Partagez | 
 

 running with the wolves - kristina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


/ avatar : bin.
/ crédits : eylika (ava), siren charms & vocivus (sign)
/ autres personnages : eliah
/ nombre de messages : 61
/ cartes en main : 0

/ âge : 20
/ statut : il ne voit qu’elle. il n’y a qu’elle qui marche dans cette rue, qu’elle qui sort de cette boutique avec un sac de courses à la main. elle illumine ses journées, lui redonne goût à la vie. new york devient plus accueillante, plus belle en sa présence
/ occupation : âme dévouée à son art. amour platonique partagé avec la danse. le ballet, les pointes tendues et les entrechats. de la une à la sixième position, il l’aime sous toutes ses formes.
/ zone du queens : dans l’humidité, la moisissure des cartons. on le croise partout et nulle part puis disparait le jour avant de revenir la nuit
/ beau bordel :
rp en cours /

cass / kristina /
joan

MessageSujet: running with the wolves - kristina    Dim 23 Sep - 17:13


( running with the wolves @kristina ainsworth)


Arcade sourcilière pétée tout comme son nez, ça pissait l’sang. C’était répugnant. Le petit prince posa sa main sur son visage. Rapidement, elle se teinta d’un rouge vermeil. Gueule d’ange défigurée. Et l’autre con en face de lui qui hurlait. Son poing serré qui lui avait décollé la figure. Il s’était étalé au sol. Son corps frêle ne pouvait pas lutter contre l’agresseur. Trop baraqué, trop imposant. Il aurait dû fermer sa gueule Ore, arrêter d’jouer les gros durs, d’faire l’malin. Mais c’était plus fort que lui. Il aurait dû partir au lieu d’lui dire qu’il lui pétait les couilles. Qu’sa tête de p’tit fils de l’empêchait d’voir l’autre bout de la rue. Le tout accompagné d’un double doigt d’honneur. Qu’est-ce qu’il pouvait être con des fois Ore.

“Répète encore c’que t’as dit, p’tit con ?”

Son agresseur s’avança vers lui, pour un énième et dernier coup. Ore grogna. Il expulsa un mollard qui vint s’coller aux chaussures crasseuses de l’autre gars. Petit sourire satisfait qui se transforma en grimace de douleur quand l’autre asséna son pied dans ses côtes. Il ne parvint pas à camoufler sa douleur. Le souffle coupé, il gémit en se recroquevillant sur lui-même. Cris aigus stridents. “Pédale” murmura l’autre avant de tourner les talons et de déguerpir. Il laissa sa victime seule, allongée dans son propre sang, la douleur au bord des lèvres. Personne pour venir l’aider. Petite impasse d’une rue peu animée. Pas d’témoins. Il peina à se relever, ses mains posées sur son torse comme pour contenir la douleur. Instinct plutôt inutile puisque tout son corps tremblait, comme si les coups ne s’étaient jamais arrêtés. Le visage ensanglanté, les yeux dilatés de peur, il était méconnaissable. Il pouvait sentir son sang circuler à toute vitesse dans ses veines, taper contre les parois de son épiderme le suppliant de sortir.
Le petit prince était devenu le petit poucet, laissant derrière lui des traces. Gouttelettes écarlates retraçaient son chemin, du fin fond de cette rue à l’orée des quartiers calmes où la verdure prédominait. Il ne croisa personne sur la route, prit soin d’emprunter des chemins sinueux. Fin connaisseur des rues du queens, elles n’avaient plus de secrets pour lui. Il avait rabattu la capuche de son sweat gris - rougi par endroits - pour éviter d’éveiller les regards trop curieux. Il progressait en claudiquant, vision troublée par la souffrance. Une fois au parc, il se nettoya le visage vers un point d’eau peu fréquenté. Il n’y avait plus grand monde à cette heure-ci, vingt et une heures. Seulement quelques dealeurs par-ci, par-là. Rien de bien méchant, du moins pour l’moment. Le liquide rougeâtre continuait de couler de sa plaie à l’arcade mais s’était arrêté au niveau du nez. Il s’allongea sous un arbre en soufflant lentement. Il releva son sweat pour découvrir, non sans une certaine horreur, un hématome violet, presque noir. Il serra les dents, se devait d’encaisser. Y’avait pas l’choix, y’avait pas d’thunes pour se soigner. Alors il gisait, comme mort, sous cet arbre, en attendant que ça passe, que la douleur s’atténue, au moins un peu. Larmes de rage au bord du précipice. Il l’avait bien cherché mais il se détestait pour ça.  
Chevelure de feu qu’il le tira de sa léthargie, il aurait aimé creuser un trou dans le sol pour s’y mettre. Merde…

"non pas toi maintenant…"qu’il siffla entre les dents. peut-être un peu trop fort malheureusement.



( Pando )

_________________
- - c’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1688-le-petit-prince-ore


avatar


/ avatar : Katherine McNamara
/ crédits : loudsilence.
/ autres personnages : peyton.
/ nombre de messages : 786
/ cartes en main : 1392

/ âge : 21
/ statut : En couple avec son enseignante Katheryn, de qui elle est totalement amoureuse, pour la première fois.
/ occupation : Etudiante en littérature depuis plus de deux ans, sans savoir où cela la mènera.
/ zone du queens : Queens vert, chez sa mère, mais plus pour longtemps.
/ beau bordel :
i have died everyday waiting for you, darling don’t be afraid, i have loved you for a thousand years. i love you for a thousand more.


MessageSujet: Re: running with the wolves - kristina    Dim 23 Sep - 19:21

I just want you close
ore & kristina

« I just want you close, where you can stay forever. You can be sure, that it will only get better. You and me together, through the days and nights, I don't worry 'cause, Everything's going to be alright. People keep talking they can say what they like, but all I know is everything's going to be alright. »
Retournée, perdue, bouleversée, inquiète, et à la fois un peu heureuse. C’est le cœur battant, que Kristina marche pour rentrer chez elle. Et si elle ressent au fond de son cœur toutes ces émotions contradictoires, c’est une nouvelle fois à cause de Katheryn. Elle était là, à cette soirée, presque ivre, en train de discuter avec des hommes dont elle n’a absolument rien à faire. Et puis elle est arrivée, dans sa vie pour tout bousculer, une nouvelle fois. S’excusant pour ses paroles de la dernière fois, lui affirmant que, malgré sa peur, c’est avec elle qu’elle souhaite être. Avant de s’envoler, encore, de s’échapper, la laissant elle toute seule dans cette ruelle, devant ce bar dans lequel elle n’avait plus aucune envie de retourner, Kristina. Depuis plusieurs semaines, plusieurs mois, elle a le sentiment que sa vie lui échappe littéralement. Qu’elle perd le contrôle d’absolument tout. Qu’elle ne sait plus qui elle est, ni quelle femme elle souhaite devenir. Elle a le sentiment qu’elle est incapable de prendre une bonne décision, et que, même si elle y parvient, quelque chose ou quelqu’un viendra une nouvelle fois tout détruire sur son chemin. Tout d’abord, il y a une son père, qui l’a abandonné, elle, sa petite fille, du jour au lendemain, sans lui dire adieu. Et puis il y a une ces hommes, ceux dont elle n’a parlé à personne, ceux qui ont abusé d’elle, ceux qui lui ont arraché son innocence. Et maintenant, il y a Katheryn, celle qui bouleverse son cœur autant qu’elle bouleverse sa vie, celle pour qui elle donne tout, celle pour qui elle se remet en question, mais également celle qui lui fait du mal. Alors ce soir, elle a juste besoin de rentrer, de retrouver son lit, d’être seule, au calme. Et surtout, de mettre son cerveau en pause. Mais alors qu’elle marche, traversant ce parc pour aller plus vite, son regard se pose sur un homme, par terre. Un homme qu’elle reconnait immédiatement, puisqu’il s’agit d’Ore. Ore, elle le connait depuis quelques petits mois. Ore, elle l’aime pourtant déjà à l’infini. Ore, il l’a aidé, sans le savoir, à traverser cette douloureuse épreuve, à se remettre de son viol. Mais il ne le sait pas, Ore. Parce qu’elle ne le lui a jamais dit, Kristina. Tout comme le fait qu’à ses yeux, il est son ami le plus précieux. Parce qu’ils se sont particulièrement bien trouvés, l’un l’autre. Seulement, elle le voit là, au sol, blessé, grimaçant de douleur, tenant sa côte comme il le peut. Et lui, visiblement, il n’est pas heureux de le voir pour autant. Ore ! S’exclame-t-elle, avec effroi. Instinctivement, elle a peur pour lui, bien évidemment. Elle a peur parce qu’elle tient à lui comme à sa vie. Parce qu’elle est comme cela, Kristina, elle ne se protège pas elle-même, mais elle protège les gens qu’elle aime. Et peut-être bien que ce soir, il ne faut pas qu’elle reste seule, peut-être bien que ce soir, c’est le destin qui a placé Ore sur son chemin. Qu’est-ce qui s’est passé ?! Elle s’accroupit immédiatement à ses côtés, elle veut être là, pour lui.
 
(c) DΛNDELION

_________________
- - we build it up, we tear it down, we leave our pieces on the ground. we see no end, we don't know how, we are lost and we're falling.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1480-kristina-we-build-it-up-we-tear-it-down http://savethequeens.forumactif.com/t1494-kristina-this-is-my-fight-song#54564


avatar


/ avatar : bin.
/ crédits : eylika (ava), siren charms & vocivus (sign)
/ autres personnages : eliah
/ nombre de messages : 61
/ cartes en main : 0

/ âge : 20
/ statut : il ne voit qu’elle. il n’y a qu’elle qui marche dans cette rue, qu’elle qui sort de cette boutique avec un sac de courses à la main. elle illumine ses journées, lui redonne goût à la vie. new york devient plus accueillante, plus belle en sa présence
/ occupation : âme dévouée à son art. amour platonique partagé avec la danse. le ballet, les pointes tendues et les entrechats. de la une à la sixième position, il l’aime sous toutes ses formes.
/ zone du queens : dans l’humidité, la moisissure des cartons. on le croise partout et nulle part puis disparait le jour avant de revenir la nuit
/ beau bordel :
rp en cours /

cass / kristina /
joan

MessageSujet: Re: running with the wolves - kristina    Dim 30 Sep - 22:31


( running with the wolves @kristina ainsworth)

Inquiétude dans la voix. Comble de l’exaspération. Un râle de douleur s’échappa de sa gorge quand elle accourut à son chevet. Il grinça des dents, incapable d’articuler un mot et notamment de lui dire de dégager. Parce qu’il avait pas envie de la voir ce soir-là. Il voulait souffrir en silence. Il n’avait pas besoin d’une tierce personne pour s’apitoyer sur son sort. Point de non-retour qu’il avait atteint tout seul. Médaille d’or de l’imbécilité de ces derniers jours. Il l’avait cherché et l’avait trouvé de la meilleure des manières : avec un bon vieux poing dans la gueule. Douleur lancinante qui lui déchirait l’intérieur. L’estomac au bord des lèvres laissant un goût âpre dans la bouche. Ore faisait peine à voir. En temps normal, les derniers joggeurs de la nuit le regarderaient bizarrement en s’éloignant rapidement, de peur qu’un véritable chien enragé ne vienne les pourchasser. Mais là il s’agissait de Kristina. C’était fort avec la jolie rousse. Tout de suite, elle lui avait plu, il savait qu’il pouvait lui faire confiance, même s’il ne lui avait jamais parlé de sa vie nocturne. Elle ne connaissait que le petit prince qui bossait dans cette galerie d’art le jour et qui ne donnait que peu de nouvelles la nuit. Elle n’avait aucune idée des bas fonds dans lesquels il évoluait, il survivait. Réflexe protecteur ou simple ligne qu’il ne voulait pas franchir : celle de la vérité, de l’humiliation, de l’échec cuisant d’une vie pleine d’espoir dans le queens. Il s’était fixé une règle, celle de ne jamais rien dire, et il la suivait, coûte que coûte. Il savait qu’un jour ou l’autre elle se douterait de quelque chose. Que le Ore qu’elle connaissait n’était peut-être pas si proche d’elle, que leur relation n’était pas si spéciale que ça. Elle pensera qu’il ne la considérait pas comme une amie, qu’il n’en avait rien à faire d’elle, que tout ça n’était que du vent. Le petit prince détestait cela. Il ne voulait pas la faire souffrir. Mais c’était plus fort que lui. Les secrets qu’ils trainaient derrière lui étaient trop gros pour ne pas qu’elle les voit. Les mensonges éclateraient d’un jour à l’autre. Sans crier gare ils lui exploseraient à la figure, éclaboussant cette douce amitié qu’ils avaient établi ensemble.

Elle était penchée au dessus de lui, les sourcils froncés d’incompréhension mais une douce expression dans le regard. Ore ne chercha même pas à expliquer la situation. C’était trop tôt, beaucoup trop tôt. Et puis, avec un peu de chance, il arriverait à la faire fuir et à lui faire oublier cet incident. Il stabilisa son pouls pour reprendre son souffle. Prenant appui sur l’arbre derrière lui, il tenta de se relever doucement. Il sentit les mains innocentes de la rousse se poser sur abdomen. Hurlement de douleur à en faire saigner les tympans. Sursaut d'effroi de la rousse.

“PUTAIN de merde Kris t’es sérieuse là ?! Casses-toi bordel ! j’me démerde tout seul”

Il beugla ces quelques mots avec toute la rage et la souffrance qui l’animaient. Il cracha l’sang qui, dégoulinant de sa plaie à l'arcade, s'était logée entre ses lèvres. Il manqua de quelques centimètres sa cible. Furie dans son regard, il fulminait le blondinet.
Monstre de la nuit, petit prince devenu prince des enfers, il était méconnaissable sous cet attirail. Il s’éloigna lentement de la rousse et de ses mains dangereuses, trainant son corps à la force de ses bras pour éviter d’aggraver sa situation. Mais il n’allait pas bien loin et ne pouvait pas vraiment échapper à son amie. Il ne pouvait pas déguerpir comme un lâche sans se retourner. Ore ne désirait qu’une chose : qu’elle ne pose pas de questions, qu’elle ne creuse pas trop profond. Elle s’apprêtait à déterrer ses secrets et cela n’annonçait rien de bon.


( Pando )

_________________
- - c’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1688-le-petit-prince-ore


avatar


/ avatar : Katherine McNamara
/ crédits : loudsilence.
/ autres personnages : peyton.
/ nombre de messages : 786
/ cartes en main : 1392

/ âge : 21
/ statut : En couple avec son enseignante Katheryn, de qui elle est totalement amoureuse, pour la première fois.
/ occupation : Etudiante en littérature depuis plus de deux ans, sans savoir où cela la mènera.
/ zone du queens : Queens vert, chez sa mère, mais plus pour longtemps.
/ beau bordel :
i have died everyday waiting for you, darling don’t be afraid, i have loved you for a thousand years. i love you for a thousand more.


MessageSujet: Re: running with the wolves - kristina    Mer 3 Oct - 11:34

I just want you close
ore & kristina

« I just want you close, where you can stay forever. You can be sure, that it will only get better. You and me together, through the days and nights, I don't worry 'cause, Everything's going to be alright. People keep talking they can say what they like, but all I know is everything's going to be alright. »
Elle n’a jamais vu Ore dans un tel état, Kristina. Elle n’a jamais vu son ami, dans un tel état. Parce que c’est bien ce qu’il est, à ses yeux, un ami. Un ami auquel elle tient. Alors évidemment, lorsqu’elle le voit, là, blessé et seul, elle ne peut que se précipiter vers lui. Elle ne peut que se précipiter pour l’aider. La jolie rousse sait bien qu’il en ferait tout autant pour elle dans e cas contraire, pourtant, il la rejette. Il la rejette immédiatement, il la rejette brutalement. Tellement brutalement, qu’elle en sursaute, tellement brutalement qu’elle s’éloigne presque instantanément et sans s’en rendre compte. Et elle ne comprend pas, sur le coup, elle ne comprend pas mais elle pense que quelque chose de très grave a forcément dû lui arriver pour qu’il réagisse de la sorte. Pour qu’il réagisse si violemment, avec elle. Et en réalité, elle se reconnait en lui, Kristina. Parce qu’elle aussi, depuis qu’elle a été violée, depuis qu’elle a subit ce traumatisme, elle est beaucoup plus agressive, elle aussi, elle se braque dès que quoi que ce soit lui fait de nouveau penser à cette nuit-là. Mais imaginer, rien qu’une seule seconde, qu’Ore puisse avoir vécu quelque chose ce soir lui fait froid dans le dos. Elle veut être là pour lui, même s’il ne le veut pas. Elle veut être là pour lui, même si l’espace d’une seconde, elle se demande si elle est vraiment une amie à ses yeux. Mais elle est tenace, Kristina. Et lorsqu’elle tient à quelqu’un, lorsqu’elle aime quelqu’un, elle ne l’abandonne pas. Jamais. Peut-être parce qu’elle a elle-même énormément manqué d’amour tout au long de sa vie. Peut-être parce qu’elle a été abandonnée elle-même. Ore ! Mais qu’est-ce qui te prends ?! Elle se relève à son tour, et elle le voit. Elle le voit essayer de fuir, de la fuir elle, elle qui est sensée être importante pour lui. Et elle ne lui demande même pas de s’expliquer, mais simplement de le laisser l’aider. Kristina voit Ore tenter de s’éloigner, clopinant faiblement, trainant son corps à bout de bras, alors elle le rattrape, sans aucune hésitation. Je ne te demande pas d’explications mais bon sang, laisse-moi t’aider ! Pourquoi est-ce qu’il ne la laisse pas l’aider ? Est-ce par fierté ? Est-ce parce qu’il n’a pas confiance en elle ? Est-ce simplement parce qu’il ne veut pas la voir ? Elle n’en sait rien, Kristina. Mais ce qu’elle sait en revanche, c’est que ce soir, il est incapable de se débrouiller tout seul. Et qu’elle, elle est là. Elle, elle est son amie. Elle est celle vers qui il doit normalement se tourner si il a un problème, si il a besoin de quelque chose, si il a besoin d’aide.
 
(c) DΛNDELION

_________________
- - we build it up, we tear it down, we leave our pieces on the ground. we see no end, we don't know how, we are lost and we're falling.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1480-kristina-we-build-it-up-we-tear-it-down http://savethequeens.forumactif.com/t1494-kristina-this-is-my-fight-song#54564
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: running with the wolves - kristina    

Revenir en haut Aller en bas
 
running with the wolves - kristina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Who is running Haiti for whom?
» Space wolves VS tyranides
» 07. Girls running wild
» Our time is running out [ Silk ].
» Your head is running wild again ∞ 11/02 - 15:17

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: ravens in the old oak tree-
Sauter vers: