Partagez

 

 in the skin |Ainhoa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Mattie Bowens


( play your cards )

/ avatar : baby liv.
/ crédits : schizophrenic.
/ nombre de messages : 1455
/ cartes en main : 41
in the skin |Ainhoa  Tumblr_pgfoxie9NY1tibmago5_250
/ âge : 21
/ statut : petit bébé n'est jamais tombée amoureuse, pas le temps, pas le cran. t'as flirté, couché tout ça pour savoir ce qu'un personnage devait ressentir, pour se mettre dans le bain,comme t'as dis. autant dire que t'as surtout mis un polichinelle dans ton utérus. mais si c'était si simple qu'un bébé.
/ occupation : bébé médicament, tu pensais y échapper un jour. échapper aux médecins. tu pensais être une starlette, tu l'es, tu es l'une des stars d'une série pour jeunes adulte. vivre enfin ta vie. en vrai tout ça n'est qu'un choix, un putain de choix à prendre entre deux êtres et la vie que tu veux mener.
/ zone du queens : le queens vert.
/ beau bordel :
in progress
《sera; chapterone. 》《ainhoa ; chapterone.》《ilenzo ; chapterone.》《kali; chapterone.》《angel; chapterone. 》《you; chapterone. 》


in the skin |Ainhoa  Empty
MessageSujet: in the skin |Ainhoa    in the skin |Ainhoa  EmptyVen 1 Mar - 17:54

Plus les jours s’effilaient et plus c’était un beau bordel que tu devais supporter. Une grossesse jumelée, ta sœur malade, les problèmes avec Sutton que tu ne savais pas avec celui qui se trouve être le père de tes enfants Chadwick ou alors Ilenzo. Tout est un beau merdier et tu ne sais plus comment te sortir de tout cela. Comme la vague impression que tu te noies petit à petit dans une mer profonde et nébuleuse. Tu ne parviens pas à sortir ta tête de l’eau, tu ne sais pas comment agir. T’as besoin d’aide, besoin qu’on t’ouvre le cœur programmant chacun des battements de ce dernier. Moins de souffrance et plus aucun mal à tout  comprendre. Comme un robot, le cœur robotisé, tout chez toi pourrait sonner faux, sauf cette malheureuse grossesse cinq mois que tu es enceinte. Cinq mois que tu t’es laissé aller à faire ce que tu voulais, penser par toi-même. Dire Non. Mais tu le regrettes, t’as juste le cœur en berne, laissant aucune possibilité à tes maux de s’effacer. Une boucle qui ne cesse de te frapper, laissant ton âme au sol. T’as besoin de décompresser, besoin de marcher, peut-être bien que ton esprit se videra ainsi, peut-être bien que ce dernier cessera de te laisser à mal. Alors, tu marches, attendant d’avoir une illumination, d’avoir un souffle nouveau sur tous les problèmes que tu rencontres. Mais c’est comme attendre désespérément que le prince charmant débarque sur son cheval blanc. Tu le sais bien que les contes de fée ne sont faits que pour vendre un certain rêve et que toutes ces merdes qu’on ne te vendait pas vraiment quand tu étais gosse, car toi tu n’étais rien, qu’un simple médicament était faux. Tu les connaissais ces histoires où les gentilles étaient toujours sauvé, mais peut-être bien que tu ne t’es jamais vu du bon côté, peut être que tu es loin d’être une personne à sauver, mais juste une mauvaise personne. Te voilà à laisser tergiverser ton pauvre esprit sur tout ça. Bonne, mauvais. Qu’es-tu princesse ? Là est bel et bien la question. Tu n’as jamais dû à penser par toi-même. Fait cela, fait ceci, souris, pleurs, silence, souffre sans un mot. Un scotch sur tes lèvres, une main qui te guide ou plutôt te force. Tu agis comme une poupée de cire, qu’on ne traite pas avec douceur, on dispose d’elle, on se joue d’elle sans laisser le moindre remède à toutes cette peine qu’on te laisse dans ce pauvre organe qui doit rouiller avec tout ce temps à être maltraitée. Pauvre petite. Un script, un besoin qu’on te guide, avoir une voie pour parler, pour dire les choses. Te faut ça, il te le faut tellement. Faut que tu répondes à Chad, que tu lui dises que tu ne pouvais pas ne pas le dire à Sutton, tout s’est mélangée en toi, tombant de haut, étant tout bonnement la pauvre petite poupée à qui tout le monde fini par en vouloir. Tes parents, ta sœur, lui, eux, elle. Tu es bien trop perdu, tes pas te mènent dans un endroit que tu ne connais pas. Ton ventre déjà bien arrondis et voyant tu es devenue un estomac sur pattes, faim, des envies. Là de suite tu as envie de manger quelques choses. Alors, tu te stoppes devant ce petit salon de thé, donnant la paix à ton âme et à ton cœur. Toi dans la file, tu regardes ce que tu pourrais prendre, mais tu ne sais pas par où aller, tu ne sais pas ce dont tu veux ou encore moins c dont tu as besoin. Tes yeux flirtent, ils se laissent bercer par la douceur des étals, alors qu’ils frôlent l’être d’une autre personne, un visage. Pas inconnu. Totalement pas inconnu. Ainhoa. Comme une sœur, une personne que tu as connue durant ton enfance en même temps que Chadiwck, deux relations complétement différente. Quelques personnes entre vous, trois,quatre, mais son nom effleure tes lèvres avec douceur. «  Ainhoa ! »  Le sourire qui s’impose, le cœur qui s’enchante.

_________________

☽☽  In the end, it’s not the years in your life that count. It’s the life in your years.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Ainhoa Bellini


( like a tickin' time bomb )

/ avatar : blanca.
/ crédits : (ava) villetchuckie. (sign) uc.
/ nombre de messages : 1545
/ cartes en main : 6
in the skin |Ainhoa  6UXyH6tl_o
/ âge : 28
/ statut : larguée par son fiancé il y a quelques mois et enceinte d'un inconnu (may). one shot, one mistake (june).
/ occupation : kinésithérapeute, les mains magiques, soigner des maux pour oublier les siens.
/ zone du queens : dans le queens vert, là où elle peut respirer.
/ beau bordel :
be a girl with a mind,
a woman with attitude,
and a lady with class.


☆ ☆ ☆
mattie - cassey - nate - mahe
anyone ? - anyone ?

in the skin |Ainhoa  Empty
MessageSujet: Re: in the skin |Ainhoa    in the skin |Ainhoa  EmptyMer 20 Mar - 12:55

une pause dans une semaine. un moment de répit dans son emploi du temps de ministre. elle était bien trop consciencieuse ainhoa, elle donnait tellement pour ses patients, pour ceux qui l'entouraient. et dans la bataille, elle s'oubliait complètement. pourtant, tout lui paraissait plus compliqué ces derniers temps. si habituellement, elle parvenait à occulter tout ce qui n'était qu'elle et à se concentrer uniquement sur ceux qui réclamaient ses doigts magiques dans son cabinet, elle n'était plus en capacité de le faire au jour d'aujourd'hui. plus depuis qu'elle avait appris pour sa grossesse. ses problèmes, elle ne les laissait plus à la maison désormais, elle les emmenait avec elle. partout, peu importe où elle allait. et ils se chargeaient de lui revenir en pleine face toute la sainte journée, ajouté en prime à ceux des personnes qu'elle devait soigner. alors y'a trop d'informations dans sa tête, trop de tout pour lui mettre l'esprit en vrac. c'est sans doute pour ça qu'elle accueille cette journée avec le plus grand des bonheurs. pour enfin mettre un frein sur au moins une partie de l'équation. et elle aurait besoin de parler à quelqu'un ainhoa. de confier ses maux et ses malheurs à quelqu'un qui la comprendrait, saurait l'écouter. et pourquoi pas même, la conseiller. elle les cherchait encore avec tellement de ferveur les solutions. parce qu'elle était piégée au milieu d'une situation qui lui échappait totalement. d'un côté, il y avait cosimo. de l'autre, ce bébé d'un inconnu. et dans le fond, elle savait très bien où était son coeur sauf que l'enfant n'était pas responsable du chaos de la vie de sa mère. et par conséquent, il ne devait pas payer pour une erreur de femme inconsciente. chaque jour qui passe, elle s'en veut un peu plus la kiné'. de sa négligence, de son comportement d'adolescente en crise alors qu'elle aurait dû avoir dépassé ce stade depuis plusieurs années déjà. mais il fallait croire que quand le coeur était touché, on n'était jamais bien original. c'est pour toutes ces raisons que le repos ne la trouve jamais, qu'elle peine continuellement à garder la tête hors de l'eau dans l'océan de ses interrogations. alors qu'elle voudrait seulement un signe, venant de n'importe où qui lui montrerait quel est le chemin à prendre, le bon choix à faire. mais comme souvent, elle garde jalousement ses maux parce qu'elle n'aime pas s'épancher, parce qu'elle n'aime pas déranger.
et elle n'est pas encore totalement libérée quand elle se décide à sortir de chez elle, à aller affronter le monde extérieur pour ne pas s'enfermer dans le sien. ressasser était la pire des idées, quand son esprit réclamait seulement de se sentir enfin léger. elle voudrait pouvoir presser un bouton pause ainhoa, celui-là même qui ferait tout cesser juste un instant, juste le temps de souffler et de regarder sa vie de loin. marcher lui fera le plus grand bien, regarder la vie autour l'inspirera peut-être à prendre d'autres voies. très rapidement, son regard entre en collision avec l'enseigne du salon de thé dans lequel elle aimait souvent se poser. là où elle se sentait à l'abri de tout, comme dans un petit cocon si agréable et protecteur. elle passe l'entrée sans encombre et se rend immédiatement passer commande. ses yeux se baladent lentement dans les vitrines avant qu'une voix ne l'interpelle. ainhoa ! elle ne sursaute pas pour autant, le son est si doux. alors elle se retourne pour rencontrer le tendre visage de mattie et c'est un sourire qui fend ses lèvres. un rapide petit signe plus tard et c'est à son tour de s'adresser à la serveuse. mattie, je t'attends à une table. elle se re-concentre immédiatement sur la vendeuse et demande son thé à la menthe, avant de finalement aller s'installer près d'une fenêtre. elle sourit à nouveau quand elle voit mattie approcher de son emplacement. puis elle se relève pour la prendre dans ses bras. ça m'fait plaisir de te voir ma belle. qu'est-ce que tu fais là ? sûrement comme toi ainhoa, tu n'avais pas le monopole de l'endroit. mais ça t'étonnait autant que la surprise était bonne.

_________________

character, intelligence, strength, style, that makes beauty.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t2058-like-a-tickin-time-bomb-about-to-explode-ainhoa http://savethequeens.forumactif.com/t2189-fire-under-my-feet-ainhoa


Mattie Bowens


( play your cards )

/ avatar : baby liv.
/ crédits : schizophrenic.
/ nombre de messages : 1455
/ cartes en main : 41
in the skin |Ainhoa  Tumblr_pgfoxie9NY1tibmago5_250
/ âge : 21
/ statut : petit bébé n'est jamais tombée amoureuse, pas le temps, pas le cran. t'as flirté, couché tout ça pour savoir ce qu'un personnage devait ressentir, pour se mettre dans le bain,comme t'as dis. autant dire que t'as surtout mis un polichinelle dans ton utérus. mais si c'était si simple qu'un bébé.
/ occupation : bébé médicament, tu pensais y échapper un jour. échapper aux médecins. tu pensais être une starlette, tu l'es, tu es l'une des stars d'une série pour jeunes adulte. vivre enfin ta vie. en vrai tout ça n'est qu'un choix, un putain de choix à prendre entre deux êtres et la vie que tu veux mener.
/ zone du queens : le queens vert.
/ beau bordel :
in progress
《sera; chapterone. 》《ainhoa ; chapterone.》《ilenzo ; chapterone.》《kali; chapterone.》《angel; chapterone. 》《you; chapterone. 》


in the skin |Ainhoa  Empty
MessageSujet: Re: in the skin |Ainhoa    in the skin |Ainhoa  EmptyHier à 10:55

Poupée au cœur brisé, tu ne cesses de déprimer un temps, puis tu essayes de voir les choses d’une autre façon. Culpabiliser à longueur de journée quand tu songes à Sol’, le cœur qui se noie dans ses propres larmes. Tu n’arrives pas à te contenter à cette idée que tu l’as abandonné, sous sa demande, elle voulait que tu portes cet enfant, ces enfants maintenant. Tu ne lui as toujours pas dit, mais tu ne te sens pas de te plaindre face à elle et sa maladie. Tu ne veux pas gagner une quelconque compétition de qui est le moins bien. T’aimerais qu’on te charcute comme on l’a toujours fait, les aiguilles qui s’enfoncent dans ta chair, creusant ton être pour trouver le remède. Tout ça te manque. Les mots de tes parents, ces mots ruinant un peu plus ton droit à l’expression. Des commandements à coup de tu ne sers qu’à ça. Toute cette situation va te rendre complétement dingue. Pas après pas, tu te sens un peu plus lourde, un peu plus mal vis-à-vis de tout ce que tu dois affronter. Une ligne de script, t’aimerais savoir quoi dire, quoi faire. Se besoin qu’on te guide, qu’on te dise ce que tu devais faire. Comme un manque, un énorme. Qui laisse un énorme trou d’absence dans ta vie, te voilà juste à errer sans même savoir comment survivre dans ce monde fou, complètement ravagé par les hommes. Douceur exquise qui se noiera dans les déboires des autres. Qui ne sera pas dire stop quand le monde la torturera trop. Tu le sais comment tu pourrais être une bonne mère, de deux enfants ? Le père inconnu, le karma qui t’a frappé princesse pour ton manque d’obéissance aux scénarios. Chad ou Ilenzo. Deux histoires complétement différentes, deux personnes à l’opposé et une personne libre et l’autre non. T’étais dans l’inconnu, tu ne savais pas, mais le mal est fait, à cette fille que tu aimais, mais à présent tu es sans doute la personne qu’elle ne veut pas voir, normal. Le cœur lourd poupée, c’est le cœur un peu plus libre à chaque pas. Tu essayes de stopper tes songes, tes pensées et cette kyrielle de question qui va finir par te laisser sur les rotules. Tu t’efforces d’oublier, de juste sentir la brise glisser sur ton visage, mais c’est si compliqué. Complexe à souhait comme ta pauvre vie. T’aimerais juste pouvoir te cacher dans un trou, espérer qu’on te dise quoi faire, quoi penser. Tu es libre sans l’être, trop habitué à être ce qu’on attend de toi. Une première pour toi de dire non, de ne pas sentir les larmes glisser sur ton visage quand on te charcutait, quand tes parents s’en fichaient de ta souffrance et que c’étaient les infirmières qui étaient là pour te consoler et te cajoler. Où même Sol, qui à bout de force te tenait la main, bien plus d’amour qui vous unissez toutes les deux plutôt qu’avec tes parents pour qui tu n’étais là que pour sauver la vie de Sol. Sa vie qui se jouait en ce moment même, que tu avais laissé se débrouiller, les larmes qui avaient glissé, elle t’avait demandé de l’écouter, tu l’avais fait. Pas juste pour le faire, mais car ces vies que tu portais avaient comme étouffer cette peine de n’être rien, la main sur ton ventre un peu arrondi, les pas qui continuent de se poser sur le sol sans même connaître une destination. Juste marcher pour évacuer, c’est tout ce que tu faisais, rien d’autre. La faim qui venait terrer ton idée de marcher, de t’épuiser jusqu’à ne plus pouvoir cogiter, tu devrais cesser, mais c’est si compliqué. Alors que tu te décides pour franchir un salon de thé pour y prendre quelques petites choses et te ressourcer dans un monde qui n’est pas le tien, là où on ne te connaissait pas. Glissant dans ce monde, tu ne pensais pas le voir s’entrechoquaient avec celui de ton adolescence quand tes opales se déposèrent sur Ainhoa. Sœur de famille d’accueil de Chadwick, aucune idée si elle savait, tu ne savais rien, s’ils étaient encore en contact ou non. Ta voix l’avait interpellé, chantante cette dernière, comme une douceur dans ton monde de brute, c’était plaisant. Le regard qui se concentre à son tour sur les délices proposé ici, tu n’y as jamais gouté. Puis elle t’attend qu’elle te dît, le cœur chantant de bonheur, tu as l’impression que la délicatesse du monde venait de te frapper, de la douceur à revendre d’un coup, les opales qui frétillent avec le monde t’entourant, tu n’offres qu’un sourire comme réponse à ton ainé. Une fois la commande entre tes mains, tu rejoins ton amie, posant le tout sur la table où avait pris place la blonde, tu laissais un instant tes opales flirter avec le monde de dehors, dangereux et inquiétant à ton goût. Un échange de douceur, dans ses bras tu te sens bien, puis tu les quittes pour prendre place. « ça fait longtemps … » trop longtemps, tu étais tout le temps fourré sur les plateaux pour tourner, pour être interviewer, tu n’avais pas de vie, pas de choix, tu disais amen à tout. « Je marchais et je ne voulais pas savoir où j’allais, puis j’ai eu une petite faim. » La preuve en est avec les deux muffins à myrtille devant toi et le thé à la menthe devant toi. « Comment tu vas Ainhoa ? » Que tu lui demandes, alors que tu prends une bouchée de l’un de tes muffins.

_________________

☽☽  In the end, it’s not the years in your life that count. It’s the life in your years.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






in the skin |Ainhoa  Empty
MessageSujet: Re: in the skin |Ainhoa    in the skin |Ainhoa  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
in the skin |Ainhoa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]
» [Vente de Skin : droits de port de Techk.png]
» Vente de droits à porter une skin[débat]
» Fiche technique et news de Skin Thin
» JAGGER ▲ Get out of my skin !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: ravens in the old oak tree-
Sauter vers: