Partagez | 
 

 i'll come back to haunt you | vince

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Ziggy Adkins


/ avatar : cindy kimberly
/ crédits : WILD HEART. (avatar) | siren charms (signature) | vocivus (icons)
/ autres personnages : romy
/ nombre de messages : 43
/ cartes en main : 334

/ âge : 22
/ statut : fraîchement célibataire, cœur brisé par un moins que rien, mais qui est plus que tout pour elle.
/ occupation : vendeuse dans une bijouterie, à ses risques et périls.
/ zone du queens : queens contemporain, avec ses colocataires qui viennent et s'en vont comme par magie.
/ beau bordel :

MessageSujet: i'll come back to haunt you | vince    Sam 12 Jan - 19:26


Une dispute de plus dans l’appartement, des cris qui te réveillent en plein milieu de l’après-midi. Depuis une semaine, tu ne sortais plus de chez toi, trop peur de croiser quelqu’un, de croiser l’un d’eux. Tu passais tes journées à dormir, manger, boire et dormir. Tu regrettais presque d’habiter avec trois autres personnes. Leurs regards étaient impossible à éviter, leurs questions fusaient, te demandant ce que tu avais. Ziggy qui était toujours souriante, qui détestait rester trop longtemps enfermée, qui ne gardait jamais sa langue dans sa poche, même pour balancer une connerie. Depuis le braquage c’était trop compliqué pour toi de faire semblant. Tu n’allais pas bien. A n’importe quel bruit étrange, tu sursautais. Si une personne daignait poser une main sur ton épaule ou sur ton bras, tu t’imaginais encore bâillonnée dans la camionnette des braqueurs. Ou un pistolet braqué entre tes deux yeux. La scène se rejouait inlassablement dans ton esprit, leurs paroles retentissaient, plus fortes que jamais, le “grouile toi, salope !” ou le “ou on tire sur l’autre !” tant de violence et de menaces qui t’avaient prises de cours, ce jour-là. Tu redevenais cette statue de pierre pendant quelques minutes. Puis tu pensais à respirer. Mais le calme ne restait jamais longtemps.
Deux personnes s’engueulaient dans le salon, ce qui était largement habituel. Tu rouvris tes yeux, tu ne pouvais rien voir, couchée dans la pénombre, comme emprisonnée par ton alter-ego, celle qui avait dû supporter ces quatre hommes. J’me casse la voix grave de ton colocataire qui résonna, énervé contre la deuxième fille du groupe. Tu ne savais pas ce qu’il s’était passé cette fois-ci et tu ne voulais pas le savoir. La porte claqua. Tu sursautas, enfouie dans les draps. Tes mains passèrent dans tes longs cheveux bruns pour les attacher à l’arrache. Enfin, tes pieds touchèrent le sol et tu te levas pour repousser les rideaux qui te gardaient protégée. Le calme était revenu.
La bijouterie était à nouveau ouverte depuis le jour du braquage, mais tu n’y étais toujours pas retournée travailler. Tu ne savais pas si tu aurais le courage d’y retourner un jour. Les flics t’avaient posé des questions, si tu avais un détail sur les quatre criminels, comment tout cela s’était déroulé, comment avais-tu fini à l’autre bout de la ville, des choses de ce genre. Tu n’avais pas dit un mot car tu te rappelais de leur avertissement. Ils avaient gardé tes papiers. Ils savaient où tu habitais. Ils connaissaient ton nom. Peut-être étaient-ils en bas de chez toi, à épier tes moindres et faits et gestes, à t’attendre sortir ? Pour en terminer. Ça serait si simple de t’éliminer, même derrière cette fenêtre. Ton regard s’immobilisa sur l’appartement d’en face croyant avoir aperçu une ombre, puis sur une des voitures en bas, qui était là semblait-il depuis quelques jours. Mais tes yeux te jouaient des tours. Ton esprit te malmenait. Te rendait folle. Il te fallait prendre l’air. Immédiatement.
Alors tu allais faire un tour dans les rues les plus fréquentées du Queens. Rentrer dans deux trois magasins, et même dans ton magasin de vinyles préféré. Ou dans ton café favori. Qu’importe, sur le chemin, tu choisirais.
Tu t’habillas, mis des lunettes de soleil, enfila des baskets et des vêtements propres et sortit de l’appartement. Personne ne t’avait arrêté jusque-là, et personne n’allait le faire. Rien ne t’arriverait. Tu te le répétais mentalement. Tout irait bien. Tu aurais bien appelé ton frère, mais tu avais peur de communiquer avec ta famille, peur de les mettre en danger. Ils avaient essayé de te joindre, sans succès.

_________________
some people are too deep. you fall into them and you never stop falling.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t2833-will-i-be-missed-ziggy http://savethequeens.forumactif.com/t2914-ready-for-it-ziggy#103326


Vince Barlow


/ avatar : odero
/ crédits : monkey roads (avatar) solosands (signature) solsken (icon)
/ autres personnages : billie, roméo & tony
/ nombre de messages : 243
/ cartes en main : 136

/ âge : 23
/ statut : en couple avec celeste, une relation fait d'amour et de haine, de passion violente
/ occupation : des sachets, des merveilles que tu fais passer de main en main, des projets plus grand pour plus d'argent.
/ zone du queens : les zones d'ombres (hors queens)
/ beau bordel :
méga full
staz.lyes. betsi.
celeste. ziggy
india. verity

MOODBOARD

MessageSujet: Re: i'll come back to haunt you | vince    Lun 14 Jan - 19:28

i'll come back to haunt you

ziggy & vince


Tu retournes la carte dans tes doigts, encore et encore, anxieux. Et si finalement elle était aller vue les flics . Si elle avait parler plus que ce qu’elle aurait dû ? si elle avait vu un détail, un quelconque indice pouvant les mettre sur une piste . Sur votre piste… Elle est la seule à pouvoir parler, à pouvoir donner un quelconque signe pour vous retrouver. Il aurait surement été plus simple de la tuer, une balle dans la tête, un corps qu’on balance à la flotte et ces questions n’auraient jamais existé. Mais t’e pas un putain de tueur, tu veux pas être complice de ça. Et tu sais ce que tu risques pour homicide volontaire. Tu’n'es pas ce genre de mec Vince, t’es pas un putain de psychopathe prêt à tuer une pauvre fille pour sauver son cul, sauver sa peau. Tu préfères aller en taule, pour le braquage, pour les armes, le fric, mais pas pour une vie volée. Tu’as dit que tu t’en occuperais de cette fille, que tu ferais ce qu’il faut, tu n'as jamais dit quoi, ni comment. Peut-être parce que tu sais pas quoi en faire, de cette carte, son permis bien ranger. Tu sais pas par où commencer, allez la voir, comment, pourquoi, tu veux pas qu’elle sache. Ce jour-là, tu retournes chez toi, après une bonne douche tu quittes ton quartier, rejoins le Queens contemporain. Tu connais peu le quartier, pour n’y mettre quasiment jamais les pieds. Tu découvres les magasins, les façades colorés et les artistes de rue. Te fraye un chemin jusqu’à son adresse, contemple un peu l’immeuble. Elle ne vit pas seule. Tu remarques plusieurs noms sur la boite aux lettres, deux hommes, deux filles. Des colocataires surement. Une difficulté de plus si tu dois te débarrasser d’elle, si tu dois en venir jusque-là. comment tu dissimuleras la disparition d’une fille comme ça, probablement entouré d’amis. Tu restes pas longtemps devant l’immeuble, avance un peu dans la rue, jusqu’à la voir sortir de son appartement. Même derrière ses lunettes tu la reconnais, la silhouette fine, les cheveux bruns. Tu l’observes, d’abord de loin, puis tu la suis, à distance. Pendant quelques minutes tu suis son trajet, devant les boutiques à la mode et les bars branchés. Puis tu disparais. Tu veux pas lui faire peur, tu veux pas qu’elle se doute, qu’elle se pose la moindre question sur toi. T’es encore qu’un inconnu, tu voudrais le rester, au moins pour le moment. Tu rentres dans le premier café qui se présente à toi, commande un grand noir, avec deux sucres. Tu ne dors plus beaucoup depuis le braquage, bien trop soucieux d’entendre les infos, les sirènes au loin qui viendront te chercher, les flics frapper à ta porte pour t’embarquer. T’arrive plus à trouver le sommeil, la paix pour te reposer quelques instants. Alors tu carbures au café et à l’angoisse, au stress grandissant. Tu payes ta boisson, sors du café quand ton corps en rencontre un autre. Tu relève la tête, pour y rencontrer son regard, ses grands yeux bruns, son visage de poupée. Ton visage se fend d’un sourire, une main sur son épaule, un peu secoué, tu t’excuses. « Désolé… J’étais dans mes pensées… », tu l’observes un peu, perplexe. Est-ce qu’elle pourrait te reconnaître ? Elle a l’air perturber… « Est-ce que ça va ? »

_________________

coeur de gangster ☩
Ok, l'impression d'tomber sans jamais atterrir, j'ai fait ça toute ma vie, tu sais, j'mets ma peine de côté, j'essaye de pivoter, écrire des sons toute la nuit. dis-moi, regarde dans l'miroir, tu sais qu'on dit rien mais le cœur veut chuchoter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1635-prince-de-la-ville


Ziggy Adkins


/ avatar : cindy kimberly
/ crédits : WILD HEART. (avatar) | siren charms (signature) | vocivus (icons)
/ autres personnages : romy
/ nombre de messages : 43
/ cartes en main : 334

/ âge : 22
/ statut : fraîchement célibataire, cœur brisé par un moins que rien, mais qui est plus que tout pour elle.
/ occupation : vendeuse dans une bijouterie, à ses risques et périls.
/ zone du queens : queens contemporain, avec ses colocataires qui viennent et s'en vont comme par magie.
/ beau bordel :

MessageSujet: Re: i'll come back to haunt you | vince    Mar 15 Jan - 23:06


T’as beau passer devant les vitrines, marcher sans but, regarder les passants te frôler comme si n’importe lequel d’entre eux allaient t’agresser sur le champ, tu sais pas quoi faire, où aller. En sortant de chez toi, t’avais pas une idée claire, mais t’en avais eu quelques idées, sauf que là, maintenant que tu étais dehors, c’était bien plus compliqué. Tu te rends pas compte pourtant qu’il y a un mec derrière toi qui te suis depuis quelques minutes, depuis que tu as mis les pieds dans les rues de la ville, finalement. Ziggy, t’aurais dû rester chez toi, t’étais mieux au chaud, dans le noir, coupée de la réalité, des gens, de tout l’amour et de la souffrance qu’on pouvait te porter.
Tes pieds s’arrêtèrent devant une fleuriste. Là, tu observais les roses. Y en avait de toutes les couleurs, des jaunes, des blanches, des roses, mais tes préférées c’était bien les rouges. Celles qu’on peut pas rater, comme l’effet que tu voudrais faire aux gens. Celles qui veulent tout dire quand on te les offres, pas besoin de dire grand chose. C’est plus facile que d’avouer je t’aime c’est plus cher, mais c’est simple. Puis au final, y a pas à se fouler. Quelqu’un en prend soin pour toi et l’enroule de papier comme si c’était une oeuvre d’art. Un diamant. Non, pas de bijoux. Ca te faisait penser directement à ton travail et au braquage. Non, fallait te sortir ça de la tête. Les roses. Rouges. T’aimerais bien en avoir, pour te réconforter. C’est quand la dernière fois qu’on t’en avait acheté ? Le mois dernier ? T’façon, n’importe qui qui te connait bien le sait, les roses rouges c’est comme le chocolat pour d’autres. Ça donne du plaisir. Mais au moins, elles font pas grossir.
J’peux vous aider, madame? Et encore une fois, tu sursautes. Cela doit bien faire la millième fois depuis une semaine que tu restais sur tes gardes comme ça, toujours surprise qu’on t’adresse la parole, t’attendant au pire. C’est simplement la vendeuse qui t’a vu poiroté pendant dix ans devant sa vitrine, à observer ses fleurs. Vous souhaitez faire un cadeau? Tu relevas ton visage morose au niveau de la jeune femme, un peu plus âgée que toi, mais plus heureuse. Ça se voyait dans ses yeux qu’elle se levait matin et qu’elle était fière de ce qu’elle faisait. Elle vendait d’l’amour. C’est pas donné à tout le monde. Non...Merci. que tu répondis, sans vraiment savoir quoi dire et tu rebrousses chemin. Tout ça pour des fleurs. Et on peut pas t’laisser tranquille. Tu laisses la vendeuse perplexe, mais tant pis, elle va croire que t’es folle ou pas dans un bon jour et puis elle va oublier. Elle risque pas de s’faire braquer, elle au moins.
Tu te rappelles que t’es passée devant un café y a deux minutes. Ça serait pas con de t’acheter un café bien noir pour te réveiller et te tenir éveillée. T’avais une autre longue journée devant toi. Tes pieds touchaient le sol, or tu n’étais pas vraiment là, pas présente dans l’moment. Pas ancrée dans le présent. Puis t'as un message qui arrive sur ton téléphone d’un bip que tu détestes de plus en plus, et tu baisses la tête pour le regarder.
C’était ta meilleure amie. Elle s’inquiétait.
Comme la plupart de tes proches ces temps ci.
Faudrait que tu l’appelles quand t’en auras le courage. Parce que ça voudrait dire que tu devras tout expliquer. Elle devait être au courant, tout le Queens devait savoir qu’une bijouterie s’était faite dévalisée, et que les braqueurs avaient pris un otage. Elle devait juste espérer que c’était pas toi.
Bam c’est le choc de ton visage contre le torse d’un gars à l’entrée du dit café. Ton téléphone tombe à la renverse, pas son café. Dommage ou heureusement que ce soit pas l’inverse. Désolé… J’étais dans mes pensées… Est ce que ça va ? Le son de sa voix, tu l’as déjà entendu quelque part… Mais où ? Tu relèves la tête, toi aussi, plonges ton regard dans le sien, arque un sourcil. Tu l’as déjà vu quelque part ? Non, alors c’est quoi c’délire ? Il a posé sa main sur ton épaule, tu l’as pas senti au départ, ce qui pourrait être vu comme un progrès, mais tu te décales, pour éviter tout contact. Non, tu voulais pas qu’on te touche. Pas des inconnus, en tout cas. Et si c’était l’un d’eux?
Du délire, Isabelle.
Réponds ou tu vas passer pour une dingue, chérie. Ton téléphone, tu le récupères, regardes l’écran qui venait de se briser. Tu râles. C’est moi qui m’excuse… J’vais bien, pas de soucis, simplement j’crois que je vais devoir changer ça. Pour la dixième fois de l’année, qu’est ce que tu pouvais être maladroite avec ce putain de portable.
Tu l’as pas assez bien regardé.
Ou pas assez bien entendu.
En bref, tu l’as pas reconnu.

_________________
some people are too deep. you fall into them and you never stop falling.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t2833-will-i-be-missed-ziggy http://savethequeens.forumactif.com/t2914-ready-for-it-ziggy#103326


Vince Barlow


/ avatar : odero
/ crédits : monkey roads (avatar) solosands (signature) solsken (icon)
/ autres personnages : billie, roméo & tony
/ nombre de messages : 243
/ cartes en main : 136

/ âge : 23
/ statut : en couple avec celeste, une relation fait d'amour et de haine, de passion violente
/ occupation : des sachets, des merveilles que tu fais passer de main en main, des projets plus grand pour plus d'argent.
/ zone du queens : les zones d'ombres (hors queens)
/ beau bordel :
méga full
staz.lyes. betsi.
celeste. ziggy
india. verity

MOODBOARD

MessageSujet: Re: i'll come back to haunt you | vince    Jeu 17 Jan - 19:47

i'll come back to haunt you

ziggy & vince


Tu mesures un peu les risque que tu prennes, sciemment. Et si ça tournait mal ? Si elle était sous surveillance . Ou même si elle te reconnaissait ? Elle n’a pourtant presque rien vu de toi, un regard, une voix, et encore, quelques cours instants qui furent intenses pour elle, mais le doute persiste et tu te demandes si elle est en mesure de te reconnaître ? Peut-être que tu devrais simplement te tenir à distance, l’observer de loin, discrètement, sans qu’elle ne puisse te voir. Peut-être que tu devrais simplement la refroidir comme l’ont suggéré les autres. Vous seriez plus tranquille, pas plus en paix. Pas toi en tout cas. Tu veux pas avoir de sang sur les mains, tu’es un voleur, pas un meurtrier. Alors tu la laisses s’éloigner un peu, tu prends tes distances, observe ses faits et geste. Tu sais pas vraiment ce que ça va t’apporter, tu sais pas si t’arrivera à mieux dormir ce soir, tu sais pas si tu seras plus rassuré en sachant ce qu’elle a fait aujourd’hui. Et après ? Est-ce que tu vas faire ça tous les jours ? La surveiller, garder un œil sur elle ? Pour voir si elle parle aux flics ? Et après ? Elle leur a forcément déjà parler, tu le sais, t’es pas idiot. Pour le moment tu la gardes à l’œil, t’ira peut-être lui parler plus tard, ou pas. Tu rentres dans le premier café, t’offre une boisson avant d’en ressortir quelques secondes plus tard, de rencontrer un corps. Son corps. Tu t’excuses rapidement, un peu confus, tu sais pas vraiment quoi faire de cette situation. Tu peux pas fuir, ce serait suspect, mais tu sais que tu prends un risque à rester là, planter devant elle. Tu lui demandes tout de même si elle va bien, ta main sur son épaule. Elle s’en dégage, t’observe un moment silencieuse. Ton cœur manque un battement. Le souffle coupé un instant. Est-ce qu’elle t’a reconnu ? Est-ce qu’elle a fait le lien ? Est-ce que t’es grillé ? Tu crains, puis tu l’entends te répondre, s’excuser à son tour, ramasser son téléphone qui vient de tomber à terre. Elle te montre l’écran cassé, elle a l’air désolé, triste, embêter. Tu te racles la gorge. « J'suis… désolé. Et je l’ai déjà dit », tu passes une main sur ton crâne, pas bien à l’aise avec la situation. « Je peux t’offrir un café ? Ça réparera pas ton téléphone mais si jamais ça peut me faire pardonner ? », ce n'est pas une boisson chaude qui pourra permettre de te faire pardonner, de tout effacer, de tout gommer. Ce n'est pas un café qu’il faut offrir pour ton pardon, c’est un retour en arrière, réparer les erreurs, oublier les souffrances que t’a pu causer. Que t’a pu lui causer, à elle. T'imagine pas sa vie depuis le braquage, le stress, l’angoisse, la peur, ne t’imaginent rien de tout ça. Et pourtant t’es là, prenant tous les risques possibles pour lui sauver la vie.

_________________

coeur de gangster ☩
Ok, l'impression d'tomber sans jamais atterrir, j'ai fait ça toute ma vie, tu sais, j'mets ma peine de côté, j'essaye de pivoter, écrire des sons toute la nuit. dis-moi, regarde dans l'miroir, tu sais qu'on dit rien mais le cœur veut chuchoter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1635-prince-de-la-ville


Ziggy Adkins


/ avatar : cindy kimberly
/ crédits : WILD HEART. (avatar) | siren charms (signature) | vocivus (icons)
/ autres personnages : romy
/ nombre de messages : 43
/ cartes en main : 334

/ âge : 22
/ statut : fraîchement célibataire, cœur brisé par un moins que rien, mais qui est plus que tout pour elle.
/ occupation : vendeuse dans une bijouterie, à ses risques et périls.
/ zone du queens : queens contemporain, avec ses colocataires qui viennent et s'en vont comme par magie.
/ beau bordel :

MessageSujet: Re: i'll come back to haunt you | vince    Sam 19 Jan - 18:13



Tu devais déjà refaire ta carte d'identité puisqu’on te l’avait dérobé durant le braquage, et maintenant pour en rajouter une couche, il te fallait changer l’écran de ton téléphone. Il était fissuré de tous les côtés. La dernière fois, tu l’avais fait tombé dans l’eau, ce n’était pas mieux. T’aurais bien aimé vivre à l’époque où l’humain n’avait pas un besoin indispensable d’avoir avec lui cette petite technologie. Le temps où les femmes ne mettaient que des robes et vivaient dans un palais. Bien sûr, tu savais très bien que ce n’était pas réellement la joie, à ce moment-là, mais t’aimais bien rêver d’une autre vie, parfois, même si elle était complètement illusoire.
Pas pire que la tienne.
Tu étais sortie pour oublier tout ça, pourtant tout te ramenait à ce moment. Comme si tout avait et allait changer à partir de là. Qu’une autre Isabelle émergerait à la surface. Qu’elle rencontrerait de nouvelles personnes, laissant son passé derrière. Mais ça serait trop simple de tout oublier en un claquement de doigt. Et tu te trouvais à New York, pas dans un petit village du Massachusetts perdu, loin de tout et de tout le monde. Justement ici, tu ne pouvais jamais avoir un moment tranquille. La preuve, tu venais de te cogner à un inconnu, complètement concentrée sur les messages que tu voulais envoyer à ta meilleure amie. Malheureusement, celle-ci devrait attendre. D’autant plus que tu ne pouvais plus la contacter. J'suis… désolé. Et je l’ai déjà dit tu souris doucement, presque amusée, le sentant mal à l’aise, tu ne comprenais pas pourquoi, mais au moins, il était poli, ce qui n’était pas le cas de tous. Et il enchaîna, tel un gentleman, Je peux t’offrir un café ? Ça réparera pas ton téléphone mais si jamais ça peut me faire pardonner ? tu te méfiais tout de même, bien plus depuis le drame survenu à ton travail. Mais en y réfléchissant, tu étais venue ici pour prendre un café, alors pourquoi ne pas en profiter ? Ça n’allait faire de mal à personne. Et puis tu n’avais de compte à rendre à personne, depuis quelques jours. Tu levas tes yeux dans les siens, essayant d’amorcer un léger sourire malgré ta mauvaise humeur, et répondis. Pourquoi pas, j’allais justement m’en prendre un avant de foncer dans un inconnu à l’entrée. Il avait réellement rien à se faire pardonner - du moins, c’est ce que tu pensais - mais il proposait si gentiment que tu ne pouvais pas refuser.
Alors, tu t’engageas dans la file d’attente à côté de lui. Il y avait quelques personnes devant vous, ça prendrait quelques minutes. Pourtant, l’ambiance entre vous deux était plutôt délicate, sans aucune raison, un malaise c’était installé. De sa part, depuis le début. Il s’en voulait sûrement d’avoir provoqué ce petit accident, et de ta part, car tu n’avais vraiment pas prévu de rencontrer quelqu’un aujourd’hui, qui plus est à quelques pas de chez toi. Quelques fois, sans vraiment t’en rendre compte, tu observais autour de toi pour vérifier que personne ne te suivait. T’étais certaine que ce qu’ils avaient dit, ce n’était pas des paroles en l’air. Quelqu’un t’espionnait. Ou t’étais juste parano. Le mec a sûrement dû le remarquer. Tu n’étais pas dans un état normal pour une personne lambda. T’essayais de te calmer un petit peu, croisant tes bras autour de ton ventre. Comme pour te protéger. Sans savoir que le danger était plus près que tu ne le pensais.
Bien plus près.
Et le silence devenait pesant, pourtant, tu n’étais pas en capacité d’engager la discussion. Pas aujourd’hui. Ça ne t’aurait absolument pas dérangé, avant. C’était seulement pas le bon moment.


_________________
some people are too deep. you fall into them and you never stop falling.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t2833-will-i-be-missed-ziggy http://savethequeens.forumactif.com/t2914-ready-for-it-ziggy#103326
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: i'll come back to haunt you | vince    

Revenir en haut Aller en bas
 
i'll come back to haunt you | vince
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» come back and haunt me (archie)
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Davy Back Fight !
» I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou
» Back to Hogwarts...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: rising like a skyscraper-
Sauter vers: