Partagez | 
 

 your heart is crumbling (sera)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Mattie Bowens


/ avatar : baby liv.
/ crédits : junkiie
/ autres personnages : nika, tehani, mahe, jihane, kéziah, tazmin, kenan, noam, dakota & harlow.
/ nombre de messages : 1248
/ cartes en main : 135

/ âge : 21
/ statut : petit bébé n'est jamais tombée amoureuse, pas le temps, pas le cran. t'as flirté, couché tout ça pour savoir ce qu'un personnage devait ressentir, pour se mettre dans le bain,comme t'as dis. autant dire que t'as surtout mis un polichinelle dans ton utérus. mais si c'était si simple qu'un bébé.
/ occupation : bébé médicament, tu pensais y échapper un jour. échapper aux médecins. tu pensais être une starlette, tu l'es, tu es l'une des stars d'une série pour jeunes adulte. vivre enfin ta vie. en vrai tout ça n'est qu'un choix, un putain de choix à prendre entre deux êtres et la vie que tu veux mener.
/ zone du queens : le queens vert.
/ beau bordel : sujet en cours

lilian / gabriel / sadie / killan / sera / wicky / jax / soléane / ervyn / teagan

MessageSujet: your heart is crumbling (sera)    Mar 18 Sep - 17:31


Sera & Mattie.
your heart is crumbling.

Flashback
Une âme en peine. Tu glisses sur le bitume. La tête dans les nuages, dans les étoiles, mais clairement  pas à sa place. Tu ne sais plus trop ce que tu dois faire, ni même ce que tu dois penser. Tu sais juste que toute cette situation vient de faire prendre un tournant violent à ta vie. Comme ça, en un claquement de doigt. À chaque pied qui glisse, une larme roule sur ton visage. Tu sens la petite brise qui est de passage, qui t’aide à trouver un soupçon d’air à mettre dans les poumons. Tu ne respires pas beaucoup, t’es là à te remémorer tous les mots, toutes les phrases que tu as du entendre aujourd’hui. Supporter avec bien du mal. Mais tu n’avais pas le choix, tu n’arrivais pas à fuir, tu n’arrivais plus à être toi. Mais qui es-tu ? Encore la même question, sans cesse. Tu ne te connais pas Mattie. Tu ne sais pas vraiment qui tu es, tu es peut être dans un rôle à longueur de temps, sans même t’en rendre compte. Depuis ta naissance, tu as suivis, dis amen à tous les choix qu’on prenait pour toi. Mais tu n’avais pas d’autre choix. Tu étais une gamine et te voilà là, avec le choix. Un choix bien trop complexe, bien trop horrible. Tu ne sais pas ce que tu dois faire. Tu ne sais plus quoi penser, mais à force de pleurer et de penser, tu commences à sentir la douleur endolorir ton esprit. Tu es dans la vague à chercher encore et encore des réponses, mais à quoi bon ? C’est oui ou non. Pas d’autre solution. Mais tu as le choix, pour une fois tu l’as. Tu es libre de faire un putain de choix princesse et tu n’es pas capable de savoir ce que tu veux. Tout quitter ? Sauver ta sœur ? Laisser le bébé ? Tu ne sais plus trop ce qui t’emballe ou non. Devenir maman ? Les responsabilités ? En tout cas tu le sais, mais ta carrière ne sera plus jamais la même.  

T’as fini par glisser jusqu’à chez ta cousine. Sera. Une cousine, une famille, même si dans le fond, tu n’es pas trop sûre que ce soit ta famille. Tu ne sais pas tout, tu ne sais rien de ce que tes parents ont pu faire pour vous éloigner les uns des autres. Tu te souviens juste que ton oncle, ta tante et leur famille ont toujours tenté de t’apaiser, de te donner une enfance, jusqu’à ce qu’ils disparaissent à nouveau à cause de tes parents. T’as atterri chez eux à l’âge de la liberté. Une liberté amère et pas heureuse. Tu ne voulais pas voler, tu ne voulais pas vraiment partir, mais on n’avait plus besoin de toi, donc la porte était ce qui t’attendait. Un mis à la porte digne des  meilleurs parents. Tu vas devenir mère ? Mais tu ne sais pas ce qu’est une mère ? T’en as eu des exemples, mais tu n’es pas sûre de pouvoir en être une, pas en sachant que ta propre mère demande à tuer cet enfant en toi. Tout se bouscule dans ta putain de tête, tout finis par te faite basculer dans une douleur que tu ne peux pas contrôler. T’es arrivée ici, y a des raisons. Sera elle est une sœur pour toi, mais c’est compliqué, car ta sœur tu l’aimes, enfin tu penses. Tu ne sais pas en vrai comment c’est d’aimer, te faudrait des cours sur la vie à toi, te faudrait tout réapprendre et peut être que dans le fond, cet enfant tu pourrais apprendre avec lui, elle ? Peut-être bien. Punaise. Tout est trop complexe, t’as le myocarde qui va te lâcher, tu vas finir au sol et t’envoler au sol avec tout ça. Tu ne vas pas tenir le choc. Pourtant t’as appuyé sur la sonnette réveillant sans doute ta cousine Sera au vu de l’heure que pouvait afficher le cadran de ton téléphone : trois heures du matin. T’as roulé, fait le tour du quartier, tu n’as pas cherché à t’arrêter, car tu ne savais pas ce que tu voulais entendre, ce que tu voulais. Mais là t’es épuisée à bout de souffler et tu as besoin de sentir la chaleur de ses bras pour t’apaiser un peu, totalement. «  C’est moi !  »   Que tu murmures dans l’ haut-parleur en fondant totalement en larme, tu craques et tu ne peux plus rien retenir, la sensation que ton cœur il s’est carrément étalé à tes pieds. Les jambes qui tremblent et toi qui glisse sur le sol.



 

_________________

☽☽  In the end, it’s not the years in your life that count. It’s the life in your years.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sera Cohen


/ avatar : sofia jamora.
/ crédits : dandelion / avatar, pando / icons
/ autres personnages : kestrel.
/ nombre de messages : 1125
/ cartes en main : 25

/ âge : 22
/ statut : papillon de nuit qui refuse de se poser sur une seule fleur, tu explores, tu goûtes et tu recommences, encore et encore.
/ occupation : assistante maquilleuse pour stars, les paillettes et les vips toi c'est le monde auquel tu veux appartenir.
/ zone du queens : le queens effervescent.
/ beau bordel :
you just need to believe in me.
you know, like a fairy.


☽ ☽ ☽

jihane / mattie / india / lyes
shikyké / lauren / teagan (open)

MessageSujet: Re: your heart is crumbling (sera)    Jeu 20 Sep - 13:56


Sera & Mattie.
your heart is crumbling.

flashback
les jours étaient longs mais petit à petit, ils te rapprochaient de la fin de ton cursus, il te fallait encore supporter les mesquineries et l'hypocrisie de tes camarades de classe avant de pouvoir voler de tes propres ailes. c'était tellement cliché quand on y pense, la rivalité dans ton domaine d'études, à vrai dire tu n'y avais pas cru au début, après tout c'était trop facile, mais à peine quelques mois dans tes études et tu avais vite compris que tu ne devrais te fier qu'à toi-même. les places étaient convoitées, et tu n'étais pas la seule à vouloir être au sommet de ta promotion. tu remets en place la lanière de ton sac sur l'épaule, les cheveux au vent et le nez plongé dans ton téléphone portable, tu revois une dernière fois un petit détail d'un de tes cours pratiques avant de t'engouffrer dans les tunnels du métro et de perdre contact avec le monde d'en haut si on pouvait dire. le trajet jusque chez toi est monotone, automatique, tu le fais tous les jours, tu pouvais presque le faire les yeux fermés s'il te prenait l'envie de jouer aux illuminées. quand tu arrives en bas de ton immeuble, tu passes prendre ton courrier, tes yeux clairs qui suit les mots couchés sur papiers, rien de bien intéressant pour l'instant, si ce n'est une facture de téléphone que tu savais déjà allait te faire grimacer, tu avais probablement un peu abusé le mois dernier avec ton forfait. rejetant plusieurs mèches de cheveux par dessus ton épaule, tu prends le chemin de l'ascenseur, fourrant le petit paquet d'enveloppes dans ton sac, ne prenant la peine de sourire que lorsque tu atteins le palier de ton étage, l'impression d'un poids qui se lève de tes épaules quand tu franchis la porte de ton appartement. home sweet home, comme on dit n'est-ce pas ? la soirée qui se déroule sans grand changement par rapport à d'habitude, il faudrait que tu sortes de cette phase de monotonie, tu allais devenir folle à force, tu te sentais presque comme une grand-mère, ou un robot, tes journées se ressemblaient tellement. métro, boulot, dodo. et ainsi de suite. trop plongée dans tes études et tes rêves de réussite pour comprendre que tu avais mis de côté une part de toi, de ta vie que tu aimais. il faudrait que tu y remédies, tu songes en te fixant une petite note dans le coin de ta tête. tu ne sais pas exactement quand les bras de morphée t'ont appelée à eux, mais tu es réveillée en sursaut pas la sonnerie de ton interphone, te tirant de ton sommeil avec une brutalité qui te fait jurer. ton sommeil était précieux, la personne qui avait jugé bon de venir te déranger allait le regretter, un nouveau juron qui glisse entre tes lèvres quand tu vois l'heure affichée par ton réveil. traînant des pieds lentement, tes doigts venant frotter tes yeux endormis afin de chasser le sommeil de tes pupilles, les pensées qui reprennent une forme de sens alors que tu arrives près de l'appareil à l'entrée de ton appartement. une voix féminine qui te parvient avant même que tu puisses dire quoi que ce soit, comme si elle avait senti que tu avais décroché, et la familiarité de celle-ci qui déclenche une série de questions te brûlant les lèvres. « mattie ? » tu souffles, prise de court par les émotions que tu avais pu entendre dans sa voix, les pleurs que tu décelais de l'autre côté de l'interphone. écarquillant les yeux, tu attrapes la première veste qui te tombe sous la main, la passant par dessus la nuisette qui recouvrait ton corps. « ne bouge pas, j'arrive. » tu lances en ouvrant à la volée la porte de ton appartement, clés en main. tu ne te souviens pas avoir descendu aussi vite les escaliers auparavant, mais avec l'inquiétude qui s'insinuait dans ton cœur, tu ne pouvais faire autrement. tu sens ton palpitant se comprimer dans ta cage thoracique quand tu arrives dans le hall, la forme de ta cousine effondrée au sol qui n'aide en rien tes nerfs à se calmer. ouvrant la porte sans perdre une seconde de plus, tu enroules tes bras autour de ses épaules, une main douce que tu glisses dans sa chevelure blonde. « je suis là, mattie. » un simple murmure que tu prononces, comme si tu avais peur qu'elle ne se brise.

 

_________________
     
    a girl who wore passion like a dress made of diamonds and hair made of flames. ☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1626-tease-hard-kiss-harder-sera http://savethequeens.forumactif.com/t1674-relatively-stable-sera


Mattie Bowens


/ avatar : baby liv.
/ crédits : junkiie
/ autres personnages : nika, tehani, mahe, jihane, kéziah, tazmin, kenan, noam, dakota & harlow.
/ nombre de messages : 1248
/ cartes en main : 135

/ âge : 21
/ statut : petit bébé n'est jamais tombée amoureuse, pas le temps, pas le cran. t'as flirté, couché tout ça pour savoir ce qu'un personnage devait ressentir, pour se mettre dans le bain,comme t'as dis. autant dire que t'as surtout mis un polichinelle dans ton utérus. mais si c'était si simple qu'un bébé.
/ occupation : bébé médicament, tu pensais y échapper un jour. échapper aux médecins. tu pensais être une starlette, tu l'es, tu es l'une des stars d'une série pour jeunes adulte. vivre enfin ta vie. en vrai tout ça n'est qu'un choix, un putain de choix à prendre entre deux êtres et la vie que tu veux mener.
/ zone du queens : le queens vert.
/ beau bordel : sujet en cours

lilian / gabriel / sadie / killan / sera / wicky / jax / soléane / ervyn / teagan

MessageSujet: Re: your heart is crumbling (sera)    Dim 7 Oct - 19:27


Sera & Mattie.
your heart is crumbling.

Flashback
Un pantin articulé. Tu es une marionnette. Actrice ? C’était parfait pour toi. Te dicter ta conduite, te dicter tes mots et tu te sentais à nouveau en sécurité. Toute ta vie a été faite ainsi princesse. Mais le cocon vient de se briser, tu dois faire un choix, on vient de te le dire tu as le choix. Mais pas n’importe lequel. Le pire au monde, une question de vie ou de mort. Ce n’est pas rien. Clairement. Tu ne te sens pas assez forte pour affronter cela, mais tu n’as guère le choix. Suivre les mots affreux de ta mère comme si l’enfant comme n’étiez rien, complétement rien. Une liberté nouvelle qui effraie, tu n’as pas toujours eu le droit de choisir, le droit d’être toi, même si ça tu ne sais pas trop ce que ça veut dire. Pinçant tes lèvres, tu le sens ce désespoir qui foudroie ton être. Tes glissades sur l’asphalte t’ont amené à ta cousine. Une famille, tu connais sans connaître. Quand tu allais chez eux, tu voyais ce qu’était une famille, rien à voir avec la tienne, tout pour une, rien pour l’autre. Heureusement que Soléane a été là pour toi, plus d’une fois. Oui heureusement. Elle restait ta sœur puis te voilà à devoir choisir entre l’aider ou alors l’abandonner. Tu n’as pas osé lui parler encore, non incapable de le faire. L’être qui tremble, les mots de ta mère qui se plante dans ton organe central, te laissant à terre. Puis cette rouquine qui est venu à ton secours, qui est venu te sauver. Elle t’a comme ouvert les yeux, aidaient à prendre la fuite, une fuite que tu finis devant chez Sera. Tu ne voyais pas qui d’autre aller appeler à l’aide. Besoin d’air, besoin de laisser l’oxygène  pénétrer dans tes poumons. Tu te sens comprimée. T’as tourné un temps, laps de temps ou t’aurais pu trouver la douceur des bras de ta cousine, mais te fallait savoir ce que tu voulais entendre, ce que tu étais prête à entendre aussi. Mais te voilà prête, surtout sur le bord de la falaise, prête à tomber pour ne plus jamais te relever. Un appel au secours lancé à l’hautparleur pour qu’elle t’entente. Puis, tu te laisses aller, les larmes qui glissent, qui ravage ton doux visage. Le mur de l’immeuble qui te retient, toi qui as la sensation que ton cœur s’échappe, te dit adieu sans aucun préavis. Puis tu l’entends la voix de ta cousine, elle arrive, mais ça te paraît une éternité entre cette phrase et son arrivée. Tu as les yeux si piquant et rougis par les larmes que tu peines à voir concrètement, tout est flou autour de toi, un peu comme dans ton esprit à ce moment précis. Puis tout éclate, ton enfoiré de cœur, toi qui pleurs plus, les bras de ta cousine, t’entoure et tu te sens presque en sécurité. Les yeux qui se ferment dans la pénombre douce et confortable de tes paupières. «   Sera ..  » Que tu lâches dans un murmure, la voix empiétée de douleur. Tes bras qui l’entoure à leur tour, tu tentes de calmer cette avalanche de pleure. Mais c’est compliqué à faire, beaucoup trop. Tu déglutis et finis par prendre du courage en trouvant le regard de ta cousine. Tes opales qui se faufilent dans les siennes, les larmes glissant encore. Tu pourrais laisser croire que la mort a cogné ta vie, mais dans le fond c’est le cas, elle va bientôt frapper et ça sera ta décision, une putain de décision dont tu n’es pas capable de prendre, tu n’as pas les épaules pour porter tant de chose, pas maintenant. «   Je dois …  » Puis trop de pression, tu sens la nausée t’affubler dans la seconde. Fermant les yeux pour te recentrer, tu finis par y arriver. «   Je suis enceinte …  » Et si seulement c’était si simple, mais c’est bien plus compliqué qu’une simple grossesse. Tellement plus. Le savait-elle pour Soléane qui était de nouveau dans une rechute ? Tu n’en sais rien. «   Sol …  » tu paniques à l’idée de perdre ta sœur, tu paniques aussi à l’idée de devoir sacrifier à nouveau ta vie, devoir répondre à des attentes si douloureuses, que tu en gardes quelques cicatrices à force d’être devenu le remède aux mots de ta grande sœur.



 

_________________

☽☽  In the end, it’s not the years in your life that count. It’s the life in your years.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sera Cohen


/ avatar : sofia jamora.
/ crédits : dandelion / avatar, pando / icons
/ autres personnages : kestrel.
/ nombre de messages : 1125
/ cartes en main : 25

/ âge : 22
/ statut : papillon de nuit qui refuse de se poser sur une seule fleur, tu explores, tu goûtes et tu recommences, encore et encore.
/ occupation : assistante maquilleuse pour stars, les paillettes et les vips toi c'est le monde auquel tu veux appartenir.
/ zone du queens : le queens effervescent.
/ beau bordel :
you just need to believe in me.
you know, like a fairy.


☽ ☽ ☽

jihane / mattie / india / lyes
shikyké / lauren / teagan (open)

MessageSujet: Re: your heart is crumbling (sera)    Mar 6 Nov - 15:25


Sera & Mattie.
your heart is crumbling.

flashback
juste l'envie d'avoir une soirée à toi, tranquille, loin des soucis de devoirs, des coups bas futiles de tes camarades pour être à la tête du groupe. la soirée qui suit son cours sans grandes surprises, tu as la vague impression de t'être oubliée en te plongeant corps et âme dans tes études. il faudrait que tu te prennes une soirée, pour te mettre dans ta bulle et te retrouver. être à nouveau la sera que tous tes proches connaissait, pas ce pantin articulé qui ne fait qu'aller de ton appartement à ton école, et inversement. le sommeil qui t'appelle à lui finalement, tu ne sais pas quand exactement, était-il vraiment si tard que cela ? ou bien tu avais décroché alors qu'il était à peine vingt heures ? tu sais pas, sera. et ton sommeil si précieux, les rêves incohérents dont tu ne te souviendras pas au réveil, tout ça t'est arraché quand ton interphone se met à sonner. t'es perdue, tu mets un moment avant de retrouver tes repères, des insultes aux bords de tes lèvres alors que tu traînes des pieds pour arriver jusqu'à ta porte, l'envie d'envoyer bouler la personne qui avait oser te réveiller à une heure pareille. il était où le respect pour le sommeil des autres ? pourtant tes envies de meurtres, elles disparaissent vite quand tu reconnais la voix de ta cousine à l'autre bout de l'appareil, tu sens sa détresse sans même la voir. mattie, ta précieuse cousine. les minutes qui semblent interminable alors que tu te précipites dehors, dérapant sur le sol par la même occasion mais l'inquiétude est trop forte, elle te gagne de plus en plus. tu ne comprenais pas ce qu'elle faisait dehors à cette heure, ce qui avait pu la mettre dans un tel état, t'avais le cœur qui cognait ta cage thoracique si fort que ça te faisait mal. tu sens ton palpitant sombrer quand tu aperçois la silhouette frêle de la jeune femme, par terre et solitaire. tes bras qui s'enroulent autour de ses épaules, tu la ramènes à toi comme pour lui transmettre ta chaleur, les mots rassurants qui glissent entres tes lèvres, ta voix tremble un peu aussi. tu as mal pour elle sans savoir ce qu'il lui arrivait. mattie, c'était ton petit rayon de soleil, elle était ta cousine, ta famille. tu n'aimais pas voir les personnes que tu aimais souffrir. « je suis là. » tu murmures à nouveau quand elle prononce ton prénom, elle s'accroche à toi, les larmes coulant le long de ses joues blanches, son visage n'avait plus aucune couleur, si ce n'était le rouge de ses yeux à cause de ses pleurs déchirants. ta main qui continue ses mouvements, cherchant à calmer ses pleurs avec des caresses affectueuses, tes doigts glissant dans ses mèches blondes, gestes que tu avais souvent fait par le passé. tu ne la retiens pas quand ta cousine se recule, que tes yeux clairs percute son regard troublé, tu l'encourages d'un léger sourire quand elle essaye de reprendre la parole, voix tremblante coupée par ses sanglots. une main que tu glisses sur son visage, cherchant à enlever les traces de son chagrin, il semblait si puissant. les mots qui s'échappent de sa bouche, tes yeux qui s’écarquillent de surprise alors que tu essayes d'assimiler ce qu'elle venait de te dire. mattie... enceinte ? « oh mon dieu... » tu murmures, tes mains venant prendre le visage de la jeune femme avec douceur, gestes doux pour ne pas la brusquer. « ça va aller, mattie » tu murmures à nouveau, la prenant une fois de plus dans tes bras. tu l'entends dire le prénom de sa sœur, et tu resserres ton étreinte. ce n'était pas le moment de penser à soléane, même si elle était dans vos esprits, mais à elle. « viens à l'appartement, tu vas attraper froid. » tu attrapes ses mains, te levant pour l'encourager à te suivre. au chaud chez toi, vous pourrez parler plus calmement de la tempête que ta cousine venait d'annoncer. t'étais choquée, c'était le moins que l'on puisse dire. tu ne t'attendais pas à ça, dans quelle histoire mattie s'était-elle fourrée ?

 

_________________
     
    a girl who wore passion like a dress made of diamonds and hair made of flames. ☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1626-tease-hard-kiss-harder-sera http://savethequeens.forumactif.com/t1674-relatively-stable-sera


Mattie Bowens


/ avatar : baby liv.
/ crédits : junkiie
/ autres personnages : nika, tehani, mahe, jihane, kéziah, tazmin, kenan, noam, dakota & harlow.
/ nombre de messages : 1248
/ cartes en main : 135

/ âge : 21
/ statut : petit bébé n'est jamais tombée amoureuse, pas le temps, pas le cran. t'as flirté, couché tout ça pour savoir ce qu'un personnage devait ressentir, pour se mettre dans le bain,comme t'as dis. autant dire que t'as surtout mis un polichinelle dans ton utérus. mais si c'était si simple qu'un bébé.
/ occupation : bébé médicament, tu pensais y échapper un jour. échapper aux médecins. tu pensais être une starlette, tu l'es, tu es l'une des stars d'une série pour jeunes adulte. vivre enfin ta vie. en vrai tout ça n'est qu'un choix, un putain de choix à prendre entre deux êtres et la vie que tu veux mener.
/ zone du queens : le queens vert.
/ beau bordel : sujet en cours

lilian / gabriel / sadie / killan / sera / wicky / jax / soléane / ervyn / teagan

MessageSujet: Re: your heart is crumbling (sera)    Mer 28 Nov - 16:30


Sera & Mattie.
your heart is crumbling.

flashback
Cette voix réconfortante, celle de ta cousine, te fait l’effet d’une bombe, le cœur qui ne cesse de palpiter. Le palpitant lancer au galop et toi ne parvenant à ne plus rien contrôler. Mais depuis quand petite princesse que tu es, as été capable de contrôler le moindre fait de sa vie ? Pratiquement jamais et quand tu oses le faire, tu finis toujours déçue, peu d’essai et pourtant des échecs. Lilian ? Cette grossesse ? Bref, tu ferais mieux de ne pas penser à ça, façon tu ne le peux pas, bien trop ancré dans le fait que tu dois aider ta sœur ou la sacrifier, sauver cet enfant ou le sacrifier. Un choix complexe, un choix que d’autre ont déjà pris pour toi. Comme ta mère. Vire moi ça de là. Vire le gosse de là en plus clair. Autant dire que tu ne sais pas trop quoi faire et que c’est la première fois qu’obéir bien docilement à ta mère te donne autant envie de mourir, de partir, de ne plus subir tout cela. Mais dans le fond, tu penses à ta sœur et au fait de la perdre, ça serait comme perdre un bout de ton cœur et ce n’est pas possible de vivre sans un bout de celui-ci, alors de vivre sans elle. Tu n’es pas prête à faire un choix, pas prête à ça, tu voudrais qu’on te réveille de se mauvais rêve et peut être bien que Sera sera le faire. Tu es à bout, tu es dans un gouffre infini de non réponse, des questions au bout des lèvres et personne ne pouvait répondre à ces dernières sans toi. Tu lances quelques mots à ta cousine qui te prend contre elle, tu essayes de ne pas pleurer plus, mais c’est clairement pas une chose simple, tu ne parviens pas à calmer les larmes, tu ne réussis pas à t’apaiser toi-même, mais comment le faire, quand c’est une question de vie ou de mort ? Te mettre au chaud, une bonne idée, tu gelées à tourner en rond dans les rues du Queens pour espérer trouver des signes qui te donneront bien assez pour avoir une réponse. Mais rien. Strictement rien. Pinçant tes lèvres, tu te lèves, le cœur tellement lourd que tu as l’impression d’être énorme, d’avoir des kilos sur toi que tu n’avais jamais dû supporter Tu suis Sera chez elle, silencieusement, du mal à mettre un pied devant l’autre. « Comment tout pourrait aller, hein ? » Que tu demandes alors que vous venez de franchir le seuil de l’appartement de ta cousine. La chaleur te frappe directement, tu es complétement gelée, grelotante à cause du froid, mais aussi des émotions. Bien trop à supporter pour toi petit être sans défense. Tu es paumée, dans le désarroi le plus complet, ne sachant clairement pas ce que tu pourrais faire pour trouver la solution, celle qui t’irait, car la première et la seconde te déçoivent toutes deux, alors tu fais quoi ? « Je dois choisir … je ne peux pas … » Tes opales qui se plongent dans celle de ta cousine, tu tentes de rester debout, mais c’est un effort inhumain pour toi. La tête qui tourne, les crises de larme qui t’ont épuisé et vidé intérieurement, tu n’as plus de force en toi pour réussir à tenir debout. Pourtant tu l’es, même si tu as l’impression que le monde s’écroule sur toi et que tu finis enterrée vivante à cet instant. « Je ne peux pas la perdre … Sol est encore malade …. » Les lames glissent sur tes joues roulant jusqu’à tes lèvres écorchés à sang par le froid, tes dents qui viennent les charcutés depuis quelques heures. On a eu raison d’elles. « Je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas … » Tu tentes de ne pas laisser tes lèvres trembler, que Sera te comprenne, qu’elle comprenne tout. Tu ne sais pas si elle savait pour Soléane, tu ne sais pas, ça se trouve tu viens de lui apprendre comme ça « Je ne peux pas l’aider si j’ai cet enfant … » Que tu lâches, complétement vidé, les émotions, tout est trop complexe et bien trop chargé en émotion pour que tu parviennes à tenir debout, les jambes qui tremblent, le poids de ton corps qui leur font accuser le coup, tu finis sur les genoux, complétement au sol. Tu lâches les larmes, des larmes que tu as encore malgré avoir tant pleuré durant cette journée. Quand cette situation prendra fin ?

 

_________________

☽☽  In the end, it’s not the years in your life that count. It’s the life in your years.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sera Cohen


/ avatar : sofia jamora.
/ crédits : dandelion / avatar, pando / icons
/ autres personnages : kestrel.
/ nombre de messages : 1125
/ cartes en main : 25

/ âge : 22
/ statut : papillon de nuit qui refuse de se poser sur une seule fleur, tu explores, tu goûtes et tu recommences, encore et encore.
/ occupation : assistante maquilleuse pour stars, les paillettes et les vips toi c'est le monde auquel tu veux appartenir.
/ zone du queens : le queens effervescent.
/ beau bordel :
you just need to believe in me.
you know, like a fairy.


☽ ☽ ☽

jihane / mattie / india / lyes
shikyké / lauren / teagan (open)

MessageSujet: Re: your heart is crumbling (sera)    Dim 16 Déc - 1:27


Sera & Mattie.
your heart is crumbling.

flashback
tu ne savais pas quoi penser de la situation, c'était tellement inattendu. comment aurais-tu pu penser il y a encore quelques heures que mattie débarquerait ainsi au pied de ton immeuble, en larmes et complètement perdue ? tu ne comprenais pas comment elle avait pu se retrouver dans une telle situation, surtout avec la façon dont ton oncle et ta tante étaient autant sur son dos pour qu'elle soit la parfaite petite fille qui pourra sauver ton autre cousine, mattie elle devait obéir, mattie elle devait servir pour soigner sa sœur. alors apprendre que mattie attendait à présent un bébé ? c'était une surprise de taille, tu ne savais pas si ses parents étaient au courant, tu espérais que son état n'avait rien à voir avec une quelconque action de leur part contre elle, s'ils avaient osé la foutre à la porte comme ça... tu ne répondais plus de rien. tu avais essayé longtemps de ne rien dire, de ne rien faire par rapport à leur attitude envers mattie, mais là ce serait trop. la question de la jeune femme qui te rend silencieuse, parce que tu sais pas quoi lui dire sera, t'avais juste voulu la rassurer, tu ne pouvais rien faire d'autre que lui murmurer des paroles de réconfort, de vouloir calmer ses pleurs, de lui prêter ton épaule pour qu'elle s'y appuie. « il y a toujours une lumière au bout du tunnel mattie, même quand on est persuadée qu'on va sombrer. » tu lui réponds en lui jetant un coup d'oeil par dessus ton épaule, l'amenant dans ton petit salon, espérant que la chaleur de la pièce lui fera du bien, elle était glaciale. combien de temps avait-elle passée dehors avant de pouvoir arriver jusque chez toi ? tu avais peur de le savoir. les mots que tu prononces te laissent un goût bizarre sur la langue, t'as pas l'habitude de sortir des propos comme ça, non d'ordinaire tu n'es pas aussi sérieuse, mais là il fallait que tu la calmes, que tu lui fasses comprendre que oui tout irait bien, il fallait que tu le crois aussi. t'as mal sera, la peine qui vient attaquer ton cœur alors que tu vois ce petite bout de femme blessée, par ce qui lui arrivait, par la vie, par son passé et son futur. ta tante avait déjà tracé l'avenir de mattie depuis le début, une grossesse c'était presque comme une trahison, du moins pour elle. quand les mots quittent les lèvres abîmées de ta cousine, tu te retiens de soupirer, tu n'avais jamais caché ton dégoût envers le rôle de mattie dans la famille, tu avais beau aimé de tout ton cœur soléane, elle était ta famille aussi et que ce n'était pas sa faute si elle était malade, mais mattie souffrait. elle souffrait bien plus que vous autres, tu sens les larmes te monter aux yeux en voyant celles de ta cousine, tes doigts que tu viens passer sur ses joues pour chasser les traces qu'elles laissent sur leur passage. « mattie, il faut que tu respires. » tu murmures, des douces caresses que tu lui adresses dans l'espoir de la calmer, tu veux qu'elle te regarde. tu comprenais que mattie soit déboussolée, qu'elle se sente perdue et fautive, qu'elle ait peur pour sa sœur, mais il s'agissait de la jeune femme que tu avais en face de toi là, pas de soléane. tu voulais que mattie pendant à elle, et non à sa sœur. pour une fois. quand ta cousine s’effondre à nouveau, tu la laisses faire, tu ne pouvais la retenir et la forcer, il fallait que tu attendes,  elle devait laisser tout sortir, au final c'est ce qu'il y avait de mieux. « mattie, regarde-moi. » tu souffles du bout des lèvres, te mettant à sa hauteur, juste en face d'elle alors que tu attrapes ses mains tremblantes dans les tiennes. tu étais douce, comme tu ne l'avais jamais été jusqu'à maintenant, tu n'avais pas envie de la brusquer. « je sais que tu aimes soléane, que tu tiens à elle. » tu commences, faisant preuve de prudence dans tes mots. « mais il s'agit de toi, mattie. » comment lui faire comprendre alors que toute sa vie, on lui a donné le rôle de médicament pour sa sœur ? « je sais que la situation est compliquée mais, ne pense pas à ce que ce bébé peut représenter pour soléane, mais pense à toi. juste toi. » c'était plus facile à faire, tu avais peur qu'elle ne se braque.

 

_________________
     
    a girl who wore passion like a dress made of diamonds and hair made of flames. ☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1626-tease-hard-kiss-harder-sera http://savethequeens.forumactif.com/t1674-relatively-stable-sera


Mattie Bowens


/ avatar : baby liv.
/ crédits : junkiie
/ autres personnages : nika, tehani, mahe, jihane, kéziah, tazmin, kenan, noam, dakota & harlow.
/ nombre de messages : 1248
/ cartes en main : 135

/ âge : 21
/ statut : petit bébé n'est jamais tombée amoureuse, pas le temps, pas le cran. t'as flirté, couché tout ça pour savoir ce qu'un personnage devait ressentir, pour se mettre dans le bain,comme t'as dis. autant dire que t'as surtout mis un polichinelle dans ton utérus. mais si c'était si simple qu'un bébé.
/ occupation : bébé médicament, tu pensais y échapper un jour. échapper aux médecins. tu pensais être une starlette, tu l'es, tu es l'une des stars d'une série pour jeunes adulte. vivre enfin ta vie. en vrai tout ça n'est qu'un choix, un putain de choix à prendre entre deux êtres et la vie que tu veux mener.
/ zone du queens : le queens vert.
/ beau bordel : sujet en cours

lilian / gabriel / sadie / killan / sera / wicky / jax / soléane / ervyn / teagan

MessageSujet: Re: your heart is crumbling (sera)    Dim 30 Déc - 18:16


Sera & Mattie.
your heart is crumbling.

flashback
Tu ne crois plus en rien, tu n’es plus sûre de grand-chose. Tu as l’impression d’être la pire des personnes au monde. On te console toi, alors que c’est Sol qui est malade. Tu te sens pourtant plus en sécurité dans les bras de Sera que dehors à tourner en rond dehors à laisser les larmes ruisselet sur tes joues devenant rougis et irrité avec le froid et le sel de tes lames. Comment les choses pourraient aller mieux ? Tu n’arrives pas à croire aux mots de ta cousine, car tu ne vois pas les choses ainsi, il est impossible qu’il y ait du bon dans toute cette merde. « Mais là y aura de la lumière pour elle ou pour moi … pas pour les deux. [/b]» [/color] Tu n’arrives pas à faire partir les mots de ta chère mère loin de toi, le fait qu’elle t’a déjà demandé de faire un avortement, alors que te venais dans la seconde d’apprendre ta grossesse, mais tu le sais, personne ne changera ton monde, le monde tournant autour de Sol. Ça te gêne pas, punaise ta sœur tu l’aimes et autant dire que tu n’as pas envie de la perdre. Comment tu es censée être sereine, de pas perdre la foi, alors que tu es dans un tel dilemme que tu sens que dans les deux cas, tu ne seras pas gagnante, tu te sentiras coupable, tout bonnement mal et horrible. Tu essayes de te calmer, de te concentrer sur la voix de Sera, mais tu ne cesses de jouer de tes bras, pour tenter, de ne pas craquer à nouveau. Mais c’est compliqué de ne pas lâcher toute cette colère mélangé à la peur que tu ressens. Tu sens les bras de la belle autour de toi, pendant un temps, tu essayes de t’en contenter, et autant dire que les bras de ta cousine ont souvent été source de douceur tel un nuage de douceur. Respire, une bouffée d’air après l’autre, grosse, petite, puis moyenne, puis ça ira mieux. Tu fermes les yeux, tentant vraiment de reprendre un certain contrôle complexe à retrouver. Tu pourrais finir par haïr ta sœur, tu l’as déjà jalousé, plus jeune, quand tu ne savais pas si elle aussi était la fautive du comportement de tes parents. Mais tu l’as su après, elle était aussi innocente que toi, elle était là, quand il fallait l’être pour toi, la seule dans ta famille, sans compter la famille proche, mais qui ne vivait pas dans votre maison. Perdre Sol serait perdre une moitié de toi, le soutien que tu avais eu dans cette triste maison où tu n’étais qu’un objet, où tu n’avais rien à dire sauf acquiescer les demandes. Que tu sois ou non d’accord avec le fond, tu n’avais rien à dire. Ils t’avaient donné la vie pour une raison et pas milles. Juste le fait de donner ta vie et te donner corps et âme à la vie de Sol. Oubliant que toi tu pouvais vivre, alors cette grossesse et sans doute ta pire erreur. La voix de Sera te berce, tu laisses ses mots te calmer, tu essayes vraiment d’y croire, de croire que ce n’est pas normal que tu te sentes en trop dans ta propre vie. « Maman m’a dit … [/b]» [/color] Tu peines à finir ta phrase. « De le tuer, de m’en débarrasser … [/b]» [/color] Le cœur béant, il doit saigner plus fort que d’habitude, cet organe. Forcément. « Je ne sais pas quoi faire … et si j’étais mauvaise mère, si j’étais qu’une conne de sacrifier ma sœur pour lui ? [/b]» [/color] tu le regardes ton ventre, il n’a pas changé en apparence mais ce con détient la vie, du moins ton utérus. « Quoi que je fasses, j’ai la vie de ma sœur et de ce bébé dans mes mains … [/b]» [/color] Tu pinces tes lèvres. « En plus j’ai couché, juste pour savoir ce que c’était pour le vivre … [/b]» [/color] Tu hausses les épaules. « c’était bien pour mon rôle … [/b]» [/color] Tu renifles. « J’aurais voulu que ce soit Lilian … pourquoi je ne compte pour personne ? [/b]» [/color] tout se mélange, tu vas finir par perdre les pédales.
 

_________________

☽☽  In the end, it’s not the years in your life that count. It’s the life in your years.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: your heart is crumbling (sera)    

Revenir en haut Aller en bas
 
your heart is crumbling (sera)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FLASH - Aristide sera de retour le 17 Mars 2011
» The way of the heart.
» SWTOR sera telechargeable digitalement que sur EA Origin.
» Demain sera toujours un autre jour.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: made of starlight-
Sauter vers: