Partagez

 

 the demon of a life can not win against two hearts (Jindia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2


Jihane Al Masrí


( play your cards )

/ avatar : dove bae cameron
/ crédits : kaiji.
/ autres personnages : nika. sinon j'suis folle.
/ nombre de messages : 2003
/ cartes en main : 15
the demon of a life can not win against two hearts (Jindia)  - Page 2 Tumblr_inline_poomjxOs8S1vjg4rh_250
/ âge : 22
/ statut : célibataire , le manche de ton homme entre la main gauche. tu maîtrises complètement ta vie surtout à ton volant.
/ occupation : pilote professionnelle de stock-car.
/ zone du queens : la baies du queens avec lyzea.
/ beau bordel :
in progress
teagan lyzea (2) al masri nevaeh (2) peyton(2) lyes india sera atlas (2) ilenzo ✽ #full


the demon of a life can not win against two hearts (Jindia)  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: the demon of a life can not win against two hearts (Jindia)    the demon of a life can not win against two hearts (Jindia)  - Page 2 EmptyJeu 28 Mar - 19:47


India & Jihane.
the demon of a life can not win against two hearts.



La bonne étoile. C’est une croyance en laquelle t’avais plus envie de croire. Pourquoi faire ? Aider la vie à te faire un peu plus mal en croyant à tout cela ? La chance, la bonne étoile. Pas pour toi, car t’as déjà trop subit pour continuer à croire qu’un jour les bras de la vie finiront par te cajoler plutôt que de te détruire à petit feu. Un coup par-là, un coup par ici, peut être bien qu’elle le voit cette conne que tu n’es pas docile, que tu as la peau dur comme le cuir, que tu n’es pas une petite rose dont les épines lui ont été retiré pour protéger les mains des êtres désireux de s’accaparer ton être. Ça pique de te toucher, de te caresser, faut trouver le code secret pour que tu exploses ces piques qui sont là pour protéger ton âme, ton cœur encore plus. Petit bout de chose qui ne cesse de crier à la vie de cesser tout ça, de te laisser respirer, une bonne fois pour toute. « Malheureusement on ne peut pas forcer le destin, donc faut laisser faire la vie … » tu grimaces légèrement en pensant à celle-ci, la vie. La belle garde que tous ne cesse de combattre pour finir par se faire des bleus à l’âme. « Mais je suis sûre que tout ira pour toi ! » T’en doute pas. Punaise, elle aurait bien besoin d’un peu de bien pour elle, elle a subit, elle a combattu aussi, India elle mérite le meilleur, mais comme tout le monde, saura-t-elle saisir ses chances ? Comme tout le monde, t’as loupé des chances de profiter, de jouer ou d’être heureuse. Toutes les mêmes choses, ça doute et ça laisse la vie emporter dans une vague les chances qui se présentaient à vous. Toi princesse, t’as épuisé les chances, t’as le cul entre deux chaises, le dos au pied du mur, t’es coincée la belle. Complétement coincée. Aucun moyen d’échapper au démon, les démons de la vie, les démons que t’aimerais faire cramer le plus vite possible. Mais non. T’as encore l’impression d’entendre la destinée te rire au nez, pas cette fois poupée, cette fois tu ne pourras pas échapper à tes doutes, à tes peines. Tu le savais, tu le savais que trop bien. Et quand une merde arrive, une seconde arrive. Ce n’est pas encore un dicton, mais ça le devrait. Rien que Gabriel qui pointe à nouveau sa tronche, qui vient démolir toute cette confiance que tu as en toi, poupée qui a toujours dit qu’elle était forte, peu flancher, comme quiconque rencontre Satan. Lui. C’est Satan. T’écoute la douce voix d’India. Elle te guide sans doute dans la gueule du loup, mais peut être qu’elle n’est pas loin de la vérité. Ta rancœur à encore entourée ton organe central et tu ne contrôle pas grand-chose quand il s’agit de lui. Celui qui a fait naitre en toi tant de papillon, toi qui t’es laissé aller sous ses yeux, trouvant le toi qui te correspondait. Forte et féminine. Déterminée et redoutable. Magnifique. Une femme parmi tant d’autre qui croyez enfin en elle, loin de sa mère, loin de cette personne qui aurait dû ou pu te guider à devenir la belle blonde que tu es, celle qui ne veut plus avoir peur. Mais la peur elle te fait avancer, alors tu prends, tu prends mais t’as peur justement de retomber pour lui. De ne plus savoir comment respirer à ses côtés, l’entendre serait bien, mais redoutable à la fois, pas vrai. Tu le sais. « Je pensais être bien India … si bien que face à lui j’ai vrillé ! » Que tu lâches. « J’ai hurlé, était détestable, mais il le mérite, tellement. » Tu y repenses à tous ces commentaires sur ton corps, toi qui apprenais à vivre avec ta féminité, ton corps, car tu avais toujours été dans un monde d’homme et que c’était l’un d’eux qui t’avait aidé à t’ouvrir aux mondes femmes, les redoutables femmes, les femmes qui tuent d’un regard, qui charme et qui sont fière de ce qu’elles sont. T’avais appris tout cela dans les bras de Gabriel et il avait foutu un coup de pied dedans pour tout détruire comme un château de carte. T’es peut être conne. Idiote, d’imaginer ce qui t’attends alors que tu pourrais sortir les lèvres étirés sur ton joli visage, peut-être même heureuse de l’avoir fait. Mais t’en doute. Tu le sens moyen ton karma, tes gênes sont sans doute pourris, forcément. Les douleurs que tu imagines à ton bas ventre, tu ne sais plus si tu deviens folle, si tu confonds fantasme d’avoir raison, que ton karma est nul ou bien réalité. Plus de question ? Dur. Elles sont une kyrielle à te tomber dessus sans te laisser prendre de l’air, alors t’es vite en apnée. « Je sais c’est con … je suis conne. Bête de penser au pire, mais c’est plus facile d’être défaitiste, d’appréhender les choix que j’aurais à faire, tout ça. Tu sais je ne pense pas tant que ça à moi dans tout ça … mais à eux. » Ta famille. « Ils ont déjà vécu ça et je ne veux pas être celle qui laissera des larmes encore une fois toucher leur joue … » mais tu le sais qu’elle a raison la India, qu’elle te dit juste ce qu’il faut faire. Foncer, faire les tests, affronter la peur qui te terrasse. « Je sais … je suis désolée. » toujours le même mot : désolée. Tu te sens coupable en sachant qu’elle ait passé par là. « Puis je veux pas parler de moi, mais de toi, ça me fait toujours plaisir ! » c’est la pure vérité. Tu ris à ce qu’elle dit. T’as déjà eu des déclarations, mais pas de mariage en vue et heureusement. « Il avait choisi la robe et tout aussi … » que tu demandais en ajoutant. « Sinon tu t’es marié ou la date n’est pas passé ? » Limite tu ris, mais sait-on jamais elle avait peut-être voulu être gentille et lui en face que ce n’était pas possible. « Ça me fait du bien India de te voir tu sais. » les yeux qui se glissent dans les siens avec un certain plaisir.




 

_________________
† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
the demon of a life can not win against two hearts (Jindia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» le trone du seigneur demon!
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» « It's not a new Life. Just a new Beginning. » [Kira, Rose]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: beautiful dirty rich-
Sauter vers: