Partagez
 

 (cesar) mais que ma mascarade a fait fuir lentement par sa froideur maussade.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité

avatar



(cesar) mais que ma mascarade a fait fuir lentement par sa froideur maussade. Empty
MessageSujet: (cesar) mais que ma mascarade a fait fuir lentement par sa froideur maussade.   (cesar) mais que ma mascarade a fait fuir lentement par sa froideur maussade. EmptyJeu 8 Nov - 12:07

cesar & maxine / mais que ma mascarade a fait fuir lentement
par sa froideur maussade. /



planque. cachette. action de cacher quelque chose ou même quelqu'un. attendre. observer. patienter jusqu'à ce que l'objet ou la personne tant convoitée vienne à apparaître, comme par enchantement, sous tes yeux fatigués. princesse en rangers qui noie son malaise dans une énième tasse de café. trop longtemps qu't'as l'cul vissé dans l'siège de la bagnole, t'as b'soin d'te dégourdir les jambes. t'as besoin d'prendre l'air, surtout. rester trop longtemps dans un espace aussi restreint, ça t'file la nausée. c'est pas conseillé d'sortir du véhicule mais vu comment vous êtes garés, tu n'dois pas risquer grand chose. t'as déjà calculé toutes les possibilités avant d'prétexter un ravitaillement. et t'attends pas d'réponse, t'attends pas d'réaction avant d'te glisser hors de la voiture. et tu r'montes le col de ta veste, replaces ton écharpe avant d'faire quelques pas dans la direction opposée. t'as b'soin d'marcher maxine, marcher avant d't'effondrer. la clope qu'tu grilles, par la même occasion. comme si la nicotine pouvait t'apaiser. qu'des conneries, probablement. encore une illusion provoquée par un cerveau trop fatigué. toujours est-il que tu savoures cette cancéreuse jusqu'à ce qu'elle te brûle les lippes. l'café dans l'quel tu entres afin d'mener à bien ta mission d'départ. l'thermos que tu fais remplir avant d'en commander deux frais, pour tout d'suite. et l'sourire béat qu't'affiches quand tu d'mandes un macchiato avec de la poudre de cacao sur la mousse de lait chaud. t'as l'air débile maxine, faut qu't'arrêtes. et pourtant, tu n'peux t'empêcher d'y r'penser. à c'soir-là. l'passé revenu te hanter, et la douceur qu'a enveloppé ton myocarde mutilé. tu d'vrais pas maxine. vraiment pas. tu l'sais en plus, c'est p'tre bien ça l'pire. tu l'sais et pourtant, tu t'laisses aller à quelques rêveries superficielle d'un temps révolu. parce que t'es comme ça maxine. un peu trop rêveuse, un peu trop mielleuse, un peu trop idéaliste, un peu trop optimiste. tu dois t'ressaisir avant qu'il ne soit trop tard, avant que tu ne sombres de nouveau dans les abysses des sentiments violents. toi qu'a tendance à aimer trop fort. beaucoup trop vite. l'air trop frais qui t'balaie l'visage alors qu'tu r'trouves l'extérieur du café, thermos dans une poche et les deux boissons chaudes sur leur support. tu t'dis qu't'as l'temps d'fumer une clope de plus. au point où t'en es. c'calme ce soir. y a du passage mais pas assez d'mouvements. pas là où il faudrait tout du moins. pas là où t'attends qu'y en ait. t'es pas débile maxine, t'es p'tre sortie d'puis une dizaine de minutes mais t'as toujours fait en sorte d'avoir un visuel sur la voiture. l'entrée à surveiller est trop loin. c'la dit, t'aurais su si y avait eu quoi qu'ce soit. d'puis l'temps, tu l'connais par cœur, ton coéquipier. d'puis l'temps, l'code est clair et connu sur l'bout des doigts. p'tre pour ça qu'tu t'autorises donc une autre cigarette tout en r'tournant au véhicule. mégot qu't'abandonnes salement sur l'bitume avant d'te glisser d'nouveau sur l'siège passager. café tout chaud. qu't'annonces, sourire qu'ourle tes lippes qui commencent à être maltraitées par l'froid d'novembre qui s'installe doucement. j't'ai manqué ? la question d'merde, histoire d't'en sortir un peu à l'arrache. parce que t'es p'tre bien partie trop longtemps. et au fond, t'sais pas vraiment s'il aurait besoin d'te l'reprocher. quoi qu'il pourrait. esprit complexe qu'est celui de la gent masculine. parce qu'on parle beaucoup de l'indécision des femmes mais on ne s'attarde jamais trop longtemps sur les réflexions des hommes. la psychologie masculine est tout aussi complexe, voire même plus encore. parce qu'ils font genre qu'ils n'comprennent pas, ils font comme s'ils ne réfléchissaient pas. mensonge. j'ai raté quoi ? qu'tu d'mandes en t'débarrassant d'ton écharpe pour t'couler au mieux dans l'siège.
Revenir en haut Aller en bas
 
(cesar) mais que ma mascarade a fait fuir lentement par sa froideur maussade.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Regarde moi, parle moi mais surtout arrête de me fuir ! || Renesmée et Jacob
» Tout le monde sait comment on fait les bébés, mais personne sait comment on fait les papas ♣ Ethan
» L'amour fait naître la jalousie, mais la jalousie fait mourir l'amour... | AMETHYSTE
» [pv Emma + libre] Il fait beau, il fait chaud, mais le vent souffle.
» 06- La maladresse ça fait mal !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: boulevard of broken dreams :: versions #3 et #4 :: RPS-
Sauter vers: