Partagez | 
 

 Lost on you... ❁ cosemy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


avatar


/ avatar : ella purnell
/ crédits : dandelion(av) - astra (sign) -margotofrph/faust & bonnie (gif-ics) - lewis capaldi (lyrics)
/ autres personnages : nevaeh la poupée rebelle (m.nery) & atlas le pilote déchu (j.morgan)
/ nombre de messages : 256
/ cartes en main : 743

/ âge : 24
/ statut : amoureuse de l'amour. à la recherche du prince charmant. les déceptions n'ont pas étouffées ton espoir de vivre une belle histoire. surement un peu trop rêveuse.
/ occupation : actionnaire d'hamilton coorporation, et la fière propriétaire d'une galerie d'art.
/ zone du queens : queens contemporain, là ou tu puisse ton inspiration. l'essence de la beauté.
/ beau bordel :
« You were mine just yesterday »

mahe cosimo (2) nika rose alexis gabriel

in comming ://
finish :cosimo



MessageSujet: Lost on you... ❁ cosemy   Sam 1 Sep - 12:37


≈ ≈ ≈
{ Lost on you  }
crédit/ tumblr ✰ w/@cosimo saint

Douce mélodie de la vie qui suis son court, de la routine. Le fond de ton thé que tu vides dans l’évier de la cuisine à penser à la journée que tu t’apprête à vivre. Une de plus ou la fatalité inévitable que le train du temps n’attend pas. On a qu’une vie et malgré cela ce n’est pas une réalité qui t’effraie. Non, tu es plutôt à vouloir en savourer chaque seconde pas comme si c’était la dernière mais comme si elle était plus belle les unes que les autres. Tu tentes de laisser de côté tes soucis, les problèmes qui te rattrapes mais qui te semble minime. Il y a toujours pire ailleurs et tu croyais en toi pour trouver une solution. Tu en avais une mais faudrait-il encore qu’il te parle. Tu ne veux pas t’y attarder. Pas pour le moment. Tu déposes ta tasse sur le côté et tu te laisses emplir d’une certaine légèreté en nourrissant Mr Chat. Le sourire de bien être qui reflète ton amour de la vie et des gens. Tu prends le temps, ton temps, pour profiter de chaque petit détail de l’instant. Eprit léger tu laisses le nue de tes pieds s’attarder sur le parquet du loft. Ce loft. Une certaine réserve à l’appeler ton chez toi alors que tu avais posé valise il y a quelques mois déjà. Fruit du hasard au gré d’une petite annonce qui sortait de l’ordinaire. L’annonce qui plus tard aller chamboulait ta petite vie mais tu n’en savais rien quand tu avais accepté de t’y installer. La beauté et le charme du lieu avait suffi à éluder le coloc au abonné absent et la petite boule de poil dont il fallait s’occuper. Tu attendais surement cette fameuse rencontre avec le soldat surement une impatience immiscé en toi au gré des récits de sa sœur à son égard. La semaine prochaine qu’elle t’avait dit alors que la crainte de lui déplaire c’était installer. Après tout tu te sentais comme l’étrangère qui avait envahi son havre de paix. Son souffle, sa respiration. Son moment de pause dans le KO dont il avait surement l’habitude. Après tout, tu restais personne pour lui. Une inconnue. T’accrochant au dire de celle qui t’avais tendu les clefs avec excitation. Tu glisses la double porte de la salle d’eau tout aussi artistique que le reste du lieu de vie pour aller te perdre sous le liquide de vie. L’eau qui coule sur ton corps dénudée pour y nettoyer jusqu’à toutes ces pensées qui s’entremêlaient dans ta tête. Tu te perds sous la pureté de l’instant. Tu admire le balai de l’eau qui s’écrase à tes pieds avec autant de curiosité que le reste. Tu laisses la notion du temps s’envoler perdue dans ta bulle. Dans ton monde. Une solitude pleine de nostalgie qui t’envahie dans laquelle tu y vois une beauté. Beauté que tu es la seule à voir. Toujours attirer par même le plus triste des sentiments tant que cela te permettais de ressentir. Amoureuse de la vie, du petit rien. Du petit tout de l’existence. Dédales de tes pensées dans cette atmosphère confinée de vapeur d’eau. T’es loin, trop loin surement. Tu n’entends pas. Tu n’entends rien que ton souffle qui fend l’air pour surplombé l’écoulement irrégulier de la douche. Un voyage en dehors de la réalité qui revient à toi par le dring, dring de la sonnerie. Comme un rêve que tu crois alors que la machine se répète. Impatience que tu perçois dans cet éclat qui te semble à être à des années-lumière. Arrachée à tes rêveries par une surprise qui te secoues. Question qui s’entrechoque au portillon alors que tu n’attends personne. Reprise du petit bruit tel un mécanisme incessant. Tu te laisses brusquer par l’eau dont tu arrêtes l’écoulement. Par le doux de la serviette dans laquelle tu t’enroules à la hâte pour t’élancer dans le loft. Un pas après l’autre que tu alignes en faisant attention de ne pas tomber alors que tu aperçois tu coin de tes yeux le chat se cacher sous l’imposant sofa. Ce chemin qui te semble interminable alors que tu finis par tourner la clef dans la serrure en omettant de plonger ton regard dans le judas. Tu aurais pu tomber sur un tueur que tu n’aurais pu t’y préparer. Le choc de tes douces prunelles qui se pose sur lui alors que tu ouvres la porte. Visage qui se décompose et voix qui semble s’être envolé. « Je… vous… oui ?! » Balbutiement incompréhensible alors que l’évidence que se soit un voisin qui se soit tromper c’était envolé à la minute ou tu avais croisé son regard. C’était lui tu le savais, tu le sentais. T’en oublias presque ta tenue alors que tu l’attendais que dans une semaine. Une chose était certaine c’était que tu ne comprenais pas ce qu’il t’arrivait.

_________________


...I felt for you...
But hit the ground☽'cause every night since you cut and run, I feel like the only one who's ever been the lonely one, Trying to mend a heart that keeps breaking...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1543-supermarket-flowers-emy#56639 http://savethequeens.forumactif.com/t1577-desillusion-emy#57897


avatar


/ avatar : daniel bederov
/ crédits : VOCIVUS (ava)
/ autres personnages : nana s.
/ nombre de messages : 97
/ cartes en main : 325

/ âge : 27
/ statut : Libre. T'es l'homme qui les chérit sans pour autant t'attacher. T'as rien à leur offrir à part de l'angoisse et des départs difficiles.
/ occupation : us army/démineur, special forces. Tu combats pendant des mois sous la bannière bleue, rouge et blanche aux étoiles et bandes.
/ zone du queens : queens contemporain, t'as besoin d'une ambiance artistique pour te changer les idées.
/ beau bordel : La planète tourne à l'envers, ça m'fait peur,
Voyez vous les flammes de l'enfer frères et sœurs
Ne lui vendez pas vos âmes
.

MessageSujet: Re: Lost on you... ❁ cosemy   Dim 2 Sep - 16:45


≈ ≈ ≈
{ Lost on you  }
crédit/ tumblr ✰ w/@emeraude hamilton

retour aux sources. drôle de sensation. Un état d'esprit même contradictoire. Difficile à dire ou à définir, à chaque retour, t'étais toujours divisé. Une bonne chose ? Une mauvaise chose ? Les deux. Bonne, tu venais te reposer. Tu revoyais ta famille, tu t'éloignais de l'enfer. Mais l'enfer, c'était aussi chez toi, dans le queens, dans ton appartement, dans ta chambre, dans ton lit. Mais c'était surtout dans ton sommeil. En mission, chose étrange, tes cauchemars ensommeillés disparaissaient. Sans doute parce que tu vivais réellement ces cauchemars. Tu marchais en plein dedans. Contrairement à ces cauchemars, l'issu était fatale. Enfin, tu disais cela mais tes cauchemars pouvaient t'être fatales aussi. Soit disant ta famille. Toi, t'avais plus d'opinion là-dessus. Plus l'envie de mettre des mots dessus. Tu préfères taire tout cela plutôt que te révéler. Parce que mettre des mots dessus, en parler, cela rendait les choses réellement réelles. T'étais dans un cercle sans fin. T'en avais conscience mais tu cherchais pas à t'en sortir. Tu pouvais pas. Si fort tu pouvais être sur d'autres choses, mentalement ou physiquement, cela, cette chose, dépassait toutes tes forces. Et jamais, d'après toi, ta fissure sera réparée. Pas de pansement sur ta blessure, pas de scotch sur ta déchirure, pas de plâtre sur le trou dans ton cœur et sur ton échine. T'étais bousillé et malgré cela, tu faisais semblant. Tu souriais, tu répondais que t'allais bien, comme à cet instant alors que tu relevais les yeux vers ta voisine que tu croisais dans les escaliers. D'ailleurs, tu comprenais jamais cette tradition de demander comment les autres allaient. T'aurais répondu très mal, qu'aurait-elle pu faire pour toi ? Elle s'en fichait comme tu te fichais d'elle. Façon, tu la voyais que très peu de fois, seulement quand tes repos t'étaient accordés. Et encore, quand on t'imposait tes repos... Dernières marches parcourues de manière soutenue, oui y avait bien un ascenseur dans cet immeuble qui abritait ton appart, heureusement vu le prix que tu mettais chaque mois, mais t'avais besoin de ça avant d'affronter ton coloc. Ouais, parce que voilà l'une de tes autres préoccupations du moment. T'avais depuis récemment un coloc. Un mec que t'avais pas choisi. Un mec que t'avais jamais rencontré, jamais vu ni d'Eve, ni d'Adam mais ce mec créchait chez toi depuis maintenant quelques temps. Ta soeur avait tout géré et tu ne savais pas encore à quoi t'attendre. T'espérais, alors que tu tirais ta clef de ta poche de pantalon kaki à taches vertes, un mec pas trop chiant, un mec qui faisait sa vie de son côté mais avec qui t'allais pouvoir t'entendre. Clef bloquée, t'arrivais pas à la rentrée à l'intérieur alors tu sonnais. C'est vrai que t'étais pas censé rentrer tout de suite mais ton repos avait été avancé parce qu'on t'avait demandé d'échanger. T'avais pas fait d'histoire, ça t'avait fait plaisir de contenter un autre. Balançant ton sac sur ton épaule, t'attendais là, deux à trois minutes avant que la porte ne s'ouvre. Avant que la porte te dévoile une femme... au corps nu, ou presque, au corps dénudé et mouillé enveloppé dans une serviette. Tes yeux descendent, malgré toi, surtout par surprise et d'autre chose, sur son corps à ses pieds en mouillé avant de remonter sur son visage dans un silence. Tête de poupée, aux yeux un peu plus gros que la normale mais qui lui donne un charme fou, tu la vois et l'entends bafouiller. Son visage décomposé, tu douterais presque de ton numéro d'appartement. Et si tu t'étais trompé ? Regard légèrement relevé sur la porte ouverte, non pas de doute, c'est bien chez toi. Un de tes sourcils se lève et tu te dis que peut-être ton nouveau coloc amène sa gonzesse ici. Tu lèves tes clefs entre vous deux. "J'habite ici." t'informes d'une voix profonde, peut-être légèrement croassante de cette (douce ?) découverte, t'es qu'un homme après tout, et surprise. T'es surpris, confus ouais. Tu t'attendais pas à... Ça. Petit silence, la beauté ne bouge pas. "Je peux ? " tu demandes avec un mouvement de ta main vers la porte montrant que tu aimerais rentrer chez toi. Surtout que ton sac pèse une tonne. Tu tentes un petit sourire avant de passer la porte une fois la jolie femme poussée. Comme à chaque fois que tu rentres chez toi, t'as l'agréable et doux accueil de ton chat, Mr Chat, qui sorti de sa cachette sous le canapé, accourt vers toi comme pourrait le faire un chien. Ca te fait du bien. Seulement ça d'habitude. Mais là, la présence de l'inconnue ne te laisse pas indifférent et vient perturber tes habitudes. Ton gros sac vient s'écraser sur le sol d'un bruit sourd alors que tu le lâches pour t'accroupir devant le chat. "Vous êtes la copine de mon coloc ? " tu lances en te redressant et te retournant vers elle, Mr Chat dans tes bras. T'es curieux. Et surtout, tu fais ton possible pour garder ton regard sur son visage plutôt que sur la douce tentation plus basse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1527-i-am-become-death-destroyer-of-worlds-cosimo http://savethequeens.forumactif.com/t1575-eenie-meenie-miny-moe-cosimo


avatar


/ avatar : ella purnell
/ crédits : dandelion(av) - astra (sign) -margotofrph/faust & bonnie (gif-ics) - lewis capaldi (lyrics)
/ autres personnages : nevaeh la poupée rebelle (m.nery) & atlas le pilote déchu (j.morgan)
/ nombre de messages : 256
/ cartes en main : 743

/ âge : 24
/ statut : amoureuse de l'amour. à la recherche du prince charmant. les déceptions n'ont pas étouffées ton espoir de vivre une belle histoire. surement un peu trop rêveuse.
/ occupation : actionnaire d'hamilton coorporation, et la fière propriétaire d'une galerie d'art.
/ zone du queens : queens contemporain, là ou tu puisse ton inspiration. l'essence de la beauté.
/ beau bordel :
« You were mine just yesterday »

mahe cosimo (2) nika rose alexis gabriel

in comming ://
finish :cosimo



MessageSujet: Re: Lost on you... ❁ cosemy   Lun 3 Sep - 15:52


≈ ≈ ≈
{ Lost on you  }
crédit/ tumblr ✰ w/@cosimo saint

Tu t’étais habitué à l’atmosphère atypique de l’appartement. A cette douce chaleur qu’il en émaner. Tu t’étais mis à la place de tous ces gens qui avais pu y habiter à tenter de comprendre pourquoi ils avaient finit par partir. Havre de paix dans le brouhaha ambiant de la ville. Une bulle, un moment de pause. Un voyage en restant sur place. Toi, l’amoureuse en série tu étais tombé pour ce lieu de vie. Tu te souviens des longs jours à attendre la réponse de la sœur du propriétaire. Une autre boule de douceur dans ce monde de brut qui avait ravie ton rêve de l’instant alors que tu ne savais pas vraiment à quoi tu t’engager. Aurais- tu vraiment changé d’avis en connaissance de cause ?!... probablement pas. Tu t’en foutais des concessions. Des conditions. Chasseuse d’amour, chasseuse de passion. De beauté. Tu en avais vue ici. Du charme. De l’âme. Bien du mal à croire la dureté du monde dans lequel vivait le propriétaire. Jolie contraste de douceur et de force brut. La perfection dans tes prunelles et ce stress permanant de ne pas lui convenir. A lui, cet inconnu. Pincement au cœur à l’idée de pouvoir finir à la porte avec tes valises et ton cœur. Tu t’étais attaché à chaque parcelle du plancher jusqu’à l’intenable poussière qui revenait sans cesse A Mr Chat. Tu t’attacher trop facilement, trop vite et tu finissais toujours par souffrir mais c’était toi. C’était toi qui te laissas surprendre par la sonnette et le cours du temps qui se courba imperceptiblement pour modifier le cours de ta vie. De vos vies. Une porte que tu ouvres comme un nouveau chapitre de ton existence. Une surprise dans tes yeux en échos des siens. Reflets de deux âmes qui s’entrechoquent. Qui se rencontrent. Son regard qui dédales les courbes dénudés de ton corps pour venir rougir la volupté de tes joues. Ces yeux qui viennent retrouver les siens et qui te laissent sans voix. Tant de profondeur dans une seule personne et voilà qu’il te prend de cours. Elle t’en a parlé vaguement sa sœur et tu avais passé ces derniers temps à tenter de te faire une image… Une image bien loin de la réalité qui se tenait en face toi. Te voilà étrangement fasciné par l’inconnu. L’inconnu chez qui tu vivais alors que sans le connaitre tu avais déjà pénétré son intimité. La gêne finis enfin par s’emparer de toi après un bafouillage ridicule. Tu te sens comme hors de ton corps quand sa voix enveloppe tes sens tout entier. Tu te réveil de bien loin à se cœur légèrement la tête. Tu te décales pour le laisser entrer chez lui alors que la porte se referme derrière vous. Alors que tu restes là, interdite. D’un seul coup tu te sens emprise d’une vulnérabilité sans pareil pas à cause de ta nudité mais de quelque chose de plus profond. Tu te sens connecté. Encore ton palpitant qui parles à ta place et qui manques de rigoler à sa question. Jolie rire empli de nervosité alors que tu le jauge en pleine retrouvaille avec sa boule de poil. Tu observes son sérieux de sa bouche délicatement pincé aux délicates cernes qui viennent creuser la tristesse dissimulé dans son regard. Tu t’y perds ici, à regarder plus de temps qu’il n’en faut avant de te rappeler à la réalité. Il ne sait donc pas. Voilà que la peur t’envahie. Une peur de tout, une peur de rien alors que son regard toujours poser sur toi il attend. «Non… je… votre sœur ne vous as pas parlé de moi ?! » tu n’attendais pas de réponse, tu l’as connaissais, tu l’as lissais en lui. « J’habites ici… enfin avec vous, c’est moi la colocataire… » T’aventures-tu avec prévenance et douceur avec cette petite voix en toi qui te criais qu’il ne voulait définitivement pas de toi. Cette voix te faisais mal avec ces allégations alors que tu devrais ne pas t’en souciais après tout tu ne le connaissais pas alors pourquoi l’avis qu’il aurait sur toi t’importais tant…

_________________


...I felt for you...
But hit the ground☽'cause every night since you cut and run, I feel like the only one who's ever been the lonely one, Trying to mend a heart that keeps breaking...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1543-supermarket-flowers-emy#56639 http://savethequeens.forumactif.com/t1577-desillusion-emy#57897


avatar


/ avatar : daniel bederov
/ crédits : VOCIVUS (ava)
/ autres personnages : nana s.
/ nombre de messages : 97
/ cartes en main : 325

/ âge : 27
/ statut : Libre. T'es l'homme qui les chérit sans pour autant t'attacher. T'as rien à leur offrir à part de l'angoisse et des départs difficiles.
/ occupation : us army/démineur, special forces. Tu combats pendant des mois sous la bannière bleue, rouge et blanche aux étoiles et bandes.
/ zone du queens : queens contemporain, t'as besoin d'une ambiance artistique pour te changer les idées.
/ beau bordel : La planète tourne à l'envers, ça m'fait peur,
Voyez vous les flammes de l'enfer frères et sœurs
Ne lui vendez pas vos âmes
.

MessageSujet: Re: Lost on you... ❁ cosemy   Mar 4 Sep - 8:42


≈ ≈ ≈
{ Lost on you  }
crédit/ tumblr ✰ w/@emeraude hamilton

Drôle de sensation alors que t'entres dans l'appart, alors que tu passes à côté d'elle. Après quelques mois sans filles, filles jolies, c'est difficile. C'est stéréotypé comme phrase mais ce n'est que la réalité. Difficile à cet instant de rester impassible face à cette jolie vue. Jolie créature. Rien ne t'avait préparé à cela. Mais, tu n'as pas le droit de penser à... de telles choses pour cette fille, cette inconnue, n'est-ce pas ? Justement, c'était cela, ce n'est qu'une inconnue. Une inconnue qui sortait sans doute avec ton colocataire, ce fameux coloc. T'as pas le droit, hein ? D'avoir ce genre de pensées pour la copine de ton coloc. Tu t'abaisses pour déposer ton chat en mode ronron sur le sol et là, accroupi, tu bloques en entendant sa réponse. Tu te figes alors que tu prends conscience de la situation, alors que le chat, comme s'il comprenait que t'allais péter un câble, s'enfuyait de la pièce. Le regard qui se relève vers elle, tes sourcils se froncent. Pardon ? Tu t'attardes même pas sur la vision de ses jambes nues à ton niveau mais directement sur son regard. Tu le sens, ce mauvais sentiment qui arrive en toi. Tu la sens, la colère après le passage express de la surprise. Tu comprends tout alors que face à toi, le visage de poupée aux yeux globuleux se teint d'un sentiment de peur. Un sentiment que tu connais si bien, que t'arrives malheureusement et tellement bien à reconnaître. Parce que cette transformation du visage, tu l'a vu dans tant de regard que tu as rencontré en mission. Et t'es même sûr que t'as déjà eu ce même regard des milliers de fois... T'es en colère. Surtout contre ta soeur. Comment elle avait pu te faire ça ? Une fille ? Sérieusement... Non, loin d'être misogyne, tu respectais les femmes, sans doute l'égalité des sexes mais.. bordel, une fille ici ? T'avais pas besoin de ça. En plus d'une beauté. Parce qu'une fille, ça se mêlait de tout et de rien. Parce qu'une fille, c'était bien plus compliqué pour toi qu'un mec lambda. Tu comprenais mieux les cachotteries de ta soeur lorsqu'elle avait évoqué quelqu'un... Hamilton, putain, t'étais con. "J'ai cru qu'Hamilton, c'était un mec..." Tu marmonnes plus pour toi que pour elle alors que tu te relèves. Tu passes tes mains dans tes cheveux maintenant trop longs pour la coupe réglementaire de l'armée et que tu vas devoir recouper avant de repartir, mais t'es toujours content de retrouver ta tignasse brune. Tu détournes un instant le regard sur la pièce. Ouais, y a tout sous tes yeux, t'es con. Y a des fringues féminins sur le dossier de ton,votre canapé, y a des bijoux sur la table basse et, bordel, elle est loin de toi mais l'odeur de son gel douche t'arrive jusqu'à tes narines. Tu tournes une fois sur toi-même le temps de voir tout ça, les mains sur ton cou avant de revenir face à elle. "Tu ne devrais pas ouvrir la porte comme ça, vêtue..." t'hésites sur les mots à dire alors que ta main désigne ce qu'elle porte sur elle. C'est-à-dire, presque rien... Ne serait-ce pas une de tes serviettes d'ailleurs ? "... à demi-nu." tu souffles ou souffres presque ouais, en laissant retomber ta main le long de ton corps. T'as abandonné le vouvoiement sans réellement t'en rendre compte en t'adressant à elle. Voilà, un autre sentiment étrange. Pourquoi t'es en colère contre elle par rapport à cette stupidité ? Tu la connais même pas cette fille. Mais t'as ces images de fous ou de pervers profitant de l'occasion pour faire des choses ignobles. Et ça t'énerves encore plus. Normal, tu te dis. Personne ne peut accepter ces choses terribles faites aux femmes, ou même aux hommes d'ailleurs. Mais t'arrives pas à expliquer parce que même si ce n'est pas un fou, même si c'est un mec qu'elle choisit... qu'est-ce qu'il t'arrive bon sang ? Tu finis par détourner le regard, rattrapant ton sac au sol, tu le soulèves pour le poser sur la grande table design de l'appartement. "et donc, ton prénom, c'est quoi ?" tu lances brusquement, témoin de ton énervement, pas franchement sympathique aux premiers abords. Tu retires ta veste militaire que tu roules en boule avant de l'envoyer bien trop fort sur ton sac. En fait ouais, c'est ça, t'es autant énervé contre toi-même que contre ta soeur ou l'inconnue se trouvant dans la même pièce que toi. L'inconnue, ta nouvelle coloc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1527-i-am-become-death-destroyer-of-worlds-cosimo http://savethequeens.forumactif.com/t1575-eenie-meenie-miny-moe-cosimo


avatar


/ avatar : ella purnell
/ crédits : dandelion(av) - astra (sign) -margotofrph/faust & bonnie (gif-ics) - lewis capaldi (lyrics)
/ autres personnages : nevaeh la poupée rebelle (m.nery) & atlas le pilote déchu (j.morgan)
/ nombre de messages : 256
/ cartes en main : 743

/ âge : 24
/ statut : amoureuse de l'amour. à la recherche du prince charmant. les déceptions n'ont pas étouffées ton espoir de vivre une belle histoire. surement un peu trop rêveuse.
/ occupation : actionnaire d'hamilton coorporation, et la fière propriétaire d'une galerie d'art.
/ zone du queens : queens contemporain, là ou tu puisse ton inspiration. l'essence de la beauté.
/ beau bordel :
« You were mine just yesterday »

mahe cosimo (2) nika rose alexis gabriel

in comming ://
finish :cosimo



MessageSujet: Re: Lost on you... ❁ cosemy   Mar 4 Sep - 15:27


≈ ≈ ≈
{ Lost on you  }
crédit/ tumblr ✰ w/@cosimo saint

Tu te sens comme une funambule marchant sur un fil si fin que la chute est à un pas. Tu t’accroches à l’épaisseur de la serviette qui t’entoure tel un bouclier alors que tu te sens prise dans un tourbillon incontrôlable. Tu nages entre deux eaux. En eau trouble. A l’aveugle. Tu avais ouvert la porte sur l’inconnu. Littéralement. Tu ne parlais pas de lui mais de cette situation. D’un coup, d’une demi-seconde tu ne te sentais comme plus à ta place. L’envie profonde de fuir ou de te fondre dans la surface lisse du sol sous tes pieds. La contradiction de cette même envie de rester dicté par l’organe palpitant de ta poitrine. C’était lourd comme sensation, comme émotion. C’était perturbant cette sensation de sentir son regard comme effleurer ton âme. Tu te sentais mise à nue. Vulnérable dans les yeux du soldat. T’étais là, planter dans un coin cherchant du réconfort dans n’importe quel petit détail qui t’entourer alors qu’une peur viscérale te gagnait La peur de te faire encore et toujours rejeter. Rejeter par un inconnu, par lui. Sa surprise écho à la tienne que tu ne savais pas être un espace flou et inconnu dans son havre de paix. Sa sœur avait éludé la grosse partie de la vérité alors que tu sentais la colère monter en lui. Hypnotiser par la rétractation de ces mâchoire qui se contracté à mesure qu’il tentait de se contrôler. Ton regard qui ne perdais pas une miette du spectacle qui se jouer devant toi alors que le chat avait fini par fuir. Fuir la tempête dans laquelle tu allais te faire prendre malgré toi. Tu te sentais impuissante. Innocente ou bien coupable, mais de quoi ?... Tu écoutes sa voix voluptueuse, profonde fendre l’air dans un murmure alors que ta voix semble s’être évaporée. Tu observes de tes prunelles l’homme virevolté sur lui-même comme pour s’assurer de l’évidence devant lui. Non, il ne rêvait pas. Toi non plus d’ailleurs. Il était comme un mirage au milieu du dessert un peu de réel dans une dose d’irréel. Tout te semblait si insensé à en être hors de portée et pourtant tu ne trouvais rien de plus vraie que son regard qui se poser sur toi à t’en faire rosir les joues. Tu baisses ces instruments de vision, tu les baisses sur ton corps à demi-nue alors que tu finis par réalisé que tu te tenais devant un inconnu en serviette. La gênes t’envahie mais une force inconnu avait décidé de planter ta plantes des pieds sur le parquet tel du béton. Incapable de bouger plus que la respiration qui soulevé ta poitrine à rythme presque irrégulier. « Je… désolé, mais… j’étais sous la douche, c’était la seule chose que j’avais sous la main… » Pourquoi tu t’excuser au juste, tu n’en avais aucune idée. Il te faisait ça, cet effet-là. Étrange sensation. Tu resserres le bout de tissue contre toi comme pour l’empêcher de tomber au lieu de courir t’habillait. Comme si à ton retour il aurait disparu et que tu avais cette secrète envie qu’il soit encore là. Dans cette pièce à s’énervé silencieusement contre lui, contre toi ? Sa colère avait quelque chose de beau. De fascinant même alors qu’il posa son lourd paquetage sur la table et pendant un instant tu t’en voulais doublement. Tu avais cette impression de le privé du repos qu’il mérité. Il te sort de ton propre esprit rêveur. Voyageur. Il t’en arrache brusquement aussi abruptement qu’il était tenue balancer sa chemise d’uniforme sur son sac. Sensation d’avoir était physiquement secouée alors que tu t’étais perdue en toi, en lui… Moment de pause, moment de silence comme si dire ton prénom le pousserait encore plus à te mettre dehors. Rien ne l’empêchait après tout. « Emeraude, enfin Emy… tout le monde m’appelle Emy… » Pas qu’il doit sans soucier c’est une habitude personne ne t’as jamais vraiment appelé Emeraude si ce n’est tes parents pour te réprimander. Tu ne sais pas pourquoi mais tu t’avances vers lui comme si tu n’étais plus au commande de ton propre corps. Tu laisses ton regard se perdre sur le muscle de ces bras dévoilés avant de retrouver son regard. Ses satanés yeux. Dieu qu’il te perturbé. « Je suis désolé… votre sœur ne m’as pas dit que vous arriviez aujourd’hui… j’aurais été plus présentable… » Dis-tu toujours dans l’excuses à croire que cela changerait les choses ou son envie que tu déguerpisses car tu savais qu’il ne voulait pas de toi, d’une femme du moins, surement rien contre toi mais tu le prenais comme même. T’étais comme ça… Toi et ton stupide cœur.

_________________


...I felt for you...
But hit the ground☽'cause every night since you cut and run, I feel like the only one who's ever been the lonely one, Trying to mend a heart that keeps breaking...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1543-supermarket-flowers-emy#56639 http://savethequeens.forumactif.com/t1577-desillusion-emy#57897


avatar


/ avatar : daniel bederov
/ crédits : VOCIVUS (ava)
/ autres personnages : nana s.
/ nombre de messages : 97
/ cartes en main : 325

/ âge : 27
/ statut : Libre. T'es l'homme qui les chérit sans pour autant t'attacher. T'as rien à leur offrir à part de l'angoisse et des départs difficiles.
/ occupation : us army/démineur, special forces. Tu combats pendant des mois sous la bannière bleue, rouge et blanche aux étoiles et bandes.
/ zone du queens : queens contemporain, t'as besoin d'une ambiance artistique pour te changer les idées.
/ beau bordel : La planète tourne à l'envers, ça m'fait peur,
Voyez vous les flammes de l'enfer frères et sœurs
Ne lui vendez pas vos âmes
.

MessageSujet: Re: Lost on you... ❁ cosemy   Mer 5 Sep - 11:04


≈ ≈ ≈
{ Lost on you  }
crédit/ tumblr ✰ w/@emeraude hamilton



Ce n'était pas le plan. Cela n'était pas censé se passer ainsi. Et alors que tu tentais de mettre de la distance entre elle et toi en t'éloignant avec ton barda vers l'espace salle à manger, la tentation continuait de te suivre. Oui, t'aurais aimé qu'elle reste à l'autre bout de la pièce. C'était débile d'avoir une conversation de cette manière mais ce que t'aimerais encore plus, c'est que cette vue disparaisse. Lui demandait son prénom te semblait raisonnable. Après tout, t'avais pas le choix. T'allais pas jeter à la rue. Si ? Non, ta sœur te tuerait pour cela. Veste posée sur ton sac, tu croises les bras contre ton torse alors qu'elle se présente. Evidemment, si ta soeur avait eu la bonté de te donner son prénom directement, t'aurais pas pensé que t'allais avoir affaire avec un mec. "Emeraude." dis-tu plus pour toi que pour elle, plus pour te l’imprégner que pour lui signifier que tu assimiles bien la nouvelle. Emeraude. La pierre précieuse. Non connaisseur et encore moins expert de l'étude des pierres précieuses, tu ne sais pas vraiment ce qu'Emeraude signifie, ni à quoi ressemble celle-ci. Une chose certaine, tu sais qu'une fois le dos tourné ou dans ta chambre, tu chercherais cela. Emeraude. La belle Emeraude. La précieuse. Si tu t'écoutais, tu dirais que la beauté de la fille à demi-nu devant toi était supérieur à cette pierre. Sans doute aussi son prix. Mais comme d'habitude, tu chasses ces pensées. Qu'est-ce qu'il te prend sérieux ? C'est qu'une inconnu qui vit sous ton toit. Ou du moins, qui partage maintenant le même toit que toi. Méchant, peut-être, mais tu comptais pas voir les choses évoluaient. Emy.. Emeraude, resterait Emeraude, la fille qui vit avec toi et qui nourrit ton chat. Dangereux chemin dans lequel t'aurais pu être prêt à t'engager, t'es trop fébrile pour tenter le pas en avant. T'es trop cinglé pour envisager une bonne issue. Et t'es même complètement débile. T'es là, à penser à ce genre de choses alors que tu connais cette fille que depuis quoi ? Cinq minutes ? En plus d'être bien plus cinglé que d'habitude, tu te trouves légèrement pathétique. Et tout cette prise de connaissance ne fait que grandir la colère qui grossit en toi. La tendre soeur que tu possédais aller t'entendre... "Emeraude, enchanté." tu dis simplement alors que t'apprécies bien trop prononcé son prénom. Tu n'étais pas tout le monde. Indépendant ou aimant être bien différent des autres, pour toi, la précieuse, ta précieuse ?, serait Emeraude. Si tu le pouvais, tu te flinguerais tout seul alors que tu lui tendais la main. Alors qu'elle venait de se rapprocher de toi telle une tentatrice. Tentation, elle représentait. Tentatrice, elle était. Et sans doute malgré elle. "Cosimo Saint." tu te présentes à ton tour. Ce n'est sans doute pas nécessaire, parce qu'au moins, elle, elle était au courant pour toi mais tu le fais quand même. La main tendue vers elle, t'attends qu'elle sert la tienne. Plus besoin de le préciser, t'es absolument maso. Preuve de ta carrière que tu t'évertues à continuer malgré ton... problème ? Nan, t'en as pas de problème. Pas d'après toi. Et comme avec ce boulot qui t’emmènera dans l'enfer, tu sais que la beauté face à toi sera celle qui sur sa barque te fera naviguer sur le Styx. Sur ces eaux noires et glacées, elle précipitera ta chute si tu ne fais pas un pas en arrière, si tu la laisses encore dériver ses pupilles sur le haut de ton corps comme t'aurais pu le faire, toi, pour tout son corps. Un corps, qui sans surprise, tu voudrais découvrir sans cette pauvre serviette. "Ma perm a été avancée et ça m'arrive de pas rallumer mon portable avant de rentrer à l'appart. Personne n'est au courant." tu lances comme si t'avais besoin de t'expliquer... mais merde, pourquoi tu restais sur place ? Pourquoi tu faisais pas tes deux putains de pas en arrière afin d'agrandir l'espace entre vous ? Si tu n'y arrivais pas, tu lui ferais faire ce pas en arrière... "Tu sais, j'ai passé presque six mois dans un pays en guerre, presque qu'avec des mecs alors, sans vouloir te paraître.. animal ?..." Contrairement à elle, t'avais laissé tomber la barrière du vouvoiement. Tu ne finis pas ta phrase alors qu'à nouveau, tu viens désigner la petite barrière blanche qui protège une partie de son corps encore bronzé par l'été ensoleillé. Ou est-ce naturel ? Bon sang. Tu t'ordonnais de ne pas penser à ce genre de chose alors que tu fronçais toujours les sourcils. Pervers, tu ne l'étais pas. Ni capable de sauter sur elle comme un animal. Mais t'allais déjà avoir du mal à effacer cette image d'elle de ta tête pour quelques minutes passé avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1527-i-am-become-death-destroyer-of-worlds-cosimo http://savethequeens.forumactif.com/t1575-eenie-meenie-miny-moe-cosimo


avatar


/ avatar : ella purnell
/ crédits : dandelion(av) - astra (sign) -margotofrph/faust & bonnie (gif-ics) - lewis capaldi (lyrics)
/ autres personnages : nevaeh la poupée rebelle (m.nery) & atlas le pilote déchu (j.morgan)
/ nombre de messages : 256
/ cartes en main : 743

/ âge : 24
/ statut : amoureuse de l'amour. à la recherche du prince charmant. les déceptions n'ont pas étouffées ton espoir de vivre une belle histoire. surement un peu trop rêveuse.
/ occupation : actionnaire d'hamilton coorporation, et la fière propriétaire d'une galerie d'art.
/ zone du queens : queens contemporain, là ou tu puisse ton inspiration. l'essence de la beauté.
/ beau bordel :
« You were mine just yesterday »

mahe cosimo (2) nika rose alexis gabriel

in comming ://
finish :cosimo



MessageSujet: Re: Lost on you... ❁ cosemy   Mer 5 Sep - 15:59


≈ ≈ ≈
{ Lost on you  }
crédit/ tumblr ✰ w/@cosimo saint

A la minute ou la porte c’est ouverte sur l’homme, à la minute où tu t’es laissé envelopper par sa voix… à cette minute tout semble avoir changé. La peur qui t’avais gagné semblait tout simplement différente. Plus profonde. Elle venait d’un autre endroit que le simple fait de penser pouvoir finir dehors avec tes valises. Non, tu avais peur de l’incertain et peur de ne pas rester. Rester avec lui. L’inconnu. T’étais folle encore une fois te laissant guider par cet organe qui insufflait la vie. Il t’avait eu avec son regard. Son stupide regard qui te donner une petite parcelle de lui alors que tu avais cette vive impression d’y voir son âme. Il en avait une tu en étais persuadé. Creuser par la fatigue et les maux de la guerre tu n’y voyais pourtant que beauté. Tu éprouvais une étrange fascination même pour cet élan de colère. Contre lui, contre toi… tu ne saurais dire. Ton cerveau semblait avoir abandonné tout sens de raison alors que tu ne parvenais plus à aligner une pensée claire. T’étais là, planter à tenter de donner un sens à cette situation. D’y trouver une suite alors que tu ne voulais pas que cette histoire quelle qu’elle soit s’arrête à un malheureux chapitre. Non. Qu’on te mette dans un asile tu n’en avais que faire d’autant plus quand ton prénom tout entier te parvins des profondeurs de sa voix comme une douce mélodie. Un frisson qui effleura la surface dénudé de ta peau. Le regard tantôt fuyant, tantôt incapable de quitter ces prunelles. Tu voulais t’y attacher, t’y ancrer à cet inconnu. Ton inconnu ce soldat… Comment pouvais-tu avoir envie de t’approprier quelque chose que tu ne connaissais pas. Comment voyais-tu au-delà de sa colère ?! Tu ne te comprenais plus de tes gestes, de ton absences de mots à ta tenue. Mise à nue devant lui c’était comme si tu n’avais même plus cette serviette qui te protéger. Il suffisait qu’il te regard, qu’il laisse son regard glisser le long de tes courbes féminine pour que tu es l’impression qu’il arrivait à voir au-delà. Au-delà de tout. Comme toi ou le fantasme que cette étrange sensation soit partager. Il le répète ton prénom et à chaque vague cela te transporte loin. Ailleurs. Surement trop niaise, trop fleur bleue alors que l’homme n’a juste pas vue une femme depuis des mois il en aurait était pareil avec une autre. Tu te sentais spécial mais en vain tu n’étais rien d’autre qu’un désir physique et tu devais t’en convaincre maintenant pour éviter à ton cœur une autre souffrance. Un autre rejet. Mais, débile que tu es, tu te rapproches, tu souris à son prénom que tu connaissais déjà « Enchantée Cosimo…. » Voix délicate qui se perd comme un souffle. Ta main frêle et douce qui se glisse dans le rugueux de sa paume. Tu l’enserre cette main, sa main. Délicatesse en contraste de la force. Sa magnifique force car là aussi tu n’y voyais que beauté. Tes yeux dans les siens, ta mains dans la sienne tu t’attardes surement un peu trop où est-ce peut-être lui alors que dans un automatisme le mouvement ce rompe de vos deux corps qui s’éloigne l’un d’eux l’autre. A l’unisson. Silence brisé par ces nouvelle révélation et tu ne dis rien d’autre que d’hocher la tête dans un mouvement léger alors que tu te doutes quand rentrant de mission ce qu’il lui important le plus c’était de retrouver son chez lui. Tu comprenais qu’il n’avait prévenue personne. Tu comprenais qu’il n’avait pas envie de répondre à des questions ou à des ça va intempestif. Tu le comprenais ou tu tentais de te mettre à sa place. Compréhension qui se laissa surprendre par une nouvelle remarque sur ta tenue ou son absence. Tu ne savais si tu devais être gênais ou sourire mais tu en revenais encore une fois à la même conclusion. C’était un homme en manque et tu étais la première femme qui croisais sa route depuis des semaines Rien de plus tu devais arrêter de te faire des idées. Cela ne t’empêche de rougir. Pivoine que tu devais être alors que tu plante ton regard sur tes pieds « désolé… » Que tu marmonne avant de lui tourner le dos pour aller mettre quelque chose de moins perturbant. Pour lui, pour toi. C’est comme hors de ton corps que l’enfilas ce short et ce débardeur. Tu ne pensais plus, tu ne réfléchissais plus… Un élan de raison qui te parcourue tu regagnas la pièce à vivre d’un pas déterminée pour te planter devant lui. Près de lui. Trop proche à y presque sentir cette douce chaleur qui émaner de son corps athlétique. La détermination avait fait place à la peur alors que tu ancras ton regard dans le siens te demandant ce qui pouvais bien te prendre « Si vous voulez que je parte, je comprendrais vous savez mais… mais je vous en prie ne me faites pas espérer trop longtemps j’aime cet endroit, je m’y sens bien et je vous promets que se seras comme si je n’étais pas là… »  Ce qui devais être dis était lancer. Tu ne pouvais plus faire machine arrière et sur ces bonnes paroles. Ou mauvaise tu n’avais pas encore décidé. Tu allas vers le canapé pour ramasser la tenue que tu comptais porter aujourd’hui, pour rassemblait tes affaires qui trainais te parant à toute éventualité malgré toi. Toi, tu voulais rester. Rester avec lui… même si tu le connaissais pas tu t’en foutais alors qu’à ce moment cela ne paraissais être qu’un futile détail.

_________________


...I felt for you...
But hit the ground☽'cause every night since you cut and run, I feel like the only one who's ever been the lonely one, Trying to mend a heart that keeps breaking...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1543-supermarket-flowers-emy#56639 http://savethequeens.forumactif.com/t1577-desillusion-emy#57897


avatar


/ avatar : daniel bederov
/ crédits : VOCIVUS (ava)
/ autres personnages : nana s.
/ nombre de messages : 97
/ cartes en main : 325

/ âge : 27
/ statut : Libre. T'es l'homme qui les chérit sans pour autant t'attacher. T'as rien à leur offrir à part de l'angoisse et des départs difficiles.
/ occupation : us army/démineur, special forces. Tu combats pendant des mois sous la bannière bleue, rouge et blanche aux étoiles et bandes.
/ zone du queens : queens contemporain, t'as besoin d'une ambiance artistique pour te changer les idées.
/ beau bordel : La planète tourne à l'envers, ça m'fait peur,
Voyez vous les flammes de l'enfer frères et sœurs
Ne lui vendez pas vos âmes
.

MessageSujet: Re: Lost on you... ❁ cosemy   Ven 7 Sep - 9:35


≈ ≈ ≈
{ Lost on you  }
crédit/ tumblr ✰ w/@emeraude hamilton

Aucune envie de rentrer dans le cliché, tu mentirais pourtant si tu disais que son contact ne provoquait chez toi aucune réaction. L'effleurement de sa paume chaude contre la tienne, puis ta main masculine se refermant sur sa féminine, sans surprise, t'appréciais le moment. Loin du cliché d'une paume chaude contre une froide, tes iris pourtant posés sur vos membres à présent liés, tu aimais cela. Malgré l’envie d’étendre cet instant encore peu, malgré l’envie d’avoir encore le contact avec ta belle inconnue, qui n’en est plus vraiment une mais t’aimes te le dire encore une fois, malgré l’envie de remonter tes doigts sur l’avant de son bras, de glisser et de caresser de ton pouce sur l’intérieur, tu finis par la lâcher. Tu coupes court un peu brusquement à cet approche, comme si elle avait pu te dégouter ou te brûler. Non, la belle Emeraude face à toi était loin de te faire ressentir du dégoût. C’était même tout autre chose, tout le contraire. Mais cela, elle n’était pas censée le savoir. Tu préférais encore qu’elle croit qu’elle te dégoutait. Loin sans faut, ce que tu lui dis n'arrangea pas ton cas. Tu t’étais dénoncé tout seul. Toi qui habituellement prenais le temps pour dire les chose. Toi qui calculais toujours tout. Face à la belle Emeraude, tu semblais perdre quelques-uns de tes moyens, malgré toi. Alors quand tu aperçus ses joues rosir, tu te surpris à aimer cela. T’en avais pas envie, cela ne faisait qu’agrandir ta colère intérieure et silencieuse. Et pourtant, en dessous de celle-ci, alors que tu regardais le doux balancement de ses hanches tandis qu’elle se précipitait en dehors de la pièce pour sans doute se changer, ou se cacher et ne plus revenir ensuite pour t’éviter peut-être, tu n’espérais pas, une partie de toi avait encore envie de la voir réagir face à toi de cette manière. Un soupir s’échappe de tes lèvres quand tu te retrouves seul. Quel genre ? De soulagement, peut-être. D’énervement, pas de doute. Tu te saoulais, ça te plaisait pas tou cela. Alors pensant qu’elle ne reviendrait pas, tu te laissais tomber sur le canapé, allumant ton portable comme tu aurais dû le faire à la sortie de l’avion. De courts et simples mots envoyés à ta soeur, ton premier message annonçait rien de bon. Pour elle. Elle aurait pu te prévenir putain. T’en dire plus. Parce que oui, maintenant que t’étais tout seul dans la grande pièce ouverte mais silencieuse, tu savais de quoi il retournait. Tu connaissais ta soeur. Par coeur. Son silence n’était pas anodine. Le petit démon avait sans aucun doute un plan derrière la tête, outre le rôle de nounou qu’elle allait faire passer directement… Ta tête se relève de ton portable alors que la fille au nom de pierre précieuse revient dans la pièce. Regard sur ce short et ce débardeur, tu ne savais pas réellement si c’était bien mieux maintenant que tu avais cette dernière image d’elle en serviette. Dans l’une de tes serviettes. C’était étrange si tu disais que t’aurais aimé être cette serviette ? Tu secouais la tête pour chasser cette idée avant de la suivre du regard. Elle avance vers toi et reste là, devant toi, debout face à tes jambes presque étendues. Tu la vois, cette… détermination dans son regard. Un sourcil se levant malgré toi sur ton visage, t’es curieux de ce changement de comportement. Comme si enfiler deux habits lui couvrant un peu plus la peau, presque pas, lui avait donné plus de courage. Ses mots sortent, tu ne réponds pas immédiatement et tes sourcils se froncent quand tu la vois partir vers le second canapé et commencer à ramasser ses affaires. La faire partir ? C’était tentant. Pour cette raison d’attirance évidemment. Tu ne savais pas comment tu allais pour faire les jours qui allaient suivre. Enfin, tu n’étais pas cet animal. Tu savais te contrôler, tu savais te comporter mais tu te demandais bien autre chose… “Est-ce que ma soeur t’a demandé de garder un oeil sur mo ?” tu lances finalement en te redressant afin de venir appuyer tes coudes sur tes genoux. “Ou… quelque chose dans le genre ?” Nouant tes deux mains entre-elles, tu continues de la fixer en attendant la réponse. C’était comme si tu avais besoin de cette réponse négative pour ne pas la foutre dehors. Mais tu te connaissais, et face à cette jeune femme c’était encore pire, tu ne serais pas aussi cruel pour la jeter dehors. La savoir seule dehors par ta faute ? Jamais. Tu le savais, tu la ramènerais dans l'appart avant que la porte ne soit fermée derrière elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1527-i-am-become-death-destroyer-of-worlds-cosimo http://savethequeens.forumactif.com/t1575-eenie-meenie-miny-moe-cosimo


avatar


/ avatar : ella purnell
/ crédits : dandelion(av) - astra (sign) -margotofrph/faust & bonnie (gif-ics) - lewis capaldi (lyrics)
/ autres personnages : nevaeh la poupée rebelle (m.nery) & atlas le pilote déchu (j.morgan)
/ nombre de messages : 256
/ cartes en main : 743

/ âge : 24
/ statut : amoureuse de l'amour. à la recherche du prince charmant. les déceptions n'ont pas étouffées ton espoir de vivre une belle histoire. surement un peu trop rêveuse.
/ occupation : actionnaire d'hamilton coorporation, et la fière propriétaire d'une galerie d'art.
/ zone du queens : queens contemporain, là ou tu puisse ton inspiration. l'essence de la beauté.
/ beau bordel :
« You were mine just yesterday »

mahe cosimo (2) nika rose alexis gabriel

in comming ://
finish :cosimo



MessageSujet: Re: Lost on you... ❁ cosemy   Dim 9 Sep - 14:45


≈ ≈ ≈
{ Lost on you  }
crédit/ tumblr ✰ w/@cosimo saint

Douce chaleur qui reste ancré en toi au délicat de ta peau. Emprunte de ce touché sur ta paume. Son touché qui semblait encore secouer tout ton être même séparer par les murs. Par la distance entre les pièces de l’appartement. Sa chaleur que tu sentais encore sur ton corps et son souffle qui semblait si frais, si réconfortant et cette sensation de son regard qui enveloppé ton être tout entier. Tu te perdais dans tes pensé les plus folle. Pris dans un rêve ou il en était la pièce maitresse. Le fantasme de l’inconnu que ton esprit amoureux et trop bercé d’illusion s’aimais à penser que c’était lui. Fâcheuse manie de te laisser prendre par le cœur. Ton idiot de cœur qui avait encore le souffle coupé de cette étrange sensation que la présence de l’homme éveillé en toi. Dans chacune des cellules de ton pauvre corps. Fébrile de tout et de surtout de rien. Le rien de la réalité qu’il y avait. Le rien de l’inconnu que tu ne connaissais pas. Le rien qu’il y avait tout simplement alors que tu t’imaginais le tout. Cet espoir qu’il te garde ici, près de lui alors que sa colère aurait dû t’effrayer. Peur de finir dehors alors que ce serait surement plus raisonnable. Raison que l’on ne t’a jamais connue. T’étais tout sauf de la raison toi qui vivais au rythme de ton cœur. Encore et toujours guidé par ton palpitant qui fallait bien trop souvent des sienne. T’étais celle qui vivait de la passion et de l’élan présent. La douceur mordante qui après le réveil pouvais se transformer en une foudroyante tornade. Le corps dénudé qui se couvre du peu de vêtement que tu rhabilles ton corps. Incrédulité et surprise passé qui c’était laisser réchauffer de se contact à s’y accrocher comme l’on peut s’agripper à une bouée de sauvetage. Tu ne baisserais pas les bras. Tu ne lâcherais pas les armes sans un beau combat. Désavantage face à l’homme qui en avait vécu des combats. Surement qu’il n’avait jamais eu de pareil adversaire. Adversaire qui semblait déjà avoir un genou à terre alors qu’il t’avait eu avec ces prunelles. C’est dans un souffle, dans un élan de courage, le dernier peut-être que tu l’avais rejoint. Lui. Là, Cosimo sur le canapé et toi, le regardant de ta hauteur. Monologue sans respiration. Prose ponctué d’une argumentation passionnée. A ton image alors que tu n’attendais qu’un petit mot. Pas grand-chose si ce n’est cette envie de rester ici. Ici avec lui plus que dans cet appartement finalement. Tu l’aimais ce lieu de vie, plein de charme, atypique… mais sa pièce central c’était bel et bien le soldat. L’âme du lieu. Ton soldat. Il n’était pas réellement tien mais tu aimais te perdre dans cette stupide et sombre illusion. Tu as soufflé ces mots que tu avais sur le cœur et tu es repartie dans cette même idée que ce serait les derniers moi de toi à lui. Rassemblant tes traces de vie dans le salon à ne pensé à rien d’autre qu’à se vague souvenir d’y a quelques instant. De sa main encerclant la tienne. Il vient t’envelopper de nouveau mais de surprise cette fois. De sa question qui fend l’air comme si la réponse scellerait ton avenir. Visage relevé dans sa direction et ton sourcil qui s’arque de surprise. Incompréhension qui se lie sur ton délicat visage. « Non… pas du tout ! » exclamation ou cri du cœur qui ne se fait pas attendre. Dénotation de la sincérité de tes dires ne comprenant pas pourquoi sa sœur t’aurait demandé cela. Ou alors l’aura-t-elle fait indirectement ? Possible alors que lors de vos rencontre tu n’étais qu’obnubilé que par la simple envie d’emménagé dans ce magnifique lieu. « Votre sœur ne m’as rien dis de plus si ce n’est que vous êtes un soldat et que ça vous rassurerez de savoir quelqu’un ici à s’occuper de Mr Chat… Pourquoi je vous surveillerez ?! » Innocence et curiosité dans la voix alors que tu enserrais contre ta poitrine la robe que tu avais prévue de porter aujourd’hui et qui un peu plus tôt t’attendais sur le canapé. Le vôtre maintenant enfin s’il ne te mettait pas à la porte. L’idée qu’il puisse le faire te tordait étrangement le cœur.

_________________


...I felt for you...
But hit the ground☽'cause every night since you cut and run, I feel like the only one who's ever been the lonely one, Trying to mend a heart that keeps breaking...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1543-supermarket-flowers-emy#56639 http://savethequeens.forumactif.com/t1577-desillusion-emy#57897


avatar


/ avatar : daniel bederov
/ crédits : VOCIVUS (ava)
/ autres personnages : nana s.
/ nombre de messages : 97
/ cartes en main : 325

/ âge : 27
/ statut : Libre. T'es l'homme qui les chérit sans pour autant t'attacher. T'as rien à leur offrir à part de l'angoisse et des départs difficiles.
/ occupation : us army/démineur, special forces. Tu combats pendant des mois sous la bannière bleue, rouge et blanche aux étoiles et bandes.
/ zone du queens : queens contemporain, t'as besoin d'une ambiance artistique pour te changer les idées.
/ beau bordel : La planète tourne à l'envers, ça m'fait peur,
Voyez vous les flammes de l'enfer frères et sœurs
Ne lui vendez pas vos âmes
.

MessageSujet: Re: Lost on you... ❁ cosemy   Mer 12 Sep - 9:27


≈ ≈ ≈
{ Lost on you  }
crédit/ tumblr ✰ w/@emeraude hamilton

Tu savais ta question étrange, voire intrigante. A sa place, les questions auraient fusé. Et contrairement à elle, contrairement à ce qu'elle te répondait, tu ne te serais pas gêné pour les poser oralement. Après tout, pourquoi te surveiller ? T'avais observé la surprise venue modifier ses traits. Il ne te fallait pas plus. A moins qu'elle ne soit une grande actrice, tu la croyais quand dans un petit cri elle te répondit que ce n'était pas le cas. T'avais été obligé de demander. C'était plus fort que toi. T'avais ce besoin de savoir si l'ombre de ta soeur te surplombait même dans ton propre appartement, même quand elle se trouvait à des kilomètres de toi. Oh oui, tu l'aimais cette petite. Son inquiétude était seulement bien trop étouffante pour l'homme que tu étais. Il n'était pas question que tu lui montres un semblant de faiblesse, hors de question qu'elle voit à quel point ces cauchemars continuaient de te marquer... Et en regardant la beauté debout face à toi, tu conclues à la même chose. Elle non plus. Pas question de lui laisser apercevoir tes failles. Et si tu n'allais pas la virer de ton chez toi, tu comptais plutôt l'éviter. Elle n’interférait pas dans ta vie et tu laisserais cette attirance de côté. Le bon plan. Pour toi. Et malgré tout, un petit coin de ta conscience se marrait. Petit ange sur ton épaule gauche regardait rire le démon sur ton épaule droite. Sérieusement ? Qui croyais-tu berner ? Main passant dans tes cheveux, tu frottes l'arrière de ton crâne, les fesses toujours assises sur le canapé. "Pour rien." tu lances le regard détourné vers le sol avant de relâcher doucement ta poigne contre son avant-bras. Comme si t'allais lui dire ce qui se passait dans ta vie. La jeune femme demeurait une inconnue. Et même à ta famille, tu n'en parlais pas. Le petit homme rouge aux cornes pointues continuait de se fendre la poire à tes dépens. Qu'est-ce qu'il t'avait pris de la toucher ? Décidant de mettre ton plan à exécution, ignorer ou fuir ta nouvelle sexy et attirante colocataire du doux prénom d'Emeraude, tu te levais du canapé, la surplombant pratiquement par ta taille. "Je suis de retour pour quelques semaines, merci de t'être occupée de Mr Chat." petit hochement de tête au visage neutre, c'était par là que t'allais commencer à instaurer cette distance avec la belle Emeraude. Phrases au timbre neutre, simplistes et non intimes allaient se mêler à un comportement distant, réservé ou fuyant. Ouais, t'allais vraiment fuir ta nouvelle colocataire. Sans doute avait-elle attendue ta venue, pensant à symbiose avec son nouveau colocataire mais t'étais pas comme cela. Juste parce que c'était pour ton bien et le sien. Et surtout, parce que t'avais pas envie que ta soeur vienne fouiner par ici. Car, si elle n'avait encore rien demandé à la Hamilton, elle finirait par le faire. Tu le savais. Tu la connaissais. Tu bougeais, revenant vers ton sac. T'enfermer dans ta chambre te semblait être une bonne idée. "Je vais me coucher, je suis crevé." simpliste de nouveau, t'attrapais ton barda. Une demi-vérité, tu venais de prononcer. Le vol avait été long, fatigant... Regard ne se reposant plus sur la jolie jeune femme, tu traversais la grande pièce à vivre afin de la quitter. "Oh, et bien sûr que tu peux rester. Fais comme chez toi, hein." Tu quittais la pièce, ton doigt appuyant déjà sur l'icone vert afin d'appeler ta soeur... Douce ironie dans tes derniers mots parce qu'elle était ici chez elle. Tu le voyais déjà tout simplement dans les espaces que tu traversais pour rejoindre ta chambre. Il y avait ici et là quelques unes de ses affaires. Et quand ce n'était pas le cas, t'avais cette terrible sensation de sentir encore l'essence de son parfum. Tu claquais presque la porte de ta chambre une fois à l'intérieur. Une fois dans ton repère. Parce que même là, tu ressentais encore terriblement sa présence. Prénom de ta soeur sorti de tes lèvres alors qu'elle décroche, tu te laisses tomber sur ton lit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t1527-i-am-become-death-destroyer-of-worlds-cosimo http://savethequeens.forumactif.com/t1575-eenie-meenie-miny-moe-cosimo
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Lost on you... ❁ cosemy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lost on you... ❁ cosemy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: boulevard of broken dreams :: version #3 :: RPS-
Sauter vers: