Partagez | 
 

 don't try to save us. (vlaniwin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: don't try to save us. (vlaniwin)   Lun 9 Juil - 22:26

L’appartement est empli de ce silence étouffant. Seul le bruit des assiettes qui claquent les unes contre les autres, parvient à fendre l’air, créant des tintements un peu trop morbides. Un silence de mort, c’est exactement ce qu’il en est. Parce qu’il manque deux âmes dans la maison – trois si on compte Deborah – et que leur absence se fait particulièrement remarquer à cette époque de l’année. L’anniversaire de la mort des parents Burton s’est déroulé il y a peu, mais contrairement à d’autres anniversaires, celui-ci n’a pas été célébré en fanfare. Pas de musique ni de feux d’artifice au-dessus du gâteau. Non, il n’y avait que le monde extérieur pour fêter le début de l’été, faire résonner un peu trop les basses et se réjouir d’un jour que les Burton vivaient comme un calvaire. Quatre ans déjà. Quatre ans que cette maudite voiture leur était rentrée dedans, emportant leurs vies au passage. Brisant également les vies des quatre rejetons qu’ils laissaient derrière eux. Forcément, ça laissait des traces. Ça expliquait pourquoi les coins de tes lèvres s’étiraient vers le bas, te donnant un air maussade. Tout simplement parce que tu te sentais cassé de l’intérieur. La dernière assiette vient s’échouer sur la table et tu te retournes vers la cuisine. « Vous avez besoin d’aide pour finir de préparer ? » Ta voix est un peu plus bourrue que ce que tu envisageais. Ce n’est pas de ta faute, ça te fait même un peu sursauter. Les autres gamins Burton n’y sont pour rien dans ce qui s’est passé. Ils sont également victimes de cette sale affaire. Un soupir passe le seuil de tes lèvres, comme des mots d’excuses informulés. Désolé d’avoir été grincheux. C’est ce qu’implique cette expiration un peu trop forte. Tu te plies à ce qu’ils te demandent de faire – à savoir pas grand-chose –, avant que toute la troupe ne passe à table. « Bon appétit. » grommelles-tu malgré toi. Parce que même si les parents Burton ne sont plus là, leur éducation est restée. Parce que même si tu sais que personne n’a vraiment faim, les formules de politesse ne sont pas à mettre au placard. Les dents de ta fourchette viennent chatouiller les aliments, les faire danser dans ton assiette. Il y a quelque chose qui te chagrine bien trop pour que tu parviennes à avaler quoi que ce soit. Un élément qui s’ajoute au rappel déjà bien trop présent de la mort de tes parents. Les non-dits, les mensonges, c’est un peu trop. On ne ment pas à sa famille. « Je… Je suis sorti pour la fête de la musique. » finis-tu par lâcher, sans trop t’y attendre. Tu n’étais pas certain de parvenir à en parler. La gorge nouée, le reste des mots paraît encore plus difficile à prononcer. « J’ai revu Deborah ce soir-là. » Tu sais que tes mots vont avoir l’effet d’une bombe. Peut-être que les jours ont trop défilé avant que tu ne prennes le temps d’en parler. Mais il te fallait un peu trop de courage pour parvenir à aborder le sujet. Tu viens d’épuiser le peu de gènes de Gryffondor qu’il te restait – clairement, si tu avais un jour mis les pieds à Poudlard, ce n’était pas là qu’on t’aurait envoyé –, si bien que tu ne parviens pas à redresser le visage en direction d’Irwin ou d’Anita. Croiser leur regard, c’est au-dessus de tes forces. Si bien que tu continues à jouer avec le bout de ta fourchette, pour t’occuper l’esprit, éviter de t’imaginer tout ce qui se bouscule dans les esprits de ta fratrie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: don't try to save us. (vlaniwin)   Mar 10 Juil - 14:37


DON’T TRY TO SAVE US

anita & vladimir & irwin


Depuis que Papa et Maman étaient morts, Anita avait pris l’habitude d’aider son frère pour préparer les repas. En fait, Anita voulait toujours participer pour tout, ces derniers temps. C’était pour participer aux dépenses du foyer qu’elle avait dénicher ce petit boulot à la bibliothèque. Elle voulait prouver à ses frères qu’elle était devenue grande, qu’ils pouvaient compter sur elle. Bien sûr, la jeune fille ne se faisait aucune illusion : aux yeux de ses frères, elle resterait à jamais la petite de la famille. Elle resterait à jamais le bébé Burton. Et parfois, elle en avait un peu assez d’être traitée comme une enfant. Elle savait bien qu’ils ne cherchaient qu’à la protéger mais elle voulait aussi avoir des responsabilités. Elle voulait aussi pouvoir apporter sa pierre à l’édifice. Depuis que Papa et Maman étaient morts, la fratrie Burton était seule face à l’adversité. Et même si son grand frère Irwin semblait réussir à tout mener de front, elle voulait qu’il puisse compter sur eux aussi – sur elle et Vladimir. Irwin avait tout sacrifié pour sa jeune sœur et son frère. Il avait tout abandonné alors qu’il était promis à un grand avenir. Ce n’était qu’un juste retour des choses que Anita se débrouille pour s’en sortir elle aussi.

Irwin et elle étaient dans la cuisine quand Vlad a débarqué, l’air bourru. Annie n’y a pas fait attention, consciente que ces derniers avaient été difficiles pour chacun d’entre eux. L’anniversaire de la mort de leurs parents étaient toujours douloureux – il le resterait probablement jusqu’à la fin des temps. Elle a simplement jeté un coup d’œil en biais à Irwin avant de continuer à essuyer les assiettes pour le repas. « Tu peux mettre la table, propose alors la benjamine, le sourire tendre. » Ils avaient tous le cœur lourd. Et le silence qui les entourait avait quelque chose de pesant, d’étouffant. Parfois, Anita éprouvait alors l’envie de hurler, comme pour briser cette cage dans laquelle la douleur les avait tous les trois enfermés. Passés à table, la brunette ressent comme un nœud à son ventre. Les deux places vides sont toujours aussi difficiles à contempler même quand cela fait bien longtemps qu’ils ne sont plus que trois à s’attabler. « Bon appétit. » Les fourchettes tintent, il y a le bruit de la mastication lente qui résonne comme un écho. Anita voudrait les entendre parler de leur journée, leur demander ce qu’ils ont fait. Elle n’ose pas. Elle a peur que sa voix se mette à trembler. Ce n’est que lorsque Vlad lâche une nouvelle à laquelle Annie ne s’attendait pas que le temps semble s’arrêter. Vlad a revu Deborah. La phrase tourne en boucle dans sa tête et elle lâche sa fourchette qui se retrouve par terre. Vlad a revu Deborah. Mais Deborah ne lui avait rien dit. Elle ne lui avait pas parlé de ça. Il y a comme une morsure dans sa poitrine, à l’emplacement de son cœur, cependant qu’elle se baisse pour ramasser sa fourchette. Vlad a revu Deborah. « Où est-ce que tu l’as revue ? Elle va bien ? Qu’est-ce qu’elle t’a dit ? Vous avez parlé ? ne peut-elle s’empêcher de demander, à toute vitesse et le ton brusque. Tu vas la revoir ? On va la revoir ? » Anita ne pouvait pas croire que Deborah ne lui en avait pas parlé.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


/ avatar : arthur gosse.
/ crédits : amor fati ♥ (av) gif + signature (hoodwink)
/ nombre de messages : 1840
/ cartes en main : 1166

/ âge : 26
/ statut : célibataire. il préfère s'occuper de sa famille pour l'instant, même si les nuits sont longues.
/ occupation : serveur dans un café + livreur sur le coté pour arrondir ses fins de mois.
/ zone du queens : queens contemporain avec l'ensemble des burtons
/ beau bordel :

daisy / azur / scar / luz /mjolnir/ shiloh

COMPLET


MessageSujet: Re: don't try to save us. (vlaniwin)   Jeu 12 Juil - 19:09

irwin était sorti un peu tard du travail ce soir, enchaînant les heures. ces derniers jours il s’était acharné à la tâche, comme pour occuper son esprit et le forcer à oublier. c’était toujours plus dur lorsque la fameuse date approchait, pour lui comme pour le reste de sa famille. son cœur bien lourd de culpabilité et empli de sanglots l’empêchait parfois de respirer. après quatre années, la douleur lancinante était toujours bien présente, nichée dans sa poitrine. et même s’il avait envie de parfois tout faire valser, dire aux clients d’aller se faire voir , de dire au propriétaire d’aller se faire voir, de dire au putain de monde entier d’aller se faire voir, sa raison prenait toujours le dessus.  les burton étaient forts, ils avaient réussi à se relever. à continuer leurs vies, même si c’était de façon un peu moins heureuse. les enfants étaient courageux, et irwin était plus que fier du parcours accompli même si la route restait longue. il souhaitait pour le moment se concentrer sur l’instant présent. aux cotés de la douce anita, il finissait de préparer la salade. ce soir il n’avait pas envie de faire quelque chose de compliqué, au contraire son corps criait fatigue et lassitude à cause des longues nuits passer à réfléchir, à souffrir en silence. il remerciait intérieurement sa petite sœur pour sa bienveillance à vouloir l’aider. il oubliait parfois à quel point la demoiselle avait grandi vite, pour devenir ce petit bout de jeune femme si mature. l’attitude bougonne de son petit frère ne lui avait pas non plus échappé. il faut dire que le gamin n’était pas très discret. irwin lui lançait un sourire empli de douceur. il comprenait sa frustration, sa tristesse, et il ne lui en voulait point, partageant également ses sentiments.   mais la triste vérité était qu’il ne savait pas quels mots utiliser pour apaiser les maux de son cœur. parce qu’il le savait, rien ne pouvait ramener leurs parents à la vie. s’ils le souhaitaient, irwin les accompagnerait au cimetière, même si lui n’irait jamais sur leurs tombes. ça rendrait la chose beaucoup trop réelle. alors tout ce qu’il pouvait faire c’était de passer une main rassurante et affective dans les cheveux de son frère. une sorte de promesse que tout irait mieux, que tout finirait par s’arranger. (et aussi pour le décoiffer, parce que c’était toujours drôle.) apportant les plats, il prit place autour de la table. « bon appétit » qu’ils s’exclamèrent tous en cœur. le silence s’installa et semblait s’étirer en longueur ce qui ne dérangeait pas vraiment l’ainé. il n’était pas non plus d’humeur à faire la discussion, mais il était conscient que cela faisait partie de ses responsabilités. mais il n’eut même pas le temps de leur demander comment était passé leur journée que vlad lâcha quelques mots , et tout vola en éclat. il avait revu deborah ? quoi ? mais comment était-ce possible ?  le chagrin envahissait les traits de son visage visage, trahaissant son émotion. l’ainé ne disait rien. bien trop stoique. comme pour se faire oublier. laissant la benjamine de la famille assaillir vladimir de questions. questions qui brûlaient de franchir les lèvres d’irwin, mais dont il craignait beaucoup trop les réponses. l’avait-il vu ou lui avait-il aussi parlé ? sa fourchette semblait lui bruler le creux de la main.  ils ne parlaient jamais vraiment de deborah, c’était un sujet tabou surtout pour irwin. encore une âme qu’il n’avait pas pu sauver. il savait qu’il aurait dû reprendre contact avec elle, au lieu de ça il était bien trop lâche et pleurnichard ne serait-ce que pour oser. il savait aussi que la gamine devait probablement lui en vouloir de ne pas avoir pu la garder. mais irwin avait toujours fait de son mieux pour veiller sur elle, un peu comme un ange gardien. c’était un de ses petits secrets. « je suis content que tu sois sorti profiter de ta soirée, ce n’est jamais bon de rester ici à ressasser. » qu’il soulignait gentiment avec une pointe de fierté. lui-même avait passé la dite soirée à travailler au café. mais pendant les premières années, personne n’avait jamais sortis faire la fête.  « et tu as le droit de la revoir tu sais. elle fera toujours partie de la famille. » qu’il murmura avec tranquillité alors que son cœur gonflait dans sa poitrine. ce n’était peut-être pas une burton de sang, mais  à leurs yeux c’était tout comme. sa réaction pouvait sembler légère, mais irwin tentait de rester calme et composé. les faux espoirs ne lui étaient plus permis depuis bien trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t745-oublions-nos-larmes-irwin http://savethequeens.forumactif.com/t774-ephemere-effet-mer-irwin#22494
Invité

Invité




MessageSujet: Re: don't try to save us. (vlaniwin)   Jeu 12 Juil - 21:00

Les mots à peine envolés et déjà la gorge qui se serre, le regard qui se pose sur l’assiette et les oreilles qui bourdonnent. Il y a ce moment de flottement, quelques secondes qui te paraissent durer une éternité. Et puis, c’est l’agitation. La fourchette d’Anita qui vient s’échouer sur le sol, est un bon marqueur de l’étonnement général. Malgré toi, tu relèves les yeux sur ta petite sœur alors qu’elle ramasse son couvert et se remet comme il faut à table. Tu la fixes mais tu es complètement incapable de saisir son regard. Vriller tes prunelles dans les siennes, c’est trop te demander. Le bourdonnement a cessé, à la place, ce sont des mots qui viennent agiter tes tympans. « Où est-ce que tu l’as revue ? Elle va bien ? Qu’est-ce qu’elle t’a dit ? Vous avez parlé ? Tu vas la revoir ? On va la revoir ? » Anita demande ça d’une traite, sans reprendre son souffle une seule fois. La nouvelle a l’air de vraiment l’avoir chamboulée, mais tu t’en doutais. Ce n’est pas une surprise. Le ton brusque parvient toutefois à te saisir, et tu ouvres la bouche, restant quelques instants avec ton air bête avant de parvenir à prendre la parole. « C’était dans le Queens. Enfin, ici. Mais pas vraiment là. Le quartier étudiant. » Les mots se font confus, autant que tes pensées dans ton esprit. Les syllabes se brisent comme des vagues sur un rocher. Tu pinces les lèvres alors que tu sens ta gorge se nouer. Il te faut quelques secondes de calme avant de parvenir à reprendre la parole. « Elle était dévastée pour- parce que… » Tu fermes les yeux, secoues la tête. Les mots sont difficiles à sortir. Surtout ceux-là. « Pour elle aussi c’est difficile. Elle est tombée en pleurs dans mes bras. » Cela t’avait brisé le cœur de la voir dans cet état-là, mais tu n’étais pas vraiment mieux. C’était vraiment la pire soirée de l’année pour mettre le nez dehors, et pourtant tu l’avais fait, sans trop savoir pourquoi. T’avais fait de ton mieux pour la réconforter, sans être certain d’y être parvenu. Tu viens mordre ta lèvre inférieure, adoptes un air embarrassé qui s’ajoute à ton expression triste. « Je suis content que tu sois sorti profiter de ta soirée, ce n’est jamais bon de rester ici à ressasser. » Irwin reprend la parole, brise le silence avant même qu’il ne s’installe vraiment. D’un regard, tu le remercies. Pas certain d’avoir profité de la fête de la musique, mais soulagé de ne pas être resté enfermé entre quatre murs. « Et tu as le droit de la revoir tu sais. Elle fera toujours partie de la famille. » Il finit par ajouter ça sans que tu ne saches vraiment à qui il s’adresse. A toi, parce que tu as abordé le sujet ? Ou à Anita, parce que la nouvelle a l’air de complètement la bouleverser ? Tu penches pour la seconde option. Parce qu’Anita c’est ta petite sœur, que tu sens que t’as été maladroit et que tu l’as prise par surprise. Ça l’a chamboulée et ça se voit. Alors tu fais de ton mieux pour rattraper ça. « Je suis sûr qu’elle serait heureuse de vous revoir. Vraiment. Je crois qu’on lui manque. » Tu tentes de leur offrir un sourire, même si tu devines qu’il se transforme bien vite en grimace. Ce n’est pas volontaire. « En plus, elle n’a pas l’air de vivre bien loin d’ici. » T’ajoutes ça, pas très sûr de toi. Mais tu ne serais pas retombé sur elle dans le Queens si elle avait bougé de l’autre côté de New York. Elle n’aurait pas refait le trajet juste pour ce jour spécial. Ou peut-être que si. En vrai, tu n’en sais trop rien. Tu ne veux juste pas laisser au silence l’occasion d’emplir la pièce à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: don't try to save us. (vlaniwin)   Ven 13 Juil - 10:26


DON’T TRY TO SAVE US

anita & vladimir & irwin


Anita sentait la brûlure de la colère au creux de son estomac. Elle était en colère contre Deborah ; elle était en colère contre Vlad. Elle était en colère contre elle-même. Elle se sentait terriblement coupable d’éprouver des sentiments si négatifs à l’égard de son frère et de sa sœur adoptive. Elle se sentait terriblement coupable de vouloir garder Deborah pour elle toute seule. Au fond de sa poitrine bataillaient des sentiments contradictoires et elle avait l’impression que sa tête allait exploser. La respiration un peu trop rapide, elle a le rouge qui lui monte aux joues quand elle se rend compte de l’empressement avec lequel elle a posé ses questions à Vladimir. Heureusement ses deux frères semblent mettre ça sur le compte de la surprise et du manque. Après tout, Annie leur avait caché tous ces petits moments avec Deborah. Annie leur avait caché qu’elle avait retrouvé leur sœur il y a des mois de cela. Et la jeune fille ne parvenait pas à se sentir coupable pour ça. Un peu parce que Vlad avait directement, ou presque, dit la vérité. Mais pas assez pour vouloir leur avouer à son tour. C’était son petit jardin secret. C’était leur secret – à elle et Deborah. « C’est une date difficile pour tout le monde, elle rétorque, les doigts serrés jusqu’à ce que ses jointures en deviennent blanches sur sa fourchette qu’elle vient de ramasser. » Elle ne savait pas quoi dire d’autre. Elle ne savait pas quoi en penser. Elle pensait que, pendant tout ce temps, Deborah lui avait appartenu à elle toute seule et sa petite bulle venait douloureusement d’éclater.

Comme à son habitude, Irwin est tendre et attentif. Anita voit dans ses yeux le regard protecteur d’un grand-frère parfait. Il a toujours été si fort depuis la mort de Papa et Maman. C’est lui qui a tenu le reste de leur famille. C’est grâce à lui qu’ils ont encore un toit sur la tête et de la nourriture à poser sur leur table. Et cette pensée ne faisait que creuser un peu plus le trou de la culpabilité au fond de son estomac. Anita avait l’impression de les trahir. « Et tu comptes la revoir ? elle demande, d’une voix sourde, le regard plongé dans son assiette. » la jeune fille a le cœur qui bat jusqu’à ses tempes. Il pulse douloureusement si bien que sa tête tourne désagréablement. Elle aurait dû être heureuse de savoir que Deborah allait retrouver le chemin de la maison, de leur foyer. Elle était chez elle, ici. Elle était chez elle, au milieu de la fratrie Burton. Elle n’avait peut-être pas le même sang qui coulait dans ses veines mais ça n’avait jamais été un problème pour eux. Oui, elle aurait dû être contente. Mais Anne ne l’était qu’à moitié. Parce qu’elle savait que le moment de son retour ici signifiait la perte de leurs moments à deux. Plus rien ne serait pareil. Plus rien ne serait comme avant. Et Anita allait devoir encore se faire à tout un tas de changements dont elle ne voulait pas. Dont elle n’avait jamais voulu.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


/ avatar : arthur gosse.
/ crédits : amor fati ♥ (av) gif + signature (hoodwink)
/ nombre de messages : 1840
/ cartes en main : 1166

/ âge : 26
/ statut : célibataire. il préfère s'occuper de sa famille pour l'instant, même si les nuits sont longues.
/ occupation : serveur dans un café + livreur sur le coté pour arrondir ses fins de mois.
/ zone du queens : queens contemporain avec l'ensemble des burtons
/ beau bordel :

