Partagez

 

 just like me (serpentine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Siam Blackbird


( play your cards )

/ avatar : taylor.
/ crédits : (ava) bird bb. (sign) uc.
/ nombre de messages : 1861
/ cartes en main : 426
just like me (serpentine) BRzeEMG3_o
/ âge : 27
/ statut : brisée, blessée, atrophiée. le cœur tellement vide qu'elle ne se sent plus capable d'aimer.
/ occupation : héritière d'une grande chaîne d'hôtels, pleine aux as. dilapider la fortune familiale et finir en une des magazines people est encore ce qu'elle fait de mieux.
/ zone du queens : la plus bourgeoise de toute évidence. les blackbird ont envahi le queens uppé.
/ beau bordel : just like me (serpentine) Tumblr_p14yiz9kve1twgfulo1_500
☆ ☆ ☆
cez - lion - shabh - lina
anyone ? - anyone ?

just like me (serpentine) Empty
MessageSujet: just like me (serpentine)   just like me (serpentine) EmptyDim 14 Avr - 2:20

les souvenirs à moitié flous, la tête en vrac et encore sourde de la veille, c'est comme ça qu'elle accueille les décibels trop aiguës de la mère blackbird. des grimaces et des grognements pour toute réponse, c'est dans son oreiller qu'elle se calfeutre. comme pour dresser un rempart entre elle et le démon de satan qui lui servait de figure maternelle. elle n'était pas encore en mesure d'écouter ce qu'elle avait à lui dire, encore moins quand elle était dans cet état d'énervement. immédiatement, elle avait compris que quelque chose lui avait encore déplu siam. elle connaissait le refrain par coeur, la mélodie se répétant sans cesse, sans qu'elle ne se lasse jamais de la rallumer. pourtant, elle avait beau essayer de rassembler ce qui lui restait des traces d'hier, elle ne parvenait décidément pas à poser le doigt sur ce qui pouvait la mettre dans un tel état. non, elle n'avait pas fait de vagues hier. non, elle n'avait pas insulté un homme haut placé, ni même fait renvoyer un vigile qui l'avait regardé de travers, ou encore terminé à moitié nue sur le comptoir d'un bar vip. pour une fois, elle s'était tenue à carreaux. c'est donc plutôt sûre d'elle qu'elle se redresse d'un coup, assise face au portrait cramoisi de celle qui lui servait de mère. les traits déglingués, vagues réminiscences d'une nouvelle nuit de débauche. elle rit jaune la plus âgée des deux, ça l'irrite au plus haut point de voir sa fille dans un état aussi lamentable. et si encore ce n'était que la première fois... mais ce qu'elle ne semble pas mesurer c'est combien elle est mille fois plus irritée de ses intrusions répétitives siam. que ce soit dans sa chambre, dans ses décisions, dans sa vie tout court. c'est le magazine balancé en plein dans ses côtes qui la fait d'abord sursauter. si tu tiens à admirer tes exploits... encore ! y'en a assez que tu nous traines dans la boue siam, t'es la honte de cette famille. le ton est agressif, dédaigneux, las de mises en garde qui n'ont jamais servi à rien. elle a le regard interdit la jeune héritière alors qu'elle saisit le tissu de mensonge. elle n'est que larguée davantage alors que ses yeux se posent sur sa copie conforme en une. des photos extraites d'une vidéo amateur qui la montrerait les bras chargés de fringues hors de prix et en train de s'approprier des boîtes de médicaments dont l'association donnerait un cocktail détonnant. ça te revient ou t'étais tellement défoncée que t'es encore dans une autre dimension ? t'es pitoyable ma pauvre fille. elle crache en se détournant sans plus un regard pour celle qui la décevait chaque jour un peu plus. les mots sont si virulents qu'elle en est presque blessée siam, elle qui ne ressentait pourtant plus rien depuis des années quand ça sortait de la bouche de sa chère mère. autant elle peut accepter les attaques quand elle est elle-même responsable des dégâts. cette fois-ci, elle est blanche comme neige et elle n'entend pas en rester là. s'il le fallait, elle ferait des pieds et des mains mais cette pâle copie paierait le prix de son affront médiatique.
il n'a fallut que quelques jours pour qu'elle entrevoit un chemin vers le règlement de ce pathétique évènement siam. de longues heures qu'elle avait confié à son garde du corps, lui qui aurait tout fait pour elle, ce dont elle profitait souvent sans le moindre scrupule. c'était l'adresse d'un compte instagram pour le moins sulfureux qu'elle avait obtenu. elle avait fait défiler les pages et n'avait pu remettre en question le fait que cette femme lui ressemblait tellement que les confondre toutes les deux était presque inévitable. pourtant, elle refuse de cautionner que son image ait été ainsi souillée pour un acte qu'elle n'avait même pas commis. et un rire la prend quand même quand elle voit le résultat sur l'agacement palpable de sa mère. n'était-ce pas ce qu'elle cherchait à faire ressurgir à chaque fois qu'elle se démenait en frasques en tout genre ? peut-être que cette inconnue lui avait donné un petit coup de pouce sans même le savoir finalement. plus assez satisfaite d'un unique réseau social, elle veut maintenant rencontrer cette femme. alors c'est une adresse qu'elle quémande. un domicile, un lieu de travail, un qg... n'importe quoi pourvu que ça lui permette de la voir en face-à-face. et c'est toujours grâce à la perspicacité de ce même garde du corps qu'elle se retrouve à toquer à la porte de ce qui semblait être son habitation. elle hésite encore sur l'état d'esprit à adopter. son coeur balance entre l'attaque ou les félicitations pour avoir su jouer le jeu presque aussi bien qu'elle l'aurait fait. mademoiselle blackbird je présume... ravie de voir que vous avez enfin quitter la demeure familiale. c'est la première option qu'elle choisit quand le battant s'efface. parce que la tentation est trop forte, parce qu'elle n'est pas décidé à rendre les armes sans s'être battu au moins un peu contre cette usurpation d'identité plutôt osée. j'dois bien avouer que la ressemblance est assez... intéressante. ou profitable devrais-je plutôt dire non ? elle avait immédiatement eu les cartes maîtresses entre les mains, sans rien faire cette étrangère. et elle avait su en tirer profit. n'était-elle pas du même acabit que toi en fin de compte siam ? l'élève qui s'efforçait déjà de dépasser le maître, c'en était presque mignon.

_________________
qu'importe que reviennent ces pensées qui m'aliènent. je saignerais mes veines pour soigner mes peines,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1678-im-just-a-bitch-with-money-and-power-siam
 
just like me (serpentine)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: boulevard of broken dreams :: versions #9 et #10 :: RPS-
Sauter vers: