life is like playing cards : it's not the cards in your hand that make you win or lose, it's how you play them / et tu bats le pavé, les pieds au chaud dans de nouvelles godasses, attendant que les semelles se lassent de cogner trop fort le sol froid. le queens ouvre ses lèvres, les mâchoires solides et les dents s'apparentant à d'interminables gratte-ciel. tu vois l'immense champs des possibles qui se profile à l'horizon derrière les boutons d'or de la ville : les lignes de taxi en mille. pourtant, tu freines des quatre fers quand le bruit percutant des klaxons lacère tes tympans à vif, comme la mélodie funèbre d'un glas qui ne sonnera pas pour toi. alors tu cours, jusqu'à en perdre haleine, pour vivre un peu plus fort. tu fends l'air jusqu'à atteindre ce vieux trottoir, t'y ancres même tes pieds pour marquer cette petit gloire. ça dure une seconde, pas deux. juste le temps qu'elle se dissipe, la fumée des anciennes usines. les volutes te cèdent finalement le passage, vers une destinée dans laquelle tu t'engages, les cartes en main et la volonté montée sur ressort en guise de tremplin. et y'a soudain ce fichu palpitant qui s’accélère comme le font les anges après chaque prière. tu pourrais bien faire demi-tour, rembobiner la cassette, aller faire l'amour à cette personne que t'as trop aimée mais que t'as perdue parce que t'es bien trop bête. au lieu de ça tu t'élances dans une valse à deux temps avec ce qu'il reste de ta vie, la paume tendue vers les risques que tu veux prendre pour ne pas avoir à regretter jusqu'à ce que tu finisses en cendres. des piges et des piges à laisser passer. en attendant, la ferraille des escaliers chante faux sous tes pieds. mais tu finis en haut, la gueule dans les jupons cotonneux aux allures de rêves de moins en moins insaisissables. y'a tes propres cartes calées entre tes doigts et le tapis de jeu flanqué sur la table. en face, des immeubles à perte de vue, dressés comme de bons petits soldats. y'a des regards indiscrets derrière leurs carreaux, ils t'observent te redresser vers ce qu'on pourrait t'offrir de plus beau. un jour. à moins que ce ne soit déjà ton tour. alors les lippes s'étirent jusqu'à esquisser au fusain un sourire trop longtemps attendu. soit tu abats tes cartes, soit tu te hisses dessus. soit tu tentes ta chance gamin(e), soit tu es perdu(e).



a c c u e i l / a v a t a r s / s c é n a r i i / p r é l i e n s / r e c h e r c h e s / i n v i t é s / p a r t e n a r i a t s
date d'ouverture : "save the queens" a effectué une ouverture en avant-première le 01.06.2018 et a été officiellement présenté au public rpgique le 02.06.2018 / statistiques : le forum compte actuellement membres qui ont posté messages à ce jour / conditions : aucune habitude d'écriture n'est à privilégier ou à proscrire ; aucun minimum de lignes n'est exigé. les avatars de tout âge et de toute ethnie sont bienvenus.