daisy / azur / scar / luz /mjolnir/ shiloh

COMPLET


MessageSujet: Re: don't try to save us. (vlaniwin)   Ven 13 Juil - 18:47

savoir que la gamine avait pleurée dans les bras de vlad, et que la famille burton lui manquait fut comme un coup de poing dans l’estomac d’irwin. le souffle coupe, les mains moites, son regard se faisait déviant. tout ça était de sa faute. il avait promis à deb qu’il serait toujours là à ses cotes, qu’il l’aiderait, mais au final ça n’avait été que des paroles en l’air. il lui avait fait croire à l’impossible. pourtant, aux yeux de la conjecture il n’avait rien pu faire.  même encore maintenant, la loi n’était point de son coté. ça le frustrait, parfois il voulait taper dans tout ce qu’il voyait, mais il savait que ça ne changerait rien : deb irait toujours dans une autre famille. du haut de ses vingt-six ans , il ne semblait toujours pas suffisamment adulte pour la récupérer.  il se sentait comme le dernier des salauds. il aurait dû être la pour elle. lui donner un toit sous lequel s’abriter, des bras dans lequel pleurer, au lieu de cela il l’avait lâchement abandonné. quel crétin il était. lui qui de loin, avait eu l’impression que les choses avaient joliment pris forme pour la petite fille au visage mutin. il avait eu tout faux se nourrissant d’illusions pour amoindrir sa culpabilité. quel con.  poussant son assiette sur le coté, il se massa la nuque quelque peu gêné. il observait son frère puis sa sœur hésitant sur la démarche à suivre. les émotions semblaient voler dans tous les sens à en imprégner les murs.  irwin avait l’impression qu’il n’avait pas toutes les cartes en main et peinait à comprendre ce dont retournait réellement la situation. leur désarroi et tristesse étaient plus qu’évidents, mais l’ainé avait l’impression qu’il y avait autre chose derrière tout ça , mais il n’arrivait pas à mettre le doigt dessus. surtout quand irwin voyait que les deux mioches osaient à peine se regarder dans les yeux. peut-être que vlad et anita lui en voulaient de ne pas pouvoir faire plus pour réunir tous les membres de leur famille ? peut-être qu’ils savaient quelque chose qu’il ignorait ?  ou peut-être qu’irwin se faisait des films à trop peu dormir. soupirant, ses épaules s’affaissaient.  « j’espère que tu lui as dit qu’elle nous manquait aussi beaucoup. » qu’il souligna alors qu’un petit sourire s’étirait sur ses lèvres. son absence se faisait sentir un peu plus chaque jour.  il avait peur que deborah commence à croire que les burton la détestait.  personne n’avait repris contact avec elle plus tôt et encore là c’était à cause d’une rencontre fortuite . de loin ça donnait l’impression que les trois enfants burton l’avaient tous ignorés depuis l’accident, alors que ce n’était pas vrai.   « nous pourrions peut-être l’invitée a passer une soirée à la maison ? » qu’il demande le doute bien présent dans sa voix. « enfin…si vous voulez…. » qu’il murmura doucement. il ne fallait pas que ses peurs et sa culpabilité grandissante pénalisent les siens. ce n’était pas parce qu’il avait été incapable d’aller lui-même lui parler pour voir si tout allait bien,  que tout le monde devait en pâtir. ici c’était lui l’homme, il devait se comporter comme tel. c’était mettre ses besoins et envies dans le placard et passer ceux des autres en priorité. et ça aurait été mentir que de dire qu’il ne mourrait pas d’envie de la revoir. de l’entendre parler de ses journées, de la voir rire, de la voir s’épanouir. de tout simplement la voir parmi eux. avec toutes ses bêtises il n’avait même plus faim. « pendant qu’on y est personne à d’autres révélations à faire ? » qu’il demanda presque avec humour pour détendre l’atmosphère.[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t745-oublions-nos-larmes-irwin http://savethequeens.forumactif.com/t774-ephemere-effet-mer-irwin#22494
Invité

Invité




MessageSujet: Re: don't try to save us. (vlaniwin)   Mer 18 Juil - 1:55

Les mots s’échappent dans le désordre, semblent heurter la sensibilité d’Anita qui se renfrogne. La petite dernière des Burton est visiblement d’une humeur massacrante, comme si ces mots avaient été les plus maladroits du monde. Assis sur ta chaise, tu te trouves un peu tendu. Il y a cette impression d’être un gamin pris en faute, incapable de choisir les bons termes. Un gamin pas capable de se taire lorsque le moment est venu. T’as tes prunelles qui viennent chatouiller Irwin, qui lui quémandent de te venir en aide. Mais Anita est trop rapide. Elle reprend la parole avant que l’aîné de la fratrie n’ait eu le temps de capter le signal. Abandon de la mission. « C’est une date difficile pour tout le monde. » Evidemment. Elle avait raison. Mais la différence était que vous voyiez la date approcher tous les trois en étant unis, alors que Deborah était toute seule de son côté. Elle n’avait pas seulement perdu des parents, on lui avait également arraché une vie dont elle avait rêvé depuis des années. Ça n’avait rien de facile, même si ce n’était pas plus facile pour vous. « J’espère que tu lui as dit qu’elle nous manquait aussi beaucoup. » intervint finalement Irwin. Tu ne le criais pas à travers la pièce, mais tu lui étais reconnaissant pour cette prise de parole. Pourtant, tu te contentais de répondre d’un hochement de tête. De haut en bas. Puis de bas en haut. « Et tu comptes la revoir ? » L’intervention d’Irwin n’avait pas suffit à calmer Anita, qui avait repris son interrogatoire d’une voix bourrue. T’aurais voulu lui répondre, mais tu ne trouves pas les mots. En vrai, tu n’en sais juste rien du tout. « Nous pourrions peut-être l’invitée à passer une soirée à la maison ? » Le ton de voix d’Irwin laisse entendre qu’il prend des pincettes pour participer à la conversation. Du moins, c’est comme ça que tu vois les choses. « Enfin… Si vous voulez…. » L’ajout de ton frère te fend le cœur. Ses mots laissent transparaître qu’il fait passer vos envies avant les siennes. C’est noble de sa part, mais vous n’êtes plus des enfants. Toi, t’as bien senti qu’il a envie de la revoir. Et c’est tout à son honneur. « Evidemment ! On pourrait lui cuisiner son plat préféré et faire des jeux de société. » Tu avances ça tout doucement en sentant tes joues qui rougissent un peu. Vite, tu te retrouves absorbé par ton assiette et ta fourchette qui se trouve plantée dans un morceau de tomate. Tu joues à la faire rouler sur le côté, comme si c’était une roue. Mais ça te permet de ne pas affronter leurs regards. Anita serait encore capable de te demander depuis quand tu t’intéresses à Deborah ou de te taquiner sur de prétendus sentiments qui n’existent même pas – enfin, tu ne penses pas. « Pendant qu’on y est personne à d’autres révélations à faire ? » Une nouvelle fois, ton sauveur prend la parole. Tu relèves la tête en lui souriant. « Je vais être chiant, mais j’ai encore un truc à dire. » D’habitude tu n’es pas très bavard, mais ce soir tu monopolises un peu l’attention. C’est un peu étrange et tu t’en sens un peu coupable. Mais bon. Puisque c’est le moment des annonces… « J’ai trouvé un job d’été. Ils ont accepté de me reprendre là où j’ai fait mon stage et ce sera pas trop mal payé. Je vais pouvoir aider à faire quelques courses. » Aider ton frère, c’est ce qu’il y a de plus important. Après tout, il a toujours été là pour toi. « Et toi ? T’as quelque chose à dire ? » Tu demandes ça en te tournant vers Anita. Vu son humeur massacrante, il ne serait pas étonnant qu’elle ait quelque chose à dire. Peut-être qu’elle a croisé un chaton qui n’a pas voulu qu’elle le caresse sur le bord de la route. Ou alors, c’est juste la pression de ces derniers jours qui ressort d’une étrange façon. C’est même le plus probable. Quoi qu’il en soit, tu tends ta fourchette dans sa direction, comme si tu tendais un micro pour l’inviter à parler. Un mouvement un peu trop vif. Le morceau de tomate s’échappe, vole dans les airs, pour finalement atterrir sur Anita. « Oh mince, je suis désolé. Vraiment désolé ! » Tu t’empresses de te fondre en excuses. Elles sont sincères. Mais quand ton regard fait l’aller-retour entre son air énervé et le morceau de tomate toujours collé sur elle, c’est plus fort que toi, tu ne parviens pas à réfréner un rire. Nerveux. Mais un rire tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: don't try to save us. (vlaniwin)   Lun 23 Juil - 9:47


DON’T TRY TO SAVE US

anita & vladimir & irwin


Anita n’avait plus faim. Elle avait tout simplement perdu l’appétit. C’est comme si toute sa colère et toute sa rancœur lui avaient noué l’estomac. Les yeux baissés dans son assiette, elle se contentait de déplacer les aliments d’un coup de fourchette cependant qu’elle laissait ses deux frères discuter. L’idée d’inviter leur sœur adoptive lui serra la gorge et elle retint sa respiration. Bien sûr qu’elle aurait voulu que tout redevienne comme avant ; bien sûr qu’elle aurait voulu qu’ils forment une famille à nouveau. C’était tout ce qu’elle avait toujours voulu depuis que Maman et Papa avaient disparu. Mais à passer du temps avec Deborah, elle avait développé un attachement très fusionnel avec sa sœur de cœur. Même si le sang ne les liait pas, elle avait besoin de Deborah dans sa vie. Néanmoins, c’était surtout l’idée de la partager qui la dérangeait étrangement. Elle n’avait ressenti une telle possessivité, même avec Irwin et Vladimir. Elle ne comprenait pas vraiment. C’était juste là, comme ça. Lourd dans sa poitrine. Encombrant. Et l’empressement de son frère Vlad ne fit rien pour arranger son humeur déjà massacrante. Elle détestait voir son air gêné, ses joues toute rougies. Depuis quand est-ce que parler de Deborah le faisait rougir ? Le nouvel aveu de son frère – il avait trouvé un petit travail – l’empêcha d’y penser plus longtemps. Elle se retrouva un peu plus calme à cette idée car elle savait que ça allait beaucoup les aider. Irwin se dépensait sans compter pour eux. Il était normal que Vlad et elle veuillent participer un peu. Elle n’était peut-être pas aussi âgée que ses frères mais elle comprenait très bien la situation de leur famille.

Un peu prise au dépourvu, Annie sentit tous les regards se tourner vers elle et elle se figea sur sa chaise. Son sang sembla se glacer dans ses veines et elle n’osa pas bouger. Comme dans un rêve, ou bien un cauchemar, elle vit Vladimir se tourner vers elle, sa fourchette pointée en sa direction. Ce ne fut que lorsqu’elle se reçut sa tomate en plein sur la joue que la réalité la frappa de plein fouet. La jeune fille mit quelques secondes avant de comprendre ce qu’il se passait, juste avant d’entendre son frère se confondre en excuses puis lâcher un rire. Un rire qui devint, contre toute attente, contagieux. Anita se sentit sourire avant de rire aux éclats pour une raison qui lui échappait. C’était sûrement la tension de ces derniers jours qui éclatait en milliers de petites bulles. Ça faisait du bien. Étonnamment du bien. Anita en oubliait presque sa colère, sa jalousie mal placée. Dans une autre situation autre que la leur, elle aurait sûrement répliqué, attrapé une tomate dans sa propre assiette pour la lancer sur son frère. Mais ils ne pouvaient pas se permettre de gâcher la nourriture qu’ils parvenaient à mettre sur la table. « Je n’ai pas de révélation à faire, finit-elle par lâcher, à bout de souffle. Je suis juste heureuse qu’on ait pu dîner ensemble tous les trois. » La brunette ne se sentait pas capable d’avouer qu’elle revoyait Deborah, elle aussi. C’était à elle. Son secret à elle seule.
Revenir en haut Aller en bas


avatar


/ avatar : arthur gosse.
/ crédits : amor fati ♥ (av) gif + signature (hoodwink)
/ nombre de messages : 1840
/ cartes en main : 1166

/ âge : 26
/ statut : célibataire. il préfère s'occuper de sa famille pour l'instant, même si les nuits sont longues.
/ occupation : serveur dans un café + livreur sur le coté pour arrondir ses fins de mois.
/ zone du queens : queens contemporain avec l'ensemble des burtons
/ beau bordel :

daisy / azur / scar / luz /mjolnir/ shiloh

COMPLET


MessageSujet: Re: don't try to save us. (vlaniwin)   Mar 24 Juil - 18:18

deborah. un sujet bien sensible pour l’ensemble des burton  car elle représentait tout ce qu’ils avaient perdu. des jours heureux qui semblaient bien loin, ternis par les larmes. mais ne pas la revoir semblait punir toute la famille, eux comme elle,  alors que rien semblait les séparer. irwin souhaitait donc mettre sa culpabilité de côté et faire un geste envers la gamine. il s’en voulait déjà suffisamment de savoir qu’elle était ainsi malheureuse. c’était l’occasion pour lui de se rattraper et peut-être avoir la chance d’être pardonné (bien qu’il ne le méritait point).  l’ainé ne ferait de toute façon rien sans l’accord de l’ensemble de la famille. mais concernant son petit frère il n’avait point de soucis à se faire. vlad semblait complètement approuvé la suggestion, soudainement animé par une nouvelle énergie. il souriait, parlant même trop vite, fourmillant d’idées pour faire plaisir à leur sœur. irwin l’observait débordant d’affection. cela lui faisait plaisir de voir autre chose que de la tristesse sur son visage. « ça semble être un bon plan » qu’il opina d’une voix rassurante. « j’irai me renseigner et voir si j’arrive à obtenir ses coordonnées auprès de l’assistante sociale » qu’il crut bon de rajouter. piètre mensonge puisqu’il connaissait déjà ses informations mais il ressentait le besoin de prétendre que ce n’était pas le cas. c’était après tout son secret à lui. en ce qui concernait son autre sœur, irwin ne se rendit pas compte qu’anita était restée silencieuse. qu’elle ne semblait pas si emballée que ça à l’idée de revoir deborah ou d’avoir ce fameux repas de famille. il était complètement ignorant des sentiments qui habitaient la plus jeune ou de sa possessivité envers l’autre gamine .  quel pauvre frère/parent il faisait ! mais il fallait le comprendre, il avait déjà bien trop de choses à penser, à voir, à s’inquiéter. d’ailleurs, vlad ne semblait pas les ménager ce soir. ce dernier avait beaucoup de choses à dire, à révéler. encore une autre bombe lâchée, juste comme ça entre un bout de tomate et une feuille de salade. « un job d’été ? » qu’il questionna la surprise palpable dans la voix. irwin commença à se mordiller la lèvre inférieure, n’aimant pas spécialement cette nouvelle. « et tu fais quoi exactement ? » qu’il demanda à nouveau les sourcils froncés. il n’avait qu’un vague souvenir du stage en question, et son coté papa poule reprenait le dessus. il voulait être certain que ce n’était pas trop difficile ou que son petit frère se fasse exploité. même s’il appréciait que vlad et anita souhaitent l’aider et mettre du beurre dans les épinards tout ça le mettait mal à l’aise. les gamins de leurs âges ne devraient pas commencer à faire de tels sacrifices. ils ne devraient pas se faire du souci pour des choses aussi futiles que l’argent. déjà qu’il s’était bien battu avec anita à ce sujet, il sentait que tout allait à nouveau recommencer maintenant. néanmoins il n’eut pas le temps d’expliquer quoi que ce soit, puisqu’un bout de tomate attaqua anita. un petit rire s’échappa des lèvres d’irwin, tentant de le cacher derrière sa main. la situation était bien trop comique. il s’attendait à des représailles, mais sa petite sœur se contenta tout simplement de rire à son tour. la tension entre les trois burton semblait s’être dissipée. comme ça par un simple bout de nourriture volant. « c’est bien tu pourras acheter des choses pour toi. comme des jeux pour ta playstation, ou de nouveaux vêtements ou je ne sais pas. » qu’il finit par dire après quelques minutes de silence, reprenant là où il s’en était arrêté. sa voix laissait peu de place à la discussion. savoir que vlad souhaitait dépenser son argent pour les aider lui faisait chaud au cœur. vraiment. mais ce n’était pas à lui de porter cette responsabilité sur ses épaules. « ou tu peux économiser aussi ,pour plus tard. » qu’il souligna. en gros acheter tout ce qu’irwin était incapable de se permettre. hors de question que ça soit pour autre chose.  les factures, les impayés, la nourriture, il s’en occupait. et puis maintenant qu’il avait commencé à faire des livraisons il allait bientôt gagner plus. mais pour le moment il n’allait pas partager cette information avec eux. heureusement pour lui, anita reprit la parole. elle n’avait apparemment pas de révélations à faire. tant mieux il ne manquerait plus qu’elle lui annonce qu’elle s’est trouvé un petit copain. irwin ferait une crise cardiaque à coup sûr. il souhait la protéger elle et son innocence. « amen. moi aussi ça me fait plaisir. » qu’il articula offrant son plus beau sourire à sa petite soeur. ça le réconfortait de savoir qu’il ne loupait pas complètement tout. « puis c’est pas de ma faute si maintenant vous êtes tous bien trop occupés pour vouloir trainer et manger avec moi. » qu’il ajouta en prenant un air faussement meurtri. il pouvait les comprendre ici c’était loin d’être le mcdo. et pour tout avouer il était content de savoir qu’ils sortaient avec leurs amis, qu’ils vivaient une vie plus « normale » d’adolescent.

_________________
maintenant que t'es dans le grand bain, devine comment on nage. t'auras toujours une espèce de rage, envie de prendre le large. ©️cosmic love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t745-oublions-nos-larmes-irwin http://savethequeens.forumactif.com/t774-ephemere-effet-mer-irwin#22494
Invité

Invité




MessageSujet: Re: don't try to save us. (vlaniwin)   Dim 29 Juil - 23:07

C’est le grand soir des révélations dans la famille Burton. Ou du moins, venant de toi. Habituellement, tu ne monopolisais pas la parole de la sorte, mais il faut croire que c’est une nouvelle ère qui commence. Peut-être que c’est juste une façon de te rattraper par rapport aux années où t’étais un peu trop silencieux. Une façon de montrer aux deux autres que t’as gagné en maturité, que t’es devenu plus grand dans ton esprit. « Un job d’été ? » demande Irwin, visiblement surpris. Tu te tournes vers lui, hoche la tête à la positive. Oui, un job d’été, rien de permanent. « Et tu fais quoi exactement ? » qu’il questionne. T’as pas à réfléchir longtemps pour répondre. Même si tu n’as pas encore débuté ton contrat, tu sais exactement en quoi ça va consister. « C’est pour faire du dépannage informatique. Ce sera un plus sur mon CV parce que c’est directement en lien avec ma formation. Je retourne dans l’entreprise où j’ai fait mon stage de fin d’année. » Et surtout, ça va te permettre de rapporter un peu d’argent, d’enfin mettre un peu la main à la pâte. T’es le dernier à t’y mettre et au fond ça te pèse un peu, parce que t’as parfois l’impression d’être un bon à rien. Mais cette fois, tu vas pouvoir aider Irwin, tu vas pouvoir aider Anita… Bref, tu vas pouvoir aider ta famille. Et c’est important pour toi. « C’est bien tu pourras acheter des choses pour toi. Comme des jeux pour ta playstation, ou de nouveaux vêtements ou je ne sais pas. » finit par ajouter Irwin. Et t’as ton regard qui laisse entendre que tu n’es pas d’accord, même si tu ne dis rien. Parce que tu ne veux pas froisser ton frère, même si tu sais que ce travail, tu l’as pris pour lui venir en aide. « Ou tu peux économiser aussi, pour plus tard. » Tu fais semblant d’acquiescer, pourtant t’ajoutes : « Ou alors, j’achèterai une nouvelle télé. On devait pas la changer ? » Ça pouvait être une bonne option qui profiterait à tout le monde. Sans laisser le temps à Irwin de répondre, tu te tournes vers Anita, pour lui demander si elle a quelque chose de nouveau à annoncer, elle aussi. Et forcément, il faut qu’il y ait un accident. La tomate s’échappe du bout de ta fourchette pour atterrir sur la joue de ta sœur. Après quelques instants de battements, tu finis par exploser de rire et Anita se joint volontiers à toi. T'es soulagée qu'elle ne réagisse pas mal. Qu'elle ne t'en veuille pas. Vous riez bien et Irwin se joint même à vous, avant que ta petite sœur ne reprenne la parole. « Je n’ai pas de révélation à faire, finit-elle par lâcher. Je suis juste heureuse qu’on ait pu dîner ensemble tous les trois. » C’est vrai que ça fait du bien d’être enfin réunis. « Amen. Moi aussi ça me fait plaisir. » confirme Irwin. Et tu lui offres un sourire. T’adores ta famille, même si elle a été pas mal amputée, tu restes persuadé que c’est la meilleure famille que tu pouvais avoir. « Puis c’est pas de ma faute si maintenant vous êtes tous bien trop occupés pour vouloir trainer et manger avec moi. » ajoute Irwin. Tu lèves les yeux au ciel. Tu sais que ton frère vous taquine juste, mais son air faussement meurtri te donne tout de même un peu mal au cœur. « Eh, c’est toi qui n’est jamais là ! » Tu te défends mollement. Mais tu ne veux pas qu’il le prenne mal, parce que tu sais que s’il n’est pas là, c’est pour travailler. Pour vous élever derrière. « Mais t’en fais pas, on t’aime quand même. Même si tu fais exprès d’inverser les rôles. » que tu ajoutes avec un clin d’œil. « Peut-être même qu’on devrait t’attaquer pour ton affront. T’en penses quoi Anita ? » Tu ne penses pas à une bataille de nourriture, parce que ça ne se fait pas. Mais vous pourriez lui envoyer des polochons en pleine figure. Ou tout simplement faire une attaque de câlins, même si ce n’est pas vraiment dans tes habitudes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: don't try to save us. (vlaniwin)   

Revenir en haut Aller en bas
 
don't try to save us. (vlaniwin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Lena& Carmelia ♦ save me ~
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» [Mécanisme] Système de fichiers save et MAJ du jeu
» Save the last Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: boulevard of broken dreams :: version #3 et #4 :: RPS-
Sauter vers: