sans elle. C’était comme si elle n’était finalement que sa moitié. Perdue depuis des années, retrouvée par un simple regard. N’était-ce pas là la légende d’un coup de foudre ? N’était-ce pas là une belle pensée, même si l’exécution était à revoir ?
Qu’en savait-elle, Quinn ? De l’amour, du vrai ? Elle ne l’avait jamais connu. Ni par sa famille, ni par son mari, ni par personne d’autre. Alors si c’était ce qui la frappait de plein fouet depuis qu’elle avait rencontré Arya, ne serait-ce pas merveilleux ?
Oui, je penserais à te prévenir… je crois que je ne vais plus me passer de toi… qu’elle dit dans un sourire, sur un ton de plaisanterie, mais avec un regard qui la trahissait. Elle ne pouvait déjà plus se passer d’elle. C’était impossible, elle était trop attirée, trop charmée. Elle était éblouie par cette beauté, elle était émue par ses paroles, et elle ne put que se précipiter vers elle, délaissant sa place pour venir l’enlacer, la tenir fermement, au milieu de tous, mais pourtant si seule, avec elle. Comme s’il n’existait personne d’autre, comme si elle n’était que deux, deux âmes en ce monde, deux âmes qui se retrouvaient, deux âmes qui n’avaient que faire de l’extérieur.
Et l’étreinte lui fut rendue. Ce fut un peu hésitant, sans doute la brune prit-elle la jeune femme de court, en venant la serrer ainsi. Mais elle en avait besoin, incapable de rester plus longtemps éloignée de sa peau, éloignée de sa chaleur, éloignée de son parfum. Elle était juste complètement possédée par cette merveille qui la rassurait, encore et encore. Qui plaisantait, doucement. Qui faisait naître un sourire, un vrai, sur les lèvres abîmées de Quinn. Oh oui, tu m’as marquée… murmura-t-elle, tandis qu’elle sentait la belle se dérober, pour proposer de s’en aller. Il n’en fallut pas plus, l’addition fut demandée, payée par la quadragénaire, avant qu’elles ne quittent le restaurant. Et sur le trottoir, un regard fut lancé en direction de l’hôtel, ce même qui les avait déjà accueillies. Elle sourit. Doucement. Puis sa main vint chercher, presque timidement, à demi assurée, celle d’Arya. Elle la serra, avant de lui demander Cela ne te dérange pas ? question de politesse. Elle ne voulait absolument pas que son trésor se sente mal alors qu’elles étaient en route pour une nuit des plus apaisantes, des plus incroyables… Quinn savait qu’elle n’était pas jeune. Elle savait aussi qu’elle devait sans doute plus ressembler à la mère de la jeune fille, qu’à celle qui venait s’emparer de son corps, pour le serrer contre elle, une fois la nuit tombée. Elle savait que cela devait être étrange, et que, peut-être, la jeune femme était gênée. Gênée d’être ainsi avec elle, devant les passants. Gênée de lui tenir la main, alors que Quinn était dans un manque évident de ce contact. Elle en avait besoin. Elle avait besoin de la sentir, toujours collée à elle, peau contre peau, chaleur contre chaleur. Un besoin qui ne s’arrêta jamais lorsqu’elles se dirigèrent vers l’hôtel. Un besoin qui ne s’arrêta jamais, lorsqu’elles passèrent la porte de la chambre, et que Quinn serra d’un coup la belle contre elle, comme pour lui signifier à quel point l’attente entre le restaurant et la chambre avait été longue.
Ce n’était pas un jeu, pour elle.
Et Arya le comprenait peut-être enfin…



@Arya Warren
Revenir en haut Aller en bas
https://savethequeens.forumactif.com/t4072-obsession-quinn
Arya Warren


Arya Warren


( ice queen )

/ avatar : ester expósito
/ crédits : MISERUNT
/ autres personnages : silene, peyton, meg, opale, joy.
/ nombre de messages : 2044
/ cartes en main : 403
you're mine - quarya - Page 2 Yz27
/ âge : 20
/ statut : célibataire, un cœur trop abîmé, désormais fermé, qui ne demande pourtant qu’à être aimé.
/ occupation : étudiante en médecine, le besoin de se sentir importante et comédienne à ses heures perdues, la passion qui coule dans le sang.
/ zone du queens : queens contemporain, chez son mère, de nouveau.
/ beau bordel : you're mine - quarya - Page 2 820ca2779d6583040178fd8f00730f05e12c5d5b
slowly let me down, every word pulls me apart. gently tell me how, to forgive me now. cause all i need is on your lips, tell my enemy, they're my remedy.
--------------------
(☾☾) owen (4)venuskenancassey (8)quinn (8)silverlunaanyaella – etna – ester.

you're mine - quarya - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: you're mine - quarya   you're mine - quarya - Page 2 EmptySam 22 Juin - 20:11

☾ ☾ ☾

somethin' else you’re searchin' for
(quinn & arya)

Elles quittent le restaurant. Elles quittent le restaurant sur des paroles lourdes de sens. Sur des paroles qui signifient énormément, malgré la légèreté avec laquelle elles sont prononcées. Un aveu, celui d’avoir besoin d’elle. Un aveu, celui qu’elle ne l’a pas oublié, Quinn. Des paroles lourdes de sens qui font écho dans la tête de la blonde. Elles quittent le restaurant, pour s’en aller vivre un moment bien plus intense. Intime, à l’abri des regards. Etrange, loin de toute raison, loin de toute morale. Une nuit de plus qu’elle offre à une parfaite inconnue, qu’elle offre à une quadragénaire, qu’elle offre à une femme qui semble avoir besoin d’être bien plus qu’elle ne le devrait. Il n’y a absolument rien à comprendre dans ce qu’elles font, ce qu’elles vivent. Rien à comprendre, dans leur relation. Celle qui ne dépend d’aucune règle. Celle qui ne répond à aucune loi. Si ce n’est à ce coup de foudre évident de la brune, à l’envie fracassante de brûler de la blonde. Tu as pourtant tort, Arya. Tort de lui donner, alors que d’un instant à l’autre tu serais capable de tout reprendre. Tort de lui donner, alors que tu ignores complètement ce qu’elle veut vraiment de toi. Tort de t’engager sans penser, sans mesurer l’impact de ce lien.
Pourtant à cet instant précis, elle est là pour elle.
Pour Quinn.
Uniquement elle.
C’est toute son attention qu’elle lui offre. Dans son entièreté. Attention qui pourrait se révéler bien trop éphémère. Habituée à se détourner, pour ne plus qu’on se détourne d’elle. Habituée à jouer, ne donnant que de brefs moments, parce que rien ne dure jamais. Rien, sauf cette main qui s’empare de la sienne. Hésitante, fébrile, fragile, alors que sa propriétaire lui demande l’autorisation de la tenir. Et elle la comprend, cette question, Arya. Parce qu’elles sont en pleine rue. Parce que contrairement à l’autre soir, des passant y traînent encore, à cette heure-ci. Parce qu’elle sait que Quinn a très peur qu’Arya se détourne, en partie à cause de cette grande différence d’âge, entre elles. Parce qu’elle doit penser que cette situation pourrait la mettre mal à l’aise. Et une demi-seconde, la question tourne dans sa tête. Jusqu’à ce qu’elle sente la main de la brune serrer la sienne, et qu’instinctivement, elle en fasse de même. Parce que t’as pas envie de briser ce contact, toi non plus, Ayra. Parce que t’as pas envie de t’éloigner, alors qu’elle te désire à ce point. - Non, ne t’en fais pas. Un sourire qu’elle lui glisse, dans lâcher sa main. Un sourire qu’elle lui glisse, alors qu’elles marchent toutes les deux, si proches, pour se rendre jusqu’à l’hôtel de la dernière fois. L’hôtel de Quinn. Celui qui a vu naître le début de cette histoire si particulière. C’est après quelques minutes qu’elles parviennent jusqu’à l’hôtel, puis finalement jusqu’à la chambre qu’elles réservent pour la soirée. Une porte qu’elles passent, et à peine fermée, Quinn vient s’immiscer, s’installer dans ses bras, en moins de temps qu’il ne le faut pour qu’elle réalise, Arya. C’est doux. C’est beaucoup trop doux pour jouer. Beaucoup trop tendre pour tricher. Beaucoup trop sincère pour mentir. Et à son tour, Arya passe ses bras atour des épaules de Quinn, autour de sa nuque, pour se glisser entièrement dans ses bras. Elle l’enlace, à son tour. Elle l’enlace, posant sa tête au creux de son cou, avec un sourire. Tu le sens, Arya. Tu sens qu’elle n’attendait que ça, pouvoir te toucher, pouvoir sentir tes bras autour d’elle. Tu le sens depuis cette pulsion au restaurant, ce câlin imprévu. Et ce n’est qu’après de longs instants qu’elle se détache finalement, tenant toujours sa main dans la sienne. Enlevant ses chaussures pour se mettre à l’aise, elle s’approche ensuite légèrement du minibar de la chambre en reprenant la parole, un air malicieux. - Je vais nous prendre une bouteille de vin. On va être bien ici. Petite blonde trop inconsciente. Petite blonde prête à tout pour sentir son cœur s’emballer. Petite blonde jouant avec le feu. T’es l’allumette, et Quinn, elle est l’essence.

_________________

    pretty lies -- she said, look at me baby these tears will run out. i said, i took you for granted but i can't be without you. please can we just say, pretty lies.
Revenir en haut Aller en bas
https://savethequeens.forumactif.com/t2653-arya-pretty-poison https://savethequeens.forumactif.com/t2681-war-of-hearts-arya#96383
Quinn Ziegler


Quinn Ziegler


( obsession )

/ avatar : Linda Hardy
/ crédits : shining ♥ (ma belle petite chouette d'amour ♥)
/ autres personnages : zephyr, aquila, venus, khion
/ nombre de messages : 413
/ cartes en main : 135
you're mine - quarya - Page 2 1556055357-lh4
/ âge : 44
/ statut : doigt enchaîné à un époux terrifiant, homme de ses cauchemars, désirant lui échapper depuis plus de vingt ans sans jamais pouvoir y parvenir. un cœur en proie au désespoir, qui trouve réconfort dans la présence d'une demoiselle venue illuminer ses nuits, lorsque l'horreur ne la prend pas totalement.
/ occupation : repos lors de ses longues journées dans un travail censé l'aider à s'évader, elle est éditrice, rêvant de laisser son esprit s'éclipser sous les pages des auteurs qu'elle fréquente.
/ zone du queens : queens huppé
/ beau bordel : you're mine - quarya - Page 2 UuI2u5sD_o

I need to know now
Know now, can you love me again?
I need to know now
Know now, can you love me again?

arya

you're mine - quarya - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: you're mine - quarya   you're mine - quarya - Page 2 EmptyMer 26 Juin - 22:32

☾ ☾ ☾

you're mine
(arya & quinn)

C’était comme… un petit bout de paradis, la chambre de l’hôtel qui devenait le jardin d’eden. Qui devenait l’unique endroit ou le plaisir et le bonheur régnaient ensemble, pour que le cœur de Quinn puisse enfin battre, pour qu’elle oublie enfin, l’espace d’un instant, d’une soirée, d’une nuit, son mari violent, son tortionnaire portant l’alliance, et la détruisant, toujours un peu plus.
C’était un moment, c’était un endroit, c’était une personne qui devenait bien plus importante que tout ce qu’elle aurait pu imaginer. Elle était là, sa Arya, sa belle petite déesse, celle qui avait tant à lui offrir, celle qui l’apaisait, lui faisait du bien. C’était celle qui lui avait été donnée par le destin, par ce qu’il y avait au dessus du monde, au dessus de tout. C’était probablement la seule, l’unique personne qui pourrait lui faire oublier ses décennies de malheur. Qui pourrait lui faire oublier ses parents infâmes, sa sœur qui ne semblait pas l’aimer, son homme qui l’exploitait. C’était la seule. L’unique. L’élue. Et elle avait tellement envie de la serrer contre elle. Ce qu’elle fit dès que la porte de la chambre se refermé. Dès qu’elle sut qu’elles étaient enfin à l’abri des regards, et que tout pouvait alors s’enclencher. L’amour qu’elle ressentait, l’envie qu’elle ressentait, le besoin qu’elle ressentait. Elle s’empressa de la garder contre elle, elle s’empressa de la serrer contre elle, elle s’empressa de lui montrer à quel point elle la voulait, à quel point elle voulait sentir sa peau contre la sienne, son corps la serrer. Elle adora lorsque sa belle passa ses bras derrière sa nuque, lorsqu’elle se faufila dans son cou, comme si elle en avait besoin aussi. Comme si elle la voulait aussi. Comme si c’était enfin possible. Comme si tout ce qu’elle attendait, comme la quadragénaire, était de pouvoir retrouver cette chaleur. Et Quinn sourit. Elle ne put s’en empêcher. Elle sourit, laissa libre cours à une joie qu’elle ne connaissait qu’aux côtés de la blonde, à une réalité qu’elle ne vivait qu’avec Arya. Elle était différente, avec elle. Elle était différente, complètement libérée. Elle était tout simplement vivante. Quand le reste du monde la rendait survivante, presque morte.
Elle n’était vivante qu’avec elle. Et elle lui murmura, contre son oreille, tout en serrant toujours un peu plus ce corps contre le sien, pour s’abreuver de sa chaleur, je crois que j’ai attendu ce moment toute la soirée… C’était sincère. C’était honnête. Elle ne savait pas mentir, face à l’ange qui se faufilait dans ses bras, qui se faufilait dans son cœur. Elle ne savait pas mentir sur ses sentiments, mais devait bien le faire sur d’autres vérités. Elle ne pouvait pas tout lui dire, même si elle en crevait d’envie. Elle ne pouvait pas lui avouer être mariée, cela lui ferait peur. Elle ne pouvait pas lui révéler les violences qu’elle subissait, cela pourrait la briser. Elle ne pouvait pas dévoiler ce que son cœur pensait des amis d’Arya, au risque de l’énerver. Elle voulait lui dire. Elle voulait n’avoir aucun filtre avec elle, mais comment aurait-elle pu ? Comment aurait-elle pu, sans risquer de la perdre ? Déjà que sur le chemin de l’hôtel, elle avait tellement eu peur, avec juste une main tenue, avec juste une main serrée. Elle était fragile, Quinn. Plus fragile qu’elle ne le laissait paraître. Elle était brisée, Quinn. Bien plus qu’elle ne pensait l’être.

Lorsque l’étreinte se termina, et que le manque se fit sentir, elle ne put s’empêcher de la dévorer du regard, cette femme qui rendait le lieu plus beau, cette femme dont la chevelure et le regard suffisaient à l’émerveiller, à l’éblouir d’une douce et chaleureuse lumière. Oh, s’il y avait un mot juste pour décrire Arya, par les yeux de la brune, il serait plus puissant, plus grand, plus merveilleux encore que la perfection. C’était pourtant une nouvelle rencontre. Elle ne la connaissait pas, sa Arya. Elle ne la connaissait pas comme elle le voulait, bien qu’elle la regardait et la voulait depuis bien plus longtemps que la jeune le pourrait le croire. Elle voulait tellement apprendre à la connaître. Apprendre ce qu’il y avait à savoir sur son passé, sur son caractère, sur ses peines, et ses joies, sur la musique qui faisait vriller son cœur. Elle désirait imprimer chacune de ses petites manies dans son esprit, comme la façon dont elle se dirigeait vers le minibar, avec un sourire taquin sur le visage, et une envie évidente de continuer à faire la fête. Comme cette expression sur le visage, son petit froncement au niveau du nez lorsqu’elle laissait le sourire s’emparer d’elle. Comme le regard qu’elle lui donnait, le regard qu’elle avait, et qui semblait faire disparaître le monde dans un océan de douceur.
Dieux, qu’elle était belle.
Avec joie. Un bel hôtel, une bouteille de vin, et la plus belle femme qu’il m’ait été donné de rencontrer… C’était avec une confiance sans précédent qu’elle venait de lâcher ceci. Peut-être que l’assurance d’Arya se reflétait sur le cœur de Quinn ? peut-être qu’elle voulait lui montrer qu’elle ne serait jamais délaissée, que cette blonde était le centre du monde pour la quadragénaire. Peut-être qu’elle voulait lui parler d’elle, et apprendre à la connaître. Elle la suivit sans hésiter, elle la suivit, comme elle la suivrait au bout du monde, tandis que ses chaussures finissaient aux côtés de celles d’Arya, et qu’elle attrapait deux verres à vins posés au dessus du minibar.
A la tienne. lâcha la Ziegler, un regard enflammé tendu à Arya, et un goût de vin rouge qui venait caresser sa lèvre abîmée. Je ne bois que rarement de l’alcool, tu sais… j’avoue que je ne saurais pas dire si c’est un bon ou un mauvais… mais moi, j’aime… et toi ? lui demanda-t-elle dans un sourire, tandis qu’elle se laissait doucement, mais sûrement aller. Sa peur laissée sur le pas de la porte, elle espérait ne plus avoir rien à craindre, ne plus avoir peur que son invitée claque la porte derrière elle.
Et dans un petit soupir apaisé, elle vint s’asseoir sur le lit, intimant à sa belle de la rejoindre, avec la bouteille. j’ai envie que cette soirée ne se finisse jamais, tu sais… Elle était si douce. Une main posée sur la cuisse de la blonde, un peu tremblante, ne sachant pas si elle en avait le droit. Peur à la porte, certes, mais elle prenait des initiatives qui l’amplifiaient. Parce qu’elle se montrait plus entreprenante. Ouverte. Parce qu’elle lui montrait, à son petit trésor. Elle lui montrait ce qu’il y avait en son cœur, ce qu’il y avait en son âme.
Parce qu’elle lui montrait combien elle l’aimait, cette étudiante qui avait ravi son cœur.



@Arya Warren
Revenir en haut Aller en bas
https://savethequeens.forumactif.com/t4072-obsession-quinn
Arya Warren


Arya Warren


( ice queen )

/ avatar : ester expósito
/ crédits : MISERUNT
/ autres personnages : silene, peyton, meg, opale, joy.
/ nombre de messages : 2044
/ cartes en main : 403
you're mine - quarya - Page 2 Yz27
/ âge : 20
/ statut : célibataire, un cœur trop abîmé, désormais fermé, qui ne demande pourtant qu’à être aimé.
/ occupation : étudiante en médecine, le besoin de se sentir importante et comédienne à ses heures perdues, la passion qui coule dans le sang.
/ zone du queens : queens contemporain, chez son mère, de nouveau.
/ beau bordel : you're mine - quarya - Page 2 820ca2779d6583040178fd8f00730f05e12c5d5b
slowly let me down, every word pulls me apart. gently tell me how, to forgive me now. cause all i need is on your lips, tell my enemy, they're my remedy.
--------------------
(☾☾) owen (4)venuskenancassey (8)quinn (8)silverlunaanyaella – etna – ester.

you're mine - quarya - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: you're mine - quarya   you're mine - quarya - Page 2 EmptyJeu 27 Juin - 16:50

☾ ☾ ☾

somethin' else you’re searchin' for
(quinn & arya)

C’est toujours plus. La véracité des sentiments de Quinn est toujours plus grande, plus forte, que ce qu’elle imagine, Arya. Et pourtant, elle entend ses paroles, depuis leur première rencontre. Elle sent son regard sur elle. Elle voit sa manière de se comporter. Elle devrait voir l’importance que prend cette relation. Elle devrait comprendre qu’il n’y a jamais eu question d’aucun jeu, pour elle. Pourtant elle ferme les yeux, un peu plus encore. Elle se laisse transporter. Se laisse glisser, dans les bras de la quadragénaire, qui la serre un peu plus. Qui s’accroche à elle comme à la vie. Elle la laisse faire, Arya. Elle l’enlace même à son tour, durant de longs instants, de longues secondes. Un instant où quelques mots se font entendre, juste contre son oreille. Des mots qui la font sourire, instinctivement, la blonde. T’aimes ce qu’elle te dit, Arya. T’aimes entendre qu’elle n’attend que ça, tes bras, ton contact. Ce moment, c’est la seule fois, la seule exceptée la dernière nuit passée ensemble, qu’elle a véritablement l’impression de sentir Quinn relaxée. La seule fois, avec cette nuit dans ses bras, qu’elle a la sensation de sentir une femme un peu plus apaisée. Loin des tourments que semblent lui infliger son esprit, ses pensées. Ce qui concorde avec ses mots, cette attente de la toucher. Elle est bien, avec toi. Elle se sent bien, quand vos corps sont emmêlés l’un avec l’autre. Elle se sent bien, quand elle te tient là, près d’elle. Et toi, Arya ? - Et bien nous avons toute la nuit, maintenant. Qu’elle murmure, à son tour. L’habitude de ne pas s’ouvrir, de se cacher derrière sa carapace d’une fille assurée. L’habitude de refouler un quelconque sentiment. L’habitude d’esquiver, lorsqu’elle doit un peu trop parler. Pourtant, elle lui donne, à Quinn. Elle lui donne son affection, de plus en plus. Elle lui donne une tendresse, que peu de personnes ont l’occasion de voir. Et elle reprend alors sa malice, lorsqu’elle s’approche du minibar pour attraper une bonne bouteille de vin. Elle a l’envie, l’envie de profiter de cette soirée au maximum. L’envie de jouer avec le feu, comme chaque fois. L’envie de voir jusqu’où Quinn va aller, à quel point est-ce qu’elle a envie de se rapprocher d’elle. Le regard transperçant de la brune glisse contre son corps, contre son visage. Un regard qui se fait beaucoup plus vivant, lorsqu’elle la garde dans son champ de vision. Lorsque tout se passe bien entre elles. Lorsque les mauvaises pensées ne viennent pas embrumer son esprit. Et un nouveau sourire s’installe sur le visage de l’étudiante lorsque les paroles de Quinn se font entendre. Et ça te fait du bien, d’entendre ça, Arya. Même si tu ne le montreras pas. S’approchant des verres pour commencer à les servir, elle répond. - Tu sais que tu es vraiment belle, toi aussi, Quinn. Elle la regarde avec tellement d’admiration, tellement d’étoiles dans les yeux, qu’elle ne semble même pas réaliser combien elle est belle. Magnifique. Particulière. Et cette fatigue dans son regard n’y change rien. Et cette souffrance tiraillant son être n’y change rien. Donnant son verre à la quadragénaire, Arya trinque alors avec elle en lui offrant son plus beau sourire. Et puis elle l’accompagne sur le lit, bouteille d’une main, verre de l’autre. Intriguée par ses paroles, elle répond malicieusement. - Oh je vois, et moi je te fais boire, je t’influence mal, ce n’est pas bien. Posant la bouteille sur la table juste à côté, elle reprend rapidement. - Il est très bon. Quelques gorgées sont avalées, alors qu’Arya sent doucement une main se poser sur sa cuisse. La main de Quinn. Main tremblante, osant à peine se reposer contre elle. Et la main libre de la blonde vient alors se poser sur celle de Quinn. Une façon pour toi de la calmer, Arya. Une façon pour toi de lui montrer qu’elle peut te toucher, même si elle risque de s’y brûler. - Elle n’a pas besoin de durer toujours, parce qu’il y en aura d’autres, tu sais. La peur de ne plus la revoir persiste dans l’esprit de Quinn. La peur de ne plus la revoir continue à l’inquiéter, même alors qu’elle a accepté de la suivre, une deuxième fois, dans cette chambre d’hôtel. Sa main caresse alors celle de la quadragénaire, avec un peu plus d’assurance que son aînée, tout en continuant d’accrocher son regard. Encore et encore. - Tu pourras me faire des surprises aussi agréables quand tu veux. Phrase qui laisse apparaître son sourire éclatant, se mordant légèrement l’intérieur de la bouche, provoquant une moue des plus adorable.

_________________

    pretty lies -- she said, look at me baby these tears will run out. i said, i took you for granted but i can't be without you. please can we just say, pretty lies.
Revenir en haut Aller en bas
https://savethequeens.forumactif.com/t2653-arya-pretty-poison https://savethequeens.forumactif.com/t2681-war-of-hearts-arya#96383
Contenu sponsorisé






you're mine - quarya - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: you're mine - quarya   you're mine - quarya - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
you're mine - quarya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS :: versions #9 et #10 :: RPS-
Sauter vers: