Partagez

 

 spark | venus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Kenan Brixton


( play your cards )

/ avatar : Sergio bae C.
/ crédits : bonnie.
/ autres personnages : nika, vise son profil.
/ nombre de messages : 321
/ cartes en main : 20
spark | venus  1I39AN
/ âge : 24
/ statut : un coeur abonné absent. un coeur bien trop soucieux du bien des personnes qu'il aime. Petit homme a grandit trop vite, pensant réussir à vivre une vie digne, mais il se retrouve dans le noir glaçant de son propre subconscient. alors son cœur est parti, démissionnant, car qui voudrait d'un homme ne voyant pas la beauté des courbes féminines ?
/ occupation : petit dealeur, petit combattant, mais surtout footballeur américain grandiose, mais son rêve d'être pro vient d'éclater en dix milles morceaux. qui a déjà vu un aveugle jouer au football américain ? Personne. Alors. Il n'est plus rien sauf un déchet.
/ zone du queens : le queens contemporain avec Sage et les jumeaux.
/ beau bordel :
in progress

nevaeh aspen finnsage arya venus ✽ you ?



spark | venus  Empty
MessageSujet: spark | venus    spark | venus  EmptyVen 1 Mar - 18:56

Tu ne sais pas pourquoi, mais tu as accepté. Tu n’avais pas voulu rencontrer à nouveau la jeune femme depuis que tu avais cette balle. Pas envie de pitié, pas envie qu’elle t’aide encore plus. Elle te voulait absolument la jolie Venus. Son image s’efface, s’estompe avec le temps. Tu n’es plus que sûr de ses courbes, de jolie courbe qui t’ont font chanter, donner envie de les parcourir comme une plume, la caresser délicatement. Frêle, mais forte. Elle avait hanté tes pensées, elle avait tournoyé longtemps dans tes songes, mais tout était parti de travers depuis votre rencontre. Un boulot, une offre qui aurait pu changer ta vie, te laisser être l’homme d’avant doux et protecteur. La douceur s’était envolée en même temps que les couleurs qui régnaient autre fois dans ton monde. Ce monde devenu obscur, joli prison uniforme, une couleur qui laisse de marbre, qui laisse dans le froid les songes et les chimères. Tu ne rêves plus, tu ne te méprends plus sur tout ça. C’est ta petite tara, la douce sœur pour qui tu donnerais la vie, tu aurais voulu la donner ta vie ce soir-là, plutôt que de donner ta vue, t’aurais tant aimé. Tellement voulu que ta vie ce soit arrêté, qu’elle se soit estompée dans ton dernier souffle. Mais t’es coincée, coincé dans les abimes d’une vie bien trop morose, une vie qui ne te ressemble pas. Alors, tu le sens ce bercement que te procure la voiture que t’as envoyé la jeune femme pour t’emmener. Tu t’es bien gardé de dire pourquoi tu n’étais plus dans les parages, que tu ne répondais pas à cette demande de devenir son nez pour son entreprise de création de parfum. Tu ne savais même pas que tu étais doué pour repérer toutes les effluves de parfum. Qu’importe les odeurs, tu trouveras toujours la plus fine même mélangé dans un certain nombre d’autres senteurs. T’aimerais les déposer tes opales sur le paysage, ces personnes qui s’activent autour de toi, pendant que toi tu n’es plus rien qu’enfermé dans une vilaine bulle privé de tout bonheur loin des nuances de ce monde, plus de gris, plus de blanc. Le noir et rien que ça. La voiture qui se stoppe la porte qui s’ouvre. Tu n’as pas l’habitude depuis des années qu’on te traite si bien. Comme avant, quand t’avais la famille, des parents qui t’avaient donné l’argent, alors que la mère tentait de te tuer, encore et encore laissant la folie l’emporter. On te guide jusqu’à l’entrée, car t’as prévenu, mais pas la jolie muse qu’est venus. T’as rien dit. T’es honteux, beaucoup trop, t’es plus grande chose pour personne, c’est ce que tu ne cesses de te dire, mais t’as sans doute tort. Un jour tu le comprendras à défaut de le voir dans les yeux de tes proches. « Je suis venu voir mselle Harrison. » Tu le sais t’es dans le bar chic dans toute sa splendeur, ça ressemble autant à un restau qu’à un bar, l’odeur est divine, un mélange de cannelle et de vanille. On t’emmène à ta table réserver par la jeune femme, jeune femme qui n’est pas encore arrivé. Alors tu commandes un café serré, tout en attendant là, dans le vide, l’impression que la pièce est vide, alors que tu les entends parfaitement ces mots qui volent autour de toi. Puis sa voix qui finit par s’imposer dans l’acoustique de la salle. « Bonjour ! » Cela doit faire deux mois que tu la laisses attendre, que tu l’as fait miroiter un avenir, et peut être que tu finiras par céder. « Je me suis permis de commander ! » Que tu préviens à celle dont tu ne cesses d’imaginer son visage, les moues qu’il prend, mais comme toujours ce n’est qu’un visage difforme à présent.


_________________

—Le ciel est toujours beau. Même quand il fait nuit, quand c’est pluvieux ou nuageux, c’est toujours un beau spectacle. C’est ce que je préfère dans vie car je sais que si jamais je me sens perdu, seul ou effrayé, il suffit que je lève la tête et le ciel sera toujours là… toujours aussi beau.—
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t2007-il-y-a-toujours-de-la-lumiere-dans-ce-monde-meme-en-plein-coeur-de-la-nuit-kb http://savethequeens.forumactif.com/t2150-l-obscurite-de-ma-prison-kenan#78734
Invité


avatar


Invité


spark | venus  Empty
MessageSujet: Re: spark | venus    spark | venus  EmptyVen 8 Mar - 15:17

✯ ❋ ✯ ❋ ✯

ne résiste plus.
(kenan & venus)

t’es le genre de fille beaucoup trop aimante. t’aimes aider les autres, t’aimes donner de toi-même pour ceux qui en ont le plus besoin. plus petite, tu voulais inviter tous les sdf manger chez toi, au grand désarrois de ton père, forcer de virer les sans abris, souvent camés, de votre maison. c’est lorsque la police est venu chercher l’un d’entre eux chez toi que tu as compris que toutes les bonnes intentions ne sont pas toujours des bonnes idées. t’as fais parti de plusieurs associations depuis que tu peux conduire, et t’étais souvent bénévole. aujourd’hui, t’as beaucoup moins le temps mais tu penses souvent a reprendre. ça t’as souvent porté défaut aussi. les gens profitaient souvent de ta gentillesse et en jouaient. tu l’as pas compris tout de suite mais certains se rapprochaient de toi juste parce qu’ils savaient comment te mettre dans leur poche. bref, même si t’as vécu pas mal de mauvaises expériences, tu continues à être toujours là pour les autres. c’est d’ailleurs une de tes missions principales du moment. kenan, ce garçon plutôt canon que t’es rencontré tout a fait par hasard y’a quelques mois. tu peux le dire, t’es tombé sous son charme. un sourire ravageur, un regard de braise, une voix angélique. t’as tout de suite compris son potentiel et t’as voulus l’embaucher dans ta boite. tu sais que tu peux lui trouver une place. même si aujourd’hui, il a perdu la vue, ça ne change rien a l’odorat, voir mieux, ça ne fait que le developper.  ça fait deux mois que tu l’appelles sans cesse mais il filtrait toujours tes appels. hier, il a accepté de te rencontrer de nouveau, et tu comptes bien le recruter. tu vas te vendre, tout faire pour que son but soit de rejoindre tes rangs. t’es une petite idée derrière la tête pour ça.

tu lui donnes rendez-vous dans un restaurant assez chic de la ville. là ou tu as l’habitude d’aller avec tes clients. c’est surtout que l’endroit est calme, loin du bruit incessant des bars branchés des quartiers mouvementés. tu sais que pour lui aussi, c’est mieux. et surtout, vous serrez loin des oreilles baladeuses. tu entres dans le restaurant et on te montre la table réservé ou kenan est déjà installé. tu marches calmement vers lui. tu sais que le bruit peut-être source d’angoisse. « Bonjour Kenan. » Dis-tu simplement lorsque tu es tout proche de lui. Il te répond la même chose et tu l’installes a ses cotés, retirant afin cela ta veste rose pâle. « Je me suis permis de commander ! » Dit-il alors. Tu souris avant de lui répondre. « T’as eu raison. » Réponds-tu avant t’attaquer les choses sérieuses. Avant cela, tu commandes aussi un café. Tu ne veux pas lui demander comment il va, tu connais déjà la réponse. il doit être perdu, et il doit aller mal. pas la peine de remuer le couteau dans la plaie. « Alors, tu t’es enfin rendu compte que je te manquais? » Demandes-tu sérieusement. tu tentes une approche un peu plus invasive. vous vous entendiez bien tout les deux. y’a un truc qui se passe quand vous êtes ensemble et tu refuses de croire que seule toi l’a ressenti. « Deux mois sans tes nouvelles, ça fait long quand même. » Ajoutes-tu, pas pour le faire culpabiliser mais plutôt pour qu’il n’oubli pas que même après tant de temps tu es toujours prête a l’aider.

Revenir en haut Aller en bas


Kenan Brixton


( play your cards )

/ avatar : Sergio bae C.
/ crédits : bonnie.
/ autres personnages : nika, vise son profil.
/ nombre de messages : 321
/ cartes en main : 20
spark | venus  1I39AN
/ âge : 24
/ statut : un coeur abonné absent. un coeur bien trop soucieux du bien des personnes qu'il aime. Petit homme a grandit trop vite, pensant réussir à vivre une vie digne, mais il se retrouve dans le noir glaçant de son propre subconscient. alors son cœur est parti, démissionnant, car qui voudrait d'un homme ne voyant pas la beauté des courbes féminines ?
/ occupation : petit dealeur, petit combattant, mais surtout footballeur américain grandiose, mais son rêve d'être pro vient d'éclater en dix milles morceaux. qui a déjà vu un aveugle jouer au football américain ? Personne. Alors. Il n'est plus rien sauf un déchet.
/ zone du queens : le queens contemporain avec Sage et les jumeaux.
/ beau bordel :
in progress

nevaeh aspen finnsage arya venus ✽ you ?



spark | venus  Empty
MessageSujet: Re: spark | venus    spark | venus  EmptyJeu 21 Mar - 13:30

La venus tu ne l’as pas mis au courant de ta nouvelle situation, des contacts téléphone qui ne te poussait clairement pas à lui dire ta cécité, tu n’avais pas besoin de lui annoncer quoi que ce soit. Une personne qui pourrait penser que tu étais bien, très bien. Alors, que t’es dans un trou, si noir que la lumière est interdite de traverser l’endroit. T’es tout bonnement une personne sans importance, pour toi, mais t’as jamais eu grand monde de ton côté. Tes parents qui ont été des parents jusqu’à ce que ta mère ne finisse par devenir dingue, puis le premier amour, qui t’as délaissé pour le manque de richesse. T’aurais voulu qu’elle te le dise en face à face, mais rien. Jamais rien. Tu n’es pas sûr de te souvenir parfaitement des traits juvénile de la belle Aspen. Elle est un passé, un passé qui ne viendra sans doute jamais s’entrechoquer avec ton présent, ton futur. Clairement. Tu ne savais pas trop pourquoi tu avais fini par accepter de la rencontrer en rendez-vous, fallait bien que tu passes pour lui dire les choses. Lui dire que tu n’étais qu’inutile sans tes yeux. Mais tu étais blotti dans ton désastre personnel, pour songer qu’elle puisse savoir exactement ce que tu avais vécu, tu n’avais pas imaginé que quelqu’un de ton entourage avait pu lui dire. Un entourage si restreint dans lequel tu avais confiance, mais t’en oublie que les voisins ça existe parfois, ces mêmes voisins, qui sont toujours aussi hypocrite, prêt à te tomber dessus dès que la musique est bien trop élevée.
Installé dans le noir de cette salle si bruyante, tu essayes de faire abstraction du reste, en commandant quelques choses. Comme si cela allait t’aider à ne pas perdre pied, à ne pas perdre le peu de bon sens qui te garde encore dans ses bras. T’es dépourvu du sens sur lequel tu te reposais le plus, celui avec lequel tu observais sans même parler. Tu dois user de tout le reste différemment, tes oreilles qui ont comme un pouvoir de distinguer le moindre bruit, d’entendre les choses les plus futiles de ce monde, te faut encore le temps parfois de découvrir ce que tu entends vraiment, parfois tu te laisses emporter par tes songes, mais c’est une erreur, car ces derniers sont bien trop lugubre pour cela, ça se finit toujours mal. T’attends qu’elle arrive et c’est arrivé. Elle est là. Tu sens l’odeur émanant d’elle, sa voix qui vibre dans ton conduit auditif, alors que tu ne sais pas si elle sait ou non. T’aimerais que non, être le même qu’avant, celui qui séduisait en quelques regards, mais c’est une chose révolu, car tes opales tu n’es même pas sûr qu’elles ont le bon emplacement de la jeune femme. Étrange. Tu ris à ses mots. Elle te manquait ? Pas sûr. Tu ne sais pas. C’est juste la nouveauté de ta vie, le bon moment passé, tu ne sais pas, elle a peut-être raison, sans même que tu en sois au courant. « Je ne voulais surtout pas que tu sois trop en manque de ma personne, tu vois. » Que ça te manquait d’être toi, celui qui aura le mot pour piquer un peu, pour rire, tout ça, ce toi qui te manque, comme si il était parti avec ta vue. « Tu vois que c’est moi qui ait manqué dans ta vie et pas l’inverse ! » Tu souris avec douceur. « Le même parfum encore ? » Que tu demandes, tu avais déjà détaillé son parfum, parfum qui avait été fait par son père pour elle, unique effluve pour la fleur de son père, tu avais compris les choses ainsi. Presque poétique la relation d’une fille avec son père. « Alors, tu veux toujours me convaincre de bosser pour toi, je présume ? » Que tu lâches avec douceur.



_________________

—Le ciel est toujours beau. Même quand il fait nuit, quand c’est pluvieux ou nuageux, c’est toujours un beau spectacle. C’est ce que je préfère dans vie car je sais que si jamais je me sens perdu, seul ou effrayé, il suffit que je lève la tête et le ciel sera toujours là… toujours aussi beau.—
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t2007-il-y-a-toujours-de-la-lumiere-dans-ce-monde-meme-en-plein-coeur-de-la-nuit-kb http://savethequeens.forumactif.com/t2150-l-obscurite-de-ma-prison-kenan#78734
Invité


avatar


Invité


spark | venus  Empty
MessageSujet: Re: spark | venus    spark | venus  EmptyDim 14 Avr - 10:34

✯ ❋ ✯ ❋ ✯

ne résiste plus.
(kenan & venus)

tu te souviens de cette journée passée avec ta mère. vous aviez commencé par faire du shopping pour ensuite manger dans le restaurant du coin. burger frites comme tout bon américain qui se respecte. c’était des moments simples mais qui comptait tellement pour toi. c’était quelques mois avant qu’elle ne parte. tu garderas ce souvenir merveilleux en tête. pas les derniers passés avec elle. ce jour-là, quand vous aviez finis de manger, tu regardais la pop star du moment chanter dans une vieille télé passée dans la vitrine d’un magasin d’électronique. a ce moment là, une flamme est née en toi. tu t’es sentie pousser des ailes et tu t’imaginais déjà sur la même scène que la chanteuse qui se tenait devant toi. tu cachais cette passion en toi. tu ne savais pas si tu pouvais en parler. et d’ailleurs, t’as mère ne serra jamais au courant. c’est après le décès de ta cher mère que tu décides d’exposer ton gout pour le chant. on pouvait t’entendre chanter dans tout l’appartement de la famille, jour et nuit. c’est le moment ou tu pouvais penser a autre qu’à la douleur au fond de ton coeur. mais très vite, l’idée de faire de ta passion ton avenir professionnel s’effaça très vite et tu te retrouvais sans même le vouloir à reprendre les rennes de l’entreprise familiale. Pas que tu n’es pas la parfumerie, au contraire, tu baignais dedans depuis toujours. tu aimais le faire, mais ce n’est pas ce qui te donnait le frisson.
c’est ainsi que tu retrouvais ici, dans ce bar, a cette table, en face d’un garçon qui, tu le sais, pourrait devenir un atout sans faille pour ton affaire. en plus de cela, tu l’appréciais. tu t’entendais bien avec lui. Tu lançais une petite remarque en t’installant a table sur le fait que vous ne vous êtes pas vu depuis quelques mois. Faut l’avouer, il t’a manqué. Mais tu sais déjà qu’il ne l’avouera pas, lui. Tu lèves les yeux au ciel, sans te cacher malheureusement, tu sais qu’il ne te verra pas le faire. Je souris bêtement avant qu’il continue, appuyant bien sur le fait que le temps sans lui m’avait paru bien long. Il sourit. T’es contente de pouvoir le voir toi. Tu te questionnes aussi. Est-ce parce qu’il est aveugle qu’il utilise autant le verbe voir ? Tu réfléchis quelques secondes puis tu te concentres de nouveau sur ton interlocuteur. Il parle de ton parfum. La preuve qu’il est très doué dans ce domaine là. Il reconnait encore ton odeur. C’est vrai, t’es un peu chronique comme fille. T’aimes ne jamais rien changer. En commençant par la base de ta vie : ton odeur. « Contente que tu le remarques. C’est celui que mon père a fait pour moi. » Lui lances-tu. Tu aimes aussi tout ce que ton père a fait pour toi. Tu aimes tout ce que fait ton père. Ton modèle, ton idole, ton tout. Et c’est Kenan qui lance les hostilités en parlant boulot. Il sait pourquoi tu voulais le voir de toute façon. Tes intentions ne sont pas secrètes. Et tant mieux, tu espères bien pouvoir le recevoir dans tes rangs. Travailler avec lui serait un plus inconsidérable pour toi. « Tu sais très bien pourquoi je suis là, en effet. » Finis-tu par répondre a ton ami. « Écoute, sans même parler du plus pour la société que de t’avoir parmi elle, je voudrais vraiment que tu ais une raison de te lever le matin. » Tu ne l’as pas vu depuis des mois mais tu te doutes de ce qu’il se passe dans sa tête. Il a perdu la vue mais il n’a pas perdu la vie, et ça, il ne doit pas l’oublier. « En plus tu serais obligé de me voir tous les jours, c’est pas beau ça ? » Demandes-tu sur le ton de la plaisanterie, même si au fond, tu penses vraiment pouvoir te lever avec le sourire tous les jours en sachant que tu croiseras le bel homme. « Ensemble on pourrait faire de très belles choses. Enfin, de très bons parfums. » Il a un talent pour ça. Il est plus doué que toi même, tu le sais. Tu attends avec impatience son retour. Tu doutes que cela soit positif. Il a déjà refusé dans le passé, quand il n’était pas handicapé. Pourquoi le ferait-il maintenant? Mais tu as un petit espoir. Et si vraiment il rechigne, tu parleras argent, ça peut peut-être le faire changer d’avis.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






spark | venus  Empty
MessageSujet: Re: spark | venus    spark | venus  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
spark | venus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit de l'invasion des nains de jardin venus de l'espace
» VENUS VICTORIEUSE / Antonio CANOVA
» Venus d'ailleurs
» L'Ankh
» Tout débute où je le désire... [PV Léandrà puis libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: made of starlight-
Sauter vers: