Partagez | 
 

 (mars+bianca) comme ils disent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


/ avatar : charleen w.
/ crédits : bltmr (avatar) + siren charms & vocivus (signature) + peter'pan (gif)
/ autres personnages : la muse brisée.
/ nombre de messages : 401
/ cartes en main : 294

/ âge : 23
/ statut : t'as le coeur qui implose, les artères bouchées par les projets avortés.
/ occupation : les poings sur le ring, les pupilles dans la galaxie.
/ zone du queens : le queens effervescent
/ beau bordel :
tuer le temps.
accuser l'éternité.
condamner l'avenir.



travis (2)marspilar

MessageSujet: (mars+bianca) comme ils disent   Mar 9 Oct - 11:43


☽ ☽ ☽
{ the magic is in you }
w/@mars vega
t’as rencard avec les astres, pas de ceux qu’on observe à la nuit tombée. de ceux qu’on découvre dans un moment de détresse, qui se décident à nous accompagner sur un petit bout de vie. t’as rendez-vous avec ton astre et de toutes les planètes que t’as pu étudier, il reste clairement ta préférée. c’est son prénom qui a commencé à t’intriguer et puis c’est son caractère qui a fini par te passionner. vous êtes pas commodes tous les deux avec vos bourrades de vieux frères et vous attirez les regards quand vous vous baladez. ça vous amuse de vous moquer des opinions et des points de vue outranciers. vous avez passé une partie de votre adolescence à vous suivre, vous engueuler et vous avez presque fini par vous aimer, de cette manière fraternelle qui défie les conventions. l’amitié qui ne s’accorde pas en genre. t’arpentes les rues de ta ville, le quadrillage à l’ambiance changeante. t’admires les coins de rue et les buildings éparses de l’autre côté de queensboro. cet autre monde, cette autre ambiance et t’admires. tu rêves même si t’es bien de ton côté de l’east river. tu t’imagines un instant dans un autre coin qui ne dort jamais. tu croises des gosses au regard rempli d’admiration et t’essaies de te souvenir si tu étais aussi émerveillée en débarquant dans ta ville il y a dix ans. t’étais révoltée, en colère mais t’as du mal à te souvenir des émotions qui t’ont animé à ce moment précis. t’as gardé ton côté chien fou, ta colère latente mais t’es plus tolérante et plus émerveillée aussi face aux merveilles de ta cité d’adoption. t’es reconnaissante de ceux que la vie a pu poser sur ton chemin au gré des détours. tu rêves, tu t’évades et t’oublies tes impératifs.
quand t’arrives dans le quartier, t’es en retard, comme souvent. comme toujours. mais t’as mis de la bonne volonté alors tu n’arrives qu’une trentaine de minutes après l’heure d’arrivée estimée initialement et t’as pris la liberté de t’arrêter pour acheter un bouquet d’oeillets, question d’habitude depuis de nombreuses années. c’était ton truc pour t’excuser de ta présence permanente auprès de sa mère au début et puis c’est devenu un rituel au fil de la décennie écoulée. tu sais même pas si elle sera là mais tu marques ton passage par habitude. t’es à la bourre mais t’as au moins pris le parti d’être polie. t’envoies un message à mars pour le prévenir de ton arrivée imminente. tu prends même la peine de signaler ta présence d’un coup contre la porte avant d’entrer. tout est silencieux alors que tu déposes le bouquet sur la table dans l’entrée, prenant le chemin de l’antre masculine. salut huit centimètres. t’ouvres la porte en te cachant à moitié les yeux dans un geste volontairement moqueur, il a l’habitude de tes conneries et c’est comme ça que vous vous retrouvez, dans vos conneries. par contre j’ai faim, je vais me commander des empanadas, je te prends la même chose ? tu t’émeus pas des discours bateaux, vous avez plus besoin de ça entre vous. surtout que t’as la tronche des mauvais jours, des nuits sans sommeil accumulées et des démons qui s’imposent. il te connait suffisamment pour connaître les questions à éviter dans ce genre de journées. tu t’installes, tu t’étales. tu prends tes aises par habitude sans trop de cérémonies, retire ta veste que tu laisses sur son bureau. j’ai pensé à toi hier, ils passaient un reportage pourri sur la vie de trump et ses ascensions, j’ai trouvé que vous vous ressembliez physiquement et dans les réactions. tu devrais penser à réviser ton arbre généalogique. tu le charries, vous êtes loin d’avoir les mêmes idéologies. t’as grandi dans la haine de l’autre et les autres sous toutes leurs formes ont fini par te passionner, par rejet paternel, au contraire de mars qui ne semble trouver d’intérêt qu’aux muses pleines de jolies courbes en délaissant le reste du genre humain. vous êtes différents mais complémentaires à votre manière.

_________________
- - i don't want to die without any scars
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1847-ivre-d-inconscience http://savethequeens.forumactif.com/t1903-moonlight-drive
 
(mars+bianca) comme ils disent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» les bugnes comme chez le patissier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: ravens in the old oak tree-
Sauter vers: