Partagez | 
 

 Noctambules (tadeo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


/ avatar : shay mitchell
/ crédits : lina.
/ nombre de messages : 789
/ cartes en main : 1182

/ âge : 28
/ statut : comment peux tu croire en l'amour quand tu as eu pour exemple des mariages célébrés devant Elvis et Dieu, pour ensuite finir devant le juge, la semaine d'après.
/ occupation : tu taffes @ the hot bird, mais tu as d'autres sources de revenus moins légales.
/ beau bordel : (nika) eighteenth century | (Tadeo) noctambules | (tc) fête de la musique | (mahe) charming stalker for a stunning muse | (tc) the longest night | (gaïa) bleeding and bruised.

MessageSujet: Noctambules (tadeo)   Ven 31 Aoû - 1:25

noctambules

Servir des pintes de bière, laver les verres. Remplir des shots, rincer les verres. Mixer des cocktails, sécher les verres. Essuyer le bar, laver les verres. Pintes de bière, rincer. Cocktails, sécher. Bar, laver, rincer, sécher ... Inlassable cercle sans fin d'un labeur ingrat et assassin. Et malgré qu'tu détestes ce métier, y'a un truc qui fait qu't'as pas encore abdiqué. Probablement la similarité troublante avec l'bar ou bossais ta mère. C'est vrai ! Parfois tu t'revois dans ce bar du Nevada, après l'école, tenir compagnie à celle que t'appelais alors mummy. (V'là maintenant qu'une douce nostalgie imprègne ton récit.) Tu revois ce bar. Il est là, vide et paisible, parce qu'encore fermé à cette heure de la journée. À cet instant, il n'y a que toi et ta mère qui existez. Juste elle, toi et des moments de complicité – moments qui, souvent, sont écourtés et expédiés une fois les clients arrivés. (Désabusée, ta nostalgie devient mélancolie.) Mais ouais, t'es complètement captivée par cette familiarité. Aussi, et tu n'peux pas l'nier, tu trouves une certaine sérénité dans c'que tu fais. Sans doute les gestes maîtrisés qui t'apaisent et te pacifient. Une espèce de danse hypnotique à laquelle t'as consenti. En réalité, l'inconvénient primaire de ce métier provient d'la clientèle que tu sers. Avec elle, même pas besoin de picoler pour être saoulé. Dieu ! qu'elle t'exaspère ! Entre les pressés sans gêne qui t'hèlent genre t'es à leur disposition personnelle, les pick-up lines de trottoirs que même une frustrée déclinerait, ou encore les fins d'service où tu dois virer un troupeau torché de macaques mal-léchés. Alors tu prends sur toi. Et dieu seul sait ô combien tu prends sur toi. Ici, contrairement à la rue, t'acceptes les coups sans répliquer. T'encaisses, presque anesthésiée par leur stupidité. « Héhé, on a bu pas mal là ! C'est l'heure de la tournée du patron. » Bah tiens et quand tu t'prends une amende c'est la tournée du policier ? Les yeux vers le ciel, tu soupires. Putain d'rapaces !

Heureusement pour tes nerfs et ton cassier judiciaire, ce soir, l'ambiance est plutôt posée. Tu t'adonnes alors à cette danse savante. (Mixer, remplir, laver, rincer, sécher, essuyer. and repeat.) Ç'en aurait été presque relaxant, mais c'est sans compter sur ce mec, un habitué, qui t'raconte sa journée. Et toi, comme à l'accoutumée, t'en as rien à branler. T'écoutes à peine c'qu'il te dit. Blabla, blabla. Non ta pensée vagabonde. À cette situation qui te hante. À cette vague déferlante. Pauvre Nika! Mais dans quelle merde elle s'est fourrée ! Ça t'prend tellement la tête qu'c'est presque impossible de n'pas y songer. T'essayes pourtant. En vain! T'en regrettes presque la frénésie barbare des assoiffés qui atterrissent ici chaque soir et qui t'occupent assez pour faire taire tes pensées. Tu remarques à peine quand le type finit par se lever. Pas le moins du monde dérangé par ton désintérêt nonchalant et flagrant. Après tout, c'est un habitué. Le tabouret du bar, tout juste vacant, est de nouveau tiré. Lourdaud suivant ! Penses-tu en posant ton regard sur le nouveau débarqué. Là c'est limite t'avales de travers. Même pas b'soin d'un miroir pour savoir qu'tu tires la tronche du Deséspéré de Courbet. Et quelle conne tu fais. T'avais pas anticipé et pourtant maintenant ça t'paraît évident.  Avec le coup de pression royal qu'il t'avait mis l'autre fois, forcément qu'il allait rappliquer pour jubiler d'vant toi.

Made by Neon Demon

_________________

she was fragile like a bomb
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savethequeens.forumactif.com/t101-my-middle-finger-salutes-you-jules http://savethequeens.forumactif.com/t157-two-words-one-finger-jules
 
Noctambules (tadeo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Valse des Noctambules

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAVE THE QUEENS ::  :: rising like a skyscraper-
Sauter vers